Roscoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roscoff
Le centre de Roscoff vu de la chapelle Sainte-Barbe.
Le centre de Roscoff vu de la chapelle Sainte-Barbe.
Blason de Roscoff
Blason
Roscoff
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Saint-Pol-de-Léon
Intercommunalité Pays Léonard
Maire
Mandat
Joseph Seïté
2014-2020
Code postal 29680
Code commune 29239
Démographie
Gentilé Roscovites
Population
municipale
3 434 hab. (2013)
Densité 555 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 38″ Nord 3° 59′ 04″ Ouest / 48.7272222222, -3.98444444444
Altitude Min. 0 m – Max. 58 m
Superficie 6,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Roscoff

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Roscoff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roscoff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roscoff
Liens
Site web www.roscoff.bzh

Roscoff [ʁɔskɔf] est une commune française du Léon, dans le département du Finistère, en Bretagne.

Ancien havre de corsaires puis de smogleurs d'où partirent les Johnnies vendre leurs oignons rosés, Roscoff, homologué « petite cité de caractère[1] », est une petite ville balnéaire qui a conservé son patrimoine architectural des XVIe et XVIIe siècles, doublée d'un important port de ferrys. Desservi par Irish Ferries et Brittany Ferries, qui y a son siège, il relie les îles Britanniques ainsi que l'Espagne.

Son estran, balayé par des marées dont le marnage peut atteindre 10,40 m, abrite une diversité biologique propre à deux écosystèmes d'algues frontaliers dont l'étude, en 1872, est l'origine du premier[2] pôle européen[3] de recherches et d'enseignement en biologie marine, la Station biologique de Roscoff. Recherché pour ses embruns iodés et la douceur d'un climat maintenue par un courant marin qui ne varie qu'entre °C et 18 °C, Roscoff est aussi un séjour de post-cure qui a vu naître le concept de centre de thalassothérapie en 1899, l'institut Rochcroum, et propose, outre une maison de vacances médicalisée, la clinique Kerlena, un hôpital héliomarin de référence fondé en 1900, le Centre de Perharidy.

L'île de Batz est desservie par des vedettes à départ du vieux port de Roscoff.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

L'estacade, qui permet l'embarquement à marée basse, couvre un tiers de la distance jusqu'à l'île de Batz.

Roscoff occupe la pointe du promontoire qui ferme à l'ouest la baie de Morlaix. La ville s'étend sur 619 hectares au nord de Saint-Pol-de-Léon distant de centre à centre de 5 kilomètres, avec lequel elle tend à former une conurbation, et possède 14 kilomètres de côte avec plusieurs plages de sable blanc très fin. L'accès par la terre se fait de Saint-Pol par une route unique, la RD 58 (ancienne route nationale) ou de Santec, au sud ouest, par une petite route côtière.

Ce territoire est dessiné par trois pointes. Celle du milieu, la moins marquée, occupe le centre de la vieille ville et est appelée la pointe du Vil. Les deux autres sont 0,665 mille à l'est la péninsule de Bloscon, séparée de la précédente par la petite anse du vieux port, et 0,604 mille à l'ouest la presqu'île de Perharidy, séparée de la même par l'anse de Laber. Celle-ci, profonde de près de 2 kilomètres, se découvre entièrement à marée basse. Son tiers amont est depuis 1835 un polder.

Il appartient à la Ceinture Dorée, cet affleurement lœssique de 30 à 60 centimètres de profondeur, formé au Devensien par les déjections friables et les moraines du bord de la calotte glaciaire, dont la fertilité, bien qu'il soit plus de mille fois plus mince, ne se compare qu'à celui de la plaine du fleuve Jaune. C'est ce lœss, amendé par les phosphates du goémon, qui donne l'impression que les Roscovites, tels Ulysse, cultivent du sable.

Roscoff est à 98 milles marins, soit 182 kilomètres, de Plymouth, 210 kilomètres de Rennes et 562 de Paris. Il faut 6 heures en ferry[4], environ 15 heures à la voile (mais 2 jours par vents contraires), pour rejoindre Plymouth. L'aérodrome de Morlaix et la base de Landivisiau sont à une trentaine de kilomètres chacun.

Communes limitrophes de Roscoff
Île-de-Batz Manche Manche
Manche Roscoff Baie de Morlaix
Santec Saint-Pol-de-Léon Baie de Morlaix

En face de Roscoff, au-delà d'un double chenal, le grand Kan et le petit Kan séparés par le rocher de Perroc'h, et animé de forts courants, se situe l'Île-de-Batz distante de 0,55 mille.

Vestige de l'habitat dispersé, la commune est entourée d'écarts (Laber, Kersaliou, Keradennec…), parfois séparés par des champs en pleine zone urbaine, signe que le rendement agricole reste supérieur à celui de la rente immobilière.

Transports[modifier | modifier le code]

La voie verte n° 8, allant de Roscoff à Concarneau via Morlaix et Carhaix, emprunte le tracé d'anciennes voies ferrées sur une bonne partie de son tracé ; elle a ouvert en totalité en 2016.

Balises[modifier | modifier le code]

Les cartes marines portent les numéros 7095 et 7151.

Points GPS :48° 42.66′ N 3° 54.02′ O / 48.711, -3.90033
NW des Duons :48° 44.48′ N 3° 55.99′ O / 48.74133, -3.93317
Basse Bloscon (N) :48° 43.78′ N 3° 57.46′ O / 48.72967, -3.95767
Bouée Astan :48° 44.97′ N 3° 57.57′ O / 48.7495, -3.9595
Tourelle Men Guen Bras[5] :48° 43.82′ N 3° 57.97′ O / 48.73033, -3.96617
Tourelle Ar Chaden[6] :48° 43.99′ N 3° 58.16′ O / 48.73317, -3.96933
Basse Plate (N) :48° 44.31′ N 4° 02.44′ O / 48.7385, -4.04067
Tourelle Ar Skeul :48° 41.92′ N 4° 04.04′ O / 48.69867, -4.06733

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

La ville compte 3 732 habitants au recensement de 2004. 32 % de la population a plus de 60 ans. En période estivale, la commune peut dénombrer de 16 à 20 000 résidents[7].

D'année en année, la densité démographique reste supérieure à 550 habitants au kilomètre carré, la plus forte de la côte du Léon après Brest et Morlaix[8].

Logement[modifier | modifier le code]

La commune regroupe 1 571 résidences principales, 726 résidences secondaires et 159 logements vacants[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Le ciel de Roscoff, extrêmement variable sur une journée, délivre tout au long de l'année une luminosité d'une grande constance, laquelle est ici un des facteurs déterminants, avec la transparence des eaux, de l'abondance exceptionnelle des algues.

Faune remarquable[modifier | modifier le code]

Roscoff est inclus dans la Zone de protection spéciale Natura 2000 de la Baie de Morlaix[10] et borde[11] la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de l'estuaire de la Penzé. L'exceptionnelle diversité biologique de Roscoff, soit plus de trois mille espèces animales[12], est liée à son interface maritime et à ses singularités géographiques (marée, climat, courants marins, nébulosité, géodésie, etc.) qui font s'y chevaucher deux écosystèmes d'algues, un nordique et un méditerranéen.

Les baleines (Rorqual commun[17], Balaenoptera acutorostrata[16], Cachalot pygmée[17]) et dauphins (Dauphin commun à bec court[16], Dauphin de Risso[16]) ont pour l'instant disparu mais se voient toujours en très grand nombre dans le golfe de Gascogne.

L'hippocampe est répandu en Bretagne mais l'espèce guttulatus, présente sur la côte sud de l'Angleterre, dans le bassin d'Arcachon et jusqu'en Méditerranée, ne s'y voit qu'à Roscoff.

.

Flore remarquable[modifier | modifier le code]

La paysage de Roscoff abrite plus de sept cents espèces végétales différentes[12].

Les microalgues pélagiques du plancton, tels Emiliania huxleyi[24] et Phymatolithon calcareum, se protègent de coccolithes qui en sédimentant forment le traez, variété de sable crayeux, et le maërl où dominent les Corallinacées, tous deux dragués pour amender les sols.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Roscoff vient du breton ros signifiant promontoire, et de goff qui signifie forgeron, probablement un anthroponyme[37], peut être celui du même saint patron que celui de la paroisse de Plogoff, masque chrétien d'une divinité forgeronne, Gofannon. Le nom de Roscoff pourrait donc se traduire en français par « le coteau du forgeron ».

Une mutation consonantique durcit après ros le g en c. La prononciation de la consonne finale -ff est muette en léonard, d'où la graphie bretonne moderne: Rosko [roskṓ]. La prononciation française [roskɔf] est une lecture fautive de la graphie bretonne classique, Roscoff.

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de Roscoff, appelés Roscouins au XVIIIe siècle, s'appellent aujourd'hui les Roscovites.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Roscoff

Blason de Roscoff :
Blasonnement : D'azur au navire d'argent équipé d'hermine voguant sur une onde d'argent ; au chef de Bretagne (qui est semé d'hermine).

Devise[modifier | modifier le code]

« A rei, a skei atao » (« Donner et frapper toujours »).

La devise est un jeu de mots sur les composantes du nom de la ville prononcé en breton: Rosko, le double f final étant muet. En breton ro signifie en effet donne, et sko veut dire littéralement frappe, selon le contexte au sens physique de joue des poings ou au sens moral de frappe l'imagination, accomplis quelque chose de touchant, mais aussi dirige, oriente, commande. D'où l'impératif ro, sko, donne, frappe, atténué par l'infinitif a rei, a skei, expression d'une sorte de justice immanente, dont le sous entendu ironique est que celui qui paye, décide. L'étymologie véritable de Roscoff est pourtant toute différente.

Hymne[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, le vicomte Eugène d'Herbais de Thun écrivit, sur une musique galloise qui avait eu beaucoup de succès dans les cercles celtisants, l'hymne Paotred rosko (Les gars de Roscoff)[38]. Les compagnies de Johnnies partantes en chantait le refrain Rosko, sko mibin, sko kaled, sko atao (« Roscoff, cogne sec, cogne dur, cogne sans cesse ») en hissant trois fois le pavillon en vue de la chapelle de Sainte Barbe, patronne de la cité depuis au moins le début du XVIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Roscoff avant Roscoff[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le réchauffement climatique, qui a commencé à l'épipaléolithique en achevant de transformer la vallée de la Manche en mer et s'est poursuivi après le boréal jusqu'à le phase atlantique, voit en Bretagne l'homme de Téviec se sédentariser vers - 7000 autour de sites de « pieds rouges » (récolteurs de coquillages sur l'estran), en particulier celui de la baie de Pemprat, au sud de Roscoff, qui, à défaut d'ossements, conserve un kokkenmodding semblable à ceux de la culture d'Ertebølle.

