Outreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Outreau
Outreau
La mairie et la place d'Outreau.
Blason de Outreau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Sébastien Chochois
2020-2026
Code postal 62230
Code commune 62643
Démographie
Gentilé Outrelois
Population
municipale
13 270 hab. (2021 en diminution de 4,52 % par rapport à 2015)
Densité 1 872 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ 16″ nord, 1° 35′ 41″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 96 m
Superficie 7,09 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Boulogne-sur-Mer
(banlieue)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Outreau
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Outreau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Outreau
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Outreau
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Outreau
Liens
Site web ville-outreau.fr

Outreau est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Avec ses 13 270 habitants en 2021, Outreau est la principale ville de la banlieue de Boulogne-sur-Mer, dont elle est limitrophe, et la 13e ville du département[1].

Ses habitants sont appelés les Outrelois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville d'Outreau se trouve dans le Pas-de-Calais, à la limite sud de Boulogne-sur-Mer, à environ 35 km au sud-ouest de Calais, 100 km à l'ouest de Lille et 210 km au nord de Paris à vol d'oiseau. Il s'agit d'une commune arrière-littorale située à proximité de la Manche, sans accès à la mer[2] (la crique de Ningles, située à 800 mètres de la frontière ouest d'Outreau, entre les communes voisines du Portel et d'Equihen-Plage, est parfois considérée par certains comme appartenant encore à la ville d'Outreau[3]).

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire se situe géologiquement au cœur de la boutonnière du Boulonnais, qui se prolonge sous l'eau jusque dans le Kent, au-delà des côtes anglaises voisines. Les terrains sont du Jurassique supérieur (Tithonien).

La superficie de la commune est de 709 hectares[4]. Les altitudes minimales et maximales sont respectivement de 2 mètres et 96 mètres[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée, à l'est, par le fleuve côtier la Liane, cours d'eau naturel de 38 km, qui prend sa source dans la commune de Quesques et se jette dans la Manche au niveau de la commune de Boulogne-sur-Mer[5] et par le ruisseau du Merlier, d'une longueur de 3,46 km, qui prend sa source dans la commune de Saint-Étienne-au-Mont et se jette dans la Liane au niveau de la commune de Saint-Léonard[6].

Paysages[modifier | modifier le code]

Une vue de ces « paysages des falaises d’Opale » et le cap Blanc-Nez.

La commune s'inscrit dans les « paysages des falaises d’Opale » tels qu’ils sont définis dans l’atlas de paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[7].

Ces paysages, qui concernent 30 communes, s’étendent le long de la côte, d'Équihen-Plage à Sangatte, sur une bande d’environ 50 kilomètres de long et d'un maximum de 5 kilomètres de large, l'autoroute A16 étant la frontière à l'est. Ils sont constitués, d'une part, par les falaises d’Opale où se trouve le grand site des Deux Caps qui, avec le cap Blanc-Nez, culmine à 150 mètres, ces falaises offrent un belvédère sur le détroit du pas de Calais avec la possibilité de voir les côtes d’Angleterre, et d’autre part, vers l’intérieur des terres, avec les paysages littoraux qui jouxtent ceux des coteaux calaisiens et du pays de Licques, d'un paysage alternant collines, vallons et bocages.

L'occupation des sols se répartit en 43 % de cultures pour les paysages arrière-littoraux, 20 % de sols artificialisés, 20 % de prairies et forêts et 10 % de plage.

Les crans constituent une des particularités de ces côtes à falaises. Les crans sont des vallées suspendues qui se sont retrouvées le « nez en l’air », soit du fait de l’affaissement du détroit du Pas de Calais[Note 2], soit par la baisse du niveau de la mer[Note 3] comme le cran d’Escalles, le cran Mademoiselle, le cran Poulet, le cran Barbier, le cran des Sillers, le cran de Quette et le cran aux Œufs, situés, eux, sur la commune d’Audinghen[8].

