Courcelles-lès-Lens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courcelles-lès-Lens
Courcelles-lès-Lens
La mairie.
Blason de Courcelles-lès-Lens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Édith Bleuzet-Carlier
2020-2026
Code postal 62970
Code commune 62249
Démographie
Gentilé Courcellois, Courcelloises
Population
municipale
7 918 hab. (2018 en augmentation de 19,9 % par rapport à 2013)
Densité 1 424 hab./km2
Population
agglomération
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 07″ nord, 3° 01′ 08″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 45 m
Superficie 5,56 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Hénin-Beaumont-2
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Courcelles-lès-Lens
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Courcelles-lès-Lens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courcelles-lès-Lens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courcelles-lès-Lens
Liens
Site web courcelles-les-lens.fr

Courcelles-lès-Lens est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Elle fait partie de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin. La Compagnie des mines de l'Escarpelle y a exploité sa fosse no 7 - 7 bis.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par le canal de la Deûle. Elle est située à 30 km au sud de Lille sur l'autoroute A21, et à 20 km de Lens et d'Arras. Elle est accessible en une heure depuis Paris, par le TGV.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Courcelles-lès-Lens
Évin-Malmaison Leforest
Noyelles-Godault Courcelles-lès-Lens Auby
Esquerchin Flers-en-Escrebieux

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Courcelles-lès-Lens est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[4] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parc éolien de l'Escrebieux, également sis sur Esquerchin et Flers-en-Escrebieux, est construit à partir d'octobre 2020 pour une mise en service en 2021[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Armes de Courcelles-lès-Lens

D’azur semé de fleurs de lys d’or, au cerf d’argent brochant sur le tout, au chef ondé aussi d’azur chargé de trois merlettes aussi d’argent.

La ville qui a été occupée par l'armée allemande a souffert de la Première Guerre mondiale, avec outre les séquelles de guerre habituelles, la pollution induite par les incendies d'installations industrielles à risque[10]. Située en zone rouge, la ville a fait l'objet d'un nettoyage par les démineurs en raison d'un grand nombre de munitions non-explosées avant d'entrer en phase de reconstruction.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Courcelles-lès-Lens dans son canton et son arrondissement.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 novembre 1945 Louis Pachy    
novembre 1945 octobre 1947 Henri Fenzy    
octobre 1947 avril 1967 Martial Joseph Lefebvre   Machiniste aux Houillères
avril 1967 mars 1977 Marcel Couture   Chef d'atelier
mars 1977 juin 1995 Roland Robert   Retraité de l'Éducation nationale
juin 1995[11] mars 2014 Ernest Vendeville DVG  
mars 2014[12],[13] février 2017[14] Jean-François Graf DVG Cadre retraité
février 2017[15] Juillet 2020 Bernard Cardon DVG Retraité
Juillet 2020 [16] En cours Édith Bleuzet-Carlier DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 7 918 habitants[Note 3], en augmentation de 19,9 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
577606658689734733735763744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7498098648769811 3021 4721 5831 811
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9352 4062 7832 3093 2693 7963 6584 4615 385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 5825 9655 8745 8556 3436 1195 9875 9655 943
2013 2018 - - - - - - -
6 6047 918-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 22,3 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 16,3 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 22,1 %).
Pyramide des âges à Courcelles-lès-Lens en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,9 
75 à 89 ans
9,2 
11,4 
60 à 74 ans
12,5 
19,2 
45 à 59 ans
18,7 
20,1 
30 à 44 ans
20,2 
22,3 
15 à 29 ans
18,5 
21,9 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est en plein développement avec le projet de construction d'un éco-quartier de la Marlière qui prévoit la construction de 1250 logements d'ici une dizaine d'années, avec une crèche et des commerces de proximité. Une zone industrielle et artisanale est en pleine extension sur les Hauts-de-France (RN 43).

Six logements sont aussi en construction à l'arrière de la résidence Léo-Lagrange.

.

Industrie[modifier | modifier le code]

En 1894 l'usine Malfidano est fondée à Noyelles-Godault. Elle empiète également sur le territoire de Courcelles-lès-Lens. C'est une usine travaillant le plomb et le zinc. Elle traite la calamine calcinée découverte à la mine de Malfidano, en Sardaigne. Les exploitants se sont implantés à Noyelles-Godault pour profiter du grand réseau de canaux de la région, notamment le canal de la Haute-Deûle qui passe derrière l'usine, pour le réseau ferroviaire lui aussi performant, et pour la population habituée aux travaux industriels, notamment avec les mines.

Son installation entraîne un afflux migratoire, avec l'arrivée de travailleurs étrangers. Cette augmentation de la population est une aubaine pour Noyelles-Godault et les villages des alentours, elle permet leur développement économique et la création d'écoles[23]. Néanmoins, la production de plomb et de zinc est nocive, que cela soit pour les travailleurs, les habitants ou l'environnement. Une des maladies associées au plomb est le saturnisme.

L'usine est rasée pendant la Première Guerre mondiale, ayant servi de lieu de stockage aux Allemands. Après la guerre, elle est rachetée par l'entreprise Penarroya.

Elle achète et fait construire des maisons durant la première partie du XXe siècle à Courcelles-lès-Lens ou encore à Noyelles-Godault, certainement afin à la fois d'avoir ses ouvriers proches de leur lieu de travail, mais aussi de s'assurer de leur tranquillité.

La production de plomb s'accélère en 1936, lorsque l'on construit sur le site une grande usine moderne.

La chronologie des périodes suivantes de l'usine est détaillée sur l'article Metaleurop-Nord.

En 2003, la direction annonce la fermeture de l'usine, sans préavis ni plan social, et licencie brusquement 800 salariés[24]. Les activités de l'usine ont par ailleurs fortement endommagé l’environnement. En 2001, la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) reconnait « une pollution des sols d’une ampleur singulière »[24].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • la gare d'eau, creusée au début du XXe siècle et pouvant accueillir plus de 200 péniches.
  • l'ancienne mairie, érigée sur la place juste à côté de l’église, fortement endommagée lors de la Première Guerre mondiale lors de la chute du clocher de l’église, désaffectée en 1973 et transformée alors en centre socio-culturel Gilles-Rollez[25].
  • un moulin jadis rénové mais qui devrait à nouveau l'être.
  • la borne Saint-Brayou.
  • une stèle dédiée aux mineurs morts dans des catastrophes minières de la commune.
  • église Saint-Vaast, en cours de rénovation[26].
  • divers giratoires dont un garni d'un monument et d'une stèle en mémoire des métallos victimes de leur travail.
  • le cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adulphe-Delegorgue (1814-1850)

Chasseur et naturaliste qui naquit à Courcelles-lès-Lens le 13 novembre 1814. Fils d'Adulphe Delegorgue, un cultivateur et ancien maire de la commune, il devint marin à 16 ans. Il se lança dans sa première expédition en Afrique à 23 ans, ramenant plusieurs collections naturalistes qui enrichirent le Muséum d'histoire naturelle de Paris et le musée de Douai. Il mourut de maladie, en mer en voyage pour sa quatrième expédition. Il est l'auteur d'un Voyage dans l'Afrique australe, paru en 1847 et donna son nom à quelques espèces d'animaux. Le collège de la commune est nommé d'après lui.

. Daniel Ledent, né en 1945 à Courcelles-lès-Lens, joueur de basket-ball, sélectionné 120 fois en équipe de France.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Julien Gilman, « Le chantier du parc éolien de l'Escrebieux débute le 5 octobre », La Voix du Nord, no 24360,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  10. ROBERT Roland, Souvenirs de la guerre : Courcelles-lès-Lens sous l’occupation allemande 1914-1918, étude historique, autoédition.[SD Onac]
  11. I. C., « Courcelles-les-Lens: Jean-François Graf décide de ne pas augmenter les taxes locales : Qu’il semble loin le temps des conseils municipaux chaotiques et surprenants lorsque Ernest Vendeville, maire atypique depuis 1995, était aux commandes. Les conseils se suivent et ne se ressemblent pas ! C’est un conseil sobre jusqu’au bout avec aux manettes un Jean-François Graf monocorde qui a eu lieu ce mardi », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2014).
  12. Annie-Claire Guilain, « Courcelles-les-Lens : portrait de Jean-François Graf, le maire amoureux des chiffres et du travail : C’est un homme radicalement différent de leur ancien maire que les Courcellois ont élu voilà plus d’une semaine. Si Jean-François Graf a, par le passé, marché dans les pas d’Ernest Vendeville, il a su prendre son propre chemin. Ce roi de la comptabilité qui mêle polyvalence et amour du travail a décidé de prendre en main les rênes d’une commune qui, selon lui, en avait bien besoin. Et lui qui aime avoir du pain sur la planche, va être servi », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2014).
  13. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 14 décembre 2014).
  14. Pascal Wallart, « Jean-François Graf vient de donner sa démission à la préfète : Depuis un mois et demi, le maire de Courcelles-les-Lens n’est plus apparu en mairie. On l’a dit au bout du rouleau, en plein « burn out »... Et de fait, il n’y reviendra pas, ayant envoyé voici quelques jours sa lettre de démission. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2017).
  15. Pascal Wallart, « Clap de début pour Bernard Cardon… juste au milieu du gué : Sans surprise, c’est Bernard Cardon qui s’installe dans le fauteuil majoral au terme d’une séance de conseil marquée par le top-départ pour deux gros projets du mandat : la vidéoprotection et la future médiathèque. De quoi se remonter les manches alors qu’on est déjà à la moitié de la mandature. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2017).
  16. Fabien Pestiaux, « Édith Bleuzet-Carlier devient la première femme maire de Courcelles : Sans grande surprise, Édith Bleuzet-Carlier a été élue maire de Courcelles-lès-Lens, ce vendredi soir. Arrivée en tête au premier tour, elle avait confirmé lors du second tour dimanche dernier avec dix points d’avance sur son prédecesseur, Bernard Cardon, beau perdant. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Évolution et structure de la population à Courcelles-lès-Lens en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010).
  22. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010).
  23. Jean-Luc Loyer et Xavier Bétaucourt, Noir Métal, Delcourt, , p. 49.
  24. a et b « Dans le Pas-de-Calais, le drame persistant du site le plus pollué de France », sur Reporterre, .
  25. « Courcelles-les-Lens : avant après : mairie, bibliothèque, salle de musique », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2014).
  26. « Courcelles-les-Lens: depuis l’arrêt des travaux, l’église se dégrade : Après plusieurs mois d’arrêt de travaux à la suite d'un dépôt de bilan de l’entreprise qui les avait entamés, l’église courcelloise revêt une façade bicolore qui exaspère certains fidèles mais pas seulement. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2014).