Saint-Josse (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Josse
Saint-Josse (Pas-de-Calais)
La Grand-place et l'église Saint-Pierre.
Blason de Saint-Josse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Jean-Claude Descharles
2020-2026
Code postal 62170
Code commune 62752
Démographie
Gentilé Judociens
Population
municipale
1 128 hab. (2018 en diminution de 2,76 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 28′ 07″ nord, 1° 39′ 56″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 64 m
Superficie 21,1 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Josse
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Josse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Josse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Josse
Liens
Site web saint-josse-sur-mer.fr

Saint-Josse, parfois appelée Saint-Josse-sur-Mer, est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la région naturelle du Marquenterre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est constituée du village et de hameaux : Capelle, le Moulinel, Villiers.

La mer qui était au pied du village actuel du IVe siècle au VIIe siècle en est maintenant distante de 6 km.

Géologie, reliefs et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'entité géomorphologique et écopaysagère dite « Plateau de Sorrus-Saint-Josse », relique tertiaire[1].

La commune est reconnue en état de catastrophe naturelle suite aux inondations et coulées de boues du 27 au [2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Josse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[8]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[9],[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Tient son nom du saint homonyme, Saint Josse : Sanctus Jodocus (VIIIe siècle), Sanctus Judocus (1127), Sanctus Judocus supra mare (1163), Sanctus Gidocus (1198), Villa beati Judoci (1203), Saint Josse seur le mer (1245), Saint Giosse (1290), Saint-Gyosse (1319), Saint-Joos (1322), Sainct-Jodce (1583), Saint-Josse-sur-Mer (1720), Fontaines-aux-Bois, Bois-Fontaine puis Josse-sur-Mer (1793)[11].

Les habitants de la commune sont appelés les Judociens[12].

Autrefois la mer arrivait jusque Saint-Josse, d'où le sur-Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

En un lieu appelé Sidraga ou Schaderias, Josse, un prince breton du VIIe siècle (fils du roi Juthaêl) vint se retirer sous la protection du comte du Ponthieu Haymon, pour vivre en ermite et renoncer ainsi à la couronne de Bretagne.

Un petit monastère fut élevé dès le VIIIe siècle à l'endroit où le saint était mort. En 903, les moines fuyant les invasions normandes se réfugièrent en Angleterre. À leur retour leur abbaye devint un centre de pèlerinage très fréquenté en particulier par les Allemands aux XIV et XVe siècles.

L'abbaye fut supprimée en 1772, vendue puis détruite en 1789. Il ne reste plus rien de cet édifice monumental.

Dans l'église du village dont le chœur gothique date du XVIe siècle, est placée la châsse de saint Josse contenant ses reliques. De cette châsse ouverte en 1922, on a retiré le suaire de Saint-Josse, un précieux fragment de tissu oriental du Xe siècle qui est exposé à Paris au musée du Louvre.

Saint-Josse-sur-Mer fut une commune de la Picardie dite "historique", qui s'étendait jusqu'à Calais. C'est un lieu de pèlerinage très célèbre d'une renommée séculaire. Une procession a lieu le mardi de la Pentecôte. À cette occasion, la châsse contenant les reliques du saint est portée à bras vers le calvaire au sommet de la colline de Bavémont, à Airon-Saint-Vaast.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Saint-Josse dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1837 1867 Hilaire Poultier   Conseiller général
1867 1884 Carlos Hochevé    
1884 1893 François Sauguet    
1892 1896 Charles Descelers    
1896 1908 Edouard Godin    
1908 1912 Jean-Baptiste Poupart    
1912 1925 Anatole Carbonnet    
1925 1935 Gustave Rolin    
1935 1945 Charles Poupart    
1945 1957 Louis Godin    
1957 1963 Gilbert Godin    
1963 1989 Charles Carpentier    
1989 1995 Raymond Vanfleteren    
1995 2001 Jacques Santune    
2001 2008 Juliette Flament    
2008 En cours
(au 25 février 2015)
Jean-Claude Descharles   Informaticien
Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Saint-Josse-sur-Mer est un village fleuri 4 fleurs depuis la création du prix[réf. nécessaire].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Judociens[12].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 1 128 habitants[Note 3], en diminution de 2,76 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552578588633599664726754782
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
784828782810781759761788749
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
759809824801807763693820680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6225595756719141 0521 1701 1841 148
2018 - - - - - - - -
1 128--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 15,2 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 18,3 %).
Pyramide des âges à Saint-Josse en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,3 
3,6 
75 à 89 ans
5,9 
11,4 
60 à 74 ans
12,1 
23,1 
45 à 59 ans
22,4 
22,5 
30 à 44 ans
23,1 
17,1 
15 à 29 ans
14,3 
22,2 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire avec cantine, garderie et activités péri-scolaires[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre.

Le choeur de style gothique date du XVIe siècle. La nef et le clocher datent de la seconde moitié du XIXe siècle.

L'intérieur de l'édifice est éclairé par des vitraux de factures et d'époques différentes. Dans la nef à la gauche en entrant se trouvent cinq vitraux réalisés en 1913 par Dreptin & Depienne à Lille

Dans le choeur se trouvent sept vitraux réalisés en 1868 par M. Bazin à Le Mesnil-Saint-Firmin. Le vitrail central figure ci-dessous.

Dans la nef à la droite en entrant se trouvent six vitraux réalisés en 1950 par Henry Lhotellier à Boulogne-sur-Mer

  • Le monument aux morts.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'entité géomorphologique et écopaysagère dite « Plateau de Sorrus-Saint-Josse », relique tertiaire, aux milieux oligotrophes et acide abritant une flore particulière, rare voire menacée dans la région[1]. Ces milieux jouent un rôle important pour la trame verte et bleue nationale, régionale et locale. Le milieu comparable à la lande de Sorrus (dont il ne reste que des reliques) le plus proche est le plateau d'Helfaut.
Un autre élément patrimonial remarquable de la commune est le Marais de Villers, situé entre la Vallée de l'Authie et vallée de la Canche. Il est géré depuis 2000 par le Conservatoire des espaces naturels (CEN) et il accueille plus de 180 espèces de plantes, pour la plupart dépendante des zones humides, dont 30 menacées de disparition dans la région)[23]. Il fait partie du système de tourbières arrière-littorales lentement formées en derrière le cordon dunaire[23]. C'est un milieu rare où l'on trouve des habitats naturels tels que marais, roselières, cariçaies, tremblants... qui abritent notamment la Bécassine des marais, le Busard des roseaux et la Gorgebleue à miroir. Il résulte en partie de l'exploitation de la tourbe[23]. C'est un élément important de la trame verte et bleue locale et régionale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Josse, roi de Bretagne, qui abdiqua son trône pour se consacrer à la vie monastique. Il est le fondateur de la ville de Saint-Josse-sur-Mer.
  • Harry Krimer, acteur et metteur en scène (1896-1991), y a vécu et y est mort.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Josse (Pas-de-Calais) Blason
Parti d'or à trois tourteaux de gueules rangés en pal et d'or à trois bandes d'azur.
Détails
Association des armes des comtes de Boulogne à celles des comtes de Ponthieu, selon leur ancienne définition.
D'après l'Armorial du Pas-de-Calais, les tourteaux symboliseraient les trois hameaux de Saint-Josse, quant aux trois bandes, elles représenteraient les trois fleuves de Somme, d'Authie et de Canche.
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Inventaire hiérarchisé des milieux naturels et des paysages du Nord/Pas-de-Calais, réalisé sous le contrôle de Marie-Claude Gabillard, DRAE/DIREN Nord/Pas-de-Calais
  2. « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  10. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  11. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 342-343.
  12. a et b « Nom des habitants de la commune », sur habitants.fr.
  13. « Bilan du maire Jean-Claude Descharles (Saint-Josse) : l’élu, dont c’était le tout premier mandat, prêt à repartir en 2014 : Jean-Claude Descharles aura bientôt 52 ans. Il termine son premier mandat de maire de Saint-Josse, une commune qui compte un peu plus de 1 200 habitants. À l’issue de sa toute première expérience, puisqu’il n’avait jamais fait partie d’un conseil municipal, il se dit prêt à repartir avec la même équipe à une exception prêt. Un seul conseiller ne se représentera pas pour raisons personnelles. Il sera remplacé par une femme, ce qui permettra le respect de la parité sur cette liste de 15 personnes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2015).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 21 février 2015).
  15. « Les projets de Jean-Claude Descharles, maire de Saint-Josse : «Chaque projet devient compliqué» : Élu pour la première fois en 2008 et réélu en mars à la mairie de Saint-Josse, Jean-Claude Descharles, 52 ans, entend poursuivre les chantiers engagés, notamment le projet de maison du patrimoine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2015).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Évolution et structure de la population à Saint-Josse en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010).
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010).
  22. Site de la mairie.
  23. a b et c Les Blongios & le Conservatoire des espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais, Le Marais de Villers