Berles-au-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Berles-au-Bois
Berles-au-Bois
La mairie.
Blason de Berles-au-Bois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Avesnes-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Michel Petit
2014-2020
Code postal 62123
Code commune 62112
Démographie
Population
municipale
515 hab. (2016 en augmentation de 0,19 % par rapport à 2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 51″ nord, 2° 37′ 48″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 159 m
Superficie 8,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Berles-au-Bois

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Berles-au-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berles-au-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berles-au-Bois

Berles-au-Bois est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Paysage urbain.

Berles-au-Bois est un bourg situé à 15 km au sud-ouest d'Arras et 22 km à l'est de Doullens. Il est aisément accessible par la RN 25.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Berles-au-Bois
Bailleulmont Bailleulval Rivière
Berles-au-Bois Ransart
Pommier Bienvillers-au-Bois Monchy-au-Bois

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Crinchon, affluent droit de la Scarpe, et donc sous-affluent de l'Escaut, coule au nord du territoire communal sur une faible longueur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu a été dénommé Berla en 1074 (cartulaire. du chapitre d'Arras., n° 2), Berla verxus Monchiacum in nemore en 1222 (cart. des chapellenies d'Arras f 89 v°), Bella en 1235 (ch. d'Art. A. 539. n° 8), Berlle en 1310 (ibid., A. 262), Belle en 1334 (chap. d'Arr.), Berle en 1342 (cart. de Saint-Jean-en-l'Estrée). Berles-au-Bois-Sire-Eustache en 1739 (Maillart, p. 13) et Ber!es-au-Boisau XVIIIe siècle (carte de Cassini)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien Régime

Berles-au-Bois, en 1789, faisait partie de la gouvernance d'Arras et suivait la coutume d'Artois[1].

Son église, diocèse d'Arras, doyenné de Pas, secours de Monchy-au-Bois, était consacrée à la Trinité[1].

Première guerre mondiale

À la fin de la guerre, le village présente des destructions[2] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Beaumetz-lès-Loges[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton d'Avesnes-le-Comte.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des vertes vallées (Pas-de-Calais), créée fin 2001, et qui regroupait moins de 8 000 habitants. Celle-ci fusionne avec la communauté de communes du val de Gy pour former, le , la communauté de communes La Porte des Vallées, soit 31 communes regroupant moins de 13 000 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe), promulguée le , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, elle s'est dissoute le , et Berles-au-Bois a été intégrée le dans la communauté de communes des Campagnes de l'Artois.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1967 Georges Camus Rad.
puis UDSR-app. SFIO
Agriculteur
Conseiller général de de Beaumetz-lès-Loges (1945 → 1967)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 21 novembre 2014)
Michel Petit UMP Pharmacien
Conseiller général de de Beaumetz-lès-Loges (1998 → 2015)
Conseiller départemental d'Avesnes-le-Comte (2015 → )
Président de la CC des vertes vallées (2001 → 2012)[5]
Réélu pour le mandat 2014-2020[6],[7],[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 515 habitants[Note 1], en augmentation de 0,19 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
624528657729751765822817838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817823808822803758786793806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
800800753591656610653603574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
582557524531524485497499501
2013 2016 - - - - - - -
517515-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,5 % d'hommes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 24,3 %) ;
  • 46,5 % de femmes (0 à 14 ans = 10,7 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 24,5 %, plus de 60 ans = 28,7 %).
Pyramide des âges à Berles-au-Bois en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,7 
8,2 
75 à 89 ans
9,0 
15,7 
60 à 74 ans
18,0 
23,9 
45 à 59 ans
24,5 
17,5 
30 à 44 ans
21,0 
16,4 
15 à 29 ans
15,0 
17,9 
0 à 14 ans
10,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • L’église.
    Inaugurée le 30 octobre 1927, l’église garde la cloche d’origine baptisée « Ismérie Amable » et possède de jolis vitraux récemment restaurés. * La chapelle.
    Édifiée vers 1850, à la demande de Madame Céleste Dupire, la chapelle est dédiée à Notre-Dame du Rosaire et restaurée en 1980 par des bénévoles.
    Pendant longtemps, la procession du 15 août y rassemble toute la population.
  • La grotte
    Monsieur Théophile Gueranger[Qui ?] fait construire en 1898 cette superbe Grotte, sur le modèle de celle de Massabielle.
    Pendant longtemps, chaque année, on y organise des cérémonies en l’honneur de Notre-Dame de Lourdes. Beaucoup d’habitants ont encore en mémoire :
    • La Neuvaine, en Mai : Pendant la Neuvaine qui débutait le Vendredi soir, une messe et des prières étaient dites chaque jour à la Grotte. Le dimanche de clôture, l’Abbé Robbe organisait un lâcher de ballons qui permettait aux gagnants de partir en pèlerinage.
    • La fête Dieu en Juin : Le prêtre, sous le dais, ouvrait la marche. Les enfants jetaient des pétales de fleurs sur le chemin, suivis de jeunes filles portant sur des brancards les statues de Notre-Dame de Fatima et Notre Dame de Lourdes. Ensuite défilaient les hommes avec les bannières. La procession s’arrêtait à la hauteur de reposoirs ou petits autels dressés chez des particuliers, aux calvaires et au cimetière.
Le 9 Mai 1948, la célébration du cinquantenaire de la Grotte donna lieu à un magnifique cortège qui fit date dans l’histoire de la commune.
  • Le monument aux morts (conflits commémorés : 1914-1918, 1939-1945, Algérie) Texte de l’épitaphe : « Berles-au-Bois à ses morts pour la France »
  • Dans l’église, plaque aux morts de la Grande Guerre. Autorisation préfectorale du (réception des travaux le 29 décembre 1933). Plaque réalisée en marbre de lunel et marbre blanc, dans un style roman, par le marbrier Marcel Lefranc (Saint-Laurent-Blangy). Le coût de 5000 francs fut financé grâce à un dn de la coopérative de reconstruction.
  • Berles-au-Bois Churchyard extension (143 corps 14-18 ; 8 corps 39-45) (lieu-dit :Petit Berles. Superficie : 912 m2). Ce cimetière a été ouvert par les troupes françaises avant d’être utilisé par les troupes britanniques (en particulier la 46e division (North Midland)) à partir de septembre 1915 jusque janvier 1917. On y trouve les tombes de 14 soldats français.
  • Berles New Military Cemetery (167 corps 14-18) (lieu-dit : La Couture, chemin de Bailleulmont, Superficie : 1069 m2). Durant la Première Guerre mondiale, Berles-au-Bois est aux mains des anglais puis des français. Après le conflit, le village a été adopté par le Conseil municipal de Wolverhampton. Ce cimetière a été ouvert par les unités combattantes en janvier 1917 faute de place dans le cimetière de l’église.
  • Berles Position Military Cemetery (52 corps 14-18) (lieu-dit : Haute-Avesnes. Superficie : 670 m2). Ouvert en juillet 1916 par la Modèle:46 (North Midland), utilisé jusqu’en février 1917. Il est établit dans une dépression du sol, ce qui explique qu’il était également connu sous le nom de the Ravine Cemetery ou Nobs Walk Cemetery.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Berles-au-Bois

Les armes de Berles-au-Bois se blasonnent ainsi :
De sinople à la fasce d'or frettée de dix pièces de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 44 sur Gallica.
  2. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  3. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Nicolas André, « Val du Gy et Vertes vallées: Le nouvel EPCI sera présidé par Michel Seroux : Lundi soir à Rivière, les élus des Vertes vallées et de la communauté de communes du Val du Gy ont marié leurs intérêts: ceux d’une entité rurale que l’on tient surtout à préserver, comme l’a signalé en fin de séance, Michel Seroux, maire de Haute-Avesnes, le nouveau président de cette intercommunalité. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2014).
  6. Timothée Brisson, « Le bilan des maires - Berles-au-Bois - Michel Petit: De gros investissements pour sécuriser l’accès à l’eau potable sur la commune : Élu maire en 2001, Michel Petit est également Conseiller général du canton de Beaumetz-Les-Loges. Il réserve pour l’instant sa décision quant à son choix de se présenter ou non à sa succession. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2014).
  7. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 20 novembre 2014)
  8. « Berles-au-Bois : le « bien-vivre ensemble » au cœur du troisième mandat de Michel Petit : L'aménagement d’un nouveau cimetière, du fleurissement et du mobilier urbain, et peut-être le lancement d'un projet de restauration de l'église si les subventions tombent… marqueront le troisième mandat de Michel Petit. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population à Berles-au-Bois en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)