Carte de Cassini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Extrait de la carte de Cassini : le domaine royal de Versailles.

La carte de Cassini ou carte de l'Académie est la première carte topographique et géométrique établie à l'échelle du royaume de France dans son ensemble. Il serait plus approprié de parler de carte des Cassini, car elle a été dressée par la famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini (Cassini IV) au XVIIIe siècle.

L'échelle adoptée est d'une ligne pour cent toises, soit une échelle de 1/86 400 (une toise vaut 864 lignes).

Cette carte constitue pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement a pris plus de soixante ans. Les quatre générations de Cassini se sont succédé pour réaliser ce travail. La carte ne localise pas précisément les habitations ou les limites des marais et forêts, mais le niveau de précision du réseau routier représenté est tel qu'en superposant des photos satellite orthorectifiées aux feuilles de la carte de la France, on obtient de spectaculaires résultats.

Le travail des Cassini laissa même son empreinte sur le terrain où l'on trouve encore aujourd'hui des toponymes dits « Signal de Cassini », qui révèlent les lieux où se sont effectuées les mesures de l'époque. Ces points de repères correspondent aux sommets des innombrables triangles qui formaient la trame de la carte de Cassini.

De nos jours, les chercheurs consultent fréquemment les feuilles de la carte des Cassini, soit sa forme papier en salle de lecture du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, soit sa forme numérique en ligne (voir Liens externes). Elle intéresse tout particulièrement les archéologues, les historiens, les géographes, les généalogistes, les chasseurs de trésors et les écologues qui ont besoin de faire de l'écologie rétrospective ou de comprendre l'histoire du paysage.

Aux origines[modifier | modifier le code]

Carte de France corrigée, présentée à L'Académie en 1682.

On peut considérer que l'aventure de la carte de France des Cassini trouve ses racines sous le règne de Louis XIV, avec la création de l'Académie des sciences, et les grands ambitions de Colbert concernant la marine française et les côtes de France à défendre d'une part, et l'état d'imprécision de la géographie du pays, d'autre part ; il s'avère en effet que les distances entre localités, par exemple, sont bien souvent estimées en journées de chevauchée, sans mesure réelle des parcours effectués[1].

En 1668, Colbert avise l'Académie des sciences qu'il « désirait que l'on travaillât à faire des Cartes géographiquement de la France plus exactes que celles qui y ont été faites… » ; l'astronome et géodésien Jean Picard effectue alors la première triangulation de Paris à Amiens avec sa méridienne et dresse ainsi les assises de la carte particulière des environs de Paris qu'il va suivre tout au long de sa réalisation par David Vivier[2].

Puis, dans les années 1671-1673, le Roi Louis XIV ordonne à l'Académie de « dresser une carte de toute la France avec la plus grande exactitude possible ». Picard et La Hire vont relever astronomiquement latitudes et longitudes des principales villes du littoral[3], travaux qui aboutiront aux contours de la carte de France corrigée (mais non triangulée), présentée à L'Académie en 1682.

La France triangulée[modifier | modifier le code]

La méridienne de Paris et la carte de France, 1718.

Projet de châssis géographique[modifier | modifier le code]

Cassini I

En 1681, l'abbé Picard présente à l'Académie « un projet pour faire un châssis géographique pour toute la France… présenté à Monseigneur Colbert. ». Ce châssis doit comporter « une grande traverse » triangulée qui irait de Dunkerque à Perpignan et une autre ligne « qui contournerait le royaume suivant les frontières et les côtes », en liaison avec la première[4].

Sur ce, en 1683, « Sa Majesté ordonne aux Mathématiciens de l'Académie des Sciences de continuer l'entreprise [de Picard, décédé] et de prolonger vers le Septentrion & vers le Midi jusques aux confins du Royaume, une ligne méridienne qui passât par le milieu de l'Observatoire de Paris. ». La méridienne de Paris, allant de Dunkerque à Perpignan, travail de Cassini I et Cassini II, sera terminée en 1718, après de nombreux reports. Ce sera la première ligne du futur châssis ou canevas qui va couvrir la France.

Le premier canevas géodésique[modifier | modifier le code]

Petit à petit, la France va se couvrir d'un ensemble de lignes schématiques constituées de chaînes de grands triangles de référence.

Premier canevas de grands triangles de référence de la future carte de Cassini, 1744.

Cet ensemble comprend :

  • la méridienne de Paris - de Dunkerque à Perpignan - et deux autres parallèles à la méridienne (petits cercles de la sphère terrestre qui ne sont pas des méridiens) disposées grossièrement de part et d'autre, l'une vers Nantes, l'autre assez indéfinie dans un premier temps, vers Lyon ;
  • cinq lignes perpendiculaires à la méridienne (grands cercles de la sphère terrestre qui ne sont pas des parallèles géographiques - voir figure[N 1]) : la ligne Brest-Strasbourg passant par Paris, puis au nord une ligne à la hauteur d'Amiens, et au sud, trois autres perpendiculaires respectivement au niveau d' Orléans, Lyon et Bayonne.
  • l'ensemble de ces lignes de référence sont enveloppées par la triangulation des côtes et des frontières.
Cassini II

En 1718, la méridienne de Paris est donc terminée par Cassini II, elle sera vérifiée en 1739 par Lacaille et Cassini de Thury (Cassini III)[5]. Après quinze ans d'attente, en 1733, sous l'impulsion du contrôleur général des finances Philibert Orry, le projet de travailler à la description géométrique de la France est mis en œuvre. C'est le véritable point de départ de la future carte des Cassini.

