Juliette Binoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Juliette Binoche
Image dans Infobox.
Juliette Binoche au Berlinale 2022.
Fonction
Présidente du jury du Festival de Berlin
Biographie
Naissance
(58 ans)
Paris (France)
Nom de naissance
Juliette Anne Marie BinocheVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Jean-Marie Binoche (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Monique Stalens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Marion Stalens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Hana Magimel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Léon Binoche (grand-oncle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions
Films notables

Juliette Binoche est une actrice et danseuse française, née le à Paris.

Elle est apparue dans plus de soixante longs métrages et est, avec Julianne Moore, l'une des deux actrices – et la première – à avoir remporté un prix d'interprétation dans les trois plus grands festivals de cinéma que sont Cannes, Venise et Berlin. De plus, elle a reçu le César de la meilleure actrice pour sa performance dans Trois Couleurs : Bleu, ainsi que l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle et le BAFTA pour son rôle dans Le Patient anglais.

Au cours des années 2000, elle poursuit une carrière réussie, alternant entre des rôles de langue française et en langue anglaise dans des productions grand public et d’art et d’essai.

En 2001, elle est l'actrice française la plus nommée en étant sélectionnée aux Oscars, aux BAFTA, aux Golden Globes, aux SAG Awards et aux Prix du cinéma européen pour Le Chocolat ainsi qu'aux César pour La Veuve de Saint-Pierre et aux Tony Awards pour Trahisons. Elle est l'unique comédienne française à avoir été nommée pour trois rôles différents la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Juliette Binoche est née à Paris en 1964.

Elle est la fille de Jean-Marie Binoche (1933- 2019), mime, metteur en scène et sculpteur et de Monique Stalens (pl) (née en 1939 à Częstochowa[1]), enseignante, réalisatrice et actrice[2],[3].

Son père a notamment travaillé l'art dramatique, principalement en Amérique du Sud à partir de masques en résine qu'il fabrique lui-même[4],[5]. Sa mère, comédienne franco-polonaise devenue ensuite professeur de lettres, fondant plusieurs théâtres dans les lycées où elle enseignait, puis à nouveau actrice[6],[2]. Juliette Binoche est la sœur de la photographe de plateau Marion Stalens et la petite-nièce de Léon Binoche[7].

Le grand-père maternel de Binoche, André Stalens, est né en Pologne, d’origine belge (wallonne) et française, et la grand-mère maternelle de Binoche, Julia Helena Młynarczyk, était d’origine polonaise[3],[8]. Tous deux étaient des acteurs nés à Częstochowa ; les occupants nazis allemands les ont emprisonnés à Auschwitz en tant qu’intellectuels[9],.

Juliette Binoche a quatre ans lorsque ses parents divorcent en 1968. Elle vit alors chez sa tante, puis est placée en pension[10],[11]. Elle ne revivra avec sa maman et sa sœur qu'à l’âge de 7 ans[12].

À dix-sept ans, elle entre au conservatoire du 6e arrondissement de Paris et devient l'élève de Jean-Louis Bihoreau et Jean-Pierre Martino, puis de Véra Gregh au Conservatoire National d’Art Dramatique (CNSAD) après l’obtention de son baccalauréat[13]. Elle suit également des cours aux conservatoires du deuxième et du cinquième arrondissement de Paris[14]. Elle démissionne du CNSAD peu de temps après car elle n'aimait pas le programme.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir joué dans quelques pièces de théâtre (notamment L'Argent de Dieu, de Michel Dodane, mise en scène Christian Pernot) et travaillé comme caissière dans un grand magasin parisien[15], tourné quelques publicités télévisées comme celle des Chamallows[16], elle débute au cinéma auprès de metteurs en scène renommés comme Jean-Luc Godard, Jacques Doillon ou André Téchiné.

Sa première expérience professionnelle à l’écran est venue en tant que figurante dans la série télévisée en trois parties de TF1 Dorothée, danseuse de corde () réalisée par Jacques Fansten, suivie d’un rôle tout aussi petit dans le téléfilm provincial Fort bloque réalisé par Pierrick Guinnard. Après cela, Binoche obtient sa première apparition au long métrage avec un rôle mineur dans Liberty Belle () de Pascal Kané. Ce fût un petit rôle (elle n'est restée que deux jours sur le plateau), mais suffisait à lui inspirer l'envie de poursuivre une carrière dans le cinéma[17]. Toujours en 1983, elle passe une audition pour jouer dans Je vous salue, Marie[18] de Jean-Luc Godard. Godard a choisi de rencontrer Binoche après avoir vu une photo d'elle prise par son petit ami[19]. Bien qu'elle ne passe pas beaucoup de temps à l'écran, elle a passé 6 mois à travailler sur ce film[19].

Après ce film, elle jouera dans Les Nanas d’Annick Lanoë, jouant aux côtés de Marie-France Pisier et Macha Méril dans une comédie grand public[20] bien qu’elle ait déclaré que l’expérience n’était pas particulièrement mémorable ou influente[17].  Elle a acquis une exposition plus significative dans le film La vie de famille de Jacques Doillon où elle y joue le rôle de la belle-fille adolescente volatile du personnage central Sami Frey. Doillon a déclaré que dans le scénario original, le personnage de la belle-fille avait été écrit pour une fille de 14 ans, mais il a été tellement impressionné par l’audition de Binoche qu’il a changé l’âge du personnage à 17 ans pour lui permettre de prendre le rôle. En , Binoche enchaîne avec un autre second rôle dans Adieu Blaireau de Bob Decout, un thriller policier avec Philippe Léotard et Annie Girardot[21]. C’est plus tard en 1985 que Binoche émergera en devenant l'actrice principale du film Rendez-vous d’André Téchiné. Rendez-Vous est l’histoire d’une actrice provinciale, Nina (Binoche), qui arrive à Paris et se lance dans une série de liaisons dysfonctionnelles avec plusieurs hommes, dont Quentin (Lambert Wilson), lunatique et suicidaire. C’est cependant sa collaboration avec le metteur en scène Scrutzler (Jean-Louis Trintignant), qui vient définir Nina. À l'origine, elle ne devait pas jouer dans ce film, le rôle étant dévolu à Sandrine Bonnaire. Mais Sandrine Bonnaire ayant eu des problèmes d’horaire[17], elle fut obligée d'abandonner le film au profit de Juliette Binoche. Rendez-vous a été présenté pour la première fois au Festival de Cannes 1985, remportant le prix de la mise en scène.

En , Binoche a été nommée pour son premier César de la meilleure actrice dans un rôle principal pour sa performance dans le film.  Après Rendez-Vous, elle n’était pas sûre du rôle à assumer ensuite. Elle auditionne sans succès pour Bleu comme l’enfer d’Yves Boisset et Hors la loi de Robin Davis mais est finalement choisie pour Mon beau-frère a tué ma soeur () de Jacques Rouffio aux côtés de Michel Serrault et Michel Piccoli. Ce film fut un échec critique et commercial. Binoche a commenté que le film de Rouffio est très important pour sa carrière car il lui a appris à juger les rôles en fonction de la qualité du scénario et de ses liens avec un réalisateur, et non de la réputation des autres membres de la distribution[22]. Plus tard, elle donne à nouveau la réplique à Michel Piccoli dans Mauvais Sang de Leos Carax[23]. Ce film a été un succès critique et commercial, conduisant à la deuxième nomination de Binoche aux César. Mauvais Sang est un thriller d’avant-garde dans lequel elle incarne Anna, l’amante beaucoup plus jeune de Marc (Piccoli) qui tombe amoureuse d’Alex (Denis Lavant), un jeune voleur[24].  Binoche a déclaré qu’elle avait « découvert la caméra » lors du tournage de ce film[25]. En août 1986, Binoche commence à travailler sur L’insoutenable légèreté de l’être, une l’adaptation par Philip Kaufman du roman de Milan Kundera. Sorti en 1988, ce fut le premier rôle de Binoche en langue anglaise et fut un succès mondial auprès de la critique et du public[20]. Se déroulant pendant le Printemps de Prague en 1968, le film raconte l’histoire d'une relations qu’un chirurgien tchèque, Tomas (Daniel Day-Lewis), entretient avec sa femme Tereza et son amante Sabina (Lena Olin). Binoche a déclaré qu’à l’époque, son anglais était très limité et qu’elle utilisait un scripte traduit en français pour bien comprendre son rôle[20].  Après ce succès, Binoche décide de rentrer en France plutôt que de poursuivre une carrière internationale.

En 1988, elle incarne le rôle principal d’Un tour de manège de Pierre Pradinas, aux côtés de François Cluzet[20],[26].  Elle a déclaré que son attrait pour ce film était qu’il lui donnait l’occasion de travailler avec des amis proches et sa famille[17]. En effet, Pierre Pradinas est son beau-frère et la directrice de photographie Marion Stalens est sa sœur. Ajoutons que Marion Stalens fait un caméo dans ce film[17].  À l’été , Binoche revient sur scène dans une production acclamée de La Mouette d’Anton Tchekhov mise en scène par le metteur en scène russe Andreï Konchalovsky au Théâtre de l’Odéon à Paris[27].

Années 1990[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Binoche a joué dans une série de films internationaux à succès critique et commercial, remportant éloges et prix[20].

En 1988, elle commence à travailler sur Les Amants du Pont-Neuf de Leos Carax. Dans le film Binoche dépeint une artiste qui vit rudement sur le célèbre pont parisien où elle rencontre un autre jeune vagabond (Denis Lavant). Cette partie emblématique de la ville devient la toile de fond d’une histoire d’amour follement passionnée et de certaines des images les plus saisissantes visuellement de la ville jamais créées. Les peintures présentées dans le film ont été peintes par Binoche. Elle a également conçu l’affiche du film qui présente un dessin à l’encre des amants éponymes enfermés dans l’étreinte[28]. Le film est la proie de multiples problèmes, accumulant trois ans de retard, nécessitant l’investissement de trois producteurs et des fonds du gouvernement Français[21].  Lors de sa sortie en 1991, Les Amants du Pont-Neuf est un succès critique[21]. Binoche a remporté un European Film Award et obtient sa troisième nomination aux César pour sa performance[29].  Pendant une pause dans le tournage en 1990, Binoche a passé cinq jours à tourner le court téléfilm Mara de Mike Figgis, basé sur Quiet Days in Clichy d’Henry Miller. Ce film de 30 minutes faisait partie de la série d’anthologie women & men 2 de HBO.  Le film est devenu quelque peu controversé quand, selon Mike Figgis, HBO l’a modifié une fois qu’il l’a terminé[30]. Le film a été diffusé pour la première fois sur HBO aux États-Unis le 18 août 1991[31].

À ce stade, Binoche a été reconnue comme l’une des actrices française les plus importantes de sa génération. Cependant, la longue production des Amants du Pont-Neuf l’a forcée à refuser plusieurs rôles importants dans des productions internationales dont La Double Vie de Véronique de Krzysztof Kieślowski, Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, Nuit et Jour de Chantal Akerman, Et au-delà de la mer Égée, un projet avorté avec Elia Kazan[32],[20]. Binoche choisit alors de poursuivre une carrière internationale hors de France[21].

Juliette Binoche a refusé la proposition de Steven Spielberg de jouer dans Jurassic Park (pour le rôle du Dr. Ellie Sattler, finalement tenu par Laura Dern), prétextant être déjà engagée avec Krzysztof Kieślowski pour le tournage de Trois Couleurs : Bleu[33] (1993). Elle avait auparavant refusé Indiana Jones et la Dernière Croisade, puis refusera par la suite La Liste de Schindler. Elle explique ses réticences à travailler avec Spielberg en déclarant que celui-ci est « un cinéaste d'hommes et de dinosaures, mais pas de femmes »[34] !

Dans le film Trois Couleurs : Bleu Binoche joue le rôle d’une jeune femme qui perd son mari compositeur et sa fille dans un accident de voiture. Bien que dévastée, elle va se reconstruire dans une nouvelle vie de solitude, mais va devoir se battre pour se libérer de son passé[35]. À sa sortie en , le film acclamée par la critique et il permet à Binoche de décrocher le César de la meilleure actrice[36]. Le film sera également présenté à la Mostra de Venise. Elle obtiendra à cette occasion la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine avait été nommée déjà quatre fois et trois autres nominations suivront.

Juliette Binoche en 2000.

Jouant les héroïnes romantiques dans Le Hussard sur le toit () ou Le Patient anglais () pour lequel elle reçoit l'Oscar du meilleur second rôle[37], elle est également nommée à l'Oscar de la meilleure actrice en 2000 pour sa participation à la comédie romantique Le Chocolat avec Johnny Depp[38]. Après le succès de Three Colors: Blue, Binoche prend un court congé sabbatique au cours duquel elle donne naissance à son fils Raphaël en [20].

En , Binoche revient à l’écran dans une adaptation à gros budget du Hussard sur le toit de Jean Giono réalisée par Jean-Paul Rappeneau[39]. Il s'agissait à l'époque du film le plus cher de l’histoire du cinéma Français[40]. Le film a été un succès au box-office avec un montant brut mondial de 1 320 043 dollar US[41]. Binoche est à nouveau nommée pour un César de la meilleure actrice[42].

En , Binoche joue dans A Couch in New York (Un divan à New York), réalisé par Chantal Akerman et où elle donne la réplique à William Hurt. Il s'agit de son premier rôle comique depuis My Brother-in-Law Killed My Sister une décennie auparavant. Cette comédie raconte l’histoire d'un psychiatre new-yorkais qui échange sa maison avec une Française, Béatrice[43],[44].  Le film est un échec critique et commercial[45],[46]. Toujours en sort le film The English Patient (Le patient anglais). Le film, basé sur le roman de Michael Ondaatje, est réalisé par Anthony Minghella et est produit par Saul Zaentz, producteur de The Unbearable Lightness of Being. Le film réunit Juliette Binoche et Ralph Fiennes, fut un succès mondial.  Binoche a déclaré que le tournage en Toscane et au célèbre studio Cinecittà à Rome fut l’une des expériences professionnelles les plus heureuses de sa carrière[11]. Le film, qui raconte l’histoire d’un homme mystérieux et gravement brûlé retrouvé dans l’épave d’un avion pendant la Seconde Guerre mondiale, a remporté neuf Oscars, dont celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Juliette Binoche et renforça sa position en tant que star de cinéma internationale[47],[48]. Après ce succès international, Binoche rentre en France et commence à travailler aux côtés de Daniel Auteuil sur le film Lucie Aubrac de Claude Berri, l’histoire vraie d’une héroïne de la Résistance Française. Binoche a été libéré du film six semaines après le début du tournage en raison de divergences avec Berri concernant l’authenticité de son scénario[49].  Binoche a décrit cet événement comme étant comme « un tremblement de terre » pour elle[11].

En , elle travaille avec André Téchiné sur son film Alice et Martin. Dans ce film, elle joue une musicienne parisienne ayant une relation avec un jeune amant qui cache un sombre secret de famille.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Juliette Binoche, remettante de la Palme d'Or au festival de Cannes 2002.

En 2000, elle joue dans La Veuve de Saint-Pierre de Patrice Leconte, rôle qui lui permettra d'être nommée pour le César de la meilleure actrice en 2001. Le fil est un drame d’époque qui voit Binoche jouer aux côtés de Daniel Auteuil dans le rôle d’une femme qui tente de sauver un condamné de la guillotine[50]. Le film a reçu des critiques favorables, en particulier aux États-Unis[51] et sera même nommé pour un Golden Globe du meilleur film en langue étrangère[52]. La même année, elle est à l'affiche de Code inconnu (Code Unknown), un film de Michael Haneke[53]. Le film a été présenté pour la première fois en compétition au Festival de Cannes 2000[54]. Ce rôle acclamé par la critique était un changement bienvenu par rapport au rôle de l’héroïne romantique dans une série de drames en costumes. Toujours en , elle joue dans la pièce de théâtre Trahisons (Betrayal) écrite par Harold Pinter, mise en scène par David Leveaux et pour laquelle elle recevra un Tony Award[55]. DE retour au cinéma, elle est à l'affiche du film Chocolat de Lasse Hallström, adapté du roman de Joanne Harris. Le film eut un grand succès[56] et pour son rôle, Binoche a remporté un Prix du cinéma européen dans la catégorie meilleure actrice et a été nommée pour un Oscar et un BAFTA[57].

En 2002, Juliette Binoche joue une esthéticienne bavarde coincée dans un aéroport dans Décalage horaire.

En 2005, elle tourne dans le thriller fantasmagorique Caché de Michael Haneke et le drame Mary d'Abel Ferrara[58].

En 2008, elle réalise une tournée mondiale de danse contemporaine avec le chorégraphe anglais d'origine bangladeshi Akram Khan pour le spectacle In I[59],[60],[61], et comme publicité s'offre la couverture de Playboy. Juliette Binoche explique ainsi : « J'ai été convaincue par une jeune équipe qui veut changer Playboy, comme on voudrait changer le monde, en parlant du corps différemment, en lui rendant son âme. »[62].

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, elle remporte le Prix d'interprétation féminine lors du 63e Festival de Cannes pour Copie conforme d'Abbas Kiarostami. Cette distinction la place parmi les actrices les plus récompensées au monde, car outre son Oscar et son César, elle a la spécificité d'être la seule actrice avec Julianne Moore à avoir réussi le « grand chelem », à savoir être primée dans les trois plus grands festivals de cinéma internationaux que sont Cannes, Venise et Berlin. Ainsi, elle est, avec Julianne Moore, mais également Jack Lemmon et Sean Penn chez les acteurs, l'une des quatre artistes à avoir reçu le prix d'interprétation féminine ou masculine des trois plus grands festivals mondiaux[63].

Vingt-cinq ans après Isabelle Adjani (et le film de Bruno Nuytten), elle incarne, en 2013, Camille Claudel dans Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont, un film qui n'est pas un nouveau biopic de la sculptrice, mais la montre à 51 ans, internée depuis déjà deux ans dans un hôpital psychiatrique du Vaucluse et dans l'attente d'une visite annoncée de Paul Claudel, son frère cadet.

L'année suivante, Juliette Binoche est à l'affiche de Sils Maria d'Olivier Assayas dans lequel elle partage l'affiche avec Kristen Stewart[64]. Elle incarne une actrice qui a connu le succès en incarnant une jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui fascine et conduit au suicide une femme mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l'autre côté du miroir, dans le rôle d'Helena. Il s'agit de sa seconde collaboration avec le réalisateur après L'Heure d'été.

Juliette Binoche arrivant à la conférence de presse pour NOBODY WANTS THE NIGHT d'Isabel Coixet à la Berlinale 2015

Elle travaille ensuite, sous la direction d'Isabel Coixet, dans le long-métrage Personne n'attend la nuit (Nadie quiere la noche), qui fait l'ouverture de la Berlinale 2015 et y est accueilli fraîchement[65], et dans un documentaire consacré à une prisonnière de Hissène Habré, Rose Lokissim, Parler de Rose[66].

Durant l'été de cette année 2015, elle est présidente du jury du Festival du film de Cabourg[67], soit dix-huit ans après avoir été sacrée par le festival pour le film Le Patient anglais. Le jury est composé de Jérôme Bonnell, Luís Galvão Teles, Maxim Nucci, Raphaël Personnaz, Céline Sallette, Guillaume Schiffman, Gilles Taurand et Mélanie Thierry[68]. Elle joue également le rôle de la narratrice dans le court-métrage Parler de Rose, prisonnière de Hissène Habré[69].

En 2016, Binoche retrouve Bruno Dumont dans sa comédie Ma Loute[70]. Le film, présenté en première au Festival de Cannes 2016 est également distribué par Fabrice Luchini et Valeria Bruni Tedeschi, est une comédie burlesque basée dans la région d’Ambleteuse dans le nord de la France. Se déroulant en 1910, le film raconte l’histoire insolite de deux familles liées par une romance improbable. Ma Loute a reçu beaucoup d’éloges de Français critiques et a été un succès populaire au box-office Français. La même année, elle joue dans Polina, danser sa vie, réalisé par Valérie Müller et Angelin Preljocaj, en se concentrant sur l’histoire d’une ballerine russe surdouée, Polina (Anastasia Shevtsoda). De Moscou à Aix-En-Provence en passant par Anvers, du succès à la désillusion, nous suivons l’incroyable destin de Polina. Binoche incarne une chorégraphe, Liria Elsaj, qui éveille chez Polina le désir de s’éloigner du ballet classique pour explorer davantage la danse contemporaine[71].

Parallèlement à sa carrière d'actrice, elle annonce en 2016 la création d'une société de production – « We do it together » – dont le but est de promouvoir la place des femmes dans le monde du cinéma ; Jessica Chastain, Queen Latifah, entre autres, l'accompagnent dans ce projet[72].

En , elle joue dans la comédie Telle mère, telle fille de Noémie Saglio. Dans ce film, elle retrouve Lambert Wilson, 32 ans après le film Rendez-Vous d’André Téchiné. En , Binoche et Cottin sont de nouveau apparus ensemble, cette fois sur le petit écran dans le dernier épisode de la deuxième saison de Dix Pour Cent où Juliette Binoche apparait dans un épisode ironique centré sur le Festival de Cannes[73].

En , elle crée avec Alexandre Tharaud le spectacle Vaille que vivre (Barbara), inspiré par le livre Il était un piano noir…, Mémoires interrompus de Barbara, en hommage à la chanteuse disparue en 1997, présenté dans la cour du Lycée Saint-Joseph lors de la 71e édition du Festival d'Avignon puis repris pour une soirée à la Philharmonie de Paris.

En , Juliette Binoche est présidente du jury du 69e festival de Berlin[74].

Années 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, elle apparaît dans le documentaire Annie Girardot selon son cœur[75],[76].

En 2022, elle est à l'affiche du film Amour et acharnement de Claire Denis[75]. Elle joue également dans The Pot au feu, un film de Tran Anh Hung[77]. Elle participe également aux documentaires Fabrique des pandémies de Marie-Monique Robin[78] et Code Haneke de Marie-Ève de Grave[79],[75]. Elle est à l'affiche du festival du film de Saint-Sébastien (Espagne)[80].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Juliette Binoche et sa sœur la réalisatrice Marion Stalens, avec Jeanne Moreau, lors de la présentation de Juliette Binoche dans les yeux en 2009.

Elle a partagé la vie de Leos Carax de 1986 à 1991, rencontré sur le tournage de Mauvais Sang, dont elle se séparera sur un autre tournage, celui des Amants du Pont-Neuf.

Elle entretient ensuite une relation avec le plongeur professionnel André Hallé (fils de Francis Hallé) dont naît Raphaël en 1993[10].

Elle joue dans Le Hussard sur le toit au côté d'Olivier Martinez avec qui elle sera en couple de à .

En 1999, pendant le tournage des Enfants du siècle, elle rencontre Benoît Magimel qui sera son compagnon jusqu'en . Ils ont ensemble une fille née en , Hannah[81].

Santiago Amigorena fait appel à elle en pour Quelques jours en septembre et deviendra son compagnon jusqu'en . Le réalisateur est par ailleurs l'ex-mari de Julie Gayet.

Elle est aussi la marraine de cinq orphelins au Cambodge[82].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En avril 2002, Juliette Binoche et plusieurs autres personnalités du cinéma français, dont Catherine Deneuve et Mathieu Kassovitz, ont assisté à un « pique-nique de protestation » pour s’opposer au licenciement du président de Canal+, Pierre Lescure, par la société Vivendi Universal[83].

Le , elle a participé à une manifestation organisée par Reporters sans frontières en soutien à Jill Carroll et à deux journalistes iraquiens enlevés à Bagdad[84].

Elle a participé à une manifestation donnée par le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) le pour mettre en lumière les problèmes de fiscalité et de légitimité auxquels sont confrontés les travailleurs sans papiers en France[85]. Lors du Festival de Cannes 2010, elle s’est prononcée contre la détention du réalisateur iranien Jafar Panahi, incarcéré à la prison d’Evin à Téhéran le . Lors de la conférence de presse qui a suivi la projection de Copie conforme, elle a été informée que Panahi avait entamé une grève de la faim[86]. Le lendemain, elle assista à une conférence de presse convoquée spécialement pour exiger la libération de Panahi. Abbas Kiarostami, Mohsen Makhmalbaf et Gilles Jacob étaient également présents. Juliette Binoche a lu une lettre qui soulignait que la détention de Panahi était « injustifiée et intolérable ». Lorsque elle a reçu le prix de la meilleure actrice au festival, brandissant son nom sur une pancarte, elle a profité de son discours pour soulever à nouveau le sort de Panahi[87]. Le 25 mai, il a été annoncé que Panahi avait été libéré sous caution. Il était généralement admis que la publicité que Binoche et Kiarostami avaient suscitée pour son cas était un facteur important de sa libération[86]. Le , Panahi, après avoir été poursuivi pour « rassemblement et collusion avec l’intention de commettre des crimes contre la sécurité nationale du pays et la propagande contre la République islamique », a été condamné à six ans de prison et à une interdiction de 20 ans de faire ou de réaliser des films, d’écrire des scénarios, de donner toute forme d’interview avec des médias iraniens ou étrangers, ainsi que de quitter le pays. Elle continue de faire du lobbying en son nom[88].

En , à la suite de la démission de Nicolas Hulot, elle lance avec l'astrophysicien Aurélien Barrau une tribune à la une du journal Le Monde contre le réchauffement climatique, intitulée « Le Plus Grand Défi de l'histoire de l'humanité », cosignée par 200 personnalités[89]. En , elle tourne dans la vidéo d'appui de la pétition écologique de l'Affaire du siècle[90] qui rencontre un succès inédit[91] et collectera le nombre record de 2 300 000 signatures[92].

En , elle signe, avec également 500 autres, l'appel au Lundi vert[93]. La même année, elle affiche son soutien au mouvement des Gilets jaunes et déclare comprendre la raison du mouvement[94]. Elle co-signe également en , parmi 1 400 personnalités du monde de la culture, la tribune « Nous ne sommes pas dupes ! », publiée dans le journal Libération, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes et affirmant que « Les gilets jaunes, c'est nous »[95]. Toujours en , elle signe l'appel lancé par l'association Des lits solidaires (association œuvrant pour l'accueil, le suivi et l'hébergement des migrants mineurs et isolés), en soutien à un jeune migrant enfermé en camp de rétention[96]. En février 2019, lors d’une conférence de presse au Festival international du film de Berlin, elle a déclaré que Harvey Weinstein était un grand producteur et « nous ne devrions pas oublier, même si cela a été difficile pour certains réalisateurs et acteurs, et en particulier les actrices »[97]. Elle a également déclaré : « J’ai presque envie de dire la paix à son esprit et à son cœur, c’est tout, j’essaie de mettre mes pieds à sa place. Il en a assez, je pense. Beaucoup de gens se sont exprimés. Maintenant, la justice doit faire son travail. »[98].

Politique[modifier | modifier le code]

Elle a déclarée à plusieurs reprises qu’elle n’approuvait pas l’administration Sarkozy, déclarant que le président était en train de créer une république monarchique[99].

En mai 2018, elle a co-écrit une tribune dans le journal Le Monde, dans laquelle elle s’est opposée au procès intenté par la justice Français à trois personnes qui avaient aidé des migrants, et a déclaré qu’elle avait déjà aidé des migrants dans le besoin et qu’elle avait l’intention de continuer à le faire[100].

Propos sur les attentats du 11 septembre[modifier | modifier le code]

En , elle donne son avis sur les attentats du 11 septembre pendant le tournage de Quelques jours en septembre, film d’espionnage qui raconte que plusieurs groupes d’intérêts, dont les services secrets américains, étaient au courant d’une attaque imminente sur les États-Unis, tournage pendant lequel elle discute avec un agent secret, consultant pour le film, et déclare ensuite dans un journal anglais : « Il ne pouvait pas tout me révéler, mais il m’en a dit beaucoup ». « J’ai été surprise par certaines choses ». Pour elle, la CIA et d’autres acteurs étaient au courant[101].

Propos concernant la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

Le , elle publie dans Le Monde avec Aurélien Barrau et un collectif de 200 personnalités un appel aux dirigeants et citoyens intitulé « Non à un retour à la normale » pour changer en profondeur nos modes de vie, de consommation et nos économies à la suite de la pandémie de Covid-19[102].

Toujours dans le contexte de la pandémie de Covid-19, elle se fait début mai 2020 le relais de thèses complotistes anti-5G, anti-vaccins, contre Bill Gates et contre l'industrie pharmaceutique en général par le biais de son compte Instagram[103],[104],[105]. Dans une entrevue accordée à RTL, elle déclarera « C'était des questions [...] J'aimerais bien que toute cette énergie aille plutôt à essayer de comprendre les causes de ces pandémies. »[106]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Meilleures entrées[modifier | modifier le code]

Liste des films avec Juliette Binoche ayant attiré au moins un million de spectateurs en France
Films Réalisateur Années France (entrées)
1 Le Hussard sur le toit Jean-Paul Rappeneau 1995 2 494 053
2 Le Patient anglais Anthony Minghella 1996 2 149 284
3 Paris Cédric Klapisch 2008 1 723 642
4 L'Insoutenable Légèreté de l'être Philip Kaufman 1988 1 264 505
5 Trois Couleurs : Bleu Krzysztof Kieślowski 1993 1 237 416
6 Décalage horaire Danièle Thompson 2002 1 069 417
7 Ghost in the Shell Rupert Sanders 2017 1 018 516

Théâtre, danse et chanson[modifier | modifier le code]

Livre audio[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense Catégorie Année Film Statut
Drapeau de la France France
César Meilleure actrice 1986 Rendez-vous Nomination
1987 Mauvais Sang Nomination
1992 Les Amants du Pont-Neuf Nomination
1993 Fatale Nomination
1994 Trois couleurs : Bleu Lauréat
1996 Le Hussard sur le toit Nomination
2001 La Veuve de Saint-Pierre Nomination
2003 Décalage horaire Nomination
2015 Sils Maria Nomination
2018 Un beau soleil intérieur Nomination
Globes de Cristal Meilleure actrice Nomination
Lumières de la presse internationale Meilleure actrice 2011 Copie conforme Nomination
2014 Camille Claudel 1915 Nomination
2015 Sils Maria Nomination
2018 Un beau soleil intérieur Nomination
Prix Romy-Schneider Meilleur espoir 1986 Lauréat
Prix Suzanne-Bianchetti Meilleur espoir 1987 Lauréat
Festival du film de Cabourg Swann d'or de la meilleure actrice 1997 Le Patient anglais Lauréat
2019 Celle que vous croyez Lauréat
UniFrance French Cinema Award 2018 Pour le rayonnement du cinéma français à l'international Lauréat
Drapeau des États-Unis États-Unis
Oscars Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Lauréat
Meilleure actrice 2001 Le Chocolat Nomination
Screen Actors Guild Awards Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Lauréat
Meilleure distribution Lauréat
Meilleure actrice 2001 Le Chocolat Nomination
Meilleure distribution Nomination
Golden Globes Meilleure actrice - Film dramatique 1994 Trois couleurs : Bleu Nomination
Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Nomination
Meilleure actrice - Film musical ou comédie 2001 Le Chocolat Nomination
Chicago Film Critics Association Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Nomination
Chlotrudis Awards Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Lauréat
Dallas-Fort Worth Film Critics Association Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Nomination
Hawaii International Film Festival Meilleure actrice 2010 Copie conforme Lauréat
Georgia Film Critics Association Awards Meilleure actrice 2012 Lauréat
Festival international du film de Seattle Meilleure actrice 2014 L'Épreuve Nomination
Southeastern Film Critics Association Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Nomination
St. Louis Film Critics Association Meilleure actrice 2006 Par effraction Nomination
Imagen Awards Meilleure actrice 2016 Les 33 Lauréat
International Cinephile Society Awards Meilleure actrice 2009 Le Voyage du ballon rouge Nomination
2012 Copie conforme Nomination
2014 Camille Claudel 1915 Nomination
Meilleure actrice - Cannes 2014 Sils Maria Lauréat
Meilleure actrice 2016 Nomination
Meilleure actrice dans un second rôle 2018 Ma Loute Nomination
Meilleure actrice 2019 Un beau soleil intérieur Nomination
Village Voice Film Poll Meilleure actrice 2008 Le Voyage du ballon rouge Nomination
2011 Copie conforme Nomination
2015 Sils Maria Nomination
Tony Awards Meilleure comédienne 2001 Trahisons Nomination
Theatre World Awards Meilleure comédienne 2001 Lauréat
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
BAFTA Meilleure actrice dans un second rôle 1997 Le Patient anglais Lauréat
Meilleure actrice 2001 Le Chocolat Nomination
BIFA Meilleure actrice 2006 Par effraction Nomination
London Film Critics Circle Meilleure actrice 2006 Caché Nomination
Blank map of Europe cropped.svg Europe
Mostra de Venise Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine 1993 Trois couleurs : Bleu Lauréat
Prix Pasinetti - Meilleure actrice Lauréat
Berlinale Caméra de la Berlinale Contribution spéciale Lauréat
Ours d'argent de la meilleure actrice 1997 Le Patient anglais Lauréat
Festival de Cannes Prix d'interprétation féminine 2010 Copie conforme Lauréat
Prix du cinéma européen Meilleure actrice 1992 Les Amants du Pont-Neuf Lauréat
1997 Le Patient anglais Lauréat
2005 Caché Nomination
2018 Un beau soleil intérieur Nomination
Prix du public de la meilleure actrice 2001 Le Chocolat Nomination
Achievement in World Cinema Award 2019 Pour l'ensemble de sa carrière Lauréat
Festival du film de Zurich Golden Icon Award 2020 Lauréat
Drapeau de l'Espagne Espagne
Prix Goya Meilleure actrice 2016 Personne n'attend la nuit Nomination
Prix José María Forqué Meilleure actrice Nomination
Prix Sant Jordi du cinéma Meilleure actrice étrangère 1994 Trois couleurs : Bleu Lauréat
Les Amants du Pont-Neuf Lauréat
Fatale Lauréat
Drapeau de l'Estonie Estonie
Festival du film Nuits noires de Tallinn Meilleure actrice 2013 Camille Claudel 1915 Lauréat
Drapeau de l'Italie Italie
David di Donatello Meilleure actrice 2016 L'Attente Nomination
Ruban d'argent Prix européen 2016 Lauréat
Drapeau de la Norvège Norvège
Prix Amanda Meilleure actrice 2014 L'Épreuve Nomination
Festival international du film de Kosmorama Meilleure actrice Nomination
Drapeau de la Suède Suède
Festival international du film de Göteborg Dragon Award 2018 Pour l'ensemble de la carrière Lauréat


Récompenses[modifier | modifier le code]

L'actrice récompensée en octobre 2015.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Family tree - Częstochowa & Juliette Binoche », sur web.archive.org, (consulté le )
  2. a et b « Juliette Binoche Biography (1964-) », sur www.filmreference.com (consulté le )
  3. a et b « Moja babcia była Polką - Częstochowa - Naszemiasto.pl », sur web.archive.org, (consulté le )
  4. Juliette Binoche annonce la mort de son père Jean-Marie, à l'âge de 86 ans : "Bibi est parti" Clément Garin, Closer, 29 juillet 2019.
  5. Yasmine Choukairy, « Juliette Binoche: son “enfance cabossée” », Gala, 25 avril 2016.
  6. (en) Dayna Oscherwitz, MaryEllen Higgins, The A to Z of French Cinema, Scarecrow Press, , p. 56.
  7. Jean-Louis Beaucarnot, Frédéric Dumoulin, Dictionnaire étonnant des célébrités, First Éditions, , p. 27.
  8. « Znamy ich z hollywoodzkich produkcji. Te światowe gwiazdy mają polskie korzenie! ZDJĘCIA », sur niezalezna.pl (consulté le )
  9. « Juliette Binoche: Femme fatale - Telegraph », sur web.archive.org, (consulté le )
  10. a et b Joséphine Simon-Michel, « Juliette Binoche : "J’ai vécu l’abandon des deux parents" », sur .parismatch.com, .
  11. a b et c Inside the Actors Studio; Lipton, James; 27 October 2002; season 9, episode 2
  12. Juliette Binoche : Elle pleure son père ! julia Neuville, France Dimanche, 30 juillet 2019.
  13. « Littérature: les choix de Juliette Binoche », sur Radio France, (consulté le )
  14. (en) Elizabeth Sleeman, The International Who's Who of Women 2002, Psychology Press, , p. 59.
  15. Entretien avec Juliette Binoche, par Charlotte Garson, Les Cahiers du cinéma, no 625, juillet-août 2007, p. 24.
  16. Savez-vous mangez les chamallows ? avec Juliette Binoche.
  17. a b c d et e « L'année Juliette », Première,‎ , p. 83
  18. (en-US) Fernando F. Croce, « Review: Hail Mary », sur Slant Magazine, (consulté le )
  19. a et b (en-US) Condé Nast, « Juliette Binoche: The First Act », sur The New Yorker, (consulté le )
  20. a b c d e f et g (de) Katharina Blum, Juliette Binoche die unnahbare Schöne, (ISBN 978-3-453-08129-1 et 3-453-08129-3, OCLC 243808014, lire en ligne)
  21. a b c et d Cahiers du Cinema, n°448, Octobre 1991
  22. Première n°132, Mars 1998
  23. Première n°132, Mars 1998
  24. (en-US) Walter Goodman, « Film Festival; 'Bad Blood,' From France », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  25. Première n°112, Juillet 1986
  26. « BFI | Sight & Sound | June 2000 », sur web.archive.org, (consulté le )
  27. « Juliette Binoche répète " la Mouette " à l'Odéon Face au public », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en-US) Vincent Canby, « Review/Film; Lovers on the Streets of Paris, Literally », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  29. « European Film Academy » EFA » 1992 », sur web.archive.org, (consulté le )
  30. Mike Figgis, Digital filmmaking, Faber and Faber, (ISBN 978-0-571-22625-2 et 0-571-22625-6, OCLC 77271150, lire en ligne)
  31. Hollywood Reporter. Vol. 318. Iss 35-50. p. 9. 16 août 1991
  32. (en) Guardian Staff, « Wherefore arthouse, Juliette? », sur the Guardian, (consulté le )
  33. « Rencontre », Fémina, no 646,‎ , p. 14.
  34. Laetitia Ratane, Pourquoi Juliette Binoche a dit trois fois "non" à Spielberg, in allociné, 27 mars 2017
  35. « Blue - Trailer - Showtimes - Cast - Movies - New York Times », sur web.archive.org, (consulté le )
  36. « César 1994 », sur www.cinema-francais.fr (consulté le )
  37. « Oscars : Isabelle Huppert espère imiter Marion Cotillard et Juliette Binoche », La Parisienne,‎ 2017-02-25cet07:57:26+01:00 (lire en ligne, consulté le )
  38. AlloCine, « Prix et nominations de Juliette Binoche », sur AlloCiné (consulté le )
  39. « Le Hussard sur le toit (The Horseman on the Roof) (1995) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le )
  40. « Le Hussard sur le toit / The Horseman on the Roof / Rappeneau / Juliette Binoche », sur web.archive.org, (consulté le )
  41. Jean-Paul Rappeneau, Le hussard sur le toit, Hachette Première, Canal+, Centre Européen Cinématographique Rhône-Alpes, (lire en ligne)
  42. « Le hussard sur le toit », sur Académie des César (consulté le )
  43. « A Couch in New York - Trailer - Cast - Showtimes - NYTimes.com », sur web.archive.org, (consulté le )
  44. « Un Divan à New York (1996) Movie Review – MRQE », sur web.archive.org, (consulté le )
  45. « Un divan à New York de Chantal Akerman - (1996) - Comédie sentimentale » (consulté le )
  46. « Un divan à New York », sur Les Inrocks (consulté le )
  47. (en) « The 69th Academy Awards | 1997 », sur Oscars.org | Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le )
  48. « Juliette Binoche célèbre les 20 ans du film «Le Patient Anglais» », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  49. « 'How did I survive my childhood?' », sur www.telegraph.co.uk (consulté le )
  50. SensCritique, « La Veuve de Saint-Pierre - Film (1999) - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le )
  51. (en) « The Widow of Saint-Pierre » (consulté le )
  52. « HFPA - Awards Search », sur archive.ph, (consulté le )
  53. « BFI | Sight & Sound | Code Unknown (2000) », sur web.archive.org, (consulté le )
  54. (en) « CODE INCONNU - Festival de Cannes », sur www.festival-cannes.com (consulté le )
  55. (en-US) « The Tony Award Nominations », sur www.tonyawards.com (consulté le )
  56. « Chocolat », sur Box Office Mojo (consulté le )
  57. « Chocolat - IMDb » (consulté le )
  58. (en-US) Nytimes.
  59. (en-US) « The Exquisite Agony of Love, With a Movie Star and a Choreographer », The New York Times, .
  60. (en-US) « Actress and Dancer, Joined in Passion », The New York Times, .
  61. « BBC - Imagine - Dangerous Liaisons: When Akram met Juliette », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  62. Cf. le blog de Playboy
  63. Céline Fontana, « Julianne Moore : les combats d'une femme libre », sur TVMag.LeFigaro.fr, (consulté le ).
  64. Anthony Lane, « Peak Performances », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le )
  65. AFP, « Juliette Binoche en aventurière polaire en ouverture de la 65e Berlinale », Le Point,‎ (lire en ligne).
  66. Maria Malagardis, « Parlez-nous d’elle », Libération,‎ (lire en ligne).
  67. Christopher Ramoné, « Juliette Binoche, présidente romantique du Festival du film de Cabourg 2015 », sur purepeople.com, (consulté le ).
  68. « Cabourg 2015 : Binoche présidente, Huppert et Donzelli en sélection », sur allocine.fr, (consulté le ).
  69. Isabel Coixet, Parler de Rose, prisonnière de Hissène Habré, Miss Wasabi, (lire en ligne)
  70. Bruno Dumont, Ma Loute, 3B Productions, Twenty Twenty Vision Filmproduktion GmbH, Pallas Film, (lire en ligne)
  71. (en) « Polina, danser sa vie », sur IMDb
  72. « Juliette Binoche crée une entreprise féministe de production », sur www.rtl.fr (consulté le )
  73. « Juliette » Accès libre, sur IMDb
  74. Quentin Billet-Garin, « Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale 2019 », Les Inrocks, 11 décembre 2018.
  75. a b et c « Juliette Binoche », sur IMDb (consulté le )
  76. Frédéric Zamochnikoff, Annie Girardot selon son coeur, Flair Production, (lire en ligne)
  77. « Juliette Binoche et Benoît Magimel réunis dans un film d'époque », sur BFMTV (consulté le )
  78. « Juliette Binoche dans les rouages de la « Fabrique des pandémies » », sur L'Obs, (consulté le )
  79. Marie-Ève de Grave, Michael Haneke, Cineaste of our Times, ARTE, Cinétévé, ORF, (lire en ligne)
  80. « Cinéma : Juliette Binoche sera mise à l’honneur au festival de Saint-Sébastien », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne Accès libre)
  81. « Juliette Binoche : Olivier Martinez, Benoît Magimel... Les hommes de sa vie », sur puretrend.com, (consulté le ).
  82. Télé Star, no 1495, p. 24.
  83. « Les révoltés de Canal + », sur ladepeche.fr (consulté le )
  84. « Paris demonstration in support of Jill Carroll and two Iraqi journalists held hostage - Reporters Without Borders », sur web.archive.org, (consulté le )
  85. « Juliette Binoche, Antoine de Caunes, Guy Bedos, Josiane Balasko... Une bande de Rois formidables ! », sur www.purepeople.com (consulté le )
  86. a et b (en) « Binoche’s appeal “very influential” in Iranian director's release », sur The Observers - France 24, (consulté le )
  87. « Cannes' shocker: "Uncle Boonmee" wins - Film Salon - Salon.com », sur web.archive.org, (consulté le )
  88. « Festival de Cannes - From 11 to 22 may 2011 », sur web.archive.org, (consulté le )
  89. « « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité » : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  90. Arnaud Gonzague, « "L'Affaire du Siècle" : la plainte contre l'Etat est déposée. A quoi va-t-elle servir ? », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  91. « La pétition pour le climat rencontre un succès inédit », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  92. (en) « Qui sommes-nous ? - L'Affaire du Siècle », sur L'Affaire du siècle (consulté le ).
  93. « L’appel des 500 pour un « lundi vert » : « Nous nous engageons à remplacer la viande et le poisson chaque lundi » », sur Le Monde, (consulté le ).
  94. « Juliette Binoche enfile à son tour un gilet jaune », Le Nouvel Obs, 4 février 2019.
  95. Des personnalités du monde de la culture, « « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes  ! » », Libération,‎ (lire en ligne).
  96. « Le combat d’Ariane Doublet et de Jérôme Aubry pour Alpha, le jeune Guinéen menacé d’expulsion », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne).
  97. (en-US) Etan Vlessing et Etan Vlessing, « Berlin Jury President Juliette Binoche Calls Harvey Weinstein a “Great Producer” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  98. (en) « Juliette Binoche: 'Harvey Weinstein has had enough' », sur the Guardian, (consulté le )
  99. « Julitte Binoche: "Sarkozy es un nuevo Napoléon" - Noticias sobre el mundo del cine - hoyCinema », sur web.archive.org, (consulté le )
  100. « « Nous avons aidé, nous aidons et aiderons toute personne migrante dans le besoin » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. « 11/09 : ceux qui y croient...ou un peu », L'Obs, 7 juillet 2009
  102. « « Non à un retour à la normale » : de Robert De Niro à Juliette Binoche, l’appel de 200 artistes et scientifiques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  103. « « Covid-19, vaccins et 5G : les délires complotistes de Juliette Binoche sur Instagram », France Inter,‎ (lire en ligne).
  104. « « Bill Gates, Emmanuel Macron, "Big Pharma"... Les élites devenues cibles des complotistes du coronavirus », LCI,‎ (lire en ligne).
  105. « Saez, Coupat, convois de la liberté : ce complotisme d'extrême gauche qui émerge », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  106. « Juliette Binoche est l'invitée d'Alba Ventura - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  107. https://www.ecranlarge.com/films/news/1439535-paradise-highway-une-bande-annonce-sous-tension-pour-le-thriller-style-transporteur
  108. Juliette Binoche joue Antigone, sur culturebox.francetvinfo.fr, consulté le .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]