Ces paysages sont traversés par trois fleuves côtiers, la Liane (Boulogne-sur-Mer), le Wimereux (Wimereux) et la Slack (Ambleteuse), et par le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral, appelé aussi sentier des douaniers, qui chemine le long de ces paysages et offre un magnifique panorama.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[9]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[10].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 873 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 8,5 jours en juillet[9]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Boulogne-sur-Mer à 3 km à vol d'oiseau[11], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 824,5 mm[12],[13]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Statistiques 1991-2020 et records BOULOGNE-SEM (62) - alt : 73m, lat : 50°43'57"N, lon : 1°35'58"E
Records établis sur la période du 01-01-1947 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 3,4 5 7 9,8 12,5 14,7 15,3 13,2 10,3 6,8 4,1 8,8
Température moyenne (°C) 5,3 5,4 7,4 9,8 12,7 15,3 17,4 18 15,8 12,6 8,8 6 11,2
Température maximale moyenne (°C) 7,1 7,3 9,7 12,7 15,6 18,1 20,1 20,7 18,5 14,9 10,8 7,9 13,6
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
12.01.1987
−13,6
01.02.1956
−7,8
07.03.1971
−2
14.04.1966
1,6
07.05.1997
4
02.06.1962
8
04.07.1965
9
31.08.1956
5,8
22.09.1979
−1
29.10.1947
−5,6
30.11.1978
−9,6
29.12.1996
−13,6
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
16,4
01.01.22
18,9
26.02.19
22,7
30.03.17
26
16.04.1949
31,2
27.05.05
33,3
29.06.19
39,6
19.07.22
34,8
11.08.03
32,6
10.09.23
27,2
01.10.1985
19,1
01.11.15
17,2
10.12.1978
39,6
2022
Précipitations (mm) 77 56 48 48,1 54,6 48 54,3 63,2 69,6 95,8 106,8 103,1 824,5
Source : « Fiche 62160001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 4] : les vallons d’Outreau et d'Équihen-Plage, d’une superficie de 340 hectares et d'une altitude variant de 34 à 94 mètres, sont constitués d'une succession de vallons et de buttes de type bocager[15].

Carte de la ZNIEFF sur la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Outreau est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Boulogne-sur-Mer, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[19] et 84 811 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est une commune du pôle principal[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[22],[23].

La commune, bordée par l'estuaire de la Liane, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[24]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (59,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (48 %), zones agricoles hétérogènes (29,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,6 %), terres arables (6,2 %), prairies (2,9 %), eaux maritimes (1,7 %)[27]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les quartiers et les grands axes.

La zone urbaine est divisée en huit "quartiers" (7 zones d'habitations, 1 zone d'activité) selon les IRIS de l'Insee [28].

Fraternité[modifier | modifier le code]

Le quartier Fraternité est situé au nord du centre-ville, limitrophe avec Boulogne-sur-Mer ; il est délimité à l'ouest par la rue Roger Salengro, au sud par la rue Karl Marx et à l'est par l'allée Ronsard, la rue Pasteur et la rue Auguste Comte. Sa population était de 2 778 habitants en 2015[29].

Centre[modifier | modifier le code]

C'est le quartier central d'Outreau, délimité au nord par le Boulevard de la Liberté, à l'est par le Boulevard du , au sud par le Boulevard Raymond Splingard et à l'ouest par la rue André Pantigny et la route du Portel. Il regroupe ainsi la mairie, le jardin public, l'église Saint-Wandrille, le cimetière central, plusieurs commerces et banques, le centre Phénix, des salles de fêtes, écoles ainsi que de nombreux logements. Sa population était de 3 463 habitants habitants en 2015[30].

Mont-Soleil[modifier | modifier le code]

Le Mont-Soleil est le parc de 17 hectares d'Outreau, comportant plusieurs aires de jeux, des animaux, des courts de tennis et un mini-golf. Le quartier du Mont-Soleil est délimité au nord par la route du Portel, à l'est par la rue André Pantigny, au sud par la frontière avec Équihen-Plage et à l'ouest par la frontière avec Le Portel. Plusieurs habitations sont situées en périphérie du parc, avec une population de 3 676 habitants en 2015, et la zone résidentielle du Berquen[31].

