Merlimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Merlimont
Merlimont
La mairie.
Blason de Merlimont
Blason
Merlimont
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Mary Bonvoisin
2020-2026
Code postal 62155
Code commune 62571
Démographie
Gentilé Merlimontois
Population
municipale
3 374 hab. (2018 en augmentation de 4,78 % par rapport à 2013)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 23″ nord, 1° 36′ 54″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 47 m
Superficie 21,49 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Berck
(banlieue)
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Merlimont
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Merlimont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Merlimont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Merlimont
Liens
Site web merlimont.fr

Merlimont est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. La commune possède les plus hautes dunes, de la région naturelle du Marquenterre, et qui culminent à près de 50 mètres.

La commune fait partie de l'unité urbaine, de l'aire d'attraction des villes, de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck

La station balnéaire de Merlimont-Plage, située sur la Côte d'Opale, fait partie de la commune de Merlimont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Merlimont est située au sud-ouest du département du Pas-de-Calais, entre Le Touquet-Paris-Plage et Berck, à 41 km au sud de Boulogne-sur-Mer[1] ainsi qu'à environ 12 km de Montreuil[2], 73 km de Calais[3], 92 km d'Arras[4], 144 km de Lille[5] et 224 km de Paris[6] par la route.

La commune, située sur les rivages de la Manche, entre les baies de Canche et d'Authie, est aussi, avec Merlimont-Plage, une station balnéaire de la Côte d'Opale, qualificatif dû à la couleur donnée par les reflets irisés du soleil couchant sur la mer. C'est Édouard Lévêque, peintre, écrivain, botaniste et membre de la société académique du Touquet-Paris-Plage, qui est à l'origine de cette appellation en 1911[7] de la Côte d'Opale.

La commune est répartie sur deux sites : « la Plage » à l'ouest et « le Village » à l'est[8]. Elle fait partie de la région naturelle du Marquenterre.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Superficie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 21,49 km2 ; son altitude varie de 3 à 47 mètres[9].

Géologie[modifier | modifier le code]

Merlimont au sud-ouest du bassin de la Canche.

La commune bénéficie de la présence d'un vaste massif dunaire, considéré comme l'un des plus beaux de France et certaines dunes culminent à près de 50 mètres, comme celle, proche de la plaine du Croc Neuf, qui culmine à 47 mètres[10]. Ce massif dunaire supporte une mosaïque de milieux ouverts, plus ou moins secs ou humides jusqu'à un faciès forestier subnaturel et littoral[11]. La forêt est en partie artificielle, plantée sur d'anciennes garennes[12]. Le boisement, de résineux notamment, installé au début du XXe siècle, interagit avec la dune naturelle. Une partie du massif est en réserve biologique domaniale.
Ce massif, qui a probablement beaucoup évolué au gré des avancées et reculs du trait de côte et des modulations du climat depuis la dernière glaciation[13], est un élément important de la trame verte et bleue nationale et régionale. Dans un contexte de dérèglement climatique et de montée du niveau moyen de la mer, il joue aussi un rôle important en matière de lutte contre le recul du trait de côte du fait de l'érosion éolienne et marine. À cause du substrat sableux et de la proximité de l'océan, elle pourrait être plus vulnérable au changement climatique[14].

Descriptif du littoral[modifier | modifier le code]

La commune de Merlimont est située sur un littoral, composé de paysage dunaires, de 30 kilomètres entre le sud d’Équihen-Plage et le nord de Berck.

On peut distinguer cinq grands types de milieux naturels qui sont, d’ouest en est, depuis la mer : les estrans et les estuaires, les cordons dunaires, la plaine humide des bas champs, les anciennes dunes plaquées sur les falaises et les falaises fossiles du rebord du plateau d’Artois.

Ces espaces dunaires occupent l’ensemble de la façade littorale sur une profondeur dans les terres (de l’ouest vers l’est) pouvant atteindre quatre kilomètres comme au niveau de la commune d'Étaples. On y observe des dunes nues et des dunes boisées artificiellement comme Hardelot et le Touquet-Paris-Plage[15].

Histoire de la formation du littoral[modifier | modifier le code]

L’histoire des paysages dunaires et estuaires d’opale est une succession de transgressions et de régressions marines du bassin parisien.

Il y a 170 millions d’années, au Jurassique, le boulonnais est un golfe et le milieu de sédimentation assez proche d’aujourd’hui. À −90 millions d’années, la mer Crétacé envahit le continent et dépose d’épaisses couches de sédiments. À −45 millions d’années, l’anticlinal de l’Artois commence à se soulever et sépare définitivement le bassin parisien de celui de Londres-Bruxelles. Ce soulèvement crée les premiers côtes à falaise. À −2,5 millions d’années, les littoraux de la mer du Nord et de la Manche sont au niveau des Pays-Bas et de la Normandie. À −500 000 ans, au Pléistocène moyen, le détroit du Pas-de-Calais est ouvert, probablement lié à un effondrement de blocs entre des jeux de faille qui crée l’ouverture du détroit, créant un fosse entre les îles Britanniques et l’Europe. À −18 000 ans, lors de la dernière période glaciaire, le niveau de la mer était 130 mètres plus et le détroit était à sec. Puis survient, avec la fonte des glaces, la transgression flandrienne qui entraine l’élévation de la mer et l’inondation du détroit. C’est partir de cette période que les dépôts sableux de la plaine maritime se mettent en place. À −10 000 ans, à l’Holocène, début du réchauffement, la mer est encore à environ 65 mètres au-dessus du niveau actuel. À −8 500 ans, la jonction entre la mer du Nord et la Manche est réalisée puis, il y a 5 000 ans, le niveau de la mer s’établit sensiblement au niveau actuel.

Ensuite recommence une évolution littorale des falaises et des marais littoraux, aboutissant par érosion et colmatage à la situation actuelle. les dunes littorales forment un seul ensemble entre Équihen et le nord de la baie de la Canche. Elles continuent d’envahir, du moyen-âge jusque récemment, le relief intérieur en constituant des dunes plaquées sur les falaises fossiles (collines d’Artois) et enfin, les résurgences de sources au pied des coteaux, qui proviennent de la nappe de craie, sont à l’origine de nombreux ruisseaux et zones humides dans les bas-champs.

La station balnéaire Merlimont-Plage est située sur cette espace dunaire[15].

Les bas-Champs[modifier | modifier le code]

La zone humide arrière littorale appelée bas champs (4 à 5 mètres d’altitude) occupent une bande étroite, d’est en ouest, de 3 kilomètres et, du nord au sud, de 15 kilomètres, essentiellement situés entre Canche et Authie, bien que l’on trouve une étroite zone humide à l’arrière des dunes du nord d’Étaples. Ces marais arrières-littoraux font partie des deux vallées fluviales , comme au niveau de la Canche avec une importante zone humide entre Étaples et Montreuil. Elles recueillent les eaux des collines de l’est, résurgences de la nappe de la craie. Ces eaux trouvent leur chemin entre les dunes infranchissables et les falaise fossiles, et qui, comme la grande Tringue, vont se jeter dans la Canche. Ces zones humides et marais constituent une zone de nourrissage pour les oiseaux migrateurs utilisant le rail littoral, comme les marais de Balençon de Merlimont[15].

La commune de Cucq est située le long de ces bas champs, comme l'est la route départementale D 940.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, située dans le bassin Artois-Picardie, est traversée, à l'est de la commune dans le marais de Balençon, par la rivière la Grande Tringue, née sur le territoire de la commune d'Airon-Saint-Vaast, d'une longueur de 12,7 km[16] et qui, avant de rejoindre l'estuaire de la Canche, reçoit à Cucq, en rive droite, l'apport d'un affluent assez important : la Petite Tringue[17].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Merlimont est de type océanique. La station d'observation météorologique la plus utilisée est celle d'Abbeville[18].

Données météorologiques d'après le relevé de la station météorologique la plus proche, celle du Touquet-Paris-Plage
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 1,8 3,8 5,1 8,4 11,3 13,5 13,6 11,3 8,7 5,1 2,6 7,3
Température moyenne (°C) 4,7 4,7 7,1 9,3 12,7 15,2 17,4 17,6 15,3 12,2 8 5,1 10,8
Température maximale moyenne (°C) 7,2 7,7 10,5 13,4 17 19,2 21,3 21,6 19,3 15,6 11 7,7 14,3
Ensoleillement (h) 64,2 77,6 127,1 179 200,2 213,9 220,9 201,1 158 113,3 62,7 51,7 139
Précipitations (mm) 73,9 55,5 60,7 55,2 63,2 57,5 60 63,7 78,2 105,7 104,5 93,8 871,9
Source : « données climatiques », sur infoclimat.fr (consulté le 16 mars 2021)


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

La plage en direction de Stella-Plage.

La commune bénéficie d'une ouverture sur la Manche : la plage part du sud de Stella-Plage jusqu'au nord de Berck. C'est une plage, bordée de dunes, d'environ trois kilomètres d'un sable très fin, sur laquelle se sont développées depuis plus d'un siècle les activités du char à voile. Compte tenu de son orientation ouest, le soleil couchant offre de magnifiques étendues de lumière rougeoyante sur plusieurs kilomètres.

Suite au recul du trait de côte depuis plusieurs décennies, des travaux sont prévus en 2021 afin de de limiter ce recul au moyen d'enrochement et de pose transversale de pieux en bois puis la plage sera rechargée en sable. Ces épis permettront d'interrompre le transit littoral et donc de conserver le sable sur la plage[19].

Par ailleurs, la commune dispose, d'une part, de deux sites classés en zone de protection spéciale (ZPS) du réseau Natura 2000, site de la directive « Oiseaux », de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN) :

Et d'autre part, de trois sites classés en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • Les dunes de Merlimont, zone de type 1, d'une superficie de 1 435 ha, altitude de - 3 mètres à + 46 mètres[22] ;
  • Marais de Balançon, zone de type 1, d'une superficie de 784 ha, altitude de 0 mètre à + 20 mètres[23] ;

Biodiversité[modifier | modifier le code]

L'inventaire national du patrimoine naturel permet de découvrir les espèces présentes[25], les espèces protégées[26] ainsi que le statut biologique (indigène, introduite dont envahissante…) des espèces recensées sur la commune de Preures[27].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Merlimont est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[28],[29],[30]. Elle appartient à l'unité urbaine de Berck, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[31] et 44 342 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[32],[33].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[34],[35].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[36]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[37],[38].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces forestiers, des zones humides et des milieux à végétation arbustive ou herbacée (58,3 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : forêts (22 %), zones humides intérieures et côtières (20,6%), milieux à végétation arbustive ou herbacée (15,7 %), zones urbanisées (14,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (12,6 %), prairies (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), terres arables (0,6 %)[39].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est constituée de trois parties : Merlimont centre, appelé aussi Merlimont village ou bourg, de la station balnéaire de Merlimont-Plage à l'ouest et du hameau d'Épy au sud.

Sur le territoire de la commune, on trouve les lieux-dits, à Merlimont centre, du nord au sud : le chemin de Cucq ; la plaine à baudets ; les prés Jean-Bart ; le moulin ; le communal ; les dix hagues ; les prés morus ; la pourière pâtis ; le chemin de la mer ; le croc Sergent ; le mont à l'épine ; le bout de bas ; le bout de haut ; les haguettes ; le chemin des vaches ; la canarderie ; la plaine Bouchard ; les grands pâtis ; la plaine du croc neuf ; les prés du seigneur et la grande canarderie, et sur Merlimont-Plage, toujours du nord au sud, la huttière ; Garden plage ; le domaine du lac et les Garennes [40].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, on dénombre à Merlimont 5 323 logements se répartissant en 28,5 % de résidences principales, 68,7 % de résidences secondaires et 2,8 % de logements vacants, répartis en 1 794 appartements (33,7 %) et 3 526 maisons (66,2 %). En l'espace de cinq ans, entre 2012 et 2017, le nombre d'appartements a augmenté de 7,2 % soit + 121, et le nombre de maisons a diminué de 1,5 % soit - 53.

Les constructions des résidences principales, jusqu'en 2015, s'échelonnent comme suit : 2,6 % ont été construites avant 1919, 4,6 % entre 1919 et 1945, 19,1 % entre 1946 et 1970, 32 % entre 1971 et 1990, 24,4 % entre 1991 et 2005 et 17,3 % de 2006 à 2014.

En 2016, parmi ces résidences principales, 74,1 % sont occupées par leurs propriétaires, 23,4 % par des locataires (dont 1,5 % pour des logements HLM loués vides) et 2,5 % par des occupants à titre gratuit[Insee 1].

Au , la commune disposait de 453 emplacements de camping-caravaning, répartis en 273 emplacements dans un trois étoiles et de 180 emplacements dans un deux étoiles.

La commune disposait également de 602 places de lit dans deux hébergements type village vacances - Maison familiale[Insee 2].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d'un établissement public, pour déterminer les parties d'aménagement de l'espace au sein d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT), un document essentiel d'orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle.

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du pays maritime et rural du Montreuillois a été approuvé par délibération du [41].

En matière de planification, la commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU) approuvé le [42].

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) a engagé une démarche de planification de l’urbanisme à l’échelle de son territoire, sous la forme d’un PLU intercommunal (PLUi), en collaboration étroite avec les 46 communes. Le PLUi est un document de planification urbaine qui administre, à l’échelle des communes, les possibilités de construction et d’usage des sols. Il se substituera aux anciens documents d’urbanisme (PLU, POS, CC).

Le PLUI-H, regroupement du PLUi, plan local d'urbanisme intercommunal, et du PLH, programme local de l'habitat, traduit un projet commun de développement urbain et d’aménagement du territoire communautaire pour les 10-15 ans à venir. Il est bâti dans un objectif de développement durable et d’équilibre des espaces, de cohérence et d’optimisation des politiques publiques, visant à promouvoir une dynamique d’agglomération tout en préservant les spécificités de chaque commune.

Ce PLUI-H se déroule en 4 phases :

  • Phase 1, 2019 à 2020, état des lieux, diagnostic et enjeux ;
  • Phase 2, 2020 à 2022, projet d'aménagement et de développement durable ;
  • Phase 3, 2022 à 2024, règlement et zonage :
  • Phase 4, 2024 à 2025, avis des personnes publiques associées et enquêtes publiques[43].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Au niveau de la commune, 2020 a vu l'achèvement de la première phase des travaux de la place de la Haye. La maison des associations a laissé place à un espace de stationnement végétalisé. 59 places ont été créées dont 2 pour les personnes à mobilité réduite à proximité du mail central et 2 permettant la recharge de véhicules hybrides électriques (VHE). Des sanitaires publics ont été installés. Cette zone est équipée de deux bornes pour le Wifi public.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Merlimont (carte générale) - Voies de communication (routières et ferroviaire)

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la route départementale D 940 qui longe le littoral de Calais au nord à Berck au sud. La route départementale D 144 E3, venant de Saint-Josse, traverse d'est en ouest Merlimont jusqu'à la plage.

Les sorties no 25 et no 26 de l'autoroute A16, mise en service le , qui desservent la commune, desservent également les communes d'Étaples et de Rang-du-Fliers (trajet de h 30 en venant du nord de Paris et h 20 depuis Dunkerque).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune, située sur l'axe Paris-Amiens-Boulogne, qui est desservie par les réseaux TGV, TERGV (vers Calais et Lille) et TER est relié, par la ligne de bus 513, à la gare d'Étaples - Le Touquet et se trouve également à proximité de la gare de Rang-du-Fliers - Verton.

Au cours du premier quart du XXe siècle, de 1909 à 1929, une ligne de chemin de fer relie Berck à Paris-Plage, la commune de Merlimont dispose d'une gare sur la ligne[44].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale situé à 10 km.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d'autobus no 513 du réseau Oscar (autocars départementaux du Pas-de-Calais)[45].

Voies de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est « très faible » sur l'ensemble du territoire communal (zone 1 sur 5 du zonage mis en place en )[46], la majorité des communes du Pas-de-Calais étant en risque « faible » (zone 2 sur 5).

Les centrales nucléaires françaises les plus proches, productrices de la grande majorité de l'électricité fournie à la commune, sont celles de Gravelines et Penly (chacune à environ 60 km au nord et au sud), à noter que la centrale de Dungeness, en Angleterre, est située à 69 km.

Qualité de l'environnement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mellemont (1253), Mellimont (1369), Merlimont-lez-Saint-Josse-sur-la-Mer (1464), Merlymont (1479), Meelimont (1559), Merlimont (XVIIIe siècle)[47],[48].

Ernest Nègre donne comme origine toponymique l'oïl mesle, melle « nèfle », ayant subit l'attraction de merle, suivi du suffixe -mont évoquant la topographie du lieu[49].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Merlimont se trouvait sur la dune de Guigneux et formait avec Berck, Épy et Verton, une enclave d'Artois dans le comté de Ponthieu, et qui, bénéficiait de privilèges et d'exemption du comté[Note 3].

Le domaine de Merlimont relevait du comté de Ponthieu et de la châtellenie de Beaurain. Les comtes de Saint-Pol en étaient les propriétaires à la fin du XIIe siècle. Jeanne de Fiennes l'eut en douaire avec son mariage avec Jean de Chatillon (1343) et leur fille, Mahaut de Châtillon, porta Merlimont dans la maison de Luxembourg. Guy de Luxembourg, comte de Ligny et de Saint-Pol, laisse pour héritier messire Walleran, dont la succession passe à sa sœur Jeanne, comtesse d’Orgières. L'héritier de Jeanne, son neveu Pierre de Luxembourg eut un fils, Jacques, seigneur de Merlimont, mort en 1487[50].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, suite à de terribles tempêtes, les habitants sont obligés de se déplacer un peu plus vers l'intérieur, à proximité d'une chapelle desservie par les moines de Saint-Josse.

Nicolas de Werchin, sénéchal du Hainaut, servit aveu de la seigneurie de Merlimont au comte de Rœulx, châtelain de Beaurain en 1509. Il la possédait du chef de sa femme, Yolande de Luxembourg. Il exerce la haute, la moyenne et la basse justice. Il possède en outre les marais de Balançon et les garennes entre Berck et Cucq. Dans les comptes rendus rapportés à Nicolas de Werchin, on trouve les noms de famille comme Jehan Noel dit le Secq, Jehan Noiret dit l'aîné, Jehan Guillebert dit le breton, Jehan Guillebert dit le muet, Gardin Paillette, Jehan de Fauquembergue, Jean de la Wascongne, Colart Bouchard…

Isabeau de Werchin (Isabelle de Barbençon-Werchin), héritière de La Hestre et de Merlimont, fille de Nicolas de Werchin et de Yolande de Luxembourg-Ligny, épouse Jean de Trazegnies, Charles de Trazegnies, un descendant, vend la baronnie de Merlimont à Claude Bernaut mais sa cousine germaine, Marguerite d'Argenteau en fait le retrait lignager, le pour la somme de 3 820 livres.

Marguerite d'Argenteau, devenue baronne de Merlimont, épouse messire Robert de Forceville, chevalier, qui, après que le roi Henri III ait donné la vicomté de Merlimont, par lettres du mois d', à Jérôme de Fertin afin de récompenser ses services militaires, devient vicomte de Merlimont après avoir racheté ses lettres à Flour de Fertin le , les descendants de Robert de Forceville prirent les titres de baron et de vicomte de Merlimont. Ses descendants prirent les titres de barons et de vicomte de Merlimont. La révolution de 1789 les dépouilla de la plus grande partie de leur domaine, le reste fut aliéné en 1859. Le moulin de Forceville et le crocq de monsieur, où la tradition veut qu'ils aient eu leur château, sont les seuls souvenirs des anciens seigneurs de Merlimont[50].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Merlimont, qui était rattachée à la paroisse de Cucq, est érigée en commune lors de la nouvelle organisation territoriale issue de la la loi du 14 décembre 1789 après la Révolution française[50].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Un lazaret est établi en 1843 à Merlimont et une société est fondée dont le but est de secourir tous les naufragés du littoral de l'arrondissement de Montreuil[50].

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les garennes de Merlimont, soit un peu plus de 800 ha, sont la propriété du comte Ernest de la Haye.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Vers 1900, les héritiers du comte Ernest de la Haye vendent une partie des garennes à Cesare Trezza di Musella, promoteur et président de la chambre de commerce italienne à Paris, officier de l'ordre national de la Légion d'honneur[51]. Celui-ci, après avoir fondé une société immobilière, crée un lotissement composé de parcelles qu'il propose à la vente, les premiers chalets sont construits[52].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]
Le premier ministre de Terre-Neuve à Merlimont

Pendant la Première Guerre mondiale, Merlimont voit l'installation, en 1917, par les anglais, d'une école de tanks (Tank Corps Gunnery School), celle-ci est située sur la droite de la route qui va de Merlimont à Merlimont-Plage et le terrain d'entraînement est situé dans les dunes, entre Merlimont et le Touquet-Paris-Plage. Des batteries anglaises sont installées entre l'église et la mer, et tirent en direction de Stella-Plage pendant les exercices des chars. Le Premier ministre de Terre-Neuve, Edward Patrick Morris (en) vient visiter le site en juillet 1918. Une fois la guerre finie, les Anglais laissent un tank au carrefour de Merlimont et de la route de Berck, les canons de ce tank ont servi à la décoration du monument aux morts de la commune. Un camp de prisonniers est également installé à proximité de la gare de l'ancienne ligne de chemin de fer de Berck à Paris-Plage. Un champ d'aviation est aussi créé par les Anglais, au lieu-dit Bellevue, à la sortie de Merlimont, sur la route de Berck. C'est à peu près à cet endroit que sera établi le champ d'atterrissage de la ligne Paris-Londres qui amènera, les touristes anglais, au Touquet-Paris-Plage avant l'ouverture, en 1936, de l'aéroport du Touquet-Paris-Plage[53],[54].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Merlimont fait partie, depuis le , de la Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont le siège est basé à Montreuil.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Elle fait partie du canton de Montreuil, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est à nouveau rattachée au canton d'Étaples, qui est alors modifié, passant de 19 à 15 communes[55].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Merlimont, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[56], pour un mandat de six ans renouvelable[57]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 23[58]. Les 23 conseillers municipaux, issus de la liste conduite par Mary Bonvoisin, sont élus au premier tour avec un taux de participation de 36,94 %[59].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[60]. Les 3 sièges attribués à la commune au sein de la CA2BM sont élus dès le premier tour et issus de la liste menée par Mary Bonvoisin (LR)[59].

  • Maire sortant : Mary Bonvoisin (Les Républicains)
  • 23 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 3 374 habitants)
  • 3 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA des Deux Baies en Montreuillois)
Résultats des municipales de 2020 à Merlimont
Attignat Town Council 2020.svg
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Mary Bonvoisin LR 1 007 88,57 23 3
Votes valides 1 007 88,57
Votes blancs 52 4,57
Votes nuls 78 6,86
Total 1 137 100 23 3
Abstention 1 941 63,06
Inscrits / participation 3 078 36,94

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Joseph Daubrege    
1953 1965 Marc Facompre    
1965 1983 Albert-Raymond Guilbert   Directeur d'école
1983 2001 Guy Paillard    
2001 2016[61],[62] Jean-François Rapin[63],[64],[65] RPR puis
UMP-LR
Médecin
Sénateur du Pas-de-Calais (2016[66] →)
Conseiller régional (2004 → ? et 2015 →)
Vice-Président de la CC mer et terres d'Opale (2014 → ?)
Démissionnaire à la suite de sa désignation comme sénateur
mars 2016[67],[68],[59] En cours
(au 15 mars 2020)
Mary Bonvoisin LR Assistante sociale
Les données manquantes sont à compléter.

Finances communales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Merlimont n'est jumelée avec aucune ville[69].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Prélèvements en eau et usages[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune a prélevé 1 676 m3, d'origine à 100 % souterraine[70].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est compétente en matière de gestion de l'eau potable de la commune en gestion délégué à Véolia Eau, elle gère également l'assainissement collectif en gestion délégué et l'assainissement non collectif géré en régie par à Véolia Eau[71].

Tarifs de l'eau[modifier | modifier le code]

au les tarifs sont les suivants :

  • Eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 1,98 euro.
  • Assainissement collectif, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 3,43 euros.
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 100 euros[71].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est organisée par la CA2BM[72].

La commune est à proximité des déchèteries de Berck (5 km) et de Verton (6 km)[73].

Un site de compostage est situé à Cucq (4 km) dont le maître d'ouvrage est Agriopale Services[74].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

La commune de Merlimont bénéficie du label « villes et villages fleuris » avec trois fleurs[75].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Merlimont est située dans l'académie de Lille.

La ville administre deux écoles communales du primaire : l'école élémentaire avec 142 élèves (2021) et l'école maternelle Opaline avec 75 élèves (2021)[76].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste situé au no 77 rue Auguste-Biblocq.

Depuis début août 2020, dans le cadre d'un programme co-financé par l'Union européenne, un nouveau service de Wi-Fi public « WIFI4UE_MERLIMONT » est opérationnel sur la commune et disponible aux endroits suivants :

  • Poste de secours (plusieurs bornes seront déployées sur toute la digue une fois les travaux de réhabilitation du front de mer terminés) ;
  • Place de la Chapelle, près du bureau d’informations touristiques ;
  • Place de la Gare, près du skate parc avec une extension dans la salle polyvalente ;
  • Verger à côté de la bibliothèque (face aux entrées des écoles) ;
  • Place du commerce ;
  • Place de la Haye, à côté du city stade[77],[78].

Santé[modifier | modifier le code]

Les Merlimontois bénéficient des services du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 10 km de Merlimont. Cet établissement né en 1980 s'est agrandi depuis, particulièrement en septembre 2009. Il s'est étendu sans cesse et offre aujourd'hui plus de 900 lits et places[79].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[80].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose :

Secours[modifier | modifier le code]

La commune est à proximité du centre d'incendie et de secours (CIS) de Berck (7 km)[84].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Merlimontois[85] et ceux qui y sont nés les Ménomes[86].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[87]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[88].

En 2018, la commune comptait 3 374 habitants[Note 4], en augmentation de 4,78 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640651694812851870765756759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
743753715747728693664681650
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6326817187718258939207761 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0951 3101 6191 8322 2122 6062 8963 0923 289
2018 - - - - - - - -
3 374--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[89].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2017, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34,6 %) est en effet supérieur au taux national (25,5 %) et au taux départemental (24,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[Insee 3].

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2017, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 15,1 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 33,3 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 14,7 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 16,8 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 35,9 %).
Pyramide des âges à Merlimont en 2017 en pourcentage[Insee 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
7,5 
75 à 89 ans
9,5 
25,3 
60 à 74 ans
25,4 
21,4 
45 à 59 ans
20,5 
15,1 
30 à 44 ans
16,8 
14,6 
15 à 29 ans
12,2 
15,7 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2017 en pourcentage[Insee 5]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,4 
5,4 
75 à 89 ans
9,1 
15,4 
60 à 74 ans
16,7 
20,3 
45 à 59 ans
19,4 
19,2 
30 à 44 ans
18,4 
18,6 
15 à 29 ans
16,4 
20,6 
0 à 14 ans
18,6 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune propose, tout au long de l'année, différentes animations et festivals : le Festi'Vintage, en avril, expositions de véhicules anciens, de cartes postales anciennes… ; le Festi'Nature, en mai, animations autour de la nature ; la Complice, en août, course nature chronométrée semi-nocturne en solo ou duo mixte ; le Festi'Moules, en septembre, repas et dégustations rythmée par des concerts ; le Festi'Sport, en octobre, animations et initiations autour du sport traditionnel et du sport adapté au handicap ; le Festi'Gaming, en novembre, salon du retrogaming avec des espaces de jeux vidéo anciens et récents, du cosplay, des tournois de jeux vidéos[90].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Sports nautiques[modifier | modifier le code]

Char à voile Classe 5 Sport.png

La commune, avec son front de mer et sa vaste plage, est naturellement tournée vers les sports nautiques qui sont organisés par le « club nautique de Merlimont ». Celui-ci offre la possibilité de pratiquer de nombreuses activités comme le bateau, la pêche, le scooter des mers, le kayak de mer, le paddle, le pédalo mais surtout avec l'activité, qui a fait connaître Merlimont, le char à voile, activité qui a commencé dans la première moitié du XXe siècle. L'histoire de ce sport a commencé, à Merlimont, avec Henry Demoury qui s'y installe, comme constructeur de char à voile, dans les années 1920[91],[92].

Autres sports[modifier | modifier le code]

La commune propose différentes activités, sportives et de détentes, associatives : le « Tennis club de Merlimont », rue de la Station, avec trois courts extérieurs et un court couvert, qui organise 2 tournois dans l’année ; le « Football Club de Merlimont » au stade municipal rue des Fauvettes ; les arts martiaux et self-défense avec l'« Aiki-Jujutsu » et le kick-boxing et self-défense avec le « Team Bdt », salle Noémie Dufour rue de la Vieille-Place[93].

Autres loisirs[modifier | modifier le code]

La commune de Merlimont est voisine du parc d'attractions Bagatelle, plus vieux parc français, qui existe depuis 1955, composé de 34 attractions et qui s'étend sur 26 hectares, parc situé sur la commune de Rang-du-Fliers[Note 5]. Ce parc a attiré 316 000 personnes en 2018.

Sentiers pédestres[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose de plusieurs sentiers nature et découverte et d'un parcours sportif :
    • Le sentier des aubépines ;
    • Le sentier du Cochevis[94] ;
    • Le sentier de la dune parabolique, proche d'un site classé, en 2006, zone de protection spéciale (ZPS) du réseau Natura 2000 de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN)[20];
    • Le sentier des fauvettes ;
    • Le sentier de la forêt[94] ;
    • Le sentier des marais de Balençon, sur le site classé, en 1991, zone de protection spéciale (ZPS) du réseau Natura 2000 de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN)[21] ;
    • Parcours sportif[94].
  • Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie et la Russie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la côte[95].
  • Trois PR (Promenades & Randonnées) traverse la commune, le premier, venant du nord, rejoint le GR 120 à Merlimont-Plage, le second, du nord au sud, passe par le centre de Merlimont au lieu-dit le Bout de Haut et le troisième, passe également par le centre la commune, au lieu-dit le Bout de Bas, ces deux derniers, via le hameau d'Épy, rejoignent la commune d'Airon-Notre-Dame[96].

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », appelée aussi « Véloroute de l’Europe », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 4 000 km, est en projet pour la traversée de la commune et doit relier les pistes cyclables, déjà existantes, au nord de Stella-Plage et celles au sud de Merlimont[97],[98].

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une grande diversité d'associations :

  • En extérieur : « Amicale Des Estivants », jeu de boules ; « Bollaert Boys », organisation de déplacement pour supporteurs du Racing Club de Lens ; Le « Fishing Club », pour la pêche en mer ; le « Quiller Club », jeu de quilles ; « Randopale », organisation de randonnées ; « Société De Chasse » ; « 11' Carapate », pour visiter, découvrir, déguster, s’évader et voyager ;
  • En intérieur : « Les Amis de Merlimont » pour le plaisir d'être ensemble et rompre la solitude ; « L'Atelier Citoyen » dont le but est de réunir des citoyens pour s’informer, débattre et agir dans une optique citoyenne et solidaire en relation avec des sujets de société ; « Bien Vivre Son Corps », cours de gymnastique ; « Cousu Main », aide et conseil dans les travaux de couture ; « Country Line Dancers », danse en ligne ; « Cybert Point », initiation et plaisirs de l’informatique ; « Danza Salsa », cours de danse cubaine ; « Effet Mer », troupe de théâtre amateur ; « L’Échiquier Merlimontois », jeu d'échecs ; « Loisir et Créativité », travail de la faïence, du grès, de la porcelaine et peinture ; « Merlimont Passion » pour partager une idée ou un projet ; « Où Sont Mes Clefs ? », aide aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ; « Profil Sport », différentes techniques de gymnastique ;
  • En extérieur et intérieur : « Les Amis de La Chapelle », conservation, animation et rayonnement de la chapelle Notre-Dame-des-Anges ; « Les Anciens Combattants » ; « club d’astronomie Equinoxe » ; « Manifest'action », promouvoir et aider à l’organisation de manifestations locales[93].

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux lieux de culte, l'église Saint-Nicolas, rue Auguste Biblocq, à Merlimont et l'église Notre-Dame-des-Anges, avenue de la plage, à Merlimont-plage.

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse de la « Sainte Famille en terre d'Opale » au sein du doyenné de Berck-Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes[99].

La première église de Merlimont, annexe de Cucq, était bâtie dans le marais entre Capelle et Merlimont, mais elle tombe en ruine pendant la révolution française, ce qui oblige les habitants d'aller aux office de la paroisse de Cucq. Une ordonnance du érige une chapelle grâce aux dons de la population, Mgr le Dauphin et par la duchesse de Berry. L'abbé Cauwet, nommé en 1856, entreprend de la remplacer. La première pierre de l'église est posée le par M. Boulanger, curé-doyen de Saint-Jacques d'Amiens. Elle est consacrée le par Mgr Lequette[50].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[100].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 2014, on pouvait également recevoir les programmes d'Opal'TV. Actuellement, la commune est également couverte par BFM Grand Littoral[101].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage, de Merlimont, est de 22 210 €, pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 €.

En 2018, 43 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables[Insee 6].

Emploi[modifier | modifier le code]

Merlimont fait partie, selon l'INSEE, de l'unité urbaine, de l'aire d'attraction des villes, de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck[102].

La commune est composée de 47,4 % de personnes n'ayant pas d'activité professionnelle (25,9 % pour la métropole), soit presque la moitié de la population, qui se décompose en retraités (36,1 %) et personnes n’exerçant pas une activité professionnelle (11,3 %) :

Répartition de la population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle 2017[103]
Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers Retraités Autres personnes sans activité professionnelle
Merlimont 0 % 4,9 % 5,8 % 13,0 % 19,5 % 9,3 % 36,1 % 11,3 %
Métropole 0,8 % 3,5 % 9,5 % 14,2 % 16,1 % 12,2 % 27,2 % 16,5 %
Répartition des emplois selon le secteur d'activité 2017[104]
Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Merlimont 0 % 2,4 % 11,4 % 62,6 % 23,6 %
Métropole 2,6 % 12,2 % 6,4 % 46,8 % 32 %

En 2017, le taux de chômage est de 11,9 % alors qu'il était de 14,5 % en 2012. Sur 100 actifs, 79 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Merlimont comptait 270 établissements (hors agriculture) : 9 dans l'industrie, 42 dans la construction, 96 dans le commerce-transports-services divers, 9 dans l'activité financières et l'assurance, 18 dans l'activité immobilière, 46 dans l'activité spécialisée, scientifique et technique et activité de service administratif et de soutien, 28 dans le secteur administratif et 22 dans les autres activités de services[Insee 8].

En 2019, 45 entreprises ont été créées[Insee 9].

Un marché de plein-air hebdomadaire, en période hivernale (du au ), se déroule les vendredis, secteur plage, place de la Chapelle (au niveau de l'Office de Tourisme) et les samedis, secteur village, place de la Haye (route départementale) et en période estivale (du au ) tous les lundis et vendredis, place de la Gare (parking de la salle polyvalente)[105].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Constructions inscrites au patrimoine architectural du ministère de la Culture[modifier | modifier le code]

  • 12 constructions sont inscrites au patrimoine architectural du ministère de la Culture, 11 villas et une église, réalisées par les entrepreneurs Darroquy et Fleuret et par les architectes René Collard, Louis Quételart, Lucien Dufour et Robert Bonnefond :
    • Maison de ville, 4 boulevard de la Manche[106] ;
    • Villa Nic aux Flots, 13 avenue du Calvaire[107] ;
    • Villa Le Grelot, 65 avenue de Flandres et 19 avenue de Londres[108] ;
    • Villa Le Simoun, 24 avenue de Londres[109] ;
    • ensemble de sept maisons, au 4, 6, 8, 10, 12, 14 et 16 rue de Tourville[110] ;
    • Villa Nic au Vent, 44 boulevard de la Manche[111] ;
    • Villa Providencia, 30 avenue d'Artois[112] ;
    • Villa Chaperon Rouge, 361 allée Madeleine[113] ;
    • Villa Les Vagues, 1 avenue du Centre[114] ;
    • L'église Notre-Dame-des-Anges, avenue de la Plage[115].

Autres constructions notables[modifier | modifier le code]

    • L'hôtel de ville ;
    • L'église Saint-Nicolas, rue Auguste-Biblocq ;
    • Le monument aux morts, réalisé par le sculpteur Jules Déchin[116].

Merlimont-Plage[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une bibliothèque municipale et d'une salle polyvalente, la salle Albert Guilbert.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Des scènes de films ont été tournées à Merlimont :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Elles y sont nées, ou y ont vécu ou y sont mortes :

  • Henri Fernoux (1842-1907), architecte parisien, une rue de la commune porte son nom ;
  • Emmanuel Damoye (1847-1916), peintre français, Le Moulin de Merlimont, peint en 1879, collection du musée d'Orsay[119] ;
  • Jules Déchin (1869-1947), sculpteur français, il a une résidence secondaire à Merlimont villa Providentia, avenue d'Artois, où il a un atelier. Il réalise le monument aux morts ainsi que deux statues, Jeanne d'Arc et Saint Louis de Gonzague, visible à l'église Notre-Dame-des-Anges de Merlimont-Plage[120] ;
  • René Collard (1892-1950), architecte français installé à Merlimont, entre 1934 et 1938, qui réalise un ensemble de sept maisons formant une composition urbaine, au 4, 6, 8, 10, 12, 14 et 16 rue de Tourville[110].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Merlimont Blason
D'argent à cinq coquilles de gueules, à la champagne ondée d'azur[121].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Siame, Histoire de Merlimont des origines à nos jours : Les Amis du passé du pays de Montreuil, Merlimont, les Amis du passé du pays de Montreuil, , 50 p.[122]
  • Daniel Haigneré (1824-1893), Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais, Arrondissement de Montreuil, Sueur-Charruey, , 418 p. (lire en ligne), p. 341

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. En 1661, le franc quartier de Merlimont profitait encore de ces avantages car il dépendait autrefois du comté de Saint-Pol.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. La boite postale est néanmoins domiciliée à Merlimont. La superficie se répartit avec environ un tiers sur Rang-du-Fliers, dont la zone d'entrée ainsi que le parking, et deux tiers sur Berck

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier complet de Merlimont en 2017, rubrique Logement en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 18 mars 2021).
  2. « Dossier complet - commune de Merlimont rubrique Tourisme au 1er janvier 2021 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 18 mars 2021).
  3. « Recensement de la population française en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 16 mars 2021).
  4. « Évolution et structure de la population à Merlimont en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 16 mars 2021).
  5. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 16 mars 2021).
  6. « Dossier complet - commune de Merlimont - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 18 mars 2021) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 18 mars 2021).
  7. « Dossier complet - commune de Merlimont - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021).
  8. « Dossier complet - commune de Merlimont - DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021).
  9. « Dossier complet - commune de Merlimont - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2019 », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2021).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Boulogne-sur-Mer », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Montreuil », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Calais », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  4. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Arras », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  5. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Lille », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Merlimont et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le 4 avril 2021).
  7. Le Touquet-Paris-Plage à l’aube de son nouveau siècle, éditions Flandres-Artois-Côte d’Opale, , p. 22.
  8. Site de la mairie consulté le 29 mai 2014
  9. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  10. « Altitude de la dune, 47 mètres » sur Géoportail (consulté le 23 mars 2021)..
  11. Petit-Berghem Y., 1998. La forêt littorale de Merlimont : une forêt subnaturelle des dépressions humides des dunes du Nord de la France, Cahiers de Géographie physique, Université des Sciences et Technologies de Lille, 12, 47-67, 7 fig.
  12. Petit-Berghem Y., 1998. Le boisement des garennes dunaires du Nord de la France, La Forêt Privée, 239, 15-29.
  13. Petit-Berghem Y., 2004. Le rôle du climat dans la genèse et l'évolution des forêts dunaires françaises, Actes du 17e colloque de l’AIC « Climat, mémoire du temps…Les relations climat-espace-société », Caen, 8-11 septembre 2004, 70-73.
  14. Petit-Berghem Y., 2010. Les forêts littorales face aux changements environnementaux. Actes du colloque « Des milieux aux territoires forestiers : itinéraires biogéographiques » (Sous la direction de Marc Galochet et Eric Glon), Mélanges en l’honneur de Jean-Jacques Dubois, Artois Presses Université, 355-370.
  15. a b et c « paysages dunaires et estuaires d’opale », sur Le site de l'atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, (consulté le 10 avril 2021).
  16. Fiche de la Grande Tringue sur le site du SANDRE.
  17. Fiche de la Petite Tringue sur le site du SANDRE.
  18. « Fiche sur Merlimont », sur Météo France (consulté le 16 mars 2021).
  19. « Requalification du front de mer », sur merlimont.fr (consulté le 17 mars 2021).
  20. a et b « Dunes de Merlimont », sur Site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 16 mars 2021).
  21. a et b « Les marais de Balençon », sur Site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 16 mars 2021).
  22. « ZNIEFF 310007234 - dunes de Merlimont », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 mars 2021).
  23. « ZNIEFF 310007236 - marais de Balançon », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 mars 2021).
  24. « ZNIEFF 310013725 - les dunes de Stella-Plage », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 mars 2021).
  25. « espèces présentes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 29 avril 2021).
  26. « espèces protégées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 29 avril 2021).
  27. « statut biologique des espèces recensées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 29 avril 2021).
  28. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  29. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  30. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  31. « Unité urbaine 2020 de Berck », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  32. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  33. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  34. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  35. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  36. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  37. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  38. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  39. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le 2 avril 2021).
  40. « Lieux-dits et hameaux », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  41. « Bilan à 6 ans du SCoT du Montreuillois », sur Le site de la CA2BM, (consulté le 3 avril 2021).
  42. « Urbanisme - Les documents de communes », sur ca2bm.fr (consulté le 5 avril 2021).
  43. « Le PLUI-H », sur Le site de la CA2BM (consulté le 3 avril 2021).
  44. Notice no IA62001506, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Ligne 513 - Étaples / Le Touquet-Paris-Plage / Berck », sur passpass.fr site Pass-Pass, (consulté le 21 août 2019).
  46. « Zonage sismique en France », sur planseisme.fr, (consulté le 18 mars 2021).
  47. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 252
  48. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1251.
  50. a b c d et e Daniel Haigneré (1824-1893), Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais, Arrondissement de Montreuil, Sueur-Charruey, , 418 p. (lire en ligne), p. 341.
  51. « Cote LH/2653/60 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  52. Ch. L., « Chemin de fer : "Ici, Merlimont-Plage !" », sur merlimont-memoire-patrimoine.fr (consulté le 22 mars 2021).
  53. Jean Descamps, Le Touquet-Paris-Plage pendant la guerre 1914-1918, Imprimerie Duvivier à Tourcoing, , 131 p. (ISBN 978-2-36469-131-5), p. 88.
  54. « Merlimont, mémoire et patrimoine », sur merlimont-memoire-patrimoine.fr (consulté le 21 mars 2021).
  55. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6224) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 23 mars 2021).
  56. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  57. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 7 novembre 2015).
  58. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  59. a b et c « Résultats du 1er tour pour Merlimont », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 6 avril 2021).
  60. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le 28 juin 2020).
  61. Olivier Merlin, « Merlimont : qui sera maire après le départ de Jean-François Rapin ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  62. P.L., « Merlimont : Il y aura une élection municipale complète : Sans surprise Jean-François Rapin a annoncé l’abandon de son mandat de maire de Merlimont. Une décision qui renverra les Merlimontois aux urnes », Le journal de Montreuil,‎ (lire en ligne).
  63. Fabrice Leviel, « Bilan des maires à Merlimont avec Jean-François Rapin : « Après le centre-ville, on va s’occuper du côté plage » : À six mois des élections municipales, c’est le moment de jeter un œil dans le rétro des maires dans notre série « Le bilan des maires ». Aujourd’hui, Jean-François Rapin (UMP) aux commandes de Merlimont depuis 2001 et qui postulera en mars pour un troisième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2015).
  64. « Merlimont: Jean-François Rapin réélu pour un troisième mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2015).
  65. Anthony Berteloot, « Les projets du maire de Merlimont : rénover le secteur plage : Jean-François Rapin, 48 ans, sans concurrence d’autre liste, a été réélu pour un troisième mandat de suite à Merlimont. Après une transformation du « village », les prochaines années seront consacrées à donner un gros coup de neuf au secteur plage. Dans un contexte financier tendu. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2015).
  66. Olivier Merlin, « Merlimont : le nouveau sénateur Jean-François Rapin a 20 mois pour convaincre : Depuis mardi, le Merlimontois Jean-François Rapin remplace Natacha Bouchart au palais du Luxembourg. Un mandat parlementaire pris en cours de route qu’il compte mettre à profit pour agir concrètement sur le littoral. Le Montreuillois n’avait pas eu de sénateur depuis 24 ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  67. Fabrice Leviel, « Merlimont : la liste de Mary Bonvoisin élue sans surprise », La Voix-du-Nord,‎ (lire en ligne).
  68. « Les élus », Vie communale (consulté le 25 avril 2016).
  69. « Ville de Merlimont », sur mairiesdefrance.org (consulté le 17 mars 2021).
  70. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le 3 avril 2021).
  71. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 3 avril 2021).
  72. « Gestionnaire des déchets », sur Le site de Sinoe (consulté le 3 avril 2021).
  73. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le 3 avril 2021).
  74. « Site de compostage », sur Le site de Sinoe (consulté le 3 avril 2021).
  75. « Merlimont trois fleurs », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 17 mars 2021).
  76. « Liste des écoles de Merlimont », sur education.gouv.fr (consulté le 17 mars 2021).
  77. « Le Wi-Fi gratuit dans l'Union européenne », sur ec.europa.eu (consulté le 5 avril 2021).
  78. « Le WIFI4UE public est arrivé dans la commune », sur Le site de la commune de Merlimont (consulté le 6 avril 2021).
  79. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le 16 mars 2021).
  80. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 16 mars 2021).
  81. « Police municipale », sur Le site de la mairie de Merlimont (consulté le 5 avril 2021).
  82. « Brigade de gendarmerie de Merlimont », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le 5 avril 2021).
  83. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  84. « CIS du Pas-de-Calais », sur Le site du centre départemental d'incendie et de secours (consulté le 6 avril 2021).
  85. « Pas-de-Calais → Merlimont », sur le site habitants.fr (consulté le 16 mars 2021).
  86. André Accart, Les sobriquets des habitants du Pas de Calais, Les éditions Nord Avril, (2006) (ISBN 2915800057).
  87. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  88. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  89. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  90. « Festivals et animations », sur Le site de la commune de Merlimont. (consulté le 21 mars 2021).
  91. « Le club nautique De Merlimont », sur site du club nautique de Merlimont (consulté le 19 mars 2021).
  92. Bruno Henri, « Histoire du char dans la famille Demoury », sur le-tour-d-afrique.over-blog.net (consulté le 19 mars 2021).
  93. a et b « Associations sports, détentes et loisirs », sur Le site officiel de la commune de Merlimont (consulté le 19 mars 2021).
  94. a b et c « Les sentiers nature de Merlimont », sur merlimont.fr (consulté le 16 mars 2021).
  95. « Visualisation de la carte topographique pour Merlimont. » sur Géoportail (consulté le 18 mars 2021.)..
  96. « PR (promenades et randonnées) », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  97. « Le Touquet-Paris-Plage / Berck - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le 18 mars 2021).
  98. « Le réseau de pistes cyclables », sur ca2bm.fr (consulté le 10 avril 2021).
  99. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le 16 mars 2021).
  100. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le 18 mars 2021).
  101. Déborah Adoh, « Grand Littoral TV devient BFM Grand Littoral », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 18 mars 2021).
  102. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 23 mars 2021).
  103. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Merlimont - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021) et « Dossier complet - France métropolitaine - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021).
  104. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Merlimont - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021) et « Dossier complet - France métropolitaine - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 17 mars 2021).
  105. « Jours et emplacement des marchés », sur merlimont.fr (consulté le 5 avril 2021).
  106. Notice no IA62000474, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. Notice no IA62000476, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  108. Notice no IA62000479, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  109. Notice no IA62000480, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  110. a et b Notice no IA62000471, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  111. Notice no IA62000473, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  112. Notice no IA62000477, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  113. Notice no IA62000482, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  114. Notice no IA62000475, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  115. Notice no IA62000472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  116. « Monument aux morts », sur Le site mémoires de pierre (consulté le 20 mars 2021).
  117. « Films tournés à Merlimont » (consulté le 31 mars 2021).
  118. « Le 7e art à Merlimont ! », sur Le site de Merlimont (consulté le 20 mars 2021).
  119. « Le Moulin de Merlimont », notice sur le site du musée d'Orsay
  120. Ch. L., « Le monument aux morts de Merlimont », sur merlimont-memoire-patrimoine.fr (consulté le 22 mars 2021).
  121. « Merlimont - Archives départementales du Pas-de-Calais », sur archivespasdecalais.fr (consulté le 10 avril 2021).
  122. (notice BnF no FRBNF36267663).