Rang-du-Fliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rang-du-Fliers
Rang-du-Fliers
L'église et l'office de tourisme.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CA des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Claude Coin
2020-2026
Code postal 62180
Code commune 62688
Démographie
Gentilé Rangeois
Population
municipale
4 307 hab. (2019 en augmentation de 3,33 % par rapport à 2013)
Densité 411 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 06″ nord, 1° 38′ 26″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 48 m
Superficie 10,47 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Berck
(banlieue)
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Berck
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rang-du-Fliers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rang-du-Fliers
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Rang-du-Fliers
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Rang-du-Fliers

Rang-du-Fliers est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rang-du-Fliers est située au sud du Pas-de-Calais, à proximité de la limite entre la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais. La commune se situe à 5 km de Berck[1], 35 km de Boulogne-sur-Mer[2], 80 km d'Arras[3] et 180 km de Paris[4]. Il s'agit d'une commune arrière-littorale située à seulement 5 km de la Manche. Elle fait partie de la région naturelle du Marquenterre.

Les communes limitrophes sont Airon-Notre-Dame, Airon-Saint-Vaast, Berck, Merlimont, Verton et Wailly-Beaucamp.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 1] :

  • les dunes de Merlimont. Ce vaste système dunaire est associé, vers l’Est, à un complexe de tourbières basses alcalines encore actives (ZNIEFF des marais de Balançon et de Cucq-Villiers) constituant un site unique à l’échelle des plaines du nord-ouest de l’Europe[5] ;
  • les bocages et prairies humides de Verton. Complexe bocager humide tout à fait original associant prairies mésotrophiles à eutrophiles de différents niveaux topographiques avec des mares et des chenaux de drainage[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rang-du-Fliers est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Berck, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[10] et 44 342 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (43,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (43,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (32,6 %), prairies (21,4 %), terres arables (20,8 %), forêts (19,5 %), zones humides intérieures (4 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare SNCF.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La sortie no 25 de l'autoroute A16 (Paris/Roissy - Calais - Dunkerque) dessert Rang-du-Fliers.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Rang-du-Fliers - Verton, située sur l'axe Paris – Amiens – Boulogne – Calais, est desservie par des trains des réseaux TGV (et TERGV) et TER.

La commune disposait d'une gare sur l'ancienne ligne de chemin de fer Aire-sur-la-Lys - Berck-Plage inaugurée en 1893 et fermée en 1955.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Berck-sur-Mer permet l'atterrissage des avions de tourisme, tandis que l'Aéroport du Touquet-Côte d'Opale (situé à environ 15 km) accueille des liaisons régulières de et vers l'Angleterre, ainsi que des vols spéciaux d'agence vers diverses destinations de vacances.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Le Rencq-du-Faez (1479), Le Rencq-du-Fliez (1512), Le Rencq-du-Fliez[17], Le Rencq-du-Fliez, en 1789, était un hameau de Verton, elle devient commune en 1870 avec le nom attesté Rang-du-Fliers[18].

« Rang » vient de Rin signifiant canal ou « Tringue », tranchée d'assèchement consolidée par des branchages (on retrouve ce terme dans la Grande Tringue au nord de la commune).

« Fliers » vient du flamand Vliet qui signifie « Petite Rivière ». D'où le toponyme « Rein-Vliet » (Rang-du-Fliers) qui a quelque peu évolué dans le temps. Ainsi on trouve Reng-du-Fliez, dans un aveu de Beaurain (château) daté de 1633, « Lerang Deflier » sur une carte de 1790 et « Le Rang d'Effliers » sur carte d'état-major de 1830.

Histoire[modifier | modifier le code]

La collectivité territoriale de Rang-du-Fliers n'a pris naissance qu'en 1870. Très longtemps, elle n'a été qu'un hameau de Verton, bourg important, siège d'une seigneurie remontant au IXe siècle. La population de ce hameau vivait pauvrement au milieu des marais et des bas champs qui s'étaient formés au fil des siècles derrière un cordon dunaire dont les traces les plus visibles actuellement sont au niveau du Parc Bagatelle et du hameau d'Epy, à l'entrée de Merlimont.

Manœuvriers, tisserands, badestamiers et quelques rares métayers occupaient les maisonnettes éparses bâties en torchis en bordure des nombreux fossés d'assèchement.

Une route unique reliant Berck à Montreuil, à l'origine un simple chemin de trois toises de large, avec un fond de gravier, traversait le hameau. Très longtemps, il fut emprunté par les mareyeurs berckois qui emmenaient les ballons chargés de poisson frais vers Amiens et Paris.

Le destin de Rang-du-Fliers bascula au milieu du XIXe siècle, lorsque fut entreprise la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Calais. En 1848, les édiles de Verton refusèrent l'implantation d'une gare dans le bourg pour de supposées nuisances et décidèrent de son édification au hameau de Rang-du-Fliers.

Cette gare prit rapidement de l'importance, d'autant qu'une sucrerie construite à proximité vers 1858 connut elle aussi une prospérité sans cesse grandissante, employant jusqu'à 800 personnes avant 1914 au moment des campagnes betteravières.

Aussi, dès 1867, le hameau de Rang-du-Fliers avait tout pour faire une commune : une église (en 1864), un curé, un cimetière, une gare, une école, et une usine qui amenait de plus en plus d'ouvriers à s'y installer.

L'idée de séparatisme avait fait son chemin, entretenue par le manque d'intérêt manifesté par la commune mère de Verton. Après deux pétitions et bien des débats houleux, Rang-du-Fliers était érigée en commune distincte par décret impérial en date du .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Berck.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1948
(décès)
Galland    
juillet 1948 mars 1965 Jules Chochoy Soc. ind. Retraité SNCF
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1989 Marius Broussier PCF Magasinier
mars 1989 mars 2014 José Collette DVG Receveur des postes retraité
mars 2014 En cours
(au 24 mai 2020)
Claude Coin DVG Cadre bancaire[19],[20]
Réélu pour le mandat 2020-2026[21]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Jumelages et partenariats de Rang-du-Fliers.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Rang-du-Fliers.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Ditton[22]Flag of the United Kingdom (3-5).svgRoyaume-Unidepuis

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Rang-du-Fliers est située dans l'académie de Lille.

La commune administre un ensemble scolaire public de deux écoles primaires, respectivement nommées Jacques Prévert et Marie Curie et d'une école maternelle se nommant Les petits lutins[23]. Dans la commune, se trouve également un lycée agricole institut d'éducation motrice privé (IEMP)[24].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune de Rang-du-Fliers a été créée à partir d'une section de la commune de Verton en 1870.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[26].

En 2019, la commune comptait 4 307 habitants[Note 4], en augmentation de 3,33 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
8118228188809201 0211 0271 0091 034
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 1411 2711 3761 4921 3551 7141 9662 2242 789
1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2019 -
3 2973 5793 6123 9834 0624 1684 2244 307-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 039 hommes pour 2 185 femmes, soit un taux de 51,73 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
6,3 
75-89 ans
9,3 
21,6 
60-74 ans
22,6 
21,7 
45-59 ans
19,8 
17,1 
30-44 ans
17,4 
14,2 
15-29 ans
13,3 
18,5 
0-14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Berck pour desservir Merlimont[30],[31].

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune dans les arts[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Rang-du-Fliers et Berck », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Rang-du-Fliers et Boulogne-sur-Mer », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Rang-du-Fliers et Arras », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Rang-du-Fliers et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310007234 - dunes de Merlimont », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310013318 - Bocages et prairies humides de Verton », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Berck », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 212.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. J.-C. L (CLP), « Rang-du-Fliers : après une campagne houleuse, la liste conduite par Claude Coin l’emporte : Malgré le soutien apporté à la liste de Michel Meurillon par le maire sortant,José Collette, c’est la liste « Rang-du-Fliers passionnément » qui remporte le second tour avec 42,22 % des voix. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. J.-H. Mabille de Poncheville, « Projets des maires : à Rang-du-Fliers, Claude Coin veut « une salle des fêtes » : Claude Coin était directeur de banque à Berck. Mais il a toujours rêvé d’être maire. Élu en 2008 conseiller municipal à Rang-du-Fliers, il en est maintenant le maire. Interview. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Formalité accomplie pour Claude Coin à Rang-du-Fliers : C'est dans la salle François Mitterrand de Rang-du-Fliers que s'est déroulée l'élection de Claude Coin au fauteuil de premier magistrat, et l'installation de ses adjoints et conseillers », Le Journal de Berck,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Comme sa voisine Mary Bonvoisin à Merlimont, Claude Coin a réussi la prouesse d’être seul candidat à sa succession ».
  22. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=26404 »
  23. « Ecoles de Rang-du-Fliers », sur Site ville Rang-du-fliers (consulté le )
  24. « Liste des écoles de Rang-du-Fliers », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Rang-du-Fliers (62688) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. « Le Touquet / Berck - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  31. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  32. https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/unnnn-1618597032
  33. Cécile Legrand-Steeland (photogr. Johan Ben Azzouz), « On a vu le film « Un Homme heureux » en avant-première au Touquet », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Victor Contamin (en), « Discours prononcé sur la tombe de M. Lavezzari décédé à Berck-sur-Mer le 13 juillet 1887 », Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils, vol. 48,‎ 1887 (2e semestre), p. 251-253 (lire en ligne, consulté le ).