Des traces mégalithiques susbistent faiblement: le dolmen de Kerfissiec, le lech de Reuniou… La triple allée couverte de Keravel a été dynamitée par le propriétaire du terrain en 1942. La pointe de Bloscon a vraisemblablement été vers - 4 500 un tumulus tel celui de Barnenez, candidat à la place de plus vieux monument du monde, avant d'être réutilisé comme fort. Comme dans tout le pourtour de la baie de Morlaix[nb 2], la toponymie témoigne toutefois d'un pôle important au néolithique, développement naturel de deux mille ans de présence des « pieds rouges » du mésolithique : Parc al lia (lia est le pluriel de lech) en retrait de la pointe de Bloscon au-dessus de l'actuel port en eau profonde, Parc an dolmen et Goarem an dolmen, noms de champs autour d'un hypothétique dolmen situé un peu plus au sud au lieu dit Ruveic, etc. Roscogoz, quartier de la ville où se situait le premier port, était dans le souvenir de témoins du XIXe siècle le nom d'un dolmen[39] peut être évoqué dans le nom de Rochgroum (pierre courbe) qui, à Santec, sert à en désigner un.

Macle de cassitérite du gisement de Saint Erc en Cornouailles.

La civilisation maritime du Wessex, celle qui construit au chalcolithique, vers - 2 100, le second Stonehenge, s'implante plus en amont (Cléder, Plouvorn, Saint-Vougay, Saint-Thégonnec) mais ses chefferies minières entretiennent un commerce intense de l'étain et ont nécessairement exploité les ports naturels tels que ceux que présentait la côte, alors plus basse, du futur Roscoff et de l'île de Batz réunis par la terre. Ce composant du bronze, fondu avec le cuivre de Cambrie et d'Espagne, affleure naturellement dans les sables alluviaires du gisement de l'actuel Saint-Renan et de son jumeau du Dartmoor, qui, parmi de nombreux autres dispersés dans l'ouest armoricain[40] et le sud ouest britannique[41], étaient les deux principaux fournisseurs de l'Occident[nb 3]. L'imagination laissera rêver que le « promontoire du forgeron » qui a donné son nom à Roscoff était un site d'exportation de cette civilisation du bronze où le forgeron tenait un rôle magique.

Le lech de Reuniou (cf. infra "Vestiges mégalithiques") date de l'âge du fer, qui est tardif dans les Cassitérides, soit au plus tôt - 700. Comme il ne marque pas une fontaine, il correspond peut être, comme certains autres lechs, à un ancien cimetière, ici détruit, et marque certainement un lieu fréquenté par les Osismes.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vers - 100, les Celtes, soucieux après la défaîte de Bituit de maintenir les liens avec Carthage que Massilia ne permet plus, fonde en territoire armoricain la colonie de Vorganium, dont le site de Roscoff a été un des ports possibles. Lors de la reconstruction du fort de Bloscon en 1615 a été trouvée à dix mètres de profondeur la statue gauloise dite de Saint-Pyriec d'un enfant à l'oiseau, statue aujourd'hui disparue[39]. La construction du port en eau profonde a révélé un abri de l'époque gauloise, peut être en rapport avec les stèles funéraires de l'île de Batz qui était alors attachée au continent. L'île verte, qui se trouve au bord sud du chenal de l'île de Batz au bout de l'actuelle jetée piétonne, a en effet livré à la fin du XIXe siècle deux épées, huit haches, dont cinq portent un anneau, un torque, un fer de lance et un morceau de poignard[39]. Les navigateurs osismes, partenaires des tartessiens et de Carthage[42] depuis au moins le voyage d'Himilcon, soit près de quatre cents ans, étaient un atout dans cette alliance contre Rome, qui se concrétisera militairement lors de l'expédition d'Hannibal.

Pol Potier de Courcy a trouvé près du même dolmen de Keravel des petits bronzes, traces d'une garnison du IIIe siècle[39], probablement un des détachements des Mauri Osismaci que Carausius a dispersé pour surveiller les pirates le long de la nouvelle route côtière reliant Osismis, devenue capitale de la cité en 282, au gué du Mont Relaxe vers Aleth. De l'époque romaine, ont été également trouvées dans la ferme de Kergoff, une pièce d'or du VIe siècle[39]. D'autres monnaies romaines ont été retrouvées entre les deux guerres au Ruguel sur la presqu'île de Perharidy.

Entre monastère et place militaire[modifier | modifier le code]

La mer a submergé les mille trois mètres qui séparent aujourd'hui Roscoff, ici au fond, de l'Île de Batz, au premier plan, où l'église de Pol Aurélien est envahie par le sable.

Selon la légende hagiographique écrite au Bas Moyen Âge à partir d'un manuscrit daté de 884[43], Saint Pol Aurélien, missioné par l'évêque de Guicastel, débarque en 510 à Ouessant puis est accueilli par son cousin à la forteresse de Saint-Pol, Castel Paol en breton. Des remparts, il a pu voir, selon les documents compilés par Albert Le Grand, le roi de Domnonée chasser en 513 les danois installés dans l'île Callot[nb 4]. Pol finit par s'installer à Batz alors rattachée au continent, y fonde un monastère et évangélise la région acquise au pélagianisme depuis plus d'un siècle comme en avaient attesté les missions de Saint Germain et son diacre Palladius[nb 5].

Nul doute que les rivages de Roscoff virent passer la voile blanche d'Iseut que Marie de France fait arriver trop tard pour sauver Tristan de Loonois.

Trois siècles plus tard, en 857, des Normands, suivant l'exemple d'Hasting, s'installent sur l'île de Batz et pillent toute la région. Leurs exactions récurrentes provoquent en 878 le transfert des reliques de Saint Pol à Fleury et celui de la population loin du rivage. Celui-ci ne sera réinvesti qu'à l'installation en 937, dans le sillage d'Alain Barbetorte rentré d'exil et vainqueur de Rognvald puis Håkon[44], de la cour d'Even le Grand, comte de Léon, à Lesneven. Le vieux Roscoff, pillé, détruit, dépeuplé à plusieurs reprises, fut à chaque fois reconstruit, se cristallisant alors autour de deux pôles principaux, le port et l'église.

Au cours de l'hiver 1114-1115, la Manche gèle à quelques distances des côtes[45], ce qui était déjà arrivé à l'hiver 763-764[45],[nb 6].

Ces Messieurs de Roscoff[modifier | modifier le code]

Le Rosco goz de la fin du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article connexe : Minihy de Léon.

L'envasement progressif au Moyen Âge du port de Pempoul, au pied de la capitale de l'évêché-comté, oblige les navires à débarquer de l'autre côté de la péninsule, au lieu dit Roscoff situé sur la plage orientale de Laber, appelé aujourd'hui Rosko Goz (vieux Roscoff en breton). L'actuelle pointe du Vil est un cul de sac où mène la route de Saint-Pol-de-Léon appelée au XVIIe rue Ker da Laez c'est-à-dire de la ville en passant par le haut, actuelle rue Albert de Mun[46]. La route partage alors le territoire entre la paroisse de Toussaints, à laquelle appartient Bloscon, à l'est de cette route, et la paroisse de Saint-Pierre, à laquelle appartient Santec, à l'ouest[47]. La route rebrousse chemin par l'ancienne rue du Cap, actuelle rue Édouard-Corbière, le long de la côte vers Perharidy, ex-cap Ederi ou pointe Ederi, qui se dit Pen Ederi ou Pen ar Ederi[46]. Ce futur centre de la vieille ville est alors occupé par une auberge, à l'emplacement de l'actuel Hôtel de France[46] aujourd'hui logement de la Station biologique de Roscoff. Le lieu était dit Croaz Vaz, c'est-à-dire la Croix de l'île de Batz[46], croix qui donnera son nom au fort construit par Vauban trois siècles et demi plus tard. Comme en atteste une charte de 1323[48], cette auberge familiale était bâtie sur une concession féodale des seigneurs et propriétaire des terrains, le prieur de l'île de Batz et l'Abbaye de Saint Mélaine à Rennes[49].

Durant la Guerre de Succession de Bretagne, en 1363, soit quatorze ans après le début de la peste noire, le fort de Bloscon, au nord est de l'actuel vieux port[nb 7], pris par les Anglais, est repris par Du Guesclin. De 1374 à 1387, le port de Rosco lui-même est plusieurs fois de suite incendié par le gouverneur de Brest, Richard Fitzalan, que Richard II a choisi pour soutenir le parti montfortain. La population se réinstalle plus au nord au lieu dit Golban[47] pour former le quartier du Vil, c'est-à-dire du Moulin (Mil en moyen breton, féminin Vil)[50]. En juin 1403, mille deux cents hommes d'armes sous les ordres de Jean de Penhoët partent de l'anse de Laber dans trente vaisseaux vaincre les Anglais au large de la pointe Saint-Mathieu. Ils en ramènent quarante navires ennemis. Un an plus tard, Plymouth est pris et saccagé.

Le 19 décembre 1455, le Duc Pierre de Montfort, entérinant un état de faits générés par cette guerre de Cent Ans navale, ordonne que ne dérogent pas à la noblesse les gentilhommes « qui marchandent en gros et en plusieurs marchandises sans les détailler ni vendre par la main ». Cette singularité du droit breton fait naître un capitalisme d'armateurs à l'origine du développement économique de Saint-Malo et Morlaix ainsi que du port avancé de ce dernier, Roscoff[51]. Les cadets infortunés pouvaient ainsi, sans s'exposer au fouage, se livrer sur mer à une « vie de bourse commune » au terme de laquelle ils retrouvaient les privilèges et obligations de leur ordre. Pour cela, ils devaient donc mander aux ventes des intermédiaires, souvent des étrangers qui furent nombreux à s'installer à Roscoff. Inversement, l'affrètement offrait aux roturiers de s'élever au rang de la « noblesse dormante » et d'accéder parfois à la condition d' « annobliz »[52].

Durant les années suivantes, la course est encouagée par Louis XI, personnellement impliqué dans la marine à travers la politique de son vice-amiral Guillaume de Casenove et très désireux depuis le traité de Caen de s'attacher des léonards ambitieux et éloignés, sinon opposés[nb 8], au pouvoir ducal. C'est ainsi qu'il anoblit en 1480 l'armateur roscovite Tanguy Marzin.