En 1733 et 1734, donc, c'est la perpendiculaire Brest-Paris-Strasbourg qui est triangulée[6], les acteurs principaux en sont Maraldi II, Cassini II et ses fils, et d'autres géographes (Delagrive, François Chevallier, et pour une moindre part Outhier). En 1736, les levés de la parallèle à la méridienne de Nantes, Saint-Malo - Nantes, seront le fait de l'abbé Outhier.

« Les côtes & les frontières méritaient bien un examen particulier, aussi ont-elles été déterminées par une chaîne de triangles non interrompue, espèce de fortification géométrique qui assure de la manière la plus inaltérable l'étendue actuelle de ce royaume[7]. »

Triangulation des côtes :

  • 1736-37 : côtes normandes et bretonnes ;
  • 1737 : Poitou et Gascogne ;
  • 1737 : de Saint-Valery à Dunkerque ;
  • 1737-38 : Bayonne - Antibes.

Les frontières terrestres seront triangulées en 1740[8].

Ce canevas initial probablement terminé autour de 1740, mais daté de 1744 sera complété pour donner la célèbre carte de 1744.

La carte des principaux triangles de 1744[modifier | modifier le code]

La carte de 1744, sans ses marges.
Cassini III

Non datée, son intitulé est Nouvelle carte qui comprend les principaux triangles qui servent de fondement à la Description géométrique de la France. Levée par ordre du Roy par Messrs. Maraldi et Cassini de Thury, de l'Académie royale des Sciences. Son échelle approximative est de 1 : 1 750 000.

C'est la carte officielle qui suit l'article de Cassini de Thury Sur la description géométrique de la France[9].

Elle comporte, comme précédemment, la Méridienne, mais avec trois parallèles et, maintenant, sept perpendiculaires, ce qui forme sur le territoire des pseudo-carrés d'environ 60 000 toises (≈117 km) de côté ; de plus, les côtes et les frontières y sont définies ainsi que leur triangulation . « Il a fallu pour l'exécution de ce projet, former sur le terrain près de 800 triangles [en tout 814 triangles réduits dans le plan horizontal], tous liés les uns aux autres et qui se terminent à 19 [plutôt 17 ou 18] bases qui servent de preuves aux vérifications ». Les instruments et les méthodes employés pour la triangulation sont ceux de l'époque ; on les retrouve sous leur vocable propre (quart de cercle, secteur) et dans l'étude des méridiennes géodésiques. Sur la carte sont aussi localisés un grand nombre de villes, bourgs, châteaux, etc., déterminés géométriquement. Dans les marges sont indiquées les distances à l'Observatoire de Paris de 440 villes, fanaux et montagnes ; plus tard y seront ajoutées latitude et longitude des lieux considérés.

Les axes de référence pour rapporter la position des points géodésiques sont respectivement la méridienne de Paris (axe des y) et sa perpendiculaire menée depuis l'Observatoire de Paris (axe des x). La Projection cartographique est de type cylindrique transverse, non conforme, calculée sur la sphère terrestre[10].

Cette carte sera accompagnée des détails des opérations de triangulation effectuées avec les angles de chaque triangle, la longueur des côtés, le résultat des calculs. Ce travail existe sous différentes formes, dans différents ouvrages ou manuscrits que l'on peut trouver à l'Observatoire de Paris, à la Bibliothèque nationale de France, à l'IGN[11].

Cette triangulation initiale et homogène de la France « exécutée par une main savante » forme ce qu'on peut appeler le réseau géodésique de premier ordre. C'est à partir de ces grands triangles que pourra se poursuivre le détail de la France en complétant les milieux des espaces non triangulés.

Pour le futur, dans un premier temps, Cassini, à travers Grandjean de Fouchy, invite « les évêques, les magistrats, les seigneurs et même les particuliers à achever le détail des endroits qui restent à lever » pour faire de nouvelles cartes particulières, mais - il insiste - en « s'assujettissant à l'échelle et aux positions de la carte générale », comme l'ont déjà fait « les Mrs de la Société royale des Sciences de Montpellier pour la carte du Languedoc ou M. l'abbé Outhier pour les plans des diocèses de Bayeux et de Sens[12] ; les plans des forêts du Roi ou les cartes particulières des frontières du royaume, qui ont été levées pour les camps des armées du Roi ».

Dans un deuxième temps, à la fin de son article Sur la description géométrique de le France - édité en 1749, Cassini prend le contre-pied de ce qu'il écrit quelques pages avant : « Nous nous réservons de donner, dans la suite, des Cartes particulières de la France, où l'on placera tous les lieux principaux qui sont tant dans l'intérieur que dans les limites du royaume. »

Triangulation complémentaire 1745-1783[modifier | modifier le code]

Entre les perpendiculaires à la Méridienne, il reste de vastes zones à couvrir de grands triangles à rattacher au réseau de premier ordre. Ces grands espaces seront triangulés par des équipes de deux ingénieurs expérimentés ayant participé à des levés des perpendiculaires précitées. Leurs outils et leurs méthodes sont les mêmes que ceux employés sur le réseau de premier ordre[13].

Dans ces zones, le réseau hydrographique de la Seine - Seine, Marne, Oise, Aube, Yonne - sera couvert, dans cet ordre, de 1747 à 1749[14].

