Croisilles (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Croisilles
Croisilles (Pas-de-Calais)
La mairie.
Blason de Croisilles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Artois
Maire
Mandat
Gérard Due
2020-2026
Code postal 62128
Code commune 62259
Démographie
Gentilé Croisillois
Population
municipale
1 970 hab. (2019 en augmentation de 17,4 % par rapport à 2013)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 01″ nord, 2° 52′ 51″ est
Altitude Min. 64 m
Max. 114 m
Superficie 11,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Croisilles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Croisilles
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Croisilles
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Croisilles
Liens
Site web mairie-croisilles.fr

Croisilles est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Sud-Artois qui regroupe 64 communes et compte 27 349 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la rivière la Sensée, un cours d'eau naturel non navigable de 27,07 km, qui prend sa source dans la commune de Saint-Léger et se jette dans le canal du Nord au niveau de la commune d'Arleux[1].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Croisilles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,9 %), zones urbanisées (8,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,1 %), prairies (0,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

De 1882 à 1969, la commune est desservie par une ancienne ligne de chemin de fer, la ligne de Boisleux à Marquion.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Croisilæ (1142) ; Croisillæ (1154-1159) ; Croisiles (1171) ; Croziliæ (1190) ; Cruciculæ (XIIe siècle) ; Croisilles (1207) ; Crusilæ, Croissilles, Croizsil (XIIIe siècle) ; Croizicles (1301) ; Crusilles (1308) ; Cruiseilles (1322) ; Croseilles (1381) ; Croisil (1407) ; Croixilles (1529) ; Croisilles (1673) ; Croizilles (1674)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune peut être consultée dans le Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais paru en 1873, en cliquant sur le lien ci-après [12].

Carte de Cassini[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur vers 1750.

La carte de Cassini ci-dessus montre qu'au milieu du XVIIIe siècle, Crosilles était une paroisse située su le ruisseau Le Petit Cogoeule qui est appelé La Sensée de nos jours. Au su-est, un moulin à vent en bois aujourd'hui disparu était en activité à cette époque .


Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Théâtre d'opération de la bataille de Bapaume (1871) durant la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Première Guerre mondiale, après la bataille des Frontières du 7 au 24 août 1914, devant les pertes subies, l'État-Major français décide de battre en retraite depuis la Belgique. Dès le 28 août, les Allemands s'emparent du village de Croisilles et poursuivent leur route vers l'ouest. Dès lors commença l'occupation allemande qui dura jusqu'au début de 1917. Des arrêtés de la kommandantur obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien.
En mars 1917, les Allemands décident de se retirer sur la ligne Hindenburg, ligne fortifiée située à seulement 1 km à l'est devant Bullecourt. Avant leur départ, le village est évacué de ses habitants et toutes les constructions (église, mairie, maisons) sont systhématiquement dynamitées, tous les arbres sont coupés, les puits pollués avec du fumier [13].
Les troupes britanniques prennent alors possessions des ruines du village le 2 avril 1917. Croisilles repassera aux mains des Allemands en mars 1918 lors de l'offensive du Kaiser jusqu'au , date à laquelle le village sera définitivement repris par les troupes du Commonwealth après de violents combats, attestés par la présence de nombreux cimetières britanniques ou allemands dans le secteur
Après l'armistice, les habitants reviennent peu à peu au village.De 1271 habitants en 1911, ce nombre tombera à 782 en 1921. Alors commença une longue période de reconstruction.
Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune s'est vu décerner la croix de guerre 1914-1918 le [14].

À l'issue du conflit, deux cimetières militaires sont érigés. L'un le long de l'ancienne ligne Boisleux-Marquion, l'autre en haut de la rue Eugène Hornez. 1 178 soldats reposent dans ce cimetière (1 172 de la Première Guerre mondiale auxquels s'ajoutent 6 aviateurs de la Seconde Guerre mondiale). 647 de ces soldats sont inconnus.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La rue Max-Joly porte le nom d'un militaire français (sous-lieutenant) qui défendait une auto-mitrailleuse sur la route de Bullecourt lors de l'évacuation de 1940.

Après le bombardement de la gare d'Arras le , beaucoup de matériel ferroviaire fut rapatrié à Croisilles.

Dans la nuit du 15 juin au , un Avro Lancaster est abattu au-dessus de Croisilles. L’appareil venait de bombarder des voies ferrés du côté de Valenciennes lorsqu’il fut touché. Six des sept aviateurs sont tués. Leurs corps furent inhumés au cimetière militaire aux côtés de 1 172 soldats de la Première Guerre mondiale.

Le , le centre-ville est touché par un missile allemand[Note 4] qui fait plusieurs morts. Des maisons sont détruites, d’énormes dégâts sont constatés et les débris encombrent les rues. Les toitures sont soufflées, les fenêtres arrachées de même que les cadrans de l’horloge de l’église. Sept personnes sont tuées[15]. Un odonyme local (« Rue du 24-Septembre-1944 ») rappelle cet événement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1925 Alexandre Poutrain[16]    
  1977 Albert Desailly PS  
1977 1994 Fernand Dumont    
1995 En cours
(au 9 février 2022)
Gérard Dué PS Ancien cadre
Réélu pour le mandat 2014-2020[17],[18],[19]
Réélu pour le mandat 2020-2026[20],[21]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Jumelages et partenariats de Croisilles.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Croisilles.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Priors Marston (en)[22]Flag of the United Kingdom (3-5).svgRoyaume-Unidepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Espaces publics[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Croisilles a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2019, la commune comptait 1 970 habitants[Note 5], en augmentation de 17,4 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9498031 3071 0821 2411 2971 3661 3911 350
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3881 5111 5371 5801 5371 5441 5081 5471 555
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3661 3621 271782907853815716703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
7227118251 0621 1801 1651 1731 2421 378
2014 2019 - - - - - - -
1 7891 970-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 983 hommes pour 967 femmes, soit un taux de 50,41 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
3,5 
4,2 
75-89 ans
9,0 
13,6 
60-74 ans
14,8 
16,3 
45-59 ans
17,5 
21,7 
30-44 ans
20,0 
18,9 
15-29 ans
15,6 
24,5 
0-14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • Des sentiers de promenades sont aménagés autour de la commune. Ceux-ci empruntent le tracé de l'ancienne ligne de Boisleux à Marquion. La halle aux marchandises est le seul bâtiment qui subsiste de l'ancienne gare de Croisilles.
  • L'église.
  • Le monument aux morts[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Croisilles (Pas-de-Calais) Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les témoins de l'époque parlent d'un V1[réf. nécessaire] mais le site de la commune fait état d'un V2
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Sensée (E1560600 ) » (consulté le )
  2. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  12. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36118c/f63.item.r=croisilles
  13. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Ligne_Hindenbourg_Carte_Nord_2.jpg
  14. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  15. André Coilliot, Sombres Jours de mai 1940 - Arras et Sa Region, Éd. Alan Sutton, 2007 (ISBN 2-84910-427-2).
  16. Edmond Delambre, Annuaire Statistique du Pas-de-Calais pour l'an 1908, Rohard-Courtin, (lire en ligne), p. 168.
  17. Laurent Boucher, « Les bilans des maires - Croisilles - Gérard Dué : « Nous avons créé une dynamique de développement et de vie dans le bourg » : Maire depuis 1995, Gérard Dué arrive au terme de son troisième mandat, marqué par la construction de nombreux nouveaux logements. Il répond à nos questions. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Croisilles : Gérard Dué réélu sans surprise pour un quatrième mandat : Maire depuis 1995, le socialiste Gérard Dué a été réélu sans surprise, lors de ce premier scrutin de liste, avec un score de 58,55 % », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  20. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=31428 »
  23. « Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 19/12/2009.
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Croisilles (62259) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. « monument aux morts de Croisilles », sur Mémoires de pierres (consulté le ).