Maisnil-lès-Ruitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maisnil-lès-Ruitz
Maisnil-lès-Ruitz
L'église Saint-Sébastien.
Blason de Maisnil-lès-Ruitz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Marcel Pruvost
2020-2026
Code postal 62620
Code commune 62540
Démographie
Gentilé Maisnilois
Population
municipale
1 691 hab. (2021 en augmentation de 3,81 % par rapport à 2015)
Densité 328 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 10″ nord, 2° 35′ 09″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 181 m
Superficie 5,16 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Nœux-les-Mines
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Bruay-la-Buissière
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Maisnil-lès-Ruitz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Maisnil-lès-Ruitz
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Maisnil-lès-Ruitz
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Maisnil-lès-Ruitz

Maisnil-lès-Ruitz [mɛnil lɛ ʁɥi] est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La plus grande ville à proximité de Maisnil-lès-Ruitz est la ville de Bruay-la-Buissière située au nord-ouest de la commune, à 6,2 km.

La commune se situe à 12 km de Béthune, à 17 km de Liévin, à 23 km de Saint-Pol-sur-Ternoise, à 22,8 km de Lens, à 32 km d'Arras et à 52,8 km de Lille.

Carte
Les limites du territoire communal.
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Maisnil-lès-Ruitz
Ruitz
Houdain Maisnil-lès-Ruitz Barlin
Rebreuve-Ranchicourt Fresnicourt-le-Dolmen

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Il est traversé par le Fossé des Sept, d'une longueur de 5,37 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans le Fossé de Barlin au niveau de la commune de Vaudricourt[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 019 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lillers à 14 km à vol d'oiseau[4], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 731,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 1] :

  • le coteau et la forêt domaniale d'Olhain, d’une superficie de 614 hectares et d'une altitude variant de 103 à 180 mètres. Cette ZNIEFF est située au niveau de la première ligne de crête de la partie nord des collines de l'Artois[8] ;
  • le terril de Haillicourt et de Ruitz, d’une superficie de 157 hectares et d'une altitude variant de 49 à 180 mètres. Ce site, qui est composé de deux terrils coniques jumeaux (terrils 2 et 3) de 180 m d’altitude, accueille une biodiversité importante en raison de nombreux habitats présents et a la particularité d'avoir des zones humides suspendues situées sur des terrasses[9].
Carte des ZNIEFF sur la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maisnil-lès-Ruitz est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[13] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nœux-les-Mines, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 8 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,9 %), forêts (22,1 %), zones urbanisées (13,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3 %), mines, décharges et chantiers (1,6 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune, d'une superficie de 555 hectares, est située sur un axe routier important (l'A26, l'A21, D341) :

  • Lens, se situe à 20 min,
  • Arras, se situe à 25 min,
  • Lille, se situe à 40 min,
  • Amiens, se situe à 80 min.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Le Maisnil (XIIe siècle) ; Maisnilium (1210) ; Maignil, Magnil (1329) ; Maisnil-lez-Ranchicourt (1517) ; Meisnil-lez-Ruyt (1518) ; Maisnil-lès-Ruich (1720) ; Maisnil-à-Caillaux (1739) ; Mesnil-Caillou (XVIIIe siècle)[19].

Maisnil-les-Ruitz fut appelée Mesnil-Caillou en référence à la structure de son sous-sol, composé de sédiments calcaires recouverts d'une couche d'argile compacte, ce qui est favorable à la formation de grès que l'on rencontre couramment sur les terres de la commune.

De l'oïl mesnil « habitation rurale , ferme , manoir »[20].
Le blason de la ville, évoqué pour la première fois en 1557, comporte une petite maison. Maisnil était à l'origine une ferme entourée de ses champs.

La préposition « lès » permet de signifier la proximité d'un lieu géographique par rapport à un autre lieu. En règle générale, il s'agit d'une localité qui tient à se situer par rapport à une ville voisine plus grande. La commune française de Maisnil indique qu'elle se situe près de Ruitz.

