Ecques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ecques
Ecques
La place.
Blason de Ecques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Fruges
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Brigitte Merchier
2015-2020
Code postal 62129
Code commune 62288
Démographie
Gentilé Ecquois
Population
municipale
2 120 hab. (2016 en augmentation de 5,11 % par rapport à 2011)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 15″ nord, 2° 17′ 14″ est
Altitude Min. 25 m
Max. 80 m
Superficie 12,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ecques

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ecques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ecques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ecques
Liens
Site web mairie-ecques.fr

Ecques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais (62) en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Ecquois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 260 km de Paris, à 60 km de Lille, à 50 km de Calais et Boulogne-sur-Mer, dans la vallée de la Melde et au pied du plateau d'Helfaut (milieu naturel remarquable).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Ecques
Helfaut Heuringhem
Inghem Ecques Quiestède

Roquetoire

Clarques Rebecques

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par de nombreux ruisseaux, dont le Lauborne, qui se jette dans la Melde.

La commune abritait plusieurs puits artésien, dont au moins 9 alimentait naturellement (sans pompe, avec un débit de plus de 1m3/h) les cressonnières de Mr Basseur, puis à la suite du creusement d'un forage par l'entreprise Bonduelle (en 1970) [1]. La plupart des puits avaient le même exutoire, le Lauborne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du germanique aski «frêne»[2]. Escha (1123), Esca (1139), Heska (1198), Eske (1225).

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs « terriers » anciens dont le « terrier d'Ecques »[3] daté de 1613 et d'autres qui comprenant des éléments généalogiques sont conservés dans le fonds d'archives locales de la Bibliothèque de la Communauté d'Agglomération de Saint-Omer[4]. Le plus ancien date de 1535 [5].

La commune, instituée par la Révolution française, absorbe en 1799 celle de West-Ecques[6]

Le village, durant la Seconde Guerre mondiale a été victime de plusieurs bombardements. En effet, il a pendant des mois représenté une menace pour Londres à cause des missiles lancés depuis l'actuel château d'eau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la huitième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Aire-sur-la-Lys[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Ecques intègre le canton de Fruges[8].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ecques était membre de la communauté de communes de la Morinie, créée en 1994.

Compte tenu de la réforme territoriale, la petite taille de cette intercommunalité lui imposait de se regrouper avec une ou des autres structures intercommunales[9],[10].

C'est dans ce cadre qu'elle a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO), dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 ? Abel Beauvois    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1965 Euloge Tourneur SFIO Ingénieur retraité
mars 1965 ? Casimir Héricourt   Instituteur honoraire
mars 1977 mars 2001 Michel Billet   Directeur d'école
mars 2001 mars 2008 Philippe Fardoux PS Instituteur
mars 2008 21 janvier 2015[12],[13] Yves Bertin DVG Enseignant spécialisé retraité
Décédé en fonction
3 février 2015[14] En cours
(au 22 février 2015)
Brigitte Merchier DVG Cadre retraitée de l'Éducation nationale
1re vice-présidente de la CC de la Morinie (2015 → )


Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2016, la commune comptait 2 120 habitants[Note 1], en augmentation de 5,11 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9069751 0981 0941 2191 2021 2871 3341 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2901 3021 3531 3021 3271 3351 3811 3101 241
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2221 2101 1541 0891 0981 1051 1411 0371 076
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0471 1081 1241 2951 6371 7811 8992 0042 095
2016 - - - - - - - -
2 120--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 13,6 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 18,6 %).
Pyramide des âges à Ecques en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,9 
5,3 
75 à 89 ans
8,0 
7,9 
60 à 74 ans
8,7 
21,6 
45 à 59 ans
19,3 
25,0 
30 à 44 ans
23,1 
19,2 
15 à 29 ans
19,1 
20,7 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le 14 juillet a lieu une course à pied : les Foulées ecquoises.

Le soir du 14 juillet se déroule classiquement une marche aux flambeaux.

Des associations présentes et actives offrent aux villageois de nombreux événements toute l'année. Le foyer rural fédère différents actions sportives et culturelles (club de tir à l'arc, boules, bals folks, contes). L'automne venu, l'association Alternative monte le festival d'Ecqu'ouvertes depuis 2004 (musique).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le groupe Ednomel[pourquoi ?].
  • Le général Du Rangiers[pourquoi ?].
  • Le comte Louis de Wazières, né au château de Ecques et héritier du château du Verbois a Bondues avec son domaine de 300 ha.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Ecques.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

Coupé au 1) d’azur au soleil d’or mouvant du canton senestre du chef, au 2) de sinople à l’épi de blé feuillé d’or posé en bande ; à la divise du même brochant sur la partition chargée d’une église du même issant d’un trait courbé vers le chef, le clocher brochant sur l’azur ; le tout enfermé par une bordure d’or chargée de dix feuilles de chêne de sinople, deux affrontées en chef, trois montantes aux flancs et deux adossées en pointe

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. rapport BRGM dec 1972, PDF, 35 pp
  2. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  3. Extraits du Terrier d'Ecques, Antiquaires de la Morinie
  4. Série 2G qui regroupe les archives du Chapitre de Saint-Omer, qui inclut divers cueilloirs et terriers de la proche campagne de Saint-Omer où le Chapitre avait des possessions.
  5. conservé sous la cote 2.G.2317, date de 1613. Il est donc intéressant, car antérieur aux registres paroissiaux, qui débutent en 1626
  6. « Loi du 28 fructidor an VIII qui réunit la commune de Westecques à la commune d'Escques, canton de Thérouanne, département du Pas-de-Calais », Collection générale des lois et des actes du corps législatif,‎ messidor, thermidor et fructidor an vii, p. 542 (lire en ligne, consulté le 17 mars 2019) sur Google books.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Décret n° 2014-233 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Pas-de-Calais, sur Légifrance.
  9. Marie Jansana, « Intercommunalité : la Morinie vit ses dernières années : La communauté de communes de la Morinie sait qu’au 1er janvier 2017, de par sa petite taille, elle disparaîtra. Néanmoins, elle pense à l’avenir de ses habitants et poursuit les dossiers qu’elle a lancés », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2015).
  10. Marion Clauzel, « Communauté de communes de la Morinie : l’impossible redécoupage : La refonte des collectivités territoriales fait causer au sein de la Morinie. Même si aucune décision n’a encore été prise en conseil municipal, même si on ne connaît pas encore le seuil critique du nombre d’habitants exigé par la nouvelle réforme, les cartes sont bel et bien en train d’être battues », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2015).
  11. « Les maires de Ecques », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 17 mars 2019)
  12. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 3 janvier 2015)
  13. Bruno Delannoy (CLP), « Projets des maires, Yves Bertin à Ecques: deux mandats d’adjoint puis deux de maire avec la volonté d’aider la commune : Lors des dernières municipales, Yves Bertin a eu la surprise d’une opposition venue de son camp. À sa tête, Philippe Fardoux, l’ancien maire, dont il fut l’adjoint, qui avait quitté six ans auparavant « un poste trop prenant faute de temps ». Les Ecquois ont largement ratifié les propositions du sortant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2015).
  14. Bruno Delannoy, « Ecques : Brigitte Merchier élue maire après le décès d’Yves Bertin : Brigitte Merchier, première adjointe, a été élue maire, mardi 3 février, en remplacement d’Yves Bertin, décédé le mardi 21 janvier. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2015).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Évolution et structure de la population à Ecques en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)