Mont-Bernanchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mont-Bernanchon
Mont-Bernanchon
La mairie.
Blason de Mont-Bernanchon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Marie-Claude Duhamel
2020-2026
Code postal 62350
Code commune 62584
Démographie
Gentilé Montois ou Bernicomontois
Population
municipale
1 337 hab. (2019 en diminution de 2,83 % par rapport à 2013)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 02″ nord, 2° 35′ 25″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 37 m
Superficie 11,4 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Béthune
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lillers
Législatives 9e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-Bernanchon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-Bernanchon
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Mont-Bernanchon
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Mont-Bernanchon
Liens
Site web http://www.mont-bernanchon.fr

Mont-Bernanchon est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Le nom du village est souvent graphié Mont-Bernenchon.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Mont-Bernanchon est un bourg périurbain situé à 25 km au nord-ouest de Lens (Pas-de-Calais), 33 km à l'ouest de Lille et 52 km au sud-est de Dunkerque.

Il est desservi par le tracé initial de l'ex-RN 37 (actuelle RD 937) et est proche de l'autoroute A26.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de quatre communes :

Communes limitrophes de Mont-Bernanchon
Calonne-sur-la-Lys
Robecq Mont-Bernanchon
Gonnehem Hinges

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal d'Aire à Mont-Bernenchon.

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Le village est construit dans une zone de polders drainée par le Grand Nocq[1] et la Clarence, un sous-affluent de l'Escaut par la Lys[2].

le courant d'hannebecque, cours d'eau naturel de 3 km, qui prend sa source dans la commune de Hinges, se jette dans le Grand Nocq, au niveau de la commune[3].

Il est traversé par le canal d'Aire à la Bassée, canal navigable de 39 km, qui prend sa source dans la commune de Bauvin et se jette dans La Lys au niveau de la commune d'Aire-sur-la-Lys[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée, illustrant la graphie Mont-Bernenchon.

Typologie[modifier | modifier le code]

Mont-Bernanchon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[8] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béthune dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (63,7 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), forêts (6,5 %), zones urbanisées (4,8 %), prairies (4,7 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mons (1152) ; Sainte Marie et Saint Nicaise del Mont (1250) ; Mons Bernechon (1255) ; Li Mont (1256) ; Montbernechon (1306) ; Mont-Berneschon (XIVe siècle) ; Le Mont (1318) ; Le Mont-Bernanchon (1404) ; Mombernenchon (1430) ; Mont-Bernenchon (1435) ; Montbrenenchon (1469) ; Monbernanchon (1559) ; Montbernanchon (1720)[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 24 octobre 1590, est rendue une sentence de noblesse pour Jean Dumaire, seigneur du Mollinet en Boulonnais, demeurant à Montbernanchon. Il a pour armes « D'argent au chevron de sinople »[16].

Première Guerre mondiale

En avril 1918, l'avance de l'armée allemande a été contenue et stoppée un peu à l'est du village[17].

Le village a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [18].

Seconde Guerre mondiale

En mai 1940, des unités britanniques livrèrent d'importants combats pour stopper l'avance des allemands et permettre l'évacuation des armées alliées lors de la Bataille de Dunkerque[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Mont-Bernanchon était membre de la communauté de communes Artois-Lys, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[19], cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane dont est désormais membre Mont-Bernanchon.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Lillers][20]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Lillers

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la neuvième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours
(au 25 mai 2020)
Marie-Claude Duhamel   Ancienne employée
Réélue pour le mandat 2020-2026[21],[22]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Montois ou Bernicomontois.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2019, la commune comptait 1 337 habitants[Note 3], en diminution de 2,83 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0611 0871 0471 0701 0861 1121 2081 1901 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2361 1831 2491 2791 2711 2661 2631 2721 259
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2631 2691 167870868862879851902
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9088618729721 2621 1701 3291 3361 394
2015 2019 - - - - - - -
1 3631 337-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 702 hommes pour 646 femmes, soit un taux de 52,08 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,5 
5,2 
75-89 ans
6,9 
17,1 
60-74 ans
18,0 
25,2 
45-59 ans
25,2 
17,7 
30-44 ans
17,6 
15,5 
15-29 ans
15,3 
19,1 
0-14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicaise.
  • L'église Saint-Nicaise.
  • Le cometière militaire britannique (Mont-Bernanchon Churchyard), intégré au cimetière communal. Il compte des tombes de la première guerre mondiale et cinquante-cinq tombes de la seconde guerre mondiale (33 corps n'ont pu être identifiés).
  • Le Monument aux morts[17].
  • Monument élevé par le Gouvernement portugais à l’endroit où fut repoussé l’armée ennemi en avril 1918[17]
  • Stèle aux victimes 1939-1945 élevée à Saint-Venant[17].
  • Site ornithologique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Mont-bernanchon.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
d’argent à la fasce de gueules accompagnée en chef à dextre d’un lion d’azur.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Mont-Bernanchon », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Grand Nocq (E3640640 ) » (consulté le )
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Clarence (E3640620 ) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - courant d'hannebecque (E3640850) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal d'Aire à la Bassée (E35-0282 ) » (consulté le )
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Béthune », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 258.
  16. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 12, lire en ligne.
  17. a b c d et e « Mont-Bernanchon », Mémoires de pierre (consulté le ).
  18. Journal officiel du 28 septembre 1920, p. 14314.
  19. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Aïcha Noui, « Les projets des maires: à Mont-Bernanchon, un mandat positif pour pérenniser les actions avec Marie-Claude Duhamel : Sécurité, réforme des rythmes scolaires, travaux, imposition... Marie-Claude Duhamel, élue depuis dix-neuf ans à la tête de Mont-Bernanchon, est sur tous les fronts. Pas question de changer la cadence. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. C. J., « Les maires réélus à Mont-Bernenchon et Robecq », L'Écho de la Lys,‎ (lire en ligne, consulté le ) « À Mont-Bernenchon, Marie-Claude Duhamel a été réélue maire. Une sixième installation au conseil municipal ».
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mont-Bernanchon (62584) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).