En 1747, Cassini de Thury publie une Carte qui comprend tous les lieux de la France qui ont été déterminés par les opérations géométriques[15]. La Seine y est triangulée et le réseau tracé en Flandre par Cassini de Thury en 1746-47, pendant la guerre de succession d'Autriche y est représenté.

Plan triangulé de 60 000 toises autour de Paris, avant 1751.

Pour le reste, le maillage du pays sera effectué en fonction des cartes que Cassini va entreprendre, à la suite de la décision du Roi du 7 juillet 1747 qui dit à Cassini, dans un contexte précisé plus loin : « Je veux que la carte de mon royaume soit levée…, je vous en charge, prévenez-en M. de Machault, alors contrôleur général[16]. ».

Le maillage commencera donc au plus tôt en 1748. Cassini s'engage à accompagner les cartes qu'il va alors publier du réseau secondaire les concernant[N 2]. C'est ainsi qu'il donne dans l'Introduction à la seconde feuille occidentale de la carte de la France, levée en 1751, une planche qui « comprend l'étendue de quatre carrés de 60 000 toises… », avec l'explication correspondante « qui représente l'ouvrage de deux ingénieurs »[17].

Ainsi donc, le maillage du pays sera quasi définitif en 1783, lorsque Cassini de Thury publiera la Description géométrique de la France. À la fin de l'ouvrage, on trouve une carte de France couverte de plus de deux mille triangles (réseau primaire et secondaire)[18]. Le cuivre sur lequel elle est gravée est identique à celui de la carte de 1744, avec le même cartouche et, il en porte même la date, ce qui prête à confusion. Dans l'avertissement inclus dans la carte on peut lire : « Cette carte représente la France traversée par le Méridien de l'Observatoire Royal de Paris et par des lignes perpendiculaires et parallèles à ce Méridien, tracées à la distance de 60 000 toises les unes des autres…  ». Sur cette carte, on peut toujours voir, en plus des triangles qui définissent la France, la triangulation hors frontières, en Flandre, œuvre de Cassini de Thury, en 1746-47 ; on y trouve aussi, difficilement, les numéros d'ordre de chaque carte individuelle.

La carte générale[modifier | modifier le code]

La première carte géographique de la France publiée par l'Académie Royale des Sciences en 1747.

En 1747, les informations données par la Carte qui comprend tous les lieux de la France qui ont été déterminés par les opérations géométriques permettent de publier la première carte géographique du pays (sans triangles). Intitulée Carte de France dressée sur les observations de Mrs de l'Académie Royale des Sciences, elle est l'œuvre de Philippe Buache de la même Académie.

La France y est représentée dans ses contours avec ses côtes, ses frontières et ses cours d'eau. Les provinces sont citées, leurs limites territoriales sont définies et les principales villes y sont indiquées. Les pays limitrophes y apparaissent avec quelques détails supplémentaires (villes, fleuves, etc.).

Les coordonnées géographiques, longitude par rapport à l'Observatoire et latitude y sont seules définies. L'échelle est donnée en différentes lieues régionales.

Cette carte est probablement la première carte géographique correcte du royaume de France. Elle accompagnera, en supplément, la publication annuelle « grand public » La Connaissance des Temps éditée par la même académie.

D'autres cartes suivront, telles les cartes de Robert de Hesseln en 1786 et la nouvelle carte des départements et districts de Louis Capitaine en 1794[19].

Les cartes individuelles[modifier | modifier le code]

Une carte Cassini autour des champs de bataille en Flandre.

L'entreprise initiale 1748 - 1756[modifier | modifier le code]

Origine : décision royale[modifier | modifier le code]

En 1747, Cassini de Thury accompagne Louis XV en Flandre lors de la Guerre de Succession d'Autriche. Il est chargé d'établir des cartes locales autour des champs de batailles. Lors de la présentation d'une de ces cartes au Roi, sur site, le 7 juillet 1747, ce dernier lui précise ses exigences : « Je veux que la carte de mon royaume soit levée…, je vous en charge… »[20]. Ce sera le point de départ de l'établissement des cartes individuelles ; Cassini recevra les subsides du Roi pour cette réalisation ; il bénéficiera aussi des dispositions favorables du contrôleur général des finances et de la protection de Trudaine responsable des routes royales du royaume[21].

Levés des cartes[modifier | modifier le code]

Levé à la planchette ici, avec alidade à pinnules.
Graphomètre de Langlois défini par Cassini pour la carte éponyme.

L'entreprise nécessite des ingénieurs formés sur le terrain par des « seniors » issus des équipes ayant travaillé sur le maillage du deuxième ordre. Entre 1750 et 1756 leur nombre ira en progressant de 8 à 20. « Chargés du détail, ils étaient placés à la distance de dix mille toises les uns des autres », soit environ 20 km, et balayaient le terrain du nord au sud pendant une campagne qui durait six mois. « Rien ne devait échapper à leurs recherches. »

En campagne, sur le terrain, ces ingénieurs sont munis de planchettes, quarts de cercle, boussole. Le quart de cercle, encombrant, notamment dans les clochers, sera bientôt remplacé par un graphomètre à deux lunettes muni d'une boussole. Gradué en degrés, divisé par transversales, la résolution de l'instrument est de l'ordre de la minute de degré. Dans leurs relevés, ils se doivent de respecter les règles strictes de la triangulation : observer les trois angles des triangles, former des triangles de vérification, effectuer des tours d'horizon (360°). Pour leurs observations, ils s'informent de la toponymie du pays auprès des curés et/ou des syndics[N 3] qui les accompagnent parfois. Au travail de la journée succède celui du cabinet : mise au net de leurs notes et relevés puis ébauche des dessins de la carte du pays visité.

