Vierge de Boulogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Procession à Notre-Dame de Boulogne en août 1904.

La Vierge de Boulogne, Notre-Dame de Boulogne et Notre-Dame du Bon Retour sont les vocables retenus pour la Vierge Marie dont une apparition aux abords de Boulogne-sur-Mer au haut Moyen Âge engendra un pèlerinage catholique qui existe encore de nos jours.

L'apparition de Notre-Dame de Boulogne et le développement du pèlerinage[modifier | modifier le code]

En 636, alors que Boulogne faisait partie du royaume franc de Dagobert, les habitants furent témoins de l'accostage d'une barque, poussée par des anges, en laquelle se tenait debout une statue en bois de la Vierge Marie. Cette dernière tenait l’Enfant-Jésus sur son bras gauche. Autour d'elle, émanait un halo de paix et de lumière. Devant l'étonnement de l'attroupement, la voix de la sainte résonna et dit, avant que la manifestation ne cesse :

« Je suis l’avocate des pécheurs, la source de grâce, la fontaine de piété qui souhaite qu’une lumière divine descende sur vous et sur votre ville. Mes amis, faites, en mon nom, édifier une église. »

De cet événement relaté dans des manuscrits de la fin du Moyen Âge, se développa un pèlerinage animé par la piété et la ferveur populaire. De nombreux pèlerins s'arrêtaient à Boulogne pour prier Notre-Dame dont des rois de France et des croisés. Au XIe siècle, Sainte Ide, mère de Godefroy de Bouillon, fit bâtir une église romane dédiée à la Vierge Marie. Ce pèlerinage devint tellement connu dans les autres provinces de France que les habitants de l'Île-de-France, afin de pouvoir lui rendre hommage, créèrent un pèlerinage secondaire dans la forêt du Rouvray (dont un vestige est le Bois de Boulogne) qui allait favoriser la fondation de Boulogne-la-petite appelée de nos jours Boulogne-Billancourt

La statue de Notre-Dame de Boulogne et le pèlerinage actuel[modifier | modifier le code]

Du 28 mars 1943 au 29 août 1948, quatre reproductions de la statue nautonière (sur un bateau) de Notre-Dame de Boulogne (la sculpture est de Pierre Stenne, les copies sont moulées en 1939 et fixées sur un char à quatre roues) sillonnèrent la France. Deux de ces statues reviennent à Boulogne. À la signification spirituelle du « grand retour » de la Vierge à son port d'attache (de Lourdes à Boulogne-sur-Mer) et du retour à la foi, les Français associèrent une signification plus profane du retour de la paix et des prisonniers et déportés. L'accueil de cette statue occasionna des manifestations grandioses : arcs de triomphes, multiples décorations et mobilise des foules, pieds nus, priant et chantant. Les deux autres statues ont effectué depuis Lourdes, un pèlerinage sans retour. La première prend une voie maritime et se fixe en Martinique, la seconde prend une route à l'est, elle réside en Corse[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du MESSAGER de Notre-Dame de Liesse, sur le site soissons.catholique.fr