Douchy-lès-Ayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Douchy-lès-Ayette
Douchy-lès-Ayette
La mairie.
Blason de Douchy-lès-Ayette
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Artois
Maire
Mandat
Jean-Charles Derue
2020-2026
Code postal 62116
Code commune 62272
Démographie
Gentilé Dulcinois
Population
municipale
311 hab. (2019 en augmentation de 3,67 % par rapport à 2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 37″ nord, 2° 43′ 05″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 147 m
Superficie 5,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Douchy-lès-Ayette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Douchy-lès-Ayette
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Douchy-lès-Ayette
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Douchy-lès-Ayette

Douchy-lès-Ayette est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Sud-Artois qui regroupe 64 communes et compte 27 349 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est un village rural de l'Artois, aisément accessible par l'ancienne RN 319 (actuelle RD 319), situé à 14 km au sud d'Arras, 37 km de Cambrai, 43 km au nord-est d'Amiens.

Communes limitrophes de Douchy-lès-Ayette
Adinfer Boiry-Sainte-Rictrude
Monchy-au-Bois Douchy-lès-Ayette
Bucquoy Ayette

Hydrographie[modifier | modifier le code]

C'est dans la commune que le Cojeul, cours d'eau de 25 km, prend sa source et se jette dans la Sensée au niveau de la commune d'Éterpigny[1].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Paysage du village : la rue de Boiry.

Typologie[modifier | modifier le code]

Douchy-lès-Ayette est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (93,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77 %), prairies (16,7 %), zones urbanisées (5,9 %), forêts (0,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu a été dénommé Aeste, Dulci en 1154-1159 (cartulaire du Chapitre d'Arras, no 28), Douchi en 1219 (Gart. chapell.. d'Arras, fol. 49 v°)[11].

En français, la préposition « lès » signifie « près de », ici Ayette. D'usage vieilli, elle n'est guère plus rencontrée que dans les toponymes, plus particulièrement ceux de localités.

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

« Douchy, en 1789, faisait partie de la gouvernance d'Arras et suivait la coutume d'Artois. Son église, diocèse d'Arras, doyenné de Croisilles, district de Neuville-Vitasse, secours d'Ayette, était consacrée à saint Vaast[12] ».

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Douchy se trouve sur la ligne de front. Dans son célèbre récit autobiographique Orages d'acier, l'ancien combattant allemand Ernst Jünger décrit au début du livre, dans le chapitre « Douchy et Monchy », l'occupation allemande de Douchy-lès-Ayette entre et 1917 et sa transformation en ville de garnison par le 73e régiment d'infanterie de la 111e division allemande. Il décrit comment tous les endroits notables du village sont aménagés en fonction des troupes. Monchy-au-Bois, village limitrophe, est également décrit comme village faisant partie de la ligne de front et de ce fait fortifié en position défensive durant le conflit[13]. Sur le secteur, face aux Allemands, se trouvent les Anglais d'un régiment d'Hindostan-Leicestershire[Lequel ?][14]. L'occupation allemande dura d'octobre 1914 au 21 mars 1917.

Lors de l'occupation, les Allemands aménagent une salle de cinéma au village[15] ainsi qu'un cimetière militaire[16],[17],[18]. Un monument aux morts militaire allemand est érigé[19].

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[20] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [21].

La reconstruction du village est menée par la Société coopérative de reconstruction de Douchy-lès-Ayette, active de 1919 à 1932[22], dont les architectes était Maurice Fretellière et Henri Philippe, qui a contribué à la reconstruction d'Arras[23].

constructions de la Reconstruction

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la région de Bapaume, créée fin 1992.

Dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales, celle-ci a fusionné avec sa voisine, formant le la communauté de communes du Sud-Artois dont est désormais membre Douchy-lès-Ayette.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Croisilles[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune a intégré le canton de Bapaume.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 En cours
(au 12 février 2022)
Jean-Charles Derue   Cadre dirigeant de la clinique Bons Secours retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[25],[26],[27],[28],[29]
Réélu pour le mandat 2020-2026[30],[31]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2017, le village a la plus petite école du département[32].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[34].

En 2019, la commune comptait 311 habitants[Note 4], en augmentation de 3,67 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
437393503610683678708706700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
715692680646660603582585581
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
570554514327365356356350362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
332309288295321312316317299
2017 2019 - - - - - - -
308311-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,2 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 167 hommes pour 144 femmes, soit un taux de 53,7 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
4,2 
75-89 ans
5,6 
22,4 
60-74 ans
20,2 
22,4 
45-59 ans
21,0 
21,8 
30-44 ans
14,7 
14,0 
15-29 ans
16,1 
14,6 
0-14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vaast, reconstruite en 1923-1924 dans un style inhabituel (architecte : J. de Saint-Maurice) après les destructions de la Première Guerre mondiale.
  • Le monument aux morts[38].
  • Le cimetière militaire allemand, qui contenait 380 tombes, n'existe plus. Le cimetière militaire britannique a été commencé en août et septembre 1918, puis agrandi par le 3e Division Burial Officer et après l'armistice de la concentration des tombes des champs de bataille d'Arras et de l'Ancre et d'autres lieux de sépultures.
Son aménagement a été conçu par Sir Edwin Lutyens et George Hartley Goldsmith. Il contient les tombes de soldats, marins et aviateurs dont 727 britanniques, un canadien, 5 australiens, 2 sud-africains et un allemand[39],[40].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain et ancien combattant allemand Ernst Jünger, qui a décrit, dans son célèbre récit autobiographique Orages d'acier, l'occupation du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Douchy-lès-Ayette Blason
Burelé d'argent et d'azur, à deux bars adossés d'or brochant sur le tout[41].
Détails
Armes de la famille Douchy, ou de Douchy, reprises par deux communes du Nord-Pas-de-Calais, Douchy-les-Mines (59) et Douchy-lès-Ayettes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cojeul (E1560650) » (consulté le )
  2. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Comte Auguste de Loisne, « Les formes originales des noms de lieux du Pas-de-Calais et leurs formes officielles », Bulletin de géographie historique et descriptive, nos 1-2,‎ , p. 92-120 (lire en ligne, consulté le ), lire en ligne sur Gallica.
  12. Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 124, lire en ligne sur Gallica.
  13. Jünger 1970, p. 48-56.
  14. Jünger 1970, p. 77.
  15. « Cinéma (Douchy-lès-Ayette) », sur http://www.imagesde14-18.eu (consulté le ).
  16. « Cimetière militaire allemand (Douchy-lès-Ayette) », sur http://www.imagesde14-18.eu (consulté le ).
  17. « Enterrement d'un militaire (Douchy-lès-Ayette) », sur http://www.imagesde14-18.eu (consulté le ).
  18. « Cimetière militaire allemand (Douchy-lès-Ayette) », sur http://www.imagesde14-18.eu (consulté le ).
  19. « Monument militaire allemand (Douchy-lès-Ayette) », sur http://www.imagesde14-18.eu (consulté le ).
  20. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  21. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  22. Marie Geirnaert, « Sociétés coopératives de reconstruction du Pas-de-Calais : 10 R 20/1-386 - 1918-1949 : Répertoire numérique détaillé » [PDF], sur http://archivesenligne.pasdecalais.fr, (consulté le ), p. 29.
  23. « La grande reconstruction, Arras, ville nouvelle ! », Les architectes, http://arraslagrandereconstruction.fr, (consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. « Le bilan des maires - Douchy-lès-Ayette : le petit RPI a mis en placeles rythmes scolaires dès septembre, une fierté pour Jean-Charles Derue : Maire depuis 1989, Jean-Charles Derue a décidé de briguer un nouveau mandat. « Je suis en bonne santé et j’aime bien rendre service. » Faisons le point avec lui sur ce mandat qui se termine. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Douchy-lès-Ayette: Jean-Charles Derue, élu maire : Mardi Jean-Charles Derue a été réélu. Il sera secondé par Michel Marquis, premier adjoint (travaux, château d’eau et réseaux) et Jean-Louis Courty (travaux, salle des fêtes). », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  28. A. D. (CLP), « Douchy-lès-Ayette : création de 2,5 km de trottoirs rues Principale, de Boiry et d’En-Haut : Jean-Charles Derue a entamé en mars son cinquième mandat de maire. Ses projets sont dans la continuité. Des travaux seront menés dans le village, notamment de trottoirs et de voirie, si les dotations le permettent. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Thomas Seillier, « À Douchy-lès-Ayette, le maire veut « continuer à embellir et aménager le cœur du village » : Indissociable de la commune dont il est maire depuis 1989, Jean-Charles Derue termine son cinquième mandat cette année. À l’aube d’un sixième épisode, l’édile souhaite continuer à aménager et embellir le cœur du village, avec comme credo le travail en équipe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  31. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  32. Sophie Filippi-Paoli Et Delphine d’Haenens, « Présidentielle Immersion dans la plus petite école du Pas-de-Calais : Chaque lundi et mardi, nous ouvrons un débat de la présidentielle. Troisième volet : après l’environnement, la santé, l’éducation. Immersion dans la plus petite école du Pas-de-Calais, à Douchy-lès-Ayette, 320 habitants, à 15 kilomètres de Bapaume », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Douchy-lès-Ayette (62272) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  38. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  39. [vidéo] Cimetière militaire de Douchy les Ayette(62) sur YouTube.
  40. (en) « Douchy-lès-Ayette british cemetery », France, sur https://www.ww1cemeteries.com (consulté le ).
  41. « 62272 », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).