Tour du Renard[modifier | modifier le code]

Le quartier Tour du Renard est délimité au nord par le Boulevard Kennedy, à l'est par la rue Condorcet, au sud par la rue de Vimy et à l'ouest par la rue des Tilleuls. Sa population était de 1 293 habitants habitants en 2015[32].

Manihen-Salengro[modifier | modifier le code]

Le quartier Manihen-Salengro est situé au sud-est de la commune (au sud de la Tour du Renard). Il est délimité à l'est par la rue Edouard Vaillant. Il comporte des écoles, une ancienne église (église du Sacré-Cœur) aménagée en salle des fêtes[33] et un monument aux morts. Sa population était de 2417 habitants en 2015[34].

C'est le quartier de la société des Aciéries de Paris-Outreau (APO). Les APO étaient le premier producteur mondial de ferromanganèse dans les années 1970 et furent le leader mondial de la conception et de la fabrication des appareils de croisement ayant permis la construction du réseau des TGV. Les avancées techniques, les procédés et la plupart des fabrications ont été repris au bénéfice de concurrents en partie étrangers. Seule subsiste à Outreau une partie de la fonderie d'acier qui continue à assurer la production des cœurs de croisement[35].

Zone d'activités[modifier | modifier le code]

La zone d'activités d'Outreau est située à l'est de la ville, et comporte des enseignes de grande distribution, plusieurs entreprises et garages automobiles. Sa population était de 272 habitants en 2015 [36].

Logements[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune est de 6 123. Parmi ces logements, 91,8 % sont des résidences principales, 0,4 % sont des résidences secondaires et 7,8 % sont des logements vacants. La part des ménages propriétaires de leur résidence principale est de 54,8 % [37]. Ces logements sont pour 67,3 % d'entre eux des maisons, pour 32,4 % des appartements et pour 0,3 % d'autres types de logement [38]. Le parc immobilier date pour 77,2 % des années 1946-1990 [38].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A16 dessert Outreau par le biais de la sortie Sortie 29.

La commune est desservie par les lignes A, C, E, F, H, I, M1, M2, O, P, 101, 153 et 154 du réseau Marinéo.

Outreau est également à proximité de la gare de Boulogne-Ville, desservie par des TGV, TERGV et TER Hauts-de-France.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risque inondation[modifier | modifier le code]

À la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa et des inondations et coulées de boue qui se sont produites, la commune est reconnue, par arrêté du , en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue sur la période du au , comme 179 autres communes du département[39].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Outreau a remplacé un ancien nom germanique : Walbodinga (853)[40], Walbodingehem (858), Walbodeghem (IXe siècle)[40], Ultra aquam (1141 & 1145), Waubinghen (1121), Walbingehem (1208), Outriaue (1292), Oultreawe (1389), Wabinghen (1480), Oultryawe (1505), Oultreau (1548)[41].

Ces anciens noms viennent de Wabingen en flamand[42] et du latin Ultra aquam (« de l'autre côté de l'eau »), soit « outre l'eau » (par rapport à Boulogne-sur-Mer)[41].

Wabingen en Flamand occidental.

Outriauwe en picard.

Toponymie des quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Berquen : Berkem (1112), Berchem (1173), Berchehem (1297), Berquen (1506). Du germanique berg (mont) + hem (enclos, demeure)[41].
  • Foucardennes : Fourcardenghes (1389), Fourcadengues (1396), Foucardengues (1505), Foucardenne (1534). D'un nom de personne germanique Folcard + -ingen transformé en ardennes[40].
  • Renard : Déformation du moyen-néerlandais rijk + akker. Rikenacre (1112), Rikenachre (1145), Richenacre (1199)[41].

Histoire[modifier | modifier le code]

Outreau jusqu'en 1939[modifier | modifier le code]

Plan du fort d'Outreau (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, NuBIS).

Le a été signé le traité d'Outreau, également connu sous le nom de paix d'Outreau, ayant pour objet la restitution de Boulogne à la France par les Anglais contre 400 000 écus d’or[43].