Le mot flamand Ruitz, qui nomme le village voisin, est issu de l'étymon rodium, du germanique ruda, riuti ( terme de défrichement )[21], qui signifie « terre sylvatica », « terre où fuit la forêt ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village possède plusieurs fermes datant du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, ainsi qu'un presbytère du XIXe siècle.

L'église, qui fut détruite en 1915 lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), par l'explosion d'un dépôt de munitions situé dans l'école, a été reconstruite peu de temps après.

Deux calvaires sont visibles à Maisnil : l'un érigé en 1897 dans le cimetière communal, offert par la famille Cayet-Coulon et restauré en 1933 et 1999 ; et l'autre, situé à la sortie du village en allant vers Ruitz, qui a été érigé par la famille Lepilliet lorsque tous ses enfants sont revenus vivants de la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

  • Jules Caron (SFIC puis PCF), mineur, fut maire de 1936 à 1939 puis de 1947 à 1954, date de sa démission[22].
  • Gustave Cordonnier, maire PCF en 1988 (sources : JO du 12 avril 1988).
Titulaires de la fonction de maire de Maisnil-lès-RuitzVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Gustave Cordonnier (d)
( - )
8 ans Parti communiste français
Jacques Miniot (d)[23],[24]
(né en )
31 ans et 2 mois
Marcel Pruvost (d)[25],[24]
(né en )
En cours3 ans, 9 mois et 6 jours

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Le parc départemental de nature et de loisirs d'Olhain, espace de nature, de loisirs et de tourisme est situé sur le territoire de Maisnil-les-Ruitz. Le parc partage avec Fresnicourt-le-Dolmen, une partie de la forêt domaniale d'Olhain, mais surtout elle accueille dans la zone du bois des Clercs le parc départemental d'Olhain, créé par le conseil général du Pas-de-Calais en 1973. Ce parc est situé au cœur du massif forestier d'Olhain, véritable îlot de nature préservé. Il permet également la pratique de la randonnée nature.
Ouvert au public, il est chaque année, fréquenté par plus de 300 000 visiteurs en moyenne. Chaque année, le parc d'Olhain est la destination privilégiée pour l'accueil de structures de loisirs : recevoir les enfants des classes maternelles, recevoir des séjours scolaires et encadrer des activités physiques et sportives. Le parc d’Olhain est reconnu par la région Nord-Pas-de-Calais pour l’organisation des séjours «Immersion Nature»[26]. On y organise des séminaires ou formations pour les collaborateurs dans un cadre préservé de 200 hectares de forêt. Tout est réuni en un seul lieu : restauration, salles de réunion équipées (wifi) et de nombreuses activités et challenges.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village de Maisnil-lès-Ruitz est située dans l'académie de Lille.

La ville administre une école maternelle Les Tilleuls et une école élémentaire communal Les Érables.

Parmi la population de 15 à 64 ans, Maisnil-lès-Ruitz comptabilise 9,7 % d'étudiants en 2011[27].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une maison médicale : « Maisnil Santé », comprenant les services de podologie, masseur-kinésithérapeute, diététique, médecin, psychologue, sage-femme et infirmière[28].

Elle possède également une maison de retraite et EHPAD publique « EHPAD Miosotys », fondée en 2000 et disposant de 33 lits.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[30].

En 2021, la commune comptait 1 691 habitants[Note 4], en augmentation de 3,81 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238205249294317300308341307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304290314301321323317371412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4335479631 0791 0401 0281 0301 0571 179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2841 2871 2051 1921 2351 2151 4041 4311 567
2017 2021 - - - - - - -
1 6801 691-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 819 hommes pour 877 femmes, soit un taux de 51,71 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
9,4 
12,2 
60-74 ans
12,7 
19,7 
45-59 ans
16,4 
22,0 
30-44 ans
23,7 
16,3 
15-29 ans
13,9 
23,8 
0-14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

À l'occasion d’Halloween le parc d'Olhain organise une fête où l’on peut venir déguisé. Des activités pour tous les âges sont proposées comme un château hanté, une course d'orientation « Monstres » (à partir de 4 ans) qui consiste à rechercher des monstres qui se sont échappés dans le Parc…, et aussi un atelier de maquillage pour les enfants et un stand photos pour garder un souvenir de cette journée. Les activités présentes toute l’année sont aussi de la partie : Luge 4 saisons, Parcours filets et Golf miniature. Cette fête est ouverte à tous et elle est gratuite.