Ar vil de la Renaissance[modifier | modifier le code]

La construction de l'église fut à la fois une revendication d'autonomie politique et une ostentation ambivalente de richesses détournées des investissements.

En 1500, le nouveau Roscoff se construit sept cents mètres plus au nord de Roscoff goz où quelques puits[53] permettent de débiter aux navires de l'eau douce. Le port prospère grâce à l'importation chaque hiver de Libau[54] en Courlande via Anvers, principalement par des navires de Lübeck qui en ont le monopole dans la Baltique, des graines de lin récoltées au milieu de l'été en Lituanie et choisies exclusivement[nb 9] par la « manufacture » toilière des crées[nb 10] du Léon. Toutes celles des parties de l'arrière-pays qui sont impropres à la culture du blé forment alors une zone de production de renom international[55], la seconde en France après la région de Rouen. Développée lentement durant la seconde moitié du XVe siècle, elle connait un boom à la Renaissance avec l'ouverture du marché anglais. La blancheur[nb 11] de cette toile de lin est appréciée pour faire du linge et sa régularité[nb 12] pour faire des voiles. Les toiles étaient réexportées du port de Morlaix, qui disposait d'un privilège[nb 13], sur toute la côte atlantique jusqu'à l'Espagne d'où étaient importés au retour vin et huile, via Bilbao[nb 14] puis à partir de 1530 Séville[56], et au Portugal[nb 15] ainsi que leurs nouvelles colonies[57]. C'est ainsi qu'en 1527 un navire armé pour le brésil par le roscovite Jean Jarnet est coulé par la flotte portugaise en baie de Tous les Saints[58]. Dans ce réseau, Roscoff, à côté d'une activité interlope séculaire, devient le principal marché des semences de lin. Son bureau de contrôle, sous l'autorité du juge des Requaires, les fait distribuer par des commissionnaires dans le haut Léon qui produit la rosconne et sa marque finira par en monopoliser au XVIIIe siècle le réacheminement via les succursales installées dans les ports du Trégor, d'où sortent les gratiennes, et de Penthièvre, où sont produites les Bretagnes.

Comme partout en Léon, le capital accumulé est sacrifié à des constructions religieuses de prestige. Notre-Dame de Croaz Vaz est érigée entre 1522, année du saccage de Morlaix par les Anglo-espagnols, et 1545[nb 16]. La chapelle Saint-Ninien est construite à l'initiative de l'évêque[nb 17] et reçoit en 1538 l'assemblée capitulaire du minihy de Léon. Le 18 août 1548, la ville nouvelle accueille à son débarquement, le temps d'une prière[nb 18], Marie Stuart, reine d'Écosse âgée de cinq ans et promise au Dauphin François pour réactiver l'Auld Alliance.

Un an plus tard, le Parlement de Bretagne accède à la demande du bourg de devenir une paroisse indépendante du minihy de Léon (dont le siège se trouve à Saint-Pol-de-Léon) puis, en 1550, alors que les représentants de l'ordre ancien Claude de Coetlestremeur, seigneur de Penmarc'h, et Jean de Kermellec[nb 19], commandant du château du Taureau, se livrent à la piraterie sur les côtes du Léon et que la Réforme est au cœur des préoccupations, le roi Henri II l'autorise à sa doter d'une milice municipale d'arquebusiers. Simultanément, l'évêque du Léon concède aux paroissiens sécessionnistes le droit de faire baptiser leurs enfants dans leur église. Entre 1575 et 1576, la ville est dotée par Monseigneur de Neufville d'un hospice pour indigents, l'hôpital Saint Nicolas, actuelle maison de retraite où subsiste la chapelle construite en 1598. Accusé d'attirer les pauvres sur le territoire de la paroisse, l'hôpital sera en 1715 réservé aux seules personnes installées dans celle-ci depuis plus de dix ans. En 1559, mille huit cents livres sont consacrées à la chaussée du bourg.

La chapelle Sainte-Barbe.

Le XVIIe siècle, âge d'or des armateurs[modifier | modifier le code]

De 1560[nb 20] jusqu'à la fin du XVIIe[nb 21], les terrains autour de l'église sont lotis par l'évêque-comte à des investisseurs[nb 22] du Léon, tels François Jaffres, marchand et gouverneur de l'église de Roscoff, en 1561[nb 23] ou Olivier Le Maigre[nb 24], pour construire des hôtels de négoce qui deviendront des résidences au XVIIIe siècle. Ils sont construits pour la seule traite, tel l'hôtel de Mathieu Le Hir du Carpont et de Keramanach en 1582[nb 25], ou pour servir en sous sol de magasin, voire de maison fortifiée, telle celle du corsaire Chrétien Le Pappe qui eut à se défendre en 1592 contre le régiment paysan de la Sainte Union de Morlaix conduit par Bras de Fer[59]. Ceux des bâtiments qui donnent, ou donnaient, sur le rivage participent au système défensif de la ville[nb 26].

Le 17 mai 1595, le Duc de Mercœur, prétendant baillistre militairement allié aux espagnols contre le roi depuis cinq ans, rétablit par lettres patentes le commerce avec Bilbao et Séville, principaux débouchés des crées. Trois familles de marchands basques s'installent à Roscoff[nb 27]. Roscoff sert aussi de refuge à plusieurs familles anglaises catholiques[nb 28] fuyant les persécutions commencées sous le règne d'Elizabeth.

Le 12 juin 1600, après un terrible hiver, est posée, à l'emplacement du cimetière des victimes de l'épidémie de décembre 1593, la première pierre de la chapelle Saint Roch et Saint Sébastien[nb 29], saints invoqués contre les épidémies et les persécutions religieuses. Cette double action de grâce décidée en décembre 1598 célébrait l'Édit de Nantes qui clôturait les cinq années de la guerre civile menée par La Fontenelle, pilleur de Roscoff en 1592[nb 30], et visait simultanément à obtenir la fin de l'hécatombe causée par l'épidémie recrudescente qui se prolongea au cours de l'année 1599. Un décret municipal de 1632 transformera le lazaret en prison mouroir pour tous les individus suspects de peste.

En 1611, l'ecclésiastique ville de Saint-Pol obtient la suppression du député aux États de Bretagne de l'orgueilleux et bourgeois Roscoff. Les marchands de celui-ci s'organisent dès l'année suivante en la « confrérie de Sant Ninian », équivalent de l'actuel conseil municipal. Cependant, Roscoff ne députe qu'un seul représentant sur les douze que compte le conseil de la ville de Saint-Pol où sont décidés les aménagements vicinaux et les taxes afférentes, ce qui est source de contestations éternelles.

La chapelle Sainte-Anne, construite en 1640 sur fonds privés, achetée par la commune en 1967, sert aujourd'hui d'office de tourisme et de salle d'exposition.

Autour de 1619, la chapelle Sainte-Barbe, protectrice contre les pirates et intercessrice pour les âmes défuntes sans absolution, est érigée à son tour[nb 31]. Deux ans plus tard, les Capucins sous la direction du Père Pacifique de Morlaix, ouvriront dans la paroisse, à la demande des habitants qui leur concèdent le terrain, un petit couvent dont le cloître sera achevé en 1682[nb 32]. Les Capucins, qui donnent des rudiments d'instruction à quelques enfants pauvres et soignent les malades, sont botanistes: ils acclimatent un figuier, qui deviendra une curiosité[nb 33], et introduisent d'autres plantes méditerranéennes dont en 1661 l'artichaut, qui deviendra la fortune de la région. En 1634, est inaugurée la chapelle des albâtres (cf. infra), qui vient remplacer le porche sud de Notre Dame de Croaz Vaz. En 1640, l'érection de la chapelle Sainte Anne, patronne de la Bretagne, grâce aux donations de Françoise Marzin, dame de Kerugant[nb 34], et Louis Ronyant, son mari, marque la fin d'une quinzaine d'années de peste et en 1643 le quai du port[nb 35] est achevé sur une longueur de cent quatre-vingt mètres après vingt-six ans de travaux.

En 1649, Roscoff obtient de la Régence gouvernée par Mazarin confirmation des lettres patentes signées en 1600 par Henri IV l'autorisant à tenir une foire six fois par an mais tant la conjoncture qu'une prétendue opposition de la ville de Saint-Pol empêcheront la tenue de celle-ci. En mars 1649, l'église s'offre des orgues que Thomas Harrison, Anglais catholique installé à Roscoff, livre vingt mois plus tard. Le recensement de 1664 comptabilise quinze navires attachés au port de Roscoff. En 1665 monseigneur de Visdelou met en place un règlement, très modeste[nb 36], concernant les tavernes.

Roscoff fut aussi à partir du XVIe siècle, avec Morlaix et Paimpol, un des premiers ports à armer à la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve, puis sur le côtes d'Islande. La morue salée était vendue en France et surtout en Espagne ; la Bretagne n'étant pas soumise à la gabelle, les pêcheurs picards et normands venaient à Roscoff s'approvisionner en sel à bon compte. Le trafic des faux-saulniers professionnels fut très actif jusqu'au XVIIIe siècle, assuré par une cinquantaine de bateaux de 50 à 100 tonneaux, venant principalement du port de Dieppe. Les armateurs de Roscoff prenaient leurs chargements de sel au Croisic. Avec le sel, les principales marchandises de mer étaient alors à la sortie les toiles de lin et le blé (à destination de ports comme Dunkerque, ainsi que vers l'Espagne et l'Angleterre), à l'entrée les vins et eaux-de-vie, l'huile d'olive, les merrains[60] et le thé[61].

Le lent déclin jusqu'au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

1665-1698 : taxes et smogleurs[modifier | modifier le code]

La chute de Nicolas Fouquet marque le début de la destruction économique et politique de la province sous le règne absolutiste du Duc de Chaulnes. La politique de Louis XIV et les mesures protectionnistes de Charles II[62] ferment les marchés anglais et hanséatique. La fiscalité imaginée par Pierre Deschien et la politique de manufactures d'état[nb 37] initiée par Colbert[56] ruinent le commerce libre. La décroissance de la production de lin, désormais concurrencée par celle du coton des colonies dont le prix de revient est artificiellement baissé par l'esclavage, et la baisse de fréquentation du port, désormais hors du jeu commercial atlantique, ne sont pas compensées par l'activité militaire ni par la course, dont Morlaix profite presqu'exclusivement[nb 38].

Roscoff devient le premier port de la contrebande avec les Îles britanniques. Le trafic, qui connaitra son apogée au XVIIIe siècle, profite de la proximité des Îles anglo-normandes. Les bateaux pratiquant ce trafic sont dénommés « smogleurs », déformation du mot anglais smuggler qui signifie « contrebandier »[63].

Le 30 novembre 1694, Vauban signe les plans de la transformation exécutée par La Renaudière, du fort de Bloscon en une importante batterie de treize canons fermée par un pont levis. Pour le financer, un impôt spécial est prélevé par la municipalité sur les habitants. Les merlons en gazon coûtent dix fois moins cher qu'une muraille et arrêtent les boulets sans dégâts. Le Bloscon devient le siège de la capitainerie de Saint-Pol-de-Léon qui s'étend de Ploujean à Cleder et dont la pièce maîtresse est le château du Taureau. La milice garde côtes était une corvée échue aux habitants regroupés en un bataillon sous le commandement d'un capitaine général. Sur le port lui-même, le fort de la Croix abritait une poudrière[nb 39] et un canon gardait la jetée face au rocher du Gran Quelen[nb 40].

1699-1789 : guerres et calamités climatiques[modifier | modifier le code]

L'ancien port et son quai ouest prolongé d'un môle au XIXe puis d'une jetée piétonne au XXe. Les bateaux pouvaient, comme le montre une gravure du XVIIIe siècle, non pas venir à quai mais s'échouer sur les plages de Laber à Roscogoz et plus facilement sur celle qui est aujourd'hui le « vieux port ».

En 1699, une tempête ensable deux cent cinquante hectares de terres agricoles à Santec où l'ensablement a commencé dès 1666, favorisant l'aménagement de nouveaux lotissements. La guerre de Succession d'Espagne stoppe presque totalement pendant dix ans le commerce du lin[nb 41] mais permet de rançonner les navires ennemis, comme le fit pour deux cent cinquante livres le capitaine Lair le 1er septembre 1705 dans le port de Cork où il s'était introduit sous pavillon anglais.

La combat d'Ouessant de 1778 - Théodore Gudin (1848)
La bataille navale quasi permanente n'engage guère directement les lougres roscovites qui en sont réduits à la course et au commerce interlope.

En 1715, une autre tempête endommage le quai et en 1722 plus de cinquante centimètres de sable doivent être enlevés des rues de Roscoff. Le port a alors une capacité de cent vaisseaux de quatre à cinq cents tonneaux[64] mais la flotte est considérablement réduite (en 1730, elle ne compte que trois bateaux de pêche hauturiers venus de Normandie) mêmes si certains bâtiments naviguent au long cours entre Terre Neuve, Saint-Domingue et l'Île-de-France. Il faudra attendre le 19 février 1743 et une souscription de huit mille livres auprès de la société des armateurs roscovites réunis autour de messieurs de Portenoire et Sioch'an de Kersabiec, en conflit avec la ville de Saint-Pol qui refuse de contribuer, pour que la reconstruction du quai sur une longueur double soit achevée, les pierres provenant du Petit-Quellen, de l'île de Batz et de l'île Callot.

Roscoff deviendra dès lors un chantier naval mineur mais recherché sous la marque de la dynastie Kerenfors, ce qu'il restera jusqu'à sa fermeture entre les deux guerres mondiales[nb 42] et qui construira en particulier en 1779 le senau La Duchesse de Chartres[65]. Le 10 octobre 1746, deux siècles après son aïeule, Bonnie Prince Charlie, échappé de sa défaite à Culloden, y débarque d'un corsaire, L'Hermine escorté par le capitaine malouin du Fresne. À cette époque, les batailles navales entre Anglais et Français étaient constantes[nb 43]. En 1756, un ingénieur est dépêché pour mettre en place les moyens de lutte contre l'ensablement. La tempête du 4 octobre 1765 abat la flèche du clocher et endommage le toit et le porche de l'église.

Au tournant des années 1770, le port, qui avait perdu la plupart de ses marins durant la guerre de 1758[nb 44], est sinistré par la disparition inexpliquée du maquereau qui abondait au large de Batz et dont les armateurs d'Honfleur et Fécamp s'étaient fait la spécialité en Bretagne[66]. La disparition de la « fortune de mer » et le déclin de la culture du lin sont palliés par la culture des pommes de terre initiée par Monseigneur de La Marche puis par le développement de celle des artichauts et autres primeurs, introduits un siècle plus tôt par les Capucins, qui est une agriculture spéculative basée sur la complémentarité des marchés saisonniers[nb 45]. Certains Roscovites sont ainsi poussés à les colporter en Maine, Anjou et Normandie.

Pauvreté et récolte du goémon à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le recteur de la trève de Roscoff, dans une lettre écrite en 1774 adressée à l'évêque de Léon Jean-François de la Marche en réponse à son enquête sur la mendicité, proteste contre la déclaration du qui limite aux trois premiers mois de l'année la coupe du goémon. Il écrit (l'orthographe de l'époque a été respectée) :

« L'objet du gouesmon est très intéressant pour le païs. Les règlements qui en interdisent la coupe pendant le mois d'août ou de septembre augmente beaucoup la misère d'une partie du bas-peuple et des riverains. Cette coupe, qui s'est faite de tous tems, sur cette côte, dans cette saison, sert presque uniquement au chauffage, et il l'est le seul pour ces pauvres gens. Point de bois sur la côte, d'aucune espèce. Celui qu'on y porte est d'une cherté exorbitante. Les landes y sont maigres, rares ; point de fougères. Cette coupe ne doit pas nuire aux trempes [utilisation du goémon comme engrais], car notre côte hérissée de rochers fournit abondamment de cet herbage [goémon]. La trempe a pour elle la coupe presqu'entière de février et tous les gouesmons de marée [goémon échoué] pendant l'année. Ces derniers ne peuvent servir au feu[67]. »

À la suite d'une enquête organisée par une circulaire du du Préfet du Finistère, le conseil municipal de Roscoff répond (l'orthographe de l'époque a été respectée) : « Ceux qui ne se servent que de paniers doivent être autorisés à commencer la récolte du goëmon deux ou trois jours avant les cultivateurs pourvus de chevaux et de voitures » et souhaite que « chaque voiture de transport ne doit être accompagnée que de huit personnes, et chaque cheval de quatre, à moins que lé ménage ne soit plus nombreux. Il doit être défendu d'enlever pendant la nuit le goëmon apporté par les flots »[68].

1789-1818: de la Révolution à la famine[modifier | modifier le code]

À la Révolution, le cahier de doléances du dénonce la concurrence déloyale des ports francs de Guernesey et d'Aurigny, l'insuffisance de l'entrepôt du port, l'incurie de la ville de Saint-Pol, les dîmes prélevées par celle-ci sans qu'elle n'aménage de route facilitant le transport des marchandises du port, les taxes décidées par la même ayant ruiné l'exportation vers l'Irlande et l'ouest de l'Angleterre ainsi que l'importation de thé et de rhum des Amériques. Il dit entre autres qu'il faut supprimer « les octrois ruineux obtenus pour des embellissements frivoles à Saint-Pol-de-Léon » et demande de bénéficier de « la liberté d'entreposer les eaux-de-vie d'Espagne, le rhum ou le tafia de l'étranger, comme Sa Majesté a accordé pour le genièvre de Hollande et le tafia de ses colonies (...) S'il est nécessaire de lever quelque droit sur l'exportation, qu'il soit assez modique, pour que le négociant pût le céder de ses bénéfices afin de le mettre en concurrence avec les îles de Guernesey et Origny (...) qui, par une exemption de tous droits (...), ont attiré chez eux tout ce commerce »[69].

Le 31 janvier 1790, Roscoff se constitue unilatéralement en municipalité autonome de Saint-Pol-de-Léon[nb 46] et se choisit pour maire un marchand, Gérard Mège, qui, le 14 juillet, conduira lui-même la prière devant le refus du recteur, monsieur Boutin, lequel démissionnera du conseil municipal dès l'automne. Le 2 août, à l'occasion du pardon de la Portioncule, deux cents soldats républicains cantonnés à Saint-Pol viennent saccager Roscoff et violenter la population[nb 47]. La Constitution civile du clergé achève de faire de Roscoff un foyer de la résistance passive[nb 48]. Sous le Gouvernement Révolutionnaire, de septembre 1792 à mai 1793, puis durant le premier semestre 1794, Roscoff devient un centre de déportation[nb 49]. Le 11 octobre 1794 est enfin inaugurée une route entre Roscoff et Saint-Pol. La proclamation du 9 mars 1795 du député Bruc rétablit la liberté de culte[nb 50] mais la constitution d'une Garde nationale le 9 juillet 1795 provoque la révolte dite des Pitiguet[nb 51].

Le système continental, loin de relancer le commerce du lin et de ses semences, ferme le port et entraîne mécanisation et délocalisation.

Le Directoire fait fermer de nouveau tous les lieux de culte et retourner dans la clandestinité les deux prêtres restants de la paroisse. L'activité portuaire est alors réduite à celles de transitaires de légumes desservant Brest, Morlaix et Landerneau. Le Consulat n'apaise en rien le conflit entre la population et la nouvelle administration : la ville, suspectée de rébellion, est mise en état de siège à deux reprises[nb 52], et le maire est accusé d'organiser la liaison entre le clergé et son évêque déchu, Monseigneur de La Marche[70], exilé à Londres. Finalement, le sous-préfet autorise de nouveau le clergé local le 2 mai 1800[nb 53] et rend Notre-Dame de Croaz Vaz au culte catholique le 30 octobre[nb 54]

Tout en favorisant le « smoglage », contrebande aléatoire qu'exercent à Roscoff quatre navires[nb 55], le Premier Empire et son blocus continental ruinent toute chance de reprise du commerce si bien qu'en mai 1810, l'armateur et maire de Roscoff Picrel chute dans la faillite retentissante du morlaisien Philippe Deleville[71].

Cette crise économique se prolonge de 1816 à 1818 par une famine climatique.

L'essor des cultures maraîchères[modifier | modifier le code]

Ce n'est que vers 1790 que commença véritablement la culture maraîchère, même si antérieurement des jardins potagers existaient déjà, principalement aux alentours du port, pour approvisionner les habitants, mais aussi les navires en escale ; les pères Capucins furent les premiers à faire en grand la culture des légumes dans une propriété leur appartenant à partir de 1622[72]. Les conditions naturelles étaient favorables à la culture des légumes en raison du climat, de la fertilité naturelle des sols, de la fumure des champs en goémon et de la correction de la pauvreté des sols en calcaire grâce au maërl. Au début du XIXe siècle, durant la saison, les paysans de Roscoff chargeaient chaque jour de 10 à 12 charrettes de légumes qu'ils allaient vendre à Morlaix, à Brest, à Landivisiau, à Landerneau, voire à Quimperlé et à Lorient.

En 1828, le surpeuplement, conjugué au caractère saisonnier de l'activité agricole, déclenche l'histoire des Johnnies, marchands ambulants souvent roscovites partant vendre, entre fin juillet et l'Avent, leurs oignons rosés de Roscoff en Angleterre. Désormais, l'agriculture cesse d'être une activité vivrière et renoue avec la vocation marchande de la cité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Roscoff et le Léon ayant le privilège de récolter les primeurs quatre, cinq et même six semaines avant l'Angleterre et l'Irlande et les Anglais cherchant en dehors de leur île l'appoint indispensable à leur subsistance, des services de cabotage à vapeur furent créés, facilitant l'exportation des légumes. À partir du 10 juillet 1839, une troisième génération d'agriculteurs-colporteurs roscovites, déjà habitués aux marchés de l'ouest de la France, bénéficie, grâce à l'initiative de la Chambre de Commerce et d'Édouard Corbière, de la liaison hebdomadaire Morlaix-Le Havre assurée par les steamers de la Compagnie du Finistère[nb 56]. Les liens établis pour affaires et par mariages entre ces colporteurs et leurs interlocuteurs normands finissent par faire passer une grande part de l'épicerie de cette province aux mains d'immigrés bretons. La liaison au Havre relance la pêche[73]. En 1854, une campagne de travaux décidée par le département et renouvelée en 1870, rectifie la route qui mène à Morlaix, principal marché aux légumes de la région.

1818-1860 : surpopulation et émigration[modifier | modifier le code]

De 1817 à son décès, le 2 octobre 1820, Dorothée Silburne, qui avait hébergé et secouru Monseigneur de La Marche durant son exil à Holborn, est recueillie par le comte de la Fruglaye[nb 57] dans sa maison près de l'église d'où elle dépense la pension qu'elle a reçu de Louis XVIII à ses œuvres de bienfaisance[nb 58].

Du 1er novembre au 6 décembre 1832, l'épidémie de choléra, qui sévit dans toute la France, tue quatre vingt-six roscovites. Devant l'incompétence des médecins locaux, deux médecins de la Marine sont dépechés de Brest et mette un terme à la surmortalité[74]. Le 8 avril suivant, la municipalité est contrainte par une loi d'assainissement votée par l'Assemblée d'ouvrir, en sus des cimetières de l'enclos paroissial et de l’hospice ainsi que celui de Santec, un quatrième cimetière, le cimetière du Vil. Cette même année 1831, des investisseurs brestois, espérant valoriser un polder de cent hectares, construisent la digue à écluse qui ferme le fond de l'anse de Laber, espérance déçue par l’opposition de la commune favorable aux goémoniers et à la libre pâture pratiquée par les santéquois[nb 59].

Les vapeurs à aubes de Corbière font entrer les colporteurs dans la modernité et convertit Roscoff en port pêche.

Le bourg compte alors de nombreux indigents[75], journaliers et matelots au chômage entre deux emplois. L'alphabétisme est l'exception y compris chez les hommes d'affaires les plus expérimentés. Le budget de la commune, réduit à quelque quatre mil francs[76] issus principalement de l'octroi et des taxes sur le smoglage (importation de whisky), peine à l'entretien de la digue du Vil et des pavés, à la rémunération d'une dame des Postes, d'un cantonnier et, depuis 1831, de deux instituteurs, l'un à Roscoff même, l'autre à Santec. La commune s'en remet souvent à la tutelle du préfet[77].

La réinvention de la station maritime[modifier | modifier le code]

Le port de Roscoff en 1873.
Roscoff vers 1900 (lithographie d'Albert Robida).

Machines à vapeurs et mode des bains de mer[modifier | modifier le code]

La phase libérale du Second Empire puis, avec bien plus d'ampleur, la IIIe République voit Roscoff, dont le budget des années 1870 à plus que doubler en quarante ans[53], s'équiper de nouvelles infrastructures et entrer dans la modernité par étapes.

Le transport de masse ne va pas sans catastrophes. Les naufrages de 1897 et 1899, plus encore celui du Hilda en 1905[81], donnent lieu à d'émouvantes commémorations au cimetière du Vil qui en conserve le souvenir. Plus souvent, les accidents (une charette à l'eau, une chaloupe renversée…) ne sont que matériels mais ruinent en une saison deux générations d'une même famille.

D'une guerre l'autre[modifier | modifier le code]

Début août 1914, la mobilisation puis l'entrée en guerre de l'Empire britannique provoque des défilés patriotiques accompagnant les soldats à la gare ou au port dans lequel la population fraternise avec les touristes et habitants « grands bretons »[82]. Ceux qui ne sont pas mobilisés pour la défense de l'île de Batz ou le front forment spontanément une milice qui dès la fin de la Grande Retraite se dissout en même temps que l'enthousiasme[82]. Comme tous les villages de France, Roscoff paye un lourd tribut à la guerre de 14-18 : cent cinquante jeunes hommes. La guerre reporte le projet de phare qui ne sera construit qu'en 1934.

La jetée piétonne construite en 1967.

En 1920, la commune de Santec, paroisse autonome depuis 1840, est créée sur une partie des terres de Roscoff, de Saint-Pol-de-Léon, et de Plougoulm. Attendue depuis près d'un siècle par les roscovites[83],[84], l'inauguration en 1927 du pont de la Corde, doublant par la route le viaduc de la Penzé, améliore considérablement l'accès au marché de Morlaix. Cette route est celle du second plus important trafic du Finistère.

En 1937, les capucins se réinstallent dans leur couvent vendu en 1793. L'année suivante commence la construction de l'aquarium, initialement destiné aux seuls chercheurs de la SBR.

Le 18 avril 1943, l'occupant décide de détruire quelques parties du fort du Bloscon construit par Vauban pour y aménager sept blockhaus, quatorze casemates de tir et quelques autres ouvrages en béton, le tout accueillant une batterie de soixante hommes[85]. Début janvier 1944, c'est par cet élément du mur de l'Atlantique qu'Erwin Rommel commence sa tournée d'inspection jusqu'à Plérin[86].

Le lundi 19 juin 1944, l'enterrement interdit par l'occupant de Franck Mac Dowell William Stout, aviateur néozélandais abattu la veille par la DCA de l'île de Batz, rassemble au chant du Libera deux à trois mil personnes de Roscoff, Saint-Pol et Santec[87] dont une centaine d'enfants portant des fleurs[nb 62]. La manifestation sera renouvelée le lendemain au cimetière du Vil.

Développement et défis écologiques[modifier | modifier le code]

En 1953, l'institut de thalassothérapie Rochgroum, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, rouvre et la station de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés ferme[88]. L'aquarium Charles Pérez est achevé et ouvert au public, et le CNRS, dans une nouvelle aile, ajoute à la SBR des laboratoires d'océanographie dotés de leur premier navire, le Pluteus II. À partir du début des années soixante, le centre dirigé par Georges Tessier, jusqu'alors station estivale pour étudiants et chercheurs étrangers limités à la zone intertidale, accueille des équipes permanentes. Une seconde aile est construite en 1968. Pendant quelques semaines de mai, un comité de grève occupe les laboratoires.

En août 1969, la jetée piétonne, permettant l'embarquement pour Batz à marée basse, est inaugurée après deux ans de travaux. Les flottes de navettes à touristes se développent. En 1972, a lieu la première liaison car-ferry avec l'Angleterre, au port en eau profonde de Bloscon dont les travaux avait commencé deux ans plus tôt. Dès l'année suivante, la coopérative dirigée par Alexis Gourvennec peut enfin livrer les artichauts à Plymouth.

Le 21 mars 1978, le port est envahi par le pétrole échappé de l'Amoco Cadiz, brisé en deux devant Porsall à trente deux milles marins de là. Certaines espèces de la flore disparaissent définitivement. La marée noire du Tanio touche Roscoff le 20 mars 1988[89].

En 2001, la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix inaugure dans le nouveau port un quai de pêche et une criée, en remplacement de celle que la municipalité avait ouverte en 1988, puis en 2009 y commence la construction d'une marina pour six cent vingt-cinq plaisanciers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1895 Pierre Drouillard Gauche Sénateur du Finistère
mars 2001 en cours Joseph Séïté DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait en 1606 à Roscoff 450 maisons ; en 1789 on comptait 2 00 habitants environ.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 507 3 050 2 810 2 987 3 332 3 489 3 640 3 690 3 651
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 585 3 917 4 070 4 454 4 402 4 564 4 365 4 600 4 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 936 5 054 5 282 3 981 4 318 4 409 4 294 4 183 4 225
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
3 528 3 339 3 404 3 581 3 711 3 550 3 732 3 648 3 621
2013 - - - - - - - -
3 434 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[90] puis Insee à partir de 2004[91].)

NB: La baisse spectaculaire de la population en 1921 par rapport au recensement précédent de 1911 s'explique par la création de la commune de Santec en 1920, cette nouvelle commune comptabilisant 2161 habitants lors du recensement de 1921.

Histogramme de l'évolution démographique

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, le maire de Roscoff est Joseph Seite. Il est accompagné dans ses fonctions par huit adjoints et dix-neuf conseillers municipaux.

Chaque trimestre se tient le Conseil municipal des enfants. Il est composé de dix-huit membres, huit enfants de l’école privée et huit enfants de l’école publique, deux membres scolarisés à l’extérieur. Ces enfants de CE2, CM1 et CM2 sont élus pour deux ans. Ils sont encadrés par deux élus et par des animateurs du centre de loisirs. Ces jeunes conseillers sont répartis en différentes commissions : sport-loisirs-culture, environnement, vie scolaire-sécurité et solidarité. Le CMJ a pour but de favoriser l’implication des jeunes dans la commune et leur permettre d’échanger des idées et de développer des projets.

Communauté de communes et canton[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes du Pays Léonard[92] se superpose au canton et regroupe les quelques ving mil habitants de huit communes de l'archidiaconé de Léon:

Elle mutualise les moyens des communes pour mettre à la disposition des habitants différents services : marchés publics, centre aquatique, maison de l'enfance… Cette communauté de 116 km2 regroupait 19 611 habitants au recensement de 1999. Le président est le maire de Saint-Pol-de-Léon : Nicolas Floch[93].

Le Conseil général a, lui, la charge des bâtiments et cantines des collèges, des routes secondaires, des pompiers, de l'administration de l'aide sociale, des archives et musées publics.

Jumelages et parrainages[modifier | modifier le code]

La ville est la marraine de l’Altaïr, navire de la Royale construit en 1993.

La communauté de communes parraine des projets d'aménagement à Ambalanirana, commune rurale d'environ 20 000 habitants dans le centre profond de Madagascar.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois[modifier | modifier le code]

La ville a une population active de 1 276 personnes (recensement 1999).

  • 82 % sont dans le tertiaire
  • 9 % sont dans l’industrie et la construction
  • 8 % sont dans l’agriculture

Parmi cette population active, 11 %, c’est-à-dire 144, sont chômeurs[94] et 35 %, soit 451, sont des détaillants[95].

Activités[modifier | modifier le code]

La terre : les oignons AOC[96] de Roscoff.
La mer : les viviers du Bloscon.
  • Les établissements de santé (CHM de Perharidy[97]: 600 salariès, premier employeur de la commune, Roc'hkroum[98], Kerlena[99]).
La SBR, composante de l'Université Pierre-et-Marie-Curie, champion[2] et coordinateur[3] de la biologie marine européenne, accueille des étudiants de plusieurs pays.

Le port de Roscoff - Bloscon ainsi que la Criée sont gérés par la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix.

Une association locale organise tous les deux ans mi avril un salon nautique[105].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil sur l'île de Batz.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

En breton, la ville se nomme Rosko. Roscoff est une ancienne orthographe bretonne, le ff, signe de nasalisation ailleurs, étant muet en léonard.

L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 4 novembre 2008.

À la rentrée 2013, 50 élèves étaient scolarisés dans les classes bilingues publiques (soit 21,4 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[106].

Artistes locaux[modifier | modifier le code]

  • René Le Gall dit Gougnou[107], peintre.
  • Hervé Mangenot[108],[109], artisan émailleur et peintre.
  • Groupe Expressions[110], artistes de spectacles musicaux catholiques.

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

Art dramatique[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Chorale de Notre Dame de Croaz Vaz (répétitions au presbytère les seconds et quatrièmes lundis du mois à 20 h)
  • Chorale Mouez Rosko
  • Fanfare Les cuivres du Haut Léon

Traditions[modifier | modifier le code]

Sciences[modifier | modifier le code]

  • Café des Sciences, cycle gratuit de conférences scientifiques coordonnées par la SBR et tenues dans le café d'un village de la région à chaque fois différent.
  • Les Petits Débrouillards Bretagne, association d'éducation populaire, disposent d'une antenne à Roscoff depuis 2010 et proposent à travers tout le pays de Morlaix des ateliers scientifiques et techniques pour tous les publics. L'association travaille aussi en partenariat avec la Station biologique de Roscoff sur plusieurs projets scientifiques, comme le projet Interreg Marinexus.
  • Art et culture, cycle de conférences organisées par une association[111].

Médias[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Johnny à Hampstead en décembre 2008. La fête, ce sera avant le prochain départ.
  • Le pardon[112]. Le troisième lundi de juillet, après la messe de dix heures, a lieu le Pardoun Santez Barba. La procession, le long de l'itinéraire à l'intérieur de la ville pavoisée, dure de quatorze heure jusqu'aux vêpres. La guise est celle du haut Léon, pour les femmes, comme pour les hommes, noire, qu'un châle brodé vient parfois égayer. La coiffe des femmes est la chikolodenn. Le plus ancien des quatre cantiques du pardon est Santez Barba e Rosko[nb 63]
  • Le feu de joie. La veille du pardon, après vêpres, le recteur, rendu à la chapelle Saint- Barbe au cantique Jesu, corona Virginum, allume pour la nuit au pied de celle-ci le tantad. Jusqu'avant guerre, toute fête, en particulier la Saint-Jean et la Saint-Pierre, donnait lieu à un feu. Organisé à tour de rôle par les maisons d'une même cordelée, chacun y allumait un flambeau propitiatoire pour son logis. Les enfants, et les belles, balancés par des bras vigoureux, étaient symboliquement et joyeusement purifiés au-dessus[30].
  • La bénédiction de la mer. Le dimanche de la mi-août, tout propriétaire d'un bateau est invité à le présenter pavoisé au large du vieux port. Le recteur entouré des autorités municipales se déplace en bateau avec une branche de buis vers chaque embarcation. Une gerbe est lancée à l'eau en souvenir des âmes péries en mer puis celles-ci sont rappelées au cours d'une cérémonie à quai.
  • Fête de la mer. Tous les ans, le dernier week-end de juillet.
  • Soirée Wizz, carnaval des étudiants de la SBR, vers Pâques.

Musées[modifier | modifier le code]

  • La maison des Johnnies permet aux touristes de s'intéresser à l'histoire de ces marchands d’oignons qui traversaient la Manche pour vendre leurs produits et ce, dès le milieu du XIXe siècle[114].
  • Le Centre de Conférence du CNRS présente à la SBR des séminaire scientifiques[115]
  • Le Centre de Découverte des Algues[116], mis à disposition depuis 2000 par le laboratoire de cosmétique Comptoir des Algues[117], présente au sein de l'Algopôle[118] la biologie des algues et les techniques de leur valorisation.

Il est aussi possible de découvrir la ville et son architecture civile et religieuse avec un petit train touristique[119].

Monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges mégalithiques[modifier | modifier le code]

  • Dolmen de Kerfissiec.
  • Lech de Reuniou dit Croaz covec (croix ventrue), près de Keravel (sud ouest du territoire de la commune). C'est une stèle étroite, sorte de menhir miniature taillé pour servir à la manière d'un cippe, semblable à de nombreuses autres dans le Léon, datant de l'âge du fer, soit au plus tôt le VIIe siècle av. J.-C., réutilisée pour faire le socle d'un calvaire beaucoup plus récent. À proximité, à trois cents mètres du lieu dit Leslec'h prononcé aurefois An Nes Lech, se dressait une triple allée couverte dynamitée en 1942 à la faveur de l'Occupation par le propriétaire du champ qui en était encombré[120].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Calvaire de Roscogoz, en granit et kersanton, date de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle.
  • Église Notre-Dame de Croaz Batz[121]. Le parvis est enclos d'une muraille dans laquelle est incis un ossuaire du début du XVIIe et une chapelle funéraire.
  • Retable des albâtres[122] exposé dans une chapelle aménagée spécialement en 1634 dans le transept sud de Notre Dame. Du XVe, ce sont sept hauts reliefs ramenés de Nottingham qui représentent la Passion
  • Chapelle Sainte-Barbe
  • Chapelle Saint-Nicolas
  • Chapelle Sainte-Brigitte
  • Chapelle Sainte-Anne
  • Chapelle Notre-Dame de bonne Nouvelle (Introun Verchez Kelaou Mat), sise sur la route de Saint-Pol
  • Chapelle Saint-Ninien. Renommée chapelle de la Sainte Union à la fin des guerres de religion, a été détruite en 1932 pour construire le port. Elle était en ruine et la souscription recueillie pour la sauver, en particulier auprès d'un descendant des Stuarts, a été vaine. Il n'en reste que quelques traces.
  • Nœud d'une croix découvert en 1971 à Kerguennec lors de la construction d'une route et exposé à côté de la chapelle Sainte-Anne. Les quatre faces sont illustrées par Saint Yves, Sainte Véronique, la Sainte Face et un ange portant l'inscription « Y Rollan K Borlavdi sa Fam fet faire la cru 1619 » i.e. « Yves Rolland et Katell Borlaudi, sa femme, ont fait faire la croix en 1619 ». (Ne jamais toucher, pas même effleurer).

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • L'hôtel Le Maigre, 22 rue de l'Amiral-Réveillère, incendié par La Fontenelle en 1592, complété de deux ailes au XVIIe. La tourelle d'escalier à l'arrière semble être restée de la construction du XVIe.
  • La maison forte, bâtie au XVIe siècle par le corsaire Chrétien Le Pappe (Christian Le Pape), attaquée en 1592 par Anne de Sanzay de la Magnane, capitaine intéressé par la Sainte Union de Morlaix[59].
  • Le manoir de Kerestat, voisin de la chapelle de Bonne-Nouvelle, érigé par la famille Kergouvelen, demeure, en 1630 d'un armateur, James de Portenoire, puis du gouverneur militaire de Bretagne, le comte de Marbeuf.
  • La maison dite « de Marie Stuart » où Monseigneur de Chavigné, évêque-comte de Léon, aurait accueilli à son débarquement la future reine de France.
  • Le château de Laber construit en 1890 par le colonel Geoffroy et sa femme, héritière du lorientais Laurent, sur un terrain de cinquante hectares acquis aux enchères par celui-ci le 10 novembre 1846, au terme de l'affaire de la Digue. Veuve en 1901, elle mourut le 5 mai 1902, folle de douleurs à la suite de la noyade de son fils adoptif, Armand Follet, dans l'écluse de la digue le 11 août 1900, en léguant le château à l'Assistance publique, laquelle l'a concédé pour quatre-vingt-dix-neuf ans au Centre helio-marin le 8 juin 1920.
  • Le phare, haut de vingt quatre mètres, édifié en 1934 en remplacement d'une lanterne rouge qui datait de 1884 et était située au bout du môle. Sa lanterne de deux mètres de diamètre éclaire par occultation douze secondes sur deux secteurs d'un feu blanc jusqu'à quinze milles marins grâce à une optique fixe Henry-Lepaute à galets.

Tableaux et mosaïques[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Corsaires[modifier | modifier le code]

Ils sont parfaitement connus par les archives des amirautés, principalement celle de Morlaix.

Visiteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Résidence d'Alexandre Dumas à l'été 1869 (cliché de 2009, avant rénovation de la façade).

Entrepreneurs à Roscoff[modifier | modifier le code]

Savants[modifier | modifier le code]

Écrivains liés à Roscoff[modifier | modifier le code]

Peintres de Roscoff[modifier | modifier le code]

Politiciens et sportifs[modifier | modifier le code]

Infrastructures et services[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La ville possède deux cimetières (un en bord de mer, cimetière marin du vil et un à la sortie de la ville : cimetière de Kerminguy).

Jardins[modifier | modifier le code]

Roscoff a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris de France. Plusieurs parcs et jardins peuvent être visités :

  • Le jardin Louis-Kerdilès[136], jardin associatif présentant les animaux de la ferme dont des poneys et des autruches mais aussi des kangourous. Il se trouve à l'ouest de la ville sur l'anse de Laber et s'étend sur une partie du polder derrière la digue.

Plages[modifier | modifier le code]

  • Baignade surveillée
  • Baignade non surveillée
    • Plage du Ruguel, loin de la ville, à l'entrée de la presqu'île de Perharidy, sur l'anse de Laber qui se vide entièrement sur plus d'un kilomètre à marée basse.
    • Traon Erc'h, petite plage au sud du Jardin Exotique de Roscoff.
    • Grande grève, sur la baie de Morlaix au sud de la précédente.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La commune a deux écoles maternelles et primaires : l'école publique Les Moguerou et l'école Ange-Gardien. Il n'y a ni collège ni lycée. Ces derniers se trouvent à Saint-Pol-de-Léon. Ces écoles sont gérées par l’Inspection générale de l'inspection départementale de l’Éducation nationale, de Saint-Pol-de-Léon et par l'Académie de Rennes[143].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède une école municipale des sports, permettant aux enfants en bas âge de découvrir les différents sports pratiqués dans la région[144], le stade Gérard-Martin[145], un complexe sportif Lagadennou (et une salle polyvalente)[146] et un centre nautique[147]. La ville possède un club de foot de 187 licenciés (2007-2008) nommé Paotred-Rosko. Le club est dirigé par Jean-Jacques Cueff.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune regroupe trois médecins généralistes, deux pharmacies, deux centres de rééducation physique, et un Centre de Thalassothérapie[148]. Elle offre aussi des soins spécialisés dans la maison de retraite Saint-Nicolas[149].

Eaux & déchets[modifier | modifier le code]

Le traitement des déchets est assuré par la communauté de communes. Le tri sélectif se fait en bac individuel à sortir aux heures passage en zone urbaine, en bac collectif en zone rurale. Une déchèterie est à disposition, à Plougoulm. Roscoff n'évite pas pour autant les décharges sauvages à ciel ouvert[150].

L'eau est acheminée grâce à un château d'eau.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'une police municipale[151].

Stationnements[modifier | modifier le code]

  • Aire de stationnement sur le quai du vieux port autour de la criée
  • Aire de stationnement le long du vieux port vers Saint-Barbe
  • Garage en plein air de la Gare (rarement plein même au mois d'août)

Le stationnement n'est payant qu'en haute saison, juillet et août.

Transports[modifier | modifier le code]

Le MV Pont-Aven partant de Roscoff.

Ports[modifier | modifier le code]

Le Vieux port

Géré par la mairie et son bureau sur place, c'est un port d'échouage et un embarcadère pour le tourisme vers l'île de Batz. Il a remplacé au début du XXe siècle l'ancien port du XVIe siècle, qui n'est lui-même aujourd'hui plus qu'un simple quai de promenade.

Il comporte 300 places dont 280 sur corps morts et 20 places à quai pour passage réparties entre :

  • un bassin nord essentiellement utilisé par les navires de pêche
  • un bassin sud utilisé par la plaisance

Il offre eau douce, électricité et carburant et est équipé de cinq toilettes, trois douches, un téléphone public. Le quai se trouve au centre de la ville.

Le port du Bloscon

C'est un port en eau profonde géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix: pêche, commerce, trafic transmanche, marina. Créé en 1972, ce port en eau profonde est un des piliers de l'économie bretonne : le trafic passagers par ferrys vers la Grande-Bretagne (Plymouth) et l'Irlande (Cork) est d'environ 550 000 passagers par an ; le port de pêche voit débarquer 12 000 tonnes de poisson chaque année (dont 6 000 tonnes traitées et vendues par la criée) ; après trois ans de travaux (2009-2012), le nouveau port de plaisance de Roscoff, en eau profonde, offre 625 places de ponton pour tous types de bateaux dont 50 emplacements réservés aux visiteurs et les travaux d'aménagement qui se poursuivent jusqu'au printemps 2013 doivent lui permettre d'offrir 1 500 m2 d'entrepôts voués à des prestataires de service et à des équipements liés à la navigation de plaisance[157].

Aide aux personnes en situation de handicap[modifier | modifier le code]

Comme dans de nombreuses stations de Bretagne[158], l'office de tourisme met à disposition un fauteuil de baignade pour les personnes à mobilité réduite, en l'occurrence sur la plage de Rochkroum[159].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La sterne de Dougall, protégée parNatura 2000, ne niche pas à Roscoff mais dans la baie de Morlaix.
  2. On observe une organisation mégalithique semblable, c'est-à-dire une forte concentration autour de l'estran, entre Ouessant, Molène et la côte, et dans un moindre mesure autour de la baie de Plounéour-Trez.
  3. Le premier des gisements d'étain en Europe a été, vers -2500, celui des Monts Métallifères d'où la civilisation du Wessex a importé la technique quatre ou cinq siècles plus tard. Le site de Galicie n'est véritablement entré en concurrence qu'ultèrieurement, durant l'Antiquité romaine. L'épuisement de celui-ci a fini par donné la faveur aux site de Petite Bretagne, de Cornouailles et [[Devon (comté)|]] à partir du IVe siècle de notre ère. Cf. ref citées & M. Benvenuti, L. Chiarantini, A. Norfini, A. Casini, S. Guideri & G. Tanelli, The "Etruscan tin : a prelimary contribution from researches at Monte Valerio and Baratti-Populonia (Southern Tuscany, Italy) in A. Giumlia-Mair & F. Lo Schiavo, The Problem of Early Tin, p. 56, Archaeopress, Oxford, 2003 (ISBN 1841715646).
  4. Le Léon n'est annexé qu'en 530 par le roi de Domnonée de la génération suivante, Deroch. Le conflit de succession entre le souverain de Domnonée et son vassal de Léon a donné le récit légendaire de Conomor qui se termine en 550 par l'Assemblée du Menez Bré et se prolonge par le mariage vers 575 du roi Judwal avec Pritelle, fille du comte de Léon, Ausoche (cf. Saint Judicael).
  5. Les datations vers 460, soit une génération après les missions de Germain d'Auxerre, de la première chapelle à l’origine de l’abbaye de Fineterre, et d'une maison baptismale à l'origine de l'église de Ploudalmézeau, laissent supposer que le futur Léon n'a pas été laissé de côté par ces missions. Il est à noter que Palladius est le fils du préfet du prétoire, Exuperantius.
  6. Ce phénomène, peut être lié à un arrêt momentané du Gulf stream (Roscoff est à la latitude de Terre-Neuve), se renouvellera à l'hiver 1568-1569, où une banquise se formera devant Bordeaux sur une hauteur de plus d'un mètre et demi (ibidem). À l'hiver 1620-1621, seuls les ports de Dunkerque et Calais furent gelés.
  7. Le fort était alors sur le territoire de la paroisse de Saint-Pierre du minihy de Saint-Pol, Rosco goz étant sur celle de Toussaints.
  8. Sur l'opposition du Léon au centralisme ducal et son jeu de bascule avec la France, cf. les Communes petitiones Britonum adressées en 1235 à Louis IX, qui se prolongent, après le démembrement qui s'ensuivit du Léon, dans les prétentions de la famille de Trémazan à travers les alliances françaises de Tanneguy IV du Chastel.
  9. Le lin cultivé en Bretagne dégénérait par épuisement des sols. Il eût fallu une rotation septennale pour que la terre produise de nouveau une graine de qualité suffisante.
  10. Le mot français vient du breton crez, qui signifie chemise. Cf. La route des toiles. par l'Association Lin Chanvre.
  11. Le fil, et non la toile comme ailleurs, était blanchi.
  12. Une norme a été définie par la Confrérie de la Sainte Trinité instituée à Morlaix le 5 mai 1452 puis redéfinie en 1547 et en 1736.
  13. Son origine est inconnue mais repose peut-être sur le tabou, ou sa levée, jeté sur les tisserands que les bretons appelaient cacouz, qui étaient relégués dans des quartiers à part, tel celui de La Madeleine à Saint-Pol-de-Léon, et qui étaient assimilés à des réfugiés espagnols venus après la défaite de Roncevaux. Ce privilège, attesté dans une ordonnance de police de 1502, est remplacé en 1780 par des lettres patentes partageant le monopole de cette exportation avec les seuls ports de Saint-Malo et de Landerneau mais alors la production de crées a déjà presque cessé.
  14. Le Trésor Royal espagnol vendait un sauf-conduit pour un port unique à un agent privé qui en négociait à son tour les droits d'exploitation à des marchands qui devaient se regrouper en compagnie pour en assurer l'acquittement. Cf.C.A. Hilario, "Le commerce des « marchandises de Bretagne » avec l'Espagne au XVIe siècle" in Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 107, n° 2, pp. 29-50, Presses Universiatries de Rennes, Rennes, 2000.
  15. À la fin du XVe, le Morlaisien Jean Coatanlem est amiral du Portugal.
  16. Elle était alors beaucoup plus petite qu'aujourd'hui. Le clocher ne sera ajouté qu'en 1585 et le chevet en 1600 en même temps que son chœur refait. La chapelle sud est ajoutée en 1634 et la chapelle nord en 1701.
  17. par le chanoine Traonelorn, recteur de Plougoulm, suppose-t-on, peut-être pour contrebalancer les velleités d’indépendance des Roscouins s'affirmant par la construction de Notre-Dame de Croaz Vaz.
  18. À la chapelle Sant Dreinion ou Saint-Strignon, identifiée par les savants de l'Église à saint Ninien, détruite en 1932. Le soir même, la future reine de France dormait au palais épiscopal de Saint-Pol.
  19. Originaire de Taulé, présent à la montre de l’évêché de Léon faite à Lesneven le 25 septembre 1503 (M. Le Bars, Archives départementales du Finistère 49 J 602, Tudchentil.org, 2007..
  20. 9 rue Amiral-Réveillère vers 1560, 19 rue Amiral-Réveillère en 1570, 2 rue Armand Rousseau en 1603, Maison Kerjeffic 2 rue Armand Rousseau en 1604, 22 rue de l'Amiral-Réveillère en 1607, 12 rue Amiral Courbet.
  21. 10 et 57 rue Albert de Mun, 31 rue Gambetta.
  22. Les principaux contributeurs à la milice recensés en 1599 sont Bastien Le Gac de Kersanton, H. Plougoulm, Yvon Guillou, Christien Pape, Hiérosme Hervé, Nicolas Thépaut, Jean Dirou, G. Le Faou.
  23. 25 rue Amiral-Réveillère.
  24. 22 rue Amiral-Réveillère
  25. 18 rue Albert de Mun.
  26. Par exemple la maison du passage Louis Noir, 9 rue Gambetta, est dotée d'échauguettes.
  27. Cygaray, Cheberry, Deregary. Une anse de la côte au sud de l'actuel jardin exotique se nomme Porz ar Vascoun, écrit Bascoun, c'est-à-dire Port aux Basques.
  28. Au XVIIIe, on recense les familles Barett, Copinger, Groenlaw de Neuville et Diot. John Copinger était un contrebandier originaire de Cork en Irlande établi à Roscoff vers 1760.
  29. Confisquée comme bien national, vendue en 1813 comme matériau de construction, elle sera démolie en 1833 pour faire deux maisons voisines. Il n'en reste qu'un muret clos entre Pen ar Creach et Roch Hievec (Penn ar C'hreac'h et Roc'h Illienec, orthographe universitaire), au-dessus de la petite anse sablonneuse de Porz Elenec, au sud du port en eau profonde, ainsi que son clocher qui garnit depuis 1821 la chapelle Sainte Barbe.
  30. Une pointe rocheuse, qui se découvre traitreusement à marée basse entre l'île Verte et l'île aux Bourguignons, porte son nom. L'objet de ses rapines conduites au milieu des incendies et des viols étaient l'or et l'argent en monnaies ou en vaisselle ainsi que les armes auxquelles s'ajoutaient quelques otages enlevés pour rançon.
  31. Le culte en a été ramené d'Anvers, premier port d'Occident à l'époque, où la flotte bretonne était alors la plus nombreuse.
  32. D'une capacité de quinze personnes, le couvent n'abrite en 1790 que neuf moines.
  33. Planté en 1634, il couvrait plus de 700 mètres carrés quand il a été rasé, en 1987, pour faire un parking.
  34. Descendante du corsaire du XVe siècle.
  35. Actuelle promenade Tristan Corbière
  36. Interdiction de vendre des spiritueux aux principales heures de messes et obligation de la présence d'un gendarme durant les bals.
  37. La taxation des droits de douane de 1779 a porté le coup de grâce.
  38. Cf. avertissement adressé le 20 septembre 1745 par Pratmenou-Helliés, syndic des classes, aux pilotes de Roscoff (Archives municipales citées par l'abbé Feutren). Les corsaires attachés au port de Roscoff sont connus par les archives des amirautés de Morlaix et de Brest. Tout armateur important qui organisait un transport de marchandises prenait une lettre de course pour pouvoir faire en chemin quelques bonnes prises, c'est-à-dire conformes au droit de la guerre et respectant les sauf conduits. Un jugement rendu à Morlaix devait valider la nature de la prise.
  39. Il a été remplacé par la SBR. Des éléments de ses fondations apparaissent toujours dans le rempart au-dessus du sable de la plage.
  40. À chaque bordée, des carreaux des riches demeures situées sur la place de l'église derrière le fort étaient brisées et devaient être remboursés. Cf. réclamation de Picrel, Provendier et Girault du 26 septembre 1799 (archives municipales citées par l'abbé Feutren).
  41. A une douzaine d'exception près telle celle du 21 octobre 1711, date à laquelle le cent tonneaux Le Pigeon Blanc, commandé par le lübeckois Jean Nipps, livre graines de lin, cuivre, fer, acier, laiton, etc.
  42. Il fut le seul en France à construire un clipper trois mâts, une goélette armée pour Terre-Neuve. La marque Kerenfors subsistera encore après la Seconde Guerre mondiale jusqu'à ce que le chantier périclite complètement.
  43. Pour comprendre le manque de formation des équipages et les mœurs empreintes de fureur et de courtoisie des corsaires à l'époque de la bataille d'Ouessant, lire le récit du sort inhabituel de la Duchesse de Chartres construit à Roscoff et de son capitaine basque dans le Mercure de France du 4 novembre 1780, p. 34-44
  44. Cf. v.g. bataille de Saint-Cast.
  45. Par exemple, la production roscovite fournit sur un même marché de Rennes en mars ce que la production paimpolaise fournit en mai.
  46. Confirmé le 19 février par l'Assemblée nationale en vertu de son décret du 14 octobre 1789. Le 15 janvier 1792, Santec décidera de son rattachement à Roscoff plutôt qu'à Saint-Pol.
  47. Cf. pogrom.
  48. Le dépouillement des archives municipales par l'abbé Feuntren reconstitue les évènements.
    La question de l'autorité du pape, remise en cause par la Constitution civile du clergé, provoque le 5 décembre, à l'occasion d'un prêche, la municipalité à prendre le parti du recteur et le procureur de la commune à démissionner. Le couvent des Capucins servira dès lors, avec la complicité tacite de la municipalité, d'asile pour une vingtaine de moines du diocèse. En l'absence de prêtre assermenté nommé à Roscoff, les paroissiens des communes voisines, désertant l'office dans leurs propres paroisses, y venaient chercher les sacrements, les décrets d'application de la Constitution civile du clergé autorisant les prêtres réfractaires à continuer leur office en l'absence de prêtre assermenté.
    Le 28 février 1792, de onze à seize heures, la population alertée par les tocsins acclame, malgré la mobilisation des canonniers Bloscon et de Sieck, les quatre frégates, le vaisseau de ligne et la corvette anglais qui viennent chasser un corsaire français cherchant refuge dans la baie de Morlaix. Toutefois un équipage de Batz n'hésite pas à partir piloter sous le feu ennemi le navire français. Dans la nuit du 10 au 11 mars 1792, le Directoire du Département tente subrepticement l'arrestation, au sein du bâtiment de la Poste qui servait de cache et qui fut saccagé, des prêtres de la commune et le 15 mars, l’abbé Julien Bourgonnière entre en clandestinité. Il officiera, caché dans Roscoff, jusqu'au 28 juin 1795, date à laquelle le culte catholique est autorisé de nouveau. Le 24 juin 1792, le recteur Boutin, quoique confirmé le 3 avril dans son office, en l'absence de remplaçant assermenté, mais privé de traitement et menacé par les gardes nationaux, s'embarque avec sept Capucins sur le bateau de pêche de Tanguy Lumière. Le 10 juillet, la municipalité de Roscoff prend un arrêté de protestation contre les arrestations illégales des prêtres de la paroisse. Un mois plus tard, le 26 août, était votée la loi de déportation. En octobre, l'armateur Picrel-Kerandré organise depuis Roscoff vers l'Angleterre l'évasion de quatorze des séminaristes de Léon. Le 22 novembre, les quatre Capucins qui n'avaient pas rejoint Monseigneur de La Marche outre-Manche, réfractaires comme quasiment tout le clergé léonard, sont expulsés par la municipalité. Parmi eux, le Père Joseph, né Yves Mével à Roscoff en 1729, subit le martyre à Brest le 30 juillet 1794 et le Frère Louis, né Joachim Alexandre à Morlaix en 1756, sera déporté vers Rochefort et mourra le 17 octobre 1794 sur le ponton Le Washington en rade de l'île d'Aix puis enterré sur l'île Madame.
    Le 19 mars 1793, lors du combat de Saint-Pol-de-Léon, la municipalité de Roscoff mobilise quelques hommes d'armes et fait dresser ses canons entre son territoire et celui de Saint-Pol. À l'automne 1793, le maire est arrêté avec vingt et une autres personnes, dont un domestique nègre, par le Comité de Surveillance et remplacé par Monsieur Guibert. Les roscovites Jean-Bernard Jouan de Kervenoaël, Joseph-Tanguy Pascal et son frère Jean-Baptiste participent sous le commandement du prince de Léon au débarquement de Quiberon et seront fusillés le 30 juillet 1795. Du 26 novembre 1793 au 20 novembre 1794, la cure fut exercée par un prêtre assermenté, Monsieur Luslac, non sans conflits d'autorité avec la municipalité ni accusations diverses de détournements de terrains. À partir de cette dernière date, l'opposition à la nouvelle municipalité s'exerce au sein du conseil de fabrique, toujours en fonction sous la houlette de l'armateur Picrel, homme regardé relativement comme riche, jusqu'à l'élection municipale du 3 juillet 1795 qui voit rétablie l'ancienne équipe autour d'un nouveau maire, Michel Le Squin, et arrête pour malversations l'ex-receveur, monsieur Aubert, sous-chef civil de la Marine. Toutefois, le 12 octobre, Villancourt, Quarre, Kersauzon et Picrel-Kerandré durent, en tant que parents d'émigrés, démissionner du conseil municipal. Louis-Marie Kermerc'hou de Kerautem sera déporté de Rochefort vers Cayenne où il mourra en 1797.
    Quand le 26 juin 1798 la municipalité organise la fête nationale de l'agriculture, Saint-Pol sabote l'évènement en donnant une fête dansée.
    .
  49. Loi du 26 août 1792 sur la déportation des prêtres réfractaires. Les déportations reprendront après le coup d'état du 4 septembre 1797.
  50. Notre-Dame de Croaz Vaz est rendue au culte catholique le 6 juin 1795, le culte de la Raison étant transféré à la chapelle Sainte-Anne puis à la chapelle du couvent. Les paroissiens soupçonnés d'avoir fréquenté le prêtre assermenté se voyaient obligés à une repentance humiliante sous peine d'excommunication.
  51. Les soldats, deux cent huit, mal nourris, se servaient eux-mêmes dans les champs en pommes de terre, gâchant le reste de la récolte. La police de la municipalité, laquelle porta plainte auprès du général Hoche les 29 juillet et 1er août, fit la chasse aux chapardeurs mais deux furent assassinés par des cultivateurs. Les paysans firent la grève de livraison de bois et de linge.
  52. Du 3 au 15 mars 1796 du 4 avril au 9 mai.
  53. Les tracasseries cesseront définitivement le 24 juin 1801 après un arrangement entre Monseigneur de La Marche en exil et le sous-préfet de Morlaix, Monsieur Duquesne, sur la formulation d'une déclaration à faire par les prêtres auprès de la mairie, soit trois semaines avant le Concordat.
  54. Le 20 novembre 1800, la municipalité avait transféré ses cérémonies républicaines à la chapelle Sainte-Anne.
  55. Armés par J.P. Guilhem (Brest), Martin (Rouen), Guibert de la Salle, Yves Heurtin et Rouvier (ce trois derniers de Roscoff) et commandés par Adam, Marbaisse et F. Le Peletier.
  56. Ouverte par les morlaisiens Vacher et Tilly avec la collaboration d'un correspondant du Havre, Édouard Corbière, qui deviendra en 1844 président de la Chambre de Commerce. Le premier steamer de cent trente-sept tonneaux, Le Morlaisien, fut doublé en 1842 par un autre de cent soixante-dix sept tonneaux, Le Finistère.
  57. C'est Monsieur de la Fruglaye qui prévint, en février 1