De retour à Paris, ils mettent au net leurs observations, calculent leurs triangles et les distances des objets sélectionnés. Ce travail terminé, ils remettent leurs registres à Cassini de Thury - aidé de son père - pour approbation. En 1757, ces ingénieurs sont rémunérés à hauteur de 4 500 livres la feuille. Quatre contrôleurs sont, eux, employés à « vérifier les calculs et à construire les cartes dans la forme où elles devaient être remises au graveur »…[22] ».

Seules deux cartes particulières seront terminées en 1756, celle de Paris et celle de Beauvais.

Détail de la feuille n° 2 de Beauvais : autour des villes de Creil, Senlis et Chantilly, 1756.

Privatisation 1756 - 1793[modifier | modifier le code]

Cassini III

En 1756, huit ans après l'origine de l'entreprise, Cassini de Thury présente donc au roi les deux premières cartes particulières du royaume. Le roi en est satisfait, mais devant les difficultés du royaume dont la guerre de Sept Ans, des coupes sombres sont effectuées dans les subventions royales. La carte de France n'est plus subventionnée. Cassini de Thury fonde alors une société de cinquante associés afin de rassembler les fonds nécessaires pour finir les levés de la carte. Des personnalités de l'époque y participent. La plus célèbre d'entre elles est la marquise de Pompadour.

Cassini IV

Plus tard, l'association des cinquante sera remplacée par des souscripteurs qui seront au nombre de 203 en 1780 ; les provinces et les généralités participeront elles aussi.

La société fut globalement bien gérée : ses comptes étaient en équilibre avec des actionnaires participant à hauteur de plus de 1 600 livres par an et par personne ; les cartes individuelles étaient vendues au prix de quatre livres, prix supérieur à ce qui se pratiquait à l'époque chez les concurrents.

Pendant cette période, les cartes sont toujours supervisées par l'Académie des Sciences et restent en dépôt à l'Observatoire de Paris.

Mort en 1784, César-François Cassini ne verra jamais l'achèvement de la carte de France. Son fils, Jean-Dominique, dit Cassini IV finira les travaux de son père ; en 1790, quinze cartes individuelles sont encore à publier[24] (voir plus loin la liste des feuilles avec leur année de publication).

Nationalisation 1793 - 1818[modifier | modifier le code]

En 1793, la France est en guerre. La carte de Cassini est une source de renseignements pour la patrie, mais aussi pour l'ennemi. Sur ordre de la Convention, elle sera donc confisquée et transférée de l'Observatoire vers le Dépôt de la Guerre[25] ; « la carte générale de France dite de l'Académie » comporte alors, d'après procès-verbal, 165 feuilles imprimées, 11 planches à la gravure et une planche au stade de dessin. Il reste 4 feuilles, dont les levés sont effectués, à jeter sur le papier[N 4]. Les actionnaires, à l'exception des émigrés seront indemnisés ; ils recevront 3 000 francs par action[26].

Pendant les 25 ans de cette période, les cartes seront retouchées et complétées par des graveurs supervisés par des ingénieurs géographes militaires. Entre 1803 et 1812, sont effectuées les principales modifications, principalement sur le réseau routier. On adjoint aux cartes une double échelle, l'une en toises et l'autre en mètres. De nouvelles cartes « claires, exactes, gravées avec soin » vont aussi concurrencer la carte de Cassini ; elles formeront « l'Atlas national » qui sera accusé de plagiat par des associés de la carte de France.

On peut grossièrement considérer que l'œuvre des Cassini est terminée en 1818[N 5]. Son établissement aura nécessité cent cinquante ans depuis la décision de Colbert ; pour leur part, les cartes individuelles, œuvre particulière de Cassini III et Cassini IV, auront demandé soixante-dix ans de travaux pour décrire la France dans ses moindres détails.

Les cartes[modifier | modifier le code]

Liste[modifier | modifier le code]

155 cartes individuelles sont prévues à l'origine ; en fait, 180 seront publiées. La liste ci-dessous correspond en priorité aux numéros des 181 feuilles levées avec leur date de publication dans l'édition d'origine[27]. Gravés sur cuivre (pour les premières par l'ingénieur géographe du Roi à Paris, Joseph-Dominique Seguin) puis tirés en noir et blanc, de nombreux jeux de cartes ont été colorés à la main, à partir du jeu aquarelle dont chaque feuille a été découpée en 2l rectangles recollés sur une toile de jute de façon à pouvoir replier la carte. Selon la légende, la reine Marie-Antoinette les trouva si belles que ce fut elle qui demanda qu'elles soient réalisées en couleur et en commanda un jeu personnel pour pouvoir le transporter en carrosse[28].

