Houlle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Houlle
Houlle
Mairie.
Blason de Houlle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Hervé Berteloot
2020-2026
Code postal 62910
Code commune 62458
Démographie
Gentilé Houlloises, Houllois
Population
municipale
1 147 hab. (2019 en augmentation de 8,51 % par rapport à 2013)
Densité 176 hab./km2
Population
agglomération
105 000 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 48″ nord, 2° 10′ 25″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 96 m
Superficie 6,52 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Omer
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Omer
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Houlle
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Houlle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Houlle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Houlle
Liens
Site web mairiedehoulle.fr

Houlle est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Houlle est arrosée par la Houlle, une petite rivière, affluent de l'Aa, incluse dans le SAGE de l'Audomarois et aménagée pour pêche et détente. Le chef-lieu Houlle se situe dans la vallée de l'Houlle, le hameau les Marnières sur la hauteur au sud-ouest.

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[1].

Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

La commune est située, pour partie, sur un site classé en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) : le complexe écologique du marais Audomarois et de ses versants. Cette ZNIEFF est un élément de la dépression préartésienne, drainé par l’Aa, le marais Audomarois est un golfe de basses terres bordé à l’Ouest par la retombée crayeuse de l’Artois et à l’Est par les collines argileuses de la Flandre intérieure[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Houlle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Omer, une agglomération inter-départementale regroupant 23 communes[8] et 74 682 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (51,8 %), zones agricoles hétérogènes (19,3 %), prairies (16,2 %), zones urbanisées (5,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4 %), zones humides intérieures (3 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Holne en flamand[15].

Hunela (962), Hunelas (1040), Honeles (XIIe siècle), Honle & Honla (1186).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1159, l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer possède une ferme à Houlle, laquelle devait des redevances à Walter, fils d'Hugues d'Ecques[16].

En , sont émises à Compiègne, des lettres royales érigeant en comté les terres de Moulle, où réside Christophe Louis de Beauffort (famille de Beauffort), la seigneurie de Houlle et de Busschure (sans doute Buysscheure), tenues du château de Saint-Omer sous dénomination de comté de Beauffort au profit de Christophe Louis de Beauffort. En échange, Christophe Louis s'engage à donner la terre et le comté de Croix qu'il possède également et dont il avait hérité sous la condition d'en prendre le nom et les armes, à un de ses cadets qui en portera le nom et les armes pour que la donation de comté de Croix ait son effet[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Houlle.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix ancrée d’or, à la bordure componée de sable et d’argent de 12 pièces, les compons d’argent chargés chacun d’une grappe de genièvre.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1920 Paul Lafoscade Alliance démocratique distillateur
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1995 Louis Joseph Seigre    
1995 2008 Bernard Rebena    
2008 2020 Roger Dusautoir   Réélu pour le mandat 2014-2020[18],[19],[20],[21]
26 mai 2020 En cours
(au 24 mars 2022)
Hervé Berteloot   Ancien employé[22],[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2019, la commune comptait 1 147 habitants[Note 3], en augmentation de 8,51 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355372409376458488475476461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
485536552527573598556558603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
555551580514496506508574581
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5646575756508649179519551 052
2017 2019 - - - - - - -
1 1271 147-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 588 hommes pour 549 femmes, soit un taux de 51,72 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,1 
4,3 
75-89 ans
5,0 
15,4 
60-74 ans
17,3 
22,8 
45-59 ans
23,7 
18,4 
30-44 ans
17,6 
18,7 
15-29 ans
17,3 
20,4 
0-14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

La distillerie de genièvre Persyn[modifier | modifier le code]

La distillerie traditionnelle et artisanale de Houlle

"A Houlle coulent la Houlle et le Houlle..." Au bord de la petite rivière qui porte le nom du village se fabrique depuis 1812 une eau-de-vie de grains réputée, aromatisée avec des baies de genièvre : le Genièvre de Houlle[30].

Spiritueux typique du Nord de la France, de la Belgique et des Pays Bas, le genièvre traditionnel se consomme en digestif, après un bon repas ; tel quel à l'apéritif dans le cas de certains vieux genièvres ; ou à l'apéritif sous forme de cocktails. Il fait partie intégrante de la gastronomie régionale du nord de la France. De nombreux producteurs et restaurateurs l'utilisent pour aromatiser leurs spécialités (pâtés, terrines, gaufres, potjevleesch...), pour déglacer ou parfumer des sauces, flamber des viandes...

Fondée par la famille Decocq, reprise vers 1885 par Paul Lafoscade, puis dans les années 1940 par la famille Persyn, la distillerie se trouve depuis 1927 en plein centre du village. La présence de grappes de genièvre sur le blason de la commune n'est pas étrangère à la réputation et au rayonnement du genièvre qui y est produit depuis plus de deux siècles.

Toujours en activité, la distillerie est l'une des dernières en Europe à travailler de manière traditionnelle et artisanale pour produire son genièvre et peut se visiter.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Puits Saint-Bertin (cad. A. 730) : monument historique, inscription par arrêté du [31].
  • Un vieux portail daté 1755.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-Baptiste. Dans l'église un beau buffet d'orgue et l'orgue de facture flamande, rénové en 2014[32],.
  • Grotte Notre-Dame-de-Lourdes.
  • Croix de chemin au hameau les Marinières.

Patrimoine commémoratif[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  2. « espace protégé FR6500012 - Marais Audomarois », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310013353 - Le complexe écologique du Marais Audomarois et de ses versants », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Saint-Omer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  16. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1159.
  17. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 76, lire en ligne
  18. David Monnery, « Bilan des maires à Houlle avec Roger Dusautoir : la commune franchira-t-elle la barre des 1 000 habitants ? : À six mois des élections municipales, c’est le moment de se retourner sur les réalisations des premiers magistrats de l’Audomarois avec notre série « Le bilan des maires ». Fier de son premier mandat en tant que maire, Roger Dusautoir, 54 ans, est déjà tout content à l’idée de se représenter devant les électeurs. Reste à savoir comment. Car la commune ne saura qu’en fin d’année, au mieux, si elle a franchi la barre des mille habitants et donc si elle passe au scrutin de liste paritaire, ou si elle reste au panachage qui avait pimenté l’élection il y a six ans. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Houlle : on envisage de poser des caméras de vidéosurveillance et des radars pédagogiques : Vendredi, à la mairie, les membres du conseil municipal se sont réunis pour élire le maire et les adjoints. La liste unique « Poursuivons ensemble », conduite par Roger Dusautoir, a été élue dans son ensemble le soir du 23 mars. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  21. « Houlle : on envisage de poser des caméras de vidéosurveillance et des radars pédagogiques : Ces sujets ont été évoqués par le maire, Roger Dusautoir, lors des vœux. Mais le plus concret, c’est le béguinage à l’ancienne malterie qui va commencer cette année. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  23. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Houlle (62458) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. « Houlle, une tradition de plus de 2 siècles - Genièvre de Houlle », sur Genièvre de Houlle, (consulté le ).
  31. Bases de données Ministère de la culture
  32. « L’orgue résonne à nouveau haut et clair dans l’église Saint-Jean-Baptiste à Houlle : Samedi, la fête de la Saint-Jean a revêtu une solennité particulière : un concert était donné pour mettre l’orgue de l’église en valeur et saluer sa restauration. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).