Au début du XVIIIe siècle, Outreau est un gros bourg rural et maritime couvert de manoirs et de fermes[réf. nécessaire]. Il connaît une grosse activité militaire de l’été 1803 à où environ 10 000 soldats de la Grande Armée de Napoléon sont cantonnés à Outreau pour envahir l'Angleterre.

La ville connaît un essor industriel important après la découverte de gisements de minerai de fer en 1854. De nombreuses entreprises spécialisées sont construites. Jusqu'en 1939, la population d'Outreau, en constante augmentation, est composée principalement d'ouvriers.

Outreau était originellement plus étendu qu’aujourd’hui puisqu’il englobait, outre les limites géographiques actuelles de la commune, les hameaux du Portel et d’Équihen-Plage (devenus indépendants respectivement en 1856 et 1939[44]) ainsi que le quartier Capécure (acquis par Boulogne-sur-Mer en 1835)[45].

Outreau de 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Outreau est lourdement touché par la Seconde Guerre mondiale. Sa reconstruction est la principale priorité de la municipalité.

À la fin du XXe siècle, la commune est touchée par une importante crise économique. La fermeture de nombreuses entreprises (notamment les hauts-fourneaux de Manihen en 1977 et les APO en 1978) font fortement augmenter le chômage. Outreau va reconstruire son industrie avec notamment la création des zones d'activités Resurgat[45]. Aujourd'hui, Outreau reste une importante ville d'ouvriers.

L'affaire d'Outreau[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2011, la ville a fait l'objet d'une forte exposition médiatique en France en raison de l'affaire d'Outreau, une affaire judiciaire qui ébranla l'opinion publique et déboucha, à la suite d'un acquittement de la majorité des accusés, sur une mise en cause du fonctionnement de l'institution judiciaire française et une réaction des acteurs sociaux face à l'abus sexuel sur mineur[46].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vue du parking de la mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Boulonnais (CAB), créée en 2000.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Après avoir fait partie de 1801 à 1982 du canton de Samer, la commune était depuis 1982 le chef-lieu du canton d'Outreau[44]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 2 à 11 communes.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 1986 de la cinquième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2020[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Sébastien Chochois (PS)
  • 33 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 13 422 habitants)
  • 7 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA du Boulonnais)
Résultats des municipales de 2020 à Outreau
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Sébastien Chochois[Note 7],[47] PS-PCF[48] 3 096 76,74 30 7
Christophe Hadoux[49] SE 611 15,14 2 0
Christine Briche[49] LFI 327 8,10 1 0
Votes valides
Votes blancs
Votes nuls
Total 100
Abstention
Inscrits / participation

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs élus à partir de la Seconde Guerre mondiale
Période Identité Étiquette Qualité
1943 1944 Émile Carpentier
(1888-1948)
SFIO  
1944 1945 Émile Guilbert SFIO  
1945 mai 1948 Émile Carpentier
(1888-1948)
SFIO Employé des chemins de fer du Nord
Ancien conseiller d'arrondissement (1930 → 1940)
Décédé en fonction
1948 octobre 1952 René Mathou
(1898-1954)
SFIO Cheminot
Premier adjoint au maire (1945 → 1948)
Conseiller général de Samer (1945 → 1951)
Démissionnaire
octobre 1952 mars 1983 Raymond Splingard SFIO
puis PS
Négociant en charbon
Conseiller général de Samer (1958 → 1982)
Sénateur du Pas-de-Calais (1981 → 1983)
mars 1983 novembre 2005[54] Jean-Marie François
(1935-2005)
PS Professeur de collège retraité
Premier adjoint au maire (1971 → 1983)
Décédé en fonction
décembre 2005 novembre 2018[55],[56] Thérèse Guilbert[57],[58],[59] PS Retraitée de l'Éducation nationale
Députée du Pas-de-Calais (5e circ.) (2012 → 2014)
Conseillère générale d'Outreau (2001 → 2012)
Démissionnaire
décembre 2018 En cours
(au 10 janvier 2022)
Sébastien Chochois PS Employé de la fonction publique
Conseiller départemental d'Outreau (2015 → )
1er vice-président de la CA du Boulonnais (2020 → )
Élu pour le mandat 2018-2020[60]
Réélu pour le mandat 2020-2026[61],[62]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Carte
Jumelages et partenariats d’Outreau.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats d’Outreau.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
Eppelborn[63]Allemagne

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

La commune est labellisée « 2 fleurs » au concours des villes et villages fleuris[64].