Liste des feuilles avec leur année de levé et de publication
Numéro de la feuille Dénomination Année des levés [N 6] Année de publication[N 7] N° de publication
1 Paris 1749-1755 1756 1
2 Beauvais 1751 1756 2
3 Amiens 1757 av. (avant) 1757 ca (autour de) 11
4 Abbeville - Arras 1757 1757 12
5 Saint-Omer 1756-1757 1758 19
6 Dunkerque 1757 1758 ca 14
7 Fontainebleau - Estampes (Étampes) 1750-1758 1756-1757 ? 3
8 Orléans 1751-1755 1757 ? 10
9 Gien 1758-1759 1759 ? 34
10 Bourges 1754-1759 1760 ? 48
11 La Châtre 1758-1767 1767-1768 83
12 Evaux-les-Bains 1759-1760 1760-1762 56
13 Aubusson 1760-1762 1762-1763 66
14 Mauriac 1773-1780 1789-1815 ? 158
15 Aurillac 1766-1775 1782-1783 151
16 Rodez 1766-1780 1781 144
17 Albi 1769-1774 1777-1778 113
18 Castres 1771-1775 1777 111
19 Carcassonne 1770-1778 1777 115
20 Mont-Louis - Mousset 1772-1779 1780-1781 139
20 bis ou 177 Puyceda (Puigcerda) - Prats-de-Mollo - Fort-des-Bains (Amélie-les-Bains) 1776-1779 1781 et 1815 ? 149
21 Ambleteuse - Calais - Douvres 1757 1757-1758 17
22 Boulogne 1756-1758 1758 16
23 Dieppe 1757-1759 1758 15
24 Forges-les-Eaux - Neufchâtel - (Yvetot) 1757 1759 30
25 Rouen 1766 av. 1757 8
26 Évreux - Dreux 1750-1751 corr. 1781 1757 ? 7
27 Chartres 1750-1752 1766-1767 1757 9
28 Vendôme 1753-1759 1759-1760 45
29 Blois 1753-1759 1759-1760 47
30 Loches 1753-1767 1763-1768 81
31 Le Blanc - Châteauroux - Montmorillon 1755-1765 corr. 1777 1766-1768 84
32 Dorat 1768 av. 1768 85
33 Limoges 1762-1764 1763-1776 126
34 Tulle - Arnac - Pompadour 1767-1780 1783 154
35 Sarlat 1768-1782 1783-1785 155
36 Cahors 1762-1776 1781 150
37 Montauban 1771-1774 1776-1777 108
38 Toulouse 1769-1775 1775-1776 106
39 Saint-Lizier - Saint-Martory - Pamiers 1770-1773 1776 107
40 Ax-les-Thermes 1771-1778 1780-1781 140
40 bis Andore (Andorre) 1777 1782 n.r.
41 Lille 1752-1758 1758 ? 18
42 Cambrai 1754-1757 corr. 1759 1758 26
43 Laon - Noyon 1752-1757 corr. 1758 1757 13
44 Soissons 1750-1752 corr. 1767 1757 5
45 Meaux 1750-1752 corr. 1758 1757 4
46 Sens 1752 1757 6
47 Auxerre 1758 corr. 1759 1758 ? 24
48 Vézelay - Cosne-Cours-sur-Loire 1754-1758 corr.1761 1759 35
49 Nevers 1754-1758 1759 42
50 Moulins 1756-1761 1758-1763 67
51 Gannat - Saint-Pourçain 1759-1766 1764-1767 79
52 Clermont 1759-1775 1775-1776 110
53 Brioude - Issoire 1766-1769 1769 89
54 Saint-Flour 1775-1776 1779-1780 127
55 Mende 1773-1776 1779-1780 128
56 Nant - Millau 1774-1776 1776-1778 114
57 Lodève 1770-1774 1777-1778 112
58 Narbonne 1769-1773 1776-1777 109
59 Perpignan 1771-1779 1779 ? 132
59 bis ou 176 Bellegarde-sur-Azès (Le Perthus) 1771-1779 1779 ? 133
60 Le Havre 1757 corr.1758 1757 20
61 Lisieux - Honfleur 1752-1758 corr. 1759 1758 ? 27
62 Argentan - Falaise 1752-1759 1761 ? 57
63 Alençon 1755-1763 1769 91
64 Le Mans 1755-1763 1765 76
65 Tours 1760-1764 1765 78
66 Richelieu - Saumur 1756-1763 1760-1765 75
67 Poitiers 1765-1767 1767-1770 92
68 Charroux 1766-1769 1770-1773 104
69 Angoulême 1766-1768 1772-1777 117
70 Périgueux 1766-1768 1773-1779 121
71 Bergerac 1762-1766 1789-1815 ? 163
72 Castillonnes - Villeneuve - La Réole 1761-1765 1783 159
73 Agen 1769-1778 1784 ? 160
74 Auch 1768-1770 1769-1770 96
75 Tarbes 1768-1770 1770-1771 98
76 Bagnères-de-Luchon - Barèges
Bagnères-de-Bigorre
1772-1778 1779-1781 141
77 Rocroi 1756-1759 1759-1760 40
78 Mézières (Charleville-Mézières - Sedan) 1755-1759 1759-1760 43
79 Reims 1757-1759 1758-1760 39
80 Chaalons (Châlons-sur-Marne) 1754-1758 1757 25
81 Troyes 1758 corr. 1760 1759 ? 31
82 Tonnerre 1752-1758 corr. 1759 1759 ? 33
83 Semur - Montbard 1752-1758 corr. 1762 1758 29
84 Autun 1754-1758 1759 32
85 Châlons (Chalon-sur-Saône) 1757-1759 1759 36
86 Mâcon 1757-1760 1759-1761 54
87 Lyon 1758-1762 1760-1761 53
88 Saint-Étienne - Saint-Marcellin 1762-1765 1765-1767 80
89 Le Puy 1773-1777 1781 ? 143