À l'occasion des fêtes de fin d'année, le parc d'Olhain organise des activités pour les petits et les grands. Les activités de loisirs sont toujours présentes pour l’occasion. Une chasse au Yéti est proposée, ainsi que la balade du Père Noël. Une activité de sculpture sur glace est aussi au programme[35].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Avec la forêt domaniale, le parc d'Olhain représente 450 hectares de forêt et ses nombreux équipements sportifs et loisirs : tennis, piscine, golf, mini-golf, parcours aventure dans les arbres pour adultes et enfants, parcours permanents d'orientation, parcours tyroliennes dont une de 564 m de long, à partir du belvédère de 40 m de hauteur, l'aéro-jump, la marche sur sangle, le parc constitue une destination incontournable pour des loisirs actifs; luge 4 saisons pour des sensations fortes, le plus grand parcours de filet, l’incontournable des plus petits ‘’Le village enchanté’’ et pleins d’autres activités intéressantes[36],[37]. Le département du Pas-de-Calais y organise une course à pied de 6 heures ou 24 heures où l'on peut courir en équipe ou en solo. Il s'agit d'une épreuve sportive en pleine nature ouverte aux coureurs, il faut être âgé d'au moins 16 ans. Il faut faire le maximum de tours 1 seul tour, vaut 2,5 km. En plus de ceux qui courent il y a d’autres activités, mais aussi d’autres courses pour les plus jeunes qui vont de moins de 11 ans jusqu'à 16 ans[38].

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le , le parc d'Olhain accueille la flamme olympique des Jeux olympiques d'été de 2024, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIIe olympiade, qui se dérouleront du au à Paris[39].

Football - US Maisnil[modifier | modifier le code]

L'Union Sportive Maisniloise, couramment abrégé US Maisnil ou simplement USM, est un club fondé en 1927 a plus de 200 licenciés. Les couleurs du club sont le vert et le blanc.

Le stade s'appelle le Stade Municipal.

Randonnées[modifier | modifier le code]

Aux terrils jumeaux d'Haillicourt (Les terrils du Pays à part), on peut accéder un l'un des deux terrils grâce à un petit chemin en face de la rue de Ruitz à Maisnil-lès-Ruitz. L'un des deux terrils comportent 470 marches jusqu'au sommet, ayant une vue imprenable sur les villes situées aux alentours.

Deux cônes massifs enracinés sur trois communes, Haillicourt, Maisnil-lès-Ruitz et Ruitz, près de Bruay-la-Buissière. Ces montagnes noires, formées des matières stériles remontées de la fosse no 6 de Bruay, sont nées en 1953 et 1964. Ils mesurent près de 115 mètres de hauteur.

Les terrils jumeaux de la fosse 6, faisant partie du paysage maisnilois.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2012, les habitants de Maisnil-lès-Ruitz déclarent des revenus de 1 721  par mois pour un foyer fiscal moyen, soit 20 652  par an et par foyer[40].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, il y a 706 personnes actifs et 259 personnes non-actifs.

Le taux de chômage des hommes est de 12 %, celui des femmes de 15,3 %, soit un chômage de 13,5 % au total.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Depuis le , la valeur universelle et historique du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais est reconnue et inscrite sur la liste du patrimoine mondial l’UNESCO. Parmi les 353 sites, répartis sur 109 lieux inclus dans le périmètre du bassin minier, le site no 91 est constitué de sa cité pavillonnaire no 7, à Barlin et Maisnil-lès-Ruitz ; le site no 100 de Maisnil-lès-Ruitz est composé des terrils coniques nos 2 et 3, respectivement dénommés 6 de Bruay Est et 6 de Bruay Ouest, à Ruitz et Maisnil-lès-Ruitz. Ils sont issus de l'exploitation de la fosse no 6 - 6 bis - 6 ter des mines de Bruay, sise à Haillicourt[41],[42].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • L'église Saint-Sébastien : datant du XIXe siècle.
  • Le monument aux morts : inauguré le . Il est à la mémoire des 58 soldats et trois victimes de l'explosion d'un dépôt de munitions le , qui démolit l’église, fit de nombreux dégâts matériels aux habitations du village et causa la mort de trois habitants. Sur le marbre, sont gravés les noms des 58 enfants de Maisnil-lès-Ruitz, morts au champ d’honneur et des trois victimes civiles[43].
  • Le parc départemental de nature et de loisirs d'Olhain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Godart, né le à Maisnil-lès-Ruitz, est un ancien gardien de but français de football.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Maisnil-lès-Ruitz Blason
D'argent à la maison de sable ; au chef denché de sable[44].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé des Sept (E3660672) » (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Maisnil-lès-Ruitz et Lillers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Lillers » (commune de Lillers) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « ZNIEFF 310013736 - Coteau et forêt domaniale d'Olhain », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310030043 - Terril de Haillicourt et Ruitz », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur insee.fr (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Noeux-les-Mines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  19. Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 237.
  20. Toponymie générale de la France, Genève, Droz, , p. 1418.
  21. Albert Dauzat et Charles Rostaing,, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 566a.
  22. https://maitron.fr/spip.php?article103867, notice CARON Jules par Yves Le Maner, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 4 novembre 2010.
  23. « Maisnil-les-Ruitz : Jacques Miniot rempile, Daniel Willemetz s’emporte », La Voix du Nord,  : « La mise en place du conseil municipal et de l’élection du maire s’est effectuée vendredi à la salle polyvalente. Une liste unique n’empêche pas quelques rebondissements »
  24. a et b Francis Leverd, « Maisnil-lès-Ruitz : Marcel Pruvost va succéder à Jacques Miniot samedi », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Après cinq mandats de maire à Maisnil-lès-Ruitz, Jacques Miniot arrête la vie politique. Ce sera acté lors du conseil municipal de samedi qui installera le nouveau maire, Marcel Pruvost. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  25. Francis Leverd, « Marcel Pruvost devient maire de Maisnil-lès-Ruitz, Jacques Miniot fait ses adieux », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Ce samedi 23 mai, une page s’est tournée avec l’élection au poste de maire de Marcel Pruvost, désormais ex-premier adjoint de Jacques Miniot. Ce dernier quitte la mairie après cinq mandats et 39 ans de vie politique. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  26. « Parc Olhain » (consulté le ).
  27. « Scolarité - Maisnil lès Ruitz ».
  28. « Maison Médicale - Maisnil Santé ».
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Maisnil-lès-Ruitz (62540) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  35. « Parc Olhain », sur parcdolhain.fr (consulté le ).
  36. « Parc Olhain » (consulté le ).
  37. Victor Bretonnier (photogr. Matthieu Botte), « Le belvédère du parc d’Olhain a ouvert au public: «Nous aussi, on a des paysages!» », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « L'Abeille de la Ternoise »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur labeilledelaternoise.fr, (consulté le ).
  39. Loïc Costet, « Paris 2024 : sept lieux par lesquels passera la flamme olympique dans le Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Salaires - Maisnil-lès-Ruitz ».
  41. « Bassin minier du Nord-Pas de Calais », sur le site du patrimoine mondial de l'Unesco (consulté le ).
  42. « Liste des 109 lieux et des 353 sites qui les composent » [PDF] (217 Mo), sur le site du patrimoine mondial de l'Unesco (consulté le ).
  43. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  44. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).