Portus Itius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portus Itius
Localisation
Pays Vexillum de l'Empire romain Empire romain
Province romaine Gaule belgique
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Wissant ?
Type Port antique
Coordonnées 50° 43′ 35″ nord, 1° 36′ 53″ est
Superficie 80 ha
Géolocalisation sur la carte : Empire romain
(Voir situation sur carte : Empire romain)
Portus Itius
Portus Itius
Histoire
Époque Antiquité (Guerre des Gaules)

Portus Itius est le nom donné par Jules César lors de sa conquête des Gaules à un port construit par les Romains situé sur le littoral de la Manche, au nord de la Gaule.

Sa localisation exacte est inconnue mais il pourrait se situer à Boulogne-sur-Mer ou dans ses environs, au Cap Blanc-Nez, à Wissant, Ambleteuse...

Le lieu d'embarquement de l'armée romaine pour la conquête de la Bretagne[modifier | modifier le code]

Première expédition de Jules César[modifier | modifier le code]

Pour sa première invasion de l'Angleterre en 55 av. J.-C., Jules César fit construire une flotte à Portus Itius, composée de quatre-vingts navires pour le transport de deux légions, la VIIe légion et la Xe légion soit 12 000 hommes, ainsi qu'un certain nombre de navires de guerre (dix-huit) commandés par un questeur. Au transport des deux légions s'ajoute celui de la cavalerie[1]. César laissa une petite garnison dans le port et embarqua son infanterie en donnant l’ordre à la cavalerie de les rejoindre dès que possible. Cette décision pourrait être une erreur tactique car l’infanterie arriva sur l’île sans armement lourd ou bien une indication du fait que César voulait explorer le territoire et non pas le conquérir[1]. Cette première tentative de débarquement ne sera d'ailleurs qu'une expédition de reconnaissance[2].

Seconde expédition de Jules César[modifier | modifier le code]

Portus Itius fut aussi le point de départ de sa deuxième invasion de l'Angleterre en 54 av. J.-C. Le légat de l’armée de César, Titus Labienus resta à Portus Itius avec l’ordre de superviser l’approvisionnement de l’armée. Aux navires de guerre se joignirent des bateaux de commerce, surtout en provenance de la Gaule. Ces bateaux recherchaient de nouvelles opportunités commerciales. Il est probable que le chiffre rapporté par César (800 bateaux) comprenne les navires de guerre et de commerce. César débarqua en un endroit jugé plus favorable que lors de l'invasion précédente. Les Bretons décidèrent de ne pas s’opposer au débarquement. Selon César, la taille de la flotte leur inspirait trop de crainte.

Il pouvait également s’agir d’une manœuvre destinée à rassembler les forces bretonnes ou peut-être que César ne causait pas la même inquiétude.

Une localisation incertaine[modifier | modifier le code]

Portus Itius a toujours été défini comme étant sur un site allant de Boulogne au cap Gris-Nez, mais sa position exacte est très contestée depuis la Renaissance. Le port est nommé par César et ne semble plus reparaître après lui, sauf dans une mention de Ptolémée où le mot Itium est placé immédiatement avant Gesoriacum[2].

Auguste Mariette dans son ouvrage Portus Icius - Editions Christian Navarro et Daniel Haigneré dans Étude sur le Portus Itius de Jules César ainsi que Camille Jullian, dans son Histoire de la Gaule[3] ont identifié Portus Itius à l'actuelle ville basse de Boulogne-sur-Mer.

Thomas Rice Edward Holmes, quant à lui, a développé l'idée, dans un article de 1909, qu'il pourrait être situé à Wissant (à quelques kilomètres de Boulogne et du Cap Gris-Nez) car César ne pouvait pas lancer suffisamment de navires à partir de Boulogne. Le point d'embarquement des troupes romaines vers l'Angleterre pourrait être une plage aujourd'hui ensablée située à douze milles au nord de Boulogne, sur le site actuel de Wissant (identifiée dans la chanson de Roland sous son nom saxon Wit-sand, Sable blanc). Les modifications importantes du littoral de la mer du Nord dans ce secteur (remblaiement) ont recouvert les sites portuaires de l'époque.

En se basant sur les recherches très minutieuses d'Albert Grisart, Guy Licoppe l'a identifié au Cap Blanc-Nez[4].

Mais faute de découverte archéologique incontestable, la localisation de Portus Itius est toujours discutée.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, livre IV, paragraphe 22.
  2. a et b https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1944_num_88_3_77782
  3. C. Jullian, Histoire de la Gaule, 1908-1926, tome III, page 337, note 5.
  4. Guy Licoppe, De Portu Itio et Caesaris navigationibus in Britanniam, Melissa, Bruxelles, 2009, 61 pp.