Guînes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guînes
Guînes
Place des Tilleuls. Au fond : la Tour de l'Horloge au sommet de la motte féodale.
Blason de Guînes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Opale
(siège)
Maire
Mandat
Éric Buy
2020-2026
Code postal 62340
Code commune 62397
Démographie
Gentilé Guînois
Population
municipale
5 545 hab. (2021 en diminution de 2,43 % par rapport à 2015)
Densité 210 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 52′ 07″ nord, 1° 52′ 28″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 166 m
Superficie 26,42 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Guînes
(ville-centre)
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calais-2
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Guînes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Guînes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Guînes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Guînes
Liens
Site web mairie-guines.fr

Guînes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune est le siège de la communauté de communes Pays d'Opale qui regroupe 23 communes et compte 25 267 habitants en 2019.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisée dans le nord du département du Pas-de-Calais, Guînes est une commune urbaine située à 13 km au sud de la commune de Calais (chef-lieu d'arrondissement).

Carte
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 26,42 km2 ; son altitude varie de 0 à 166 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Guînes est une zone de captage d'eau potable et une zone de marais (au nord de la commune), soumise à des inondations.

La commune est reliée à Calais par le canal de Guînes creusé en 1669, muni de deux chemins de halage, dont l'un, celui de la rive droite menant de Guînes à la Tournée d’Ardres sera mal entretenu et peu à peu occupé par des riverains. L'autre dit la Digue devient le seul utilisé. Le , une adjudication lance les travaux d'élargissement de ce canal de Guînes[2]. Le canal de Guînes, d'une longueur de 6,56 km, prend sa source dans la commune et se jette dans le canal de Calais au niveau de la commune de Coquelles[3].

La commune est également traversée par plusieurs cours d'eau :

  • la rivière d'Hames-Boucres, d'une longueur de 9,52 km, qui prend sa source dans la commune et termine sa course dans la commune de Coquelles[4] ;
  • la rivière à Bouzats, d'une longueur de 3,59 km, qui prend sa source dans la commune d'Andres et se jette dans le canal du haut banc et ruisseau d'ardres ou la rivière neuve au niveau de la commune des Attaques[5] ;
  • le Banc des Attaques, d'une longueur de 1,58 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans la rivière à Bouzats au niveau de la commune[6] ;
  • le ruisseau Monistrol, d'une longueur de 1,39 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans la rivière d'Hames-Boucres au niveau de la commune d'Hames-Boucres[7] ;
  • la rivière de bouzats, d'une longueur de 1,04 km, qui prend sa source dans la commune d'Hames-Boucres et se jette dans la rivière à Bouzats au niveau de la commune de Guînes[8] ;
  • le ruisseau de la Minoterie, d'une longueur de 0,58 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans le canal de Guînes au niveau de la commune[9].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[10]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[11].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 873 mm, avec 11,9 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[10]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Licques à 10 km à vol d'oiseau[12], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 138,1 mm[13],[14]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[15].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune abrite un riche patrimoine naturel et aquatique grâce au marais de Guînes, qui a en 2010 fait l'objet d'une étude concernant la valeur des services rendus par le marais et la biodiversité qu'il abrite[16].

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[17].

Dans ce cadre, la commune fait partie de trois espaces protégés et gérés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend trois ZNIEFF de type 1[Note 1] :

et une ZNIEFF de type 2[Note 2] : la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[24].

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[25].

Sur la commune, deux sites Natura 2000 de type B sont définis en site d'importance communautaire (SIC) :

  • les pelouses et bois neutrocalcicoles des cuestas du Boulonnais et du Pays de Licques et la forêt de Guînes, d'une superficie de 661 hectares[26] ;
  • les prairies et marais tourbeux de Guînes, d'une superficie de 139 hectares[27].

Espèces faunistiques et floristiques[modifier | modifier le code]

Le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense 1582 espèces faunistiques et floristiques sur le territoire de la commune dont 203 protégées et 109 menacées[28].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Guînes est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[29],[30],[31]. Elle appartient à l'unité urbaine de Guînes, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[32] et 7 190 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[33],[34].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[35],[36].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38,5 %), forêts (31,3 %), zones humides intérieures (12,1 %), zones urbanisées (9,9 %), prairies (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (1,5 %)[37]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Logements[modifier | modifier le code]

En 2008, Guînes compte 2 031 logements, dont 1 898 résidences principales. Le taux de logements sociaux est de 14,5 %[38].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 127, D 215 et D 231 et est située à 10 km, au sud, de la sortie no 43 de l'autoroute A16, appelée L'Européenne, reliant la région parisienne et la frontière belge[39].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 9 km au sud-est de la gare de Calais - Fréthun, située sur la ligne LGV Nord et la ligne de Boulogne-Ville à Calais-Maritime, desservie par des TGV inOui et des TER (dont TERGV)[40].

Elle est desservie par les lignes de bus 6 et 13[41] du réseau Imag'in, reliant Guînes et Calais.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risque inondation[modifier | modifier le code]

La commune est reconnue en état de catastrophe naturelle à la suite des inondations et coulées de boues du 1er au [42].

À la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa et des inondations et coulées de boue qui se sont produites, la commune est reconnue, par arrêté du , en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue sur la période du au , comme 179 autres communes du département[43].

Risque mouvements de terrains[modifier | modifier le code]

Le risque lié au retrait-gonflement des argiles est contrasté sur la commune. Il est nul sur la partie sud du territoire communal, faible sur la majorité de la ville et fort au nord de celle-ci ainsi qu'au niveau d'une langue se prolongeant vers le sud-ouest de la ville[44].

Risque sismique[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en )[45], comme dans la majorité du Pas-de-Calais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gisna en 807 ; Gisnes en 1097 ; Gisnium en 1137 ; Wisnæ en 1160 ; Gysnes en 1193 ; Gynes, Ghines vers 1198 ; Ginnes, Ghuisnes en 1220 ; Ghignes en 1221 ; Ghisnes en 1227 ; Gines en 1228 ; Guysnes en 1273 ; Ghisnæ au XIIIe siècle ; Ghinnes en 1325 ; Guinæ en 1355 ; Guynes en 1375 ; Guines en 1377 ; Ghinghes en 1380 ; Guisnes en 1556 ; Guygnes en 1559[46]; Guines en 1793 ; Guines et Guînes depuis 1801[1].

Giezene en flamand[47].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'ancien village fut situé sur le trait de côte lors de la transgression marine Dunkerque II qui a immergé le bas pays des moëres puis toutes les terres des Flandres maritimes françaises et belges, repoussant les populations qui occupaient ces terres ou y produisaient du sel vers les collines périphériques.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ville de Guînes fut la capitale d'un comté qui n'a pas été sans renom dans l'histoire. Un rôle particulier est sans doute lié à sa position géographique stratégique, sur la déclivité du plateau qui sépare le Boulonnais du Calaisis, au bord de la plaine marécageuse, aujourd'hui parfaitement assainie, qui s'étend jusqu'au rivage de la mer.

Les origines de la ville de Guînes se perdent dans le Haut Moyen Âge. Après la colonisation romaine, puis la retraite des Romains et d'une partie des Gaulois romanisés face à la poussée des grandes invasions barbares, le territoire de Guînes devint, selon la légende - car nous ne possédons aucun document précis sur cette époque - la propriété d'Aigneric, maire du palais de Thibert II, roi des Burgondes.

Lorsque Sifrid le Danois et ses vikings peut-être débarqués à Pitgam vinrent s'emparer, en 928, de l'endroit où s'élève aujourd'hui Guînes, ce n'était probablement qu'une bourgade sans défense. On pense qu'il y fit élever une motte qu'il entoura de haies vives et ceinte d'un double fossé pour s'y mettre à l'abri en cas d'attaque (cette motte existe encore aujourd'hui). C'est là l'origine du château fort de Guînes.

Selon les historiens anciens de cette période, le comte de Flandre, Arnoul le Vieux, aurait renoncé à contre-attaquer et aurait livré au pirate viking sa fille Elstrude en mariage ; il investit Sifrid le Danois comte de Guînes, ce qui en faisait aussi un vassal du comte de Flandre.

Sous les successeurs de Sifrid, Guînes et ses environs acquirent une importance considérable. Dès le commencement du XIIe siècle, le comte Manassés Ier de Guînes fonda dans les faubourgs de sa capitale, une abbaye de femmes de l'ordre de Saint-Benoît. Ce monastère fut placé sous le patronage de saint Léonard.

À cette époque, la ville de Guînes renfermait à l'intérieur de ses murailles trois paroisses, dont les églises étaient consacrées à saint Bertin, saint Pierre et saint Médard. À l'extérieur, des remparts existaient également, outre l'abbaye de Saint-Léonard, l'église de Saint-Blaise du hameau de Melleke, et la léproserie de Saint-Quentin dans le hameau de Spelleke (au Tournepuits).

À la fin du XIe siècle, Baudouin II fit construire en pierre de taille, sur le vieux donjon de Sifrid, un palais de forme circulaire auquel il donna une très grande élévation. En outre, il fit clore la ville de Guînes d'un mur de pierre, avec des tours de défense à chaque porte.

Au XIIIe siècle, comme d'autres cités du comté, Guînes dispose d'une administration communale relativement autonome par rapport au comte de Guînes, (commune) : en 1254, Arnould III de Guînes déclare devoir à ses échevins de Guînes, Ardres, Audervic (Audruicq), et du pays de Bredenarde la somme de 20 700 livres parisis qu'ils avaient payé pour sa rançon[48].

Cinq ans après la prise de Calais, le [49], le château de Guînes fut livré par trahison aux Anglais, et en 1360, le traité de Brétigny abandonna complètement au roi d'Angleterre la ville et son comté.
Le , à Guînes, au terme de longues négociations le cardinal diplomate Guy de Boulogne, envoyé par le pape Innocent VI, parvint à mettre d'accord les représentants du roi de France et d'Angleterre sur un projet de traité de paix, qui était censé être signé par la suite en Avignon et qui n'aboutit finalement pas[50].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En se tient entre Ardres et Guînes le Camp du Drap d'Or. Le roi de France François Ier y rencontre le roi d'Angleterre Henri VIII. Guînes est alors anglaise, comme Calais. Cette dernière et donc Guînes sont reprises par les Français en 1558 et les Anglais de Guînes durent retourner en Angleterre. Puis le XVIIe siècle est marqué dans la région par la guerre franco-espagnole. Il faut attendre le traité d'Utrecht en 1713 pour que la frontière du Nord soit fixée.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville fut desservie par le tramway de Calais de 1879 à 1940.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve, depuis 1962, dans l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais, auparavant, depuis 1801, elle se trouvait dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer[1].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Pays d'Opale.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Calais-2. Avant le redécoupage cantonal de 2014, elle était, depuis 1801, rattachée au canton de Guînes[1].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2020[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Éric Buy (PS)
  • 29 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 5 626 habitants)
  • 10 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CC Pays d'Opale)
Résultats des municipales de 2020 à Guînes
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Éric Buy[Note 5],[57] PS 1 197 55,64 23 8
Éric Houdayer DVD 552 25,66 4 1
Christophe Marécaux[58] RN 402 18,68 2 1
Votes valides 2 151 97,68
Votes blancs 13 0,59
Votes nuls 38 1,73
Total 2 202 100 29 10
Abstention 1 680 43,28
Inscrits / participation 3 882 56,72

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Robert Lemaire SFIO Instituteur
Michel Chevalier SE Industriel
Paul Warnault SE Enseignant
Hervé Poher PS Médecin généraliste
Conseiller général du canton de Guînes (1994 → 2015)
Président de la CC des Trois Pays (1997 → 2013)
[59] [60]
(démission)
Marc Médine PS[61] puis DVG Responsable production maintenance
Président de la CC des Trois Pays (2013 → 2017)
puis de la CC Pays d'Opale (2017 →)
Réélu pour le mandat 2014-2020[62]
en cours Éric Buy DVG Ancien adjoint à l’urbanisme[63]
Réélu pour le mandat 2020-2026[64],[65]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Carte
Jumelages et partenariats de Guînes.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Guînes.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Kluisbergen[66]Belgiquedepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Lille et dépend, pour les vacances scolaires, de la zone B.

Elle administre l'école maternelle du Centre, l'école maternelle et primaire André-Guilbert et l'école primaire Paul Warnault.

Le département gère le collège les Quatre-Vents[67].

Sur le territoire de la commune se trouve un établissement privé : l'ensemble scolaire Jean-Bosco gérée par l'organisme de gestion de l'enseignement catholique (OGEC)[67].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Calais, du conseil de prud'hommes de Calais, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du pôle nationalité du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[68].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Guînois[69].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[71].

En 2021, la commune comptait 5 545 habitants[Note 6], en diminution de 2,43 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3422 5983 0163 2073 8593 7754 0974 6184 134
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 4254 4464 5724 2474 3644 2904 3744 5024 270
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 1574 4074 3584 2874 2704 2234 2734 3474 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 7244 9845 0345 1745 1055 2215 2915 7875 657
2021 - - - - - - - -
5 545--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[72].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 682 hommes pour 2 937 femmes, soit un taux de 52,27 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[73]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,3 
4,6 
75-89 ans
8,6 
14,1 
60-74 ans
14,7 
19,8 
45-59 ans
18,8 
19,4 
30-44 ans
18,6 
19,8 
15-29 ans
17,3 
22,1 
0-14 ans
20,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[74]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 623 , ce qui plaçait Guînes au 29 790e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[75].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Différents commerces et services (banques, écoles de conduite, ambulances...), ainsi que des entreprises agricoles et de la construction, sont implantés sur la commune. À noter, une société de captage, traitement et distribution d'eau (Eaux de Calais). Une offre touristique est également assurée (camping, restaurants...)[76].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[77].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : la tour de l'Horloge[78].

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune dans les arts[modifier | modifier le code]

  • Friedrich-Guînes 1942, roman de Frédéric Minnebo, reçoit le 1er prix littéraire lors du Salon du Livre de Wissant en . Le prix est décerné par l'association littéraire « Signe d'Opale ». L'action se situe à Guînes sous l'Occupation.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Guînes Blason
Vairé d'azur et d'or; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or[85].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Liste du maire sortant ou de la maire sortante
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Éphémérides du Calaisis. Le Patriote.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal de Guînes (E4110900) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - rivière d'Hames-Boucres (E4190840) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière à Bouzats (E4190830) » (consulté le )
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Banc des Attaques (E4191060) » (consulté le )
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau Monistrol (E4190860) » (consulté le )
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - rivière de bouzats (E4191030) » (consulté le )
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de la Minoterie (E4110920) » (consulté le )
  10. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  11. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Guînes et Licques », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France « Licques » (commune de Licques) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Station Météo-France « Licques » (commune de Licques) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  16. Exemple français avec le Marais de Guînes ; Étude Agence de l'eau Nord/Picardie/ECOWHAT – Étude de cas, Guînes, avril 2010.
  17. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  18. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Espace protégé FR3800092 - marais de Guînes et d'Andres », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Espace protégé FR4505982 - marais de la Commandance », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF 310013720 - La forêt domaniale de Guînes et ses lisières », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF 310007255 - Watergangs des Attaques et d'Andres et Lac d'Ardres », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF 310007010 - marais de Guînes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. (en) « The Natura 2000 protected areas network », sur European Environment Agency (consulté le ).
  26. « Natura 2000 FR3100485 - Pelouses et bois neutrocalcicoles des cuestas du Boulonnais et du Pays de Licques et forêt de Guînes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « Natura 2000 FR3100494 - Prairies et marais tourbeux de Guînes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « statistiques des espèces recensées sur la commune », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  31. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Unité urbaine 2020 de Guînes », sur insee.fr (consulté le ).
  33. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  36. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  38. Résultat de la population 2008, Guînes, Insee, consulté le 9 janvier 2012.
  39. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  40. « Distance entre la commune et la gare de Calais - Fréthun », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  41. « Imag'in Calais Opale Bus », sur sitac-calais-opale-bus.fr (consulté le ).
  42. « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  43. République Française, « Inondations et coulées de boue », Journal officiel de la République française, no 264,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Zonage d'aléa retrait-gonflement des argiles », sur argiles.fr, BRGM (consulté le ).
  45. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011. », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  46. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 178.
  47. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  48. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904, Tome V, Année 1254.
  49. Chroniques de J. Froissart: 1346-1356 (Depuis le siège de Calais jusqu'à la prise de Breteuil et aux préliminaires de la bataille de Poitiers), par Jean Froissart, Siméon Luce, Gaston Raynaud, Léon Mirot, Société de l'histoire de France Publié par Mme Ve. J. Renouard, 1873
  50. L’invention de la guerre de Cent Ans.
  51. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  52. Journal du commandement d'étapes de Guînes, juillet-décembre 1917, p. 89, lire en ligne.
  53. Journal du commandement d'étapes de Guînes, juillet-décembre 1917, p. 92, lire en ligne.
  54. Journal du commandement d'étapes de Guînes, juillet-décembre 1917, p. 93, lire en ligne.
  55. Journal de marche du commandement d'étapes de Guînes, période du 4 décembre 1917 au 27 mars 1918, p. 31.
  56. Journal de marche du commandement d'étapes de Guînes, période du 4 décembre 1917 au 27 mars 1918, p. 101.
  57. « - Municipales à Guînes: le maire sortant Éric Buy dévoile sa liste et son programme », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  58. « Lensois-Héninois : le RN dévoile sept candidats pour les municipales de 2020 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  59. Dominique Salomiez, « Guînes : Marc Médine réélu, Éric Houdayer obtient cinq sièges, Cédric Fasquelle deux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Marc Médine avait été désigné en octobre 2007 pour prendre sa succession d’Hervé Poher à la tête de la mairie »

    .
  60. « Une soirée des vœux entre les projets 2019 et la démission de Marc Médine », Nord Littoral,‎ (lire en ligne).
  61. Jean-Philippe Delattre, « Guînes : le maire sortant Marc Médine à la tête d’une liste « apolitique » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  63. « Éric Buy élu maire de Guînes », Nord Littoral,‎ (lire en ligne).
  64. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  65. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  66. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=25686 »
  67. a et b « Établissements scolaires de la commune », sur le site du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse (consulté le ).
  68. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  69. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  70. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  72. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  73. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Guînes (62397) », (consulté le ).
  74. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  75. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  76. « Sociétés de Guînes classées par activités », sur bilans.net (consulté le ).
  77. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  78. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  79. « Colonne », notice no PA00108297, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  81. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  82. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  83. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  84. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  85. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).