90 Viviers[Laquelle ?] 1772-1776 1778-1779 123
91 Nîmes 1772-1776 1778-1781 138
92 Montpellier 1770-1776 1776-1778 116
93 Saint-Vaast-la-Hougue 1757-1758 1758 21
94 Bayeux - Caen 1754-1759 1760 38
95 Vire - Avranches 1754-1762 1761-1767 82
96 Mayenne 1763-1766 1767-1772 90
97 Laval 1761-1764 1766-1768 87
98 Angers 1763-1769 corr. 1776 1767-1771 100
99 Mortagne 176-1769 1772 102
100 Luçon 1765-1769 1768-1770 94
101 La Rochelle 1765-1769 1768-1771 97
102 Saintes 1766-1775 1771 103
103 Blaye 1767-1775 1783 152
104 Bordeaux 1762-1763 1774-1775 1778 ? 1789-1815 ? 164
105 Bazas 1763-1767 1789-1815 ? 166
106 Roquefort - Mont-de-Marsan 1778-1786 1789-1815 ? 167
107 Aire - Orthès (Orthez) 1766-1771 1771 99
108 Pau 1771-1778 1778-1779 118
108 bis ou 182 Cauterets 1772-1773 1779-1781 142
109 Montmédy - Longwy - Bouillon 1754-1766 1762 68
109 bis Saint-Hubert 1758-1759 1759 62
110 Verdun 1754-1759 1760 46
111 Toul 1756-1759 1759 41
112 Joinville 1758-1762 1762-1763 65
113 Langres 1757-1759 1760-1761 52
114 Dijon 1758-1759 1758 28
115 Dole - Auxonne 1756-1760 1761-1762 61
116 Tournus - Lons-le-Saunier 1757-1760 1758-1760 44
117 Bourg (Bourg-en-Bresse) 1757-1764 1764-1765 71
118 Belley 1758-1760 1759-1762 63
119 Grenoble 1765-1777 1779 ? 120
120 Valence 1768-1777 1777-1779 119
121 Vaison-la-Romaine 1776-1777 1779-1780 136
122 Avignon - Orange 1775-1778 1778-1779 122
123 Aix-en-Provence 1778-1779 1779 130
124 Marseilles (Marseille) 1778-17779 1779 129
125 Cherbourg 1756-1758 1757 22
126 Coutances 1756 1758 23
127 Saint-Malo - Granville 1755-1759 corr. 1788-1789 1758-1759 37
128 Dinan 1782-1789 1789-1815 ? 175
129 Rennes 1785-1787 1789-1815 ? 175
130 Paimbœuf - Redon 1784-1787 1789-1815 ? 170
131 Nantes 1783-1786 1789-1815 ? 168
132 La Roche-sur-Yon - Les Sables (Les Sables-d'Olonne) 1765-1768 1768-1770 93
133 Ile de Ré 1767-1768 1768-1772 86
134 Ile d'Oléron 1767-1769 1769 ? 88
135 Côte de Médoc 1767 1783 153
136 La Teste-de-Buch 1762-1763 ? 1789-1815 ? 165
137 Cazau (Cazaux) 1762-1763 ? 1789-1815 ? 161
138 Vieux-Boucau 1773-1784 1789-1815 ? 162
139 Bayonne 1766-1771 1771 101
140 Saint-Jean-Pied-de-Port 1770-1773 1772 105
141 Metz 1757-1762 corr. 1772 1763-1766 73
141 bis ou 175 Luxembourg 1761-1762 1763 69
142 Nancy 1754-1763 corr. 1768-1772 1758-1760 51
143 Mirecourt - Épinal 1754-1762 1761-1762 64
144 Luxeuil-les-Bains 1758-1762 1760-1761 55
145 Vesoul 1757-1759 1759-1760 49
146 Besançon 1757-1760 1759-1762 60
147 Nozeroy - Les Rousses 1757-1760 1759-1760 50
148 Genève - Gex 1759-1761 1761 58
149 Montmélian 1776 ca 1779 ? n.r.
150 Barraux 1776-1778 1779-1781 137
151 Briançon 1772-1777 1779 124
152 Embrun - Gap 1776-1777 1779 125
153 Digne 1778-1779 1782 145
154 Lorgues 1778-1780 1781 146
155 Toulon 1778-1779 1779 131
156 Tréguier 1785-1790 1789-1815 ? n.r.
157 Uzel 1780-1787 1789-1815 ? 171
158 Vannes 1789 1789-1815 ? 172
159 Belle-Isle (Belle-Ile) 1787 1789-1815 ? 169
160 Ile de Noirmoutier non publiée en individuel 131 (sur feuille de Nantes)
161 Landau - Wissembourg - (Bitche) 1755-1762 corr. 1772 1763-1766 74
162 Strasbourg 1760-1767 1768-1770 95
163 Colmar 1757-1760 1760-1761 59
164 Neuf-Brisach 1758-1763 1766 77
165 Basle (Bâle) 1759-1763 1763-1765 70
166 ou 180 Queiras (Château-Queyras - Chateau-Ville-Vieille) 1777 1779 ? 134
167 ou 181 Larche 1777 1779 ? 135
168 Vence 1778-1780 1781 ? 147
169 ou 167 Antibes 1778-1780 1781 ? 148
169 bis ou 182 Cap Camarat 1778 1778 ? 131
170 ou 168 Saint-Pol-de-Léon 1781-1782 1783-1784 156
171 Carhaix - Plouguer - Brest 1782-1783 1784 173
172 Quimperlé - Ile de Groix - Quimper 1783 1789-1815 ? 169
173 ou 171 Philippburg (Philippsburg) 1759-1763 1761 72
174 ou 172 Ile d'Ouessant (Ouessant) 1782-1786 1789-1815 ? 157
175 ou 173 Audièrene (Audierne) - Rade de Brest 1786 1789-1815 ? 174

Les départements de la Savoie, de la Haute-Savoie et une partie de celui des Alpes-Maritimes ne faisaient pas partie du Royaume de France à l’époque des levés opérés au XVIIIe siècle. Ils ne sont donc pas représentés sur la carte de l’Académie. De plus, l'île d'Yeu et la Corse ne seront jamais levées.

Tableau d'assemblage de la carte générale de la France, 1797, collection Rumsey.

La plupart des feuilles ont fait l'objet d'une nouvelle édition datée de 1815.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Elles sont à l'échelle d'une ligne pour cent toises (1 : 86 400), toujours référencées en coordonnés rectangulaires par rapport à l'Observatoire (les distances par rapport à la méridienne et à sa perpendiculaire sont inscrites dans les angles de chaque carte). Les feuilles sont de 24 pouces sur 35 (65 x 95 cm). On peut donc y représenter des cartes de 40 000 x 25 000 toises, soit 78 x 49 km[29].

Y sont représentés les invariants du paysage : « Villes, bourgs, villages, châteaux, chapelles, hameaux… avec les lignes figurant les rivières et les grands chemins, etc. Les cartes individuelles ne comportent pas de légende. Seul le tableau d'assemblage de la carte précédente donne des « explications sur les caractères géographiques employés »[30].

Détail de la légende de la carte générale de la France.
Table des distances par rapport à l'Observatoire ; feuille de Paris, vers 1756.

Les cartes comportent de nombreuses abréviations, aujourd'hui parfois peu explicites. Monique Pelletier, dans son ouvrage, en cite un très grand nombre dans une annexe où elles sont classées par ordre alphabétique.

En complément, pour chaque carte, Cassini de Thury propose pour 20 sols une Table alphabétique de la distance des paroisses et principales abbayes à la Méridienne & Perpendiculaire de Paris. Il donne en plus, dans les premières introductions des feuilles publiées, des exemples de calcul pour déterminer la distance entre deux lieux cités, suivant les méthodes logarithmiques de l'époque[31]. Il donne aussi une table plus simple pour parvenir aux mêmes résultats, faisant abstraction des logs[32].

Dans l'Introduction à la seconde feuille occidentale de la carte de la France[33], feuille 26 d'Évreux, il indique comment « on trouvera facilement la longitude & la latitude de tous les lieux que la Carte représente. » Il donne une première méthode lorsque la différence de longitude est inférieure à un degré et une seconde dans le cas contraire. Ces deux méthodes supposent la terre sphérique et font appel à la trigonométrie sphérique.

Les tables alphabétiques semblent n'avoir été publiées que pour quarante neuf tables qui ont été collationnées par la BnF en un Recueil factice des introductions et des tables alphabétiques, publiées par Cassini de Thury pour accompagner chacune des feuilles de sa Carte des pays traversés par la méridienne de l'Observatoire de Paris[34].

Galerie[modifier | modifier le code]

Après la carte de Cassini[modifier | modifier le code]

En 1808, Napoléon Ier décide d'établir une carte destinée à remplacer celle de Cassini ; toutefois durant tout l'Empire, les ingénieurs-géographes qui devaient s'y attacher eurent à accomplir des travaux plus pressants : cartes des champs de batailles[35], travaux topographiques sur les frontières du Nord... Ainsi il fallut attendre la Seconde Restauration pour que la mise en œuvre de cette nouvelle carte puisse débuter avec les premiers travaux d'une triangulation appuyée sur la méridienne de Delambre et Méchain. Les travaux de cette carte s'étalèrent entre 1817 et 1866, en essayant plusieurs échelles différentes. Ce fut une carte à l'usage des militaires, la carte d'État-Major, à l'échelle 1/80 000 dont les premières feuilles furent publiées à partir de 1833. Malgré l’existence de ces dernières cartes, bien plus exactes, les cartes de Cassini sont encore restées une source pour la cartographie du XIXe siècle. En témoigne la carte de France du Service du génie militaire de 1878[36] dont les tracés des cours d'eau et les noms des divers villes et villages reprennent les tracés et les graphies des cartes de Cassini.

Utilisations contemporaines[modifier | modifier le code]

Ces cartes, bien que peu précises concernant les données paysagères, apportent - en complément d'autres sources - des informations intéressantes pour :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur la figure, les perpendiculaires théoriques sont en rouge et les parallèles déformées par la projection employée sont en trait fin noir.
  2. Cet engagement semble avoir été vite abandonné : après la publication de la seconde feuille dont on parle ci-dessous, probablement.
  3. Les autorités locales étaient responsables des toponymes et s'engageaient en signant les feuilles où étaient consignées ces indications préparatoires : voir l'introduction à la feuille de Sens accès en ligne.
  4. La carte de la France comportera donc 181 feuilles à cette date.
  5. Des corrections ou modifications y seront encore apportées en 1830.
  6. Abréviations : corr. : corrigé ; "?" : sans date
  7. Indic. "?" : à l'origine sans date.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur l'imprécision et les erreurs des cartes voir dans Cassini de Thury, Histoire de l'Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique… : Sur la description géométrique de la France, Paris,‎ (lire en ligne), p. 554-556.
  2. Voir Monique Pelletier 2013, p. 53-56 ; voir les sources : Registres de l'Académie des sciences, t. 3,‎ 1668-1669 (lire en ligne), p. 25 v°, 30 r°,53 r°, 109 r°, 117 v°.
  3. Voir Les observations de l'abbé Picard ; source : Académie des sciences (France), Mémoires de l'Académie royale des sciences : depuis 1666 jusqu'à 1699, t. VII-I, Paris,‎ (lire en ligne), p. 329 et suivantes.
  4. Procès-verbaux de l'Académie royale des sciences, t. 9 (lire en ligne), fol. 96 r. et 97 r.
  5. Voir « La Méridienne vérifiée » sur Gallica : accès en ligne.
  6. Voir les articles dans l'Histoire de l'Académie royale des Sciences sur Gallica : Paris - St Malo et Paris - Strasbourg.
  7. Grandjean de Fouchy d'après Cassini de Thury, Histoire de l'Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique… : Sur la description géométrique de la France, Paris,‎ (lire en ligne), p. 75 § 2.
  8. Référence principale Monique Pelletier 2013, p. 94-102.
  9. Voir l'article dans Cassini de Thury, Histoire de l'Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique… : Sur la description géométrique de la France, Paris,‎ (lire en ligne), p. 554-560.
  10. Jean-Jacques Levallois 1988, p. 27
  11. Voir Monique Pelletier 2013, p. 103-104,
  12. Voir les travaux de l'abbé Outhier à la BnF : accès en ligne.
  13. Monique Pelletier 2013, p. 134-135
  14. Monique Pelletier 2013, p. 135, note 11.
  15. Voir la carte qui comprend tous les lieux de la France qui ont été déterminés par les opérations géométriques : Vue 1 / 2.
  16. Monique Pelletier 2013, p. 108
  17. Cassini de Thury, Introduction à la seconde feuille occidentale de la carte de la France,‎ (lire en ligne), p. 10
  18. Voir dans Google books : Cassini de Thury, Description géométrique de la France,‎ (lire en ligne), p 216 du pdf ; voir la carte : dans David Rumsey
  19. Voir les cartes de Robert de Hesseln : accès en ligne, et la carte des départements de Louis Capitaine, conservateur de la carte Cassini à l'Observatoire de Paris : accès en ligne. ; sur Louis Capitaine voir la ressource BnF :accès en ligne
  20. Détails dans Monique Pelletier 2013, p. 108-109
  21. Monique Pelletier 2013, p. 132
  22. Pour les levés des cartes voir Cassini de Thury, Avertissement ou Introduction à la carte générale et particulière de la France,‎ s.d., probablement 1756 (lire en ligne), p. 7-8. Cette introduction accompagne la feuille de Paris.
  23. Original sur papier. Service historique de l'Armée de Terre, 3 M 395 [PDF].
  24. Sur le privatisation voir Monique Pelletier 2013, p. 159-185
  25. Voir le manuscrit Livre des délibérations de la compagnie associée pour la confection de la carte générale de France / Cassini,‎ 1757-1793 (lire en ligne)
  26. Sur la nationalisation voir Monique Pelletier 2013, p. 187-204
  27. Monique Pelletier 2013, p. 277-288 et diverses sources documentaires dont la BnF-Gallica accès en ligne et la cartothèque de l'IGN.
  28. François de Dainville, Michel Mollat, La cartographie reflet de l'histoire, Slatkine,‎ , p. 75
  29. Monique Pelletier 2013, p. 157
  30. Voir les détails dans : Cassini, Avertissement, op. cit. ; voir aussi la légende détaillée et quelques abréviations dans le document suivant : [1] et, pour finir, le lien externe « Légende non exhaustive et illustrée de la carte ».
  31. Voir Cassini Avertissement op. cit.
  32. Voir le document BnF : Explication de la table
  33. Voir le document BnF
  34. Voir la liste des feuilles de la Carte comportant des tables accès en ligne
  35. consultable sur le site de l'IGN http://www.ign.fr/rubrique.asp?rbr_id=1875&lng_id=FR
  36. « Carte de France du Service du génie militaire de 1878 », sur Gallica
  37. Daniel Vallauri, Audrey Grel, Evelyne Granier et Jean-Luc Dupouey (2012), LES FORÊTS DE CASSINI ; Analyse quantitative et comparaison avec les forêts actuelles, Rapport WWF/INRA, Marseille, 64 pages

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Pelletier, Les cartes des Cassini, la science au service de l'état et des provinces, Paris, CTHS,‎ (ISBN 978-2-7355-0786-3)
  • Jean-Jacques Levallois, Mesurer la Terre, Paris, A.F.T.,‎ (ISBN 2-907586-00-9)
  • Daniel Vallauri, Audrey Grel, Evelyne Granier et Jean-Luc Dupouey (2012), LES FORÊTS DE CASSINI ; Analyse quantitative et comparaison avec les forêts actuelles, Rapport WWF/INRA, Marseille, 64 pages + CD.
  • Carte de Cassini - Carte manuscrite de la rive droite de la Vallée de la Vesdre par les ingénieurs géographes français avec la collaboration de Cassini, 1745-1748. Vincennes, Archives de la Guerre. 4.6. B 36 à 42, feuille F. in Étienne Helin, Lemoine Isabeau Claire, Bruxelles, Crédit communal, 1980.

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Visualisation[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]