Enseignement[modifier | modifier le code]

En , la commune dispose des établissements scolaires suivants :

  • Ecoles publiques :
    • Maternelles : Pauline Kergomard, Roger Salengro, Jacques Prévert, Louise Michel, Antoine de Saint-Exupéry, Edouard Vaillant ;
    • Élémentaires : Les Tilleuls, Jean Jaurès, Paul-Bert, Jean-Macé, Edouard-Vaillant ;
  • Ecoles privées : Sainte-Marie ;
  • Collège public : Albert Camus ;
  • Lycée professionnel : Professeur Clerc.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Salle du Phénix
  • Salle Jacques Brel (action sportive, sociale et culturelle, avec des ateliers de Paper Craft, Pixel Art, etc.)[65]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[66],[Note 8].

En 2021, la commune comptait 13 270 habitants[Note 9], en diminution de 4,52 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4081 7642 1082 6083 6003 2113 6243 6643 966
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 5122 0502 5252 7902 9123 1373 6223 8624 306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 0915 9816 8227 9968 6029 51410 4806 68510 220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
13 54813 73514 73114 59015 27915 22214 41214 48213 709
2021 - - - - - - - -
13 270--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[67].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 6 371 hommes pour 7 204 femmes, soit un taux de 53,07 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[68]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,2 
5,1 
75-89 ans
9,4 
17,7 
60-74 ans
17,3 
20,5 
45-59 ans
20,7 
17,6 
30-44 ans
17,6 
17,9 
15-29 ans
15,0 
20,6 
0-14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[69]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

En , la commune dispose des équipements sportifs suivants :

  • Piscine intercommunale d'Outreau-Le Portel Océane[70] ;
  • Salle des sports de la Tour du Renard ;
  • Salle Maurice Ravel.

Économie[modifier | modifier le code]

Outreau est une ancienne ville sidérurgique. L'usine « Aciéries Paris Outreau » (APO) située dans le quartier Manihen employait plus de 1 300 personnes avant la seconde Guerre mondiale. Bien endommagée pendant cette guerre, l'entreprise meurt petit à petit jusqu'en 1978[71]. Un phénix dominant la mairie est le symbole d'une volonté de renaissance économique.

Aujourd'hui, la commune dispose d'une importante zone d'activités économiques à l'est, divisée en différents secteurs : les zones industrielles de Résurgat I, II et III, et la plateforme logistique Garromanche. Accolée à la zone industrielle de la Liane à Saint-Léonard au sud et la zone de Capécure à Boulogne au nord, elle forme un important ensemble économique desservant le port de Boulogne-sur-Mer.

Outreau abrite également plusieurs commerces en ville, ainsi qu'un centre commercial dans la zone d'activités précédemment citée.

Emploi[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par secteur d'activité économique[Quand ?]

  Agriculture Industrie Construction Commerces, transports et services Administration publique, enseignement,
santé, action sociale
Outreau 0,7 % 15,1 % 11,0 % 42,3 % 30,9 %
Moyenne nationale 3,0 % 14,1 % 6,9 % 45,1 % 30,9 %
Sources des données : INSEE[72],[73]

'Répartition des emplois par domaine d'activité[Quand ?]'

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Outreau 0,3 % 3,8 % 8,7 % 24,3 % 28,3 % 34,5 %
Moyenne nationale 1,9 % 6,1 % 16,2 % 25,0 % 28,6 % 22,2 %
Sources des données : INSEE[74],[75]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La ville compte deux monuments aux morts ;
    • Monuments aux morts d'Outreau.
      La statue a été réalisée par Augustin Lesieux, marbrier et sculpteur à Paris. Une première inauguration, en fait une simple remise à la population, a lieu le par la municipalité socialiste d'Outreau. L'absence des autorités, du clergé, de service religieux et de bénédiction provoquent la protestation des Outrelois. Le , une seconde inauguration, officielle cette fois, est organisée[réf. nécessaire]. Le monument a coûté 18 000 francs, dépense couverte par une souscription[réf. nécessaire]. Le Monument aux Morts rénové a été inauguré le sur un nouvel emplacement. Il se situe rue de l'égalité (en face de l'ancien monument)[76]. Le chantier de rénovation, encadré par la Maire d'Outreau Thérèse Guilbert, a coûté 150 000 euros.
    • Monument aux morts de Manihen, ancien hameau indépendant, rattaché à Outreau quelques années après la Seconde Guerre mondiale).
  • Cimetière militaire.
  • Statue de François Mitterrand : l'allée Alfred-Siabas accueille le buste de l'ancien président de la République (50° 42′ 07″ N, 1° 35′ 44″ E). Celui-ci a été sculpté par Bruno Maillard.
  • Statue de Pierre Mendès France.
  • Statue de Pierre Bérégovoy.
  • Calvaire de la rue Jean-Jaurès.
  • Tour de l'ancien château Lonquéty.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Outreau Blason
De gueules au phénix sur son immortalité d’or mouvant d’une devise de sable posée sur une mer d’azur mouvant de la pointe, au chef d’argent chargé de deux bandes du champ.
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945.
Devise
« Resurgat » (Qu'il renaisse!).
Détails
Le phénix symbolise la renaissance de la commune après les destructions de la Seconde guerre mondiale; il est posé sur une divise de sable, marque de deuil à la mémoire des foyers détruits lors de cette guerre.
Les deux bandes de gueules sur champ d'argent sembleraient être celles d'une ancienne famille seigneuriale, peut-être celles d'une famille De La Salle, qui possédait une ferme du même nom et qui portait "De gueules à trois bandes d'argent".
Adopté par la municipalité le 24 mars 1950.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Ce détroit cénozoïque s'est ouvert au Paléogène puis refermé à l'Éocène et se serait à nouveau ouvert au Quaternaire
  3. Depuis la dernière glaciation, la mer a remonté de plus de 100 m de hauteur dans cette région. Lors de la dernière déglaciation le détroit a été rouvert il y a 9 000 ans environ
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Liste du maire sortant ou de la maire sortante.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Comparateur de territoire − Commune d'Outreau (62643) | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  2. « Géoportail », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. La Semaine dans le Boulonnais, édition du 26 août 2015, page 30
  4. a et b « PLAN OUTREAU - Plan, carte et relief d'Outreau 62230 », sur cartesfrance.fr (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Liane (E53-0020 ) » (consulté le )
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Merlier (E5310800 ) » (consulté le )
  7. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  8. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des falaises d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Outreau et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  15. « ZNIEFF 310030023 - Falaises d’Équihen », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Boulogne-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Boulogne-sur-Mer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  25. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  28. « Découpage infracommunal | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  29. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU FRATERNITE: Services, équipements et population de Outreau fraternite, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  30. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU CENTRE: Services, équipements et population de Outreau centre, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  31. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU TOUR DU MONT SOLEIL: Services, équipements et population de Outreau tour du mont soleil, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  32. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU TOUR DU RENARD: Services, équipements et population de Outreau tour du renard, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  33. « OUTREAU - L'église Sacré-Cœur de Manihen va devenir une salle des fêtes », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  34. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU MANIHEN SALENGRO: Services, équipements et population de Outreau manihen salengro, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  35. Jean-André Noual, « Archives nationales du monde du travail : Société des Aciéries de Paris et d'Outreau », sur archivesnationales.culture.gouv.fr, (consulté le ).
  36. « CARTE ET PLAN DE OUTREAU ZONE D'ACTIVITES: Services, équipements et population de Outreau zone d'activites, code postal 62230 », sur cartes-2-france.com (consulté le ).
  37. « Comparateur de territoire − Commune d'Outreau (62643) | Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  38. a et b « Immobilier à Outreau (62230) », sur journaldunet.com (consulté le ).
  39. République Française, « Inondations et coulées de boue », Journal officiel de la République française, no 264,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le ).
  40. a b et c Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  41. a b c et d Jacques Mahieu - Promenade flamande dans Boulogne-sur-mer (2009)
  42. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  43. Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des Français, vol. 12, Wouters, frères, (présentation en ligne).
  44. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. a et b « Histoire d'Outreau »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur www.ville-outreau.fr, consulté le 20 février 2013
  46. La Voix du Nord, « Affaire d’Outreau : décryptage, vidéos, podcasts... Retour sur ce dossier hors du commun : L’affaire d’Outreau fait l’objet d’une série documentaire diffusée sur France 2. L’occasion de revenir sur ce fiasco judiciaire. La Tour du Renard, quartier populaire et tranquille de la petite commune du Pas-de-Calais, est devenue le centre d’un dossier criminel hors du commun. Après deux ans d’instruction et deux procès, treize personnes accusées de pédophilie, ont été finalement acquittées. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Sébastien Chochois, maire d’Outreau, sera bien candidat aux municipales », sur La Voix du Nord, .
  48. « Le parti communiste présentera une liste commune avec le maire Sébastien Chochois », sur La Voix du Nord, .
  49. a et b Thomas Diquattro, Jonathan Carridroit et Thomas Evrard, « Municipales à Outreau : candidats, chiffres clés, enjeux... Tout savoir sur les élections », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. http://www.ville-outreau.fr/styled-34/styled-33/index.html
  51. a et b « La famille Adam à l'honneur dans la nouvelle reuve du centre Jacques Brel », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  52. Monument funéraire
  53. Pierre Laval, « Arrêté du 28 juin 1943 portant nominations au conseil départemental du Pas-de-Calais », Journal officiel de l'État français, no 154,‎ , p. 1762 (lire en ligne, consulté le ), sur Gallica.
  54. « Outreau se prépare à tourner la page », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « Outreau : Thérèse Guilbert, maire depuis 2005, annonce sa démission », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  56. « Outreau Sébastien Chochois devrait succéder à Thérèse Guilbert, dans sa droite lignée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  57. « Thérèse Guilbert - Pas-de-Calais (5e circonscription) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. « Outreau : Thérèse Guilbert dresse un bilan positif de son mandat de maire : Thérèse Guilbert, maire socialiste d’Outreau depuis 2005 à la suite du décès de Jean-Marie-François en cours de mandat avait été élue en 2008 par la population. À 70 ans, elle souhaite briguer un nouveau mandat. Elle dresse le bilan de celui qui s’achève », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. « Outreau : Thérèse Guilbert reconduite dans son fauteuil face à sa nouvelle opposition : Dimanche matin, le conseil municipal d’Outreau a été installé face à un public venu en nombre. Un conseil qui compte huit opposants (contre deux lors du précédent mandat) dont cinq issus de la liste FN. Sans surprise, Thérèse Guilbert a été reconduite dans son fauteuil de maire. Les neuf adjoints ont ensuite été élus. Leurs délégations seront connues courant de la semaine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. Sylvain Delage, « Boulonnais Sébastien Chochois élu maire d’Outreau, dans le sillage de Thérèse Guilbert : Suite à la démission de Thérèse Guilbert, maire d’Outreau, lors du conseil municipal du 20 novembre, le premier adjoint Sébastien Chochois a repris le fauteuil majoral ce dimanche matin. Il a été élu avec 28 voix sur 32 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  62. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  63. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=24469 »
  64. « label de la commune », sur concours des villes et villages fleuris (consulté le ).
  65. « Accueil », sur Centre Jacques Brel (consulté le ).
  66. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  67. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  68. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Outreau (62643) », (consulté le ).
  69. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  70. « Piscine Océane | Le Portel | Outreau :: Accueil », sur oceane-piscine.fr (consulté le ).
  71. APO : les aciéries de Paris et d'Outreau
  72. « Outreau - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  73. « France - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  74. « Outreau - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  75. « France - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  76. « MemorialGenWeb », sur memorialgenweb.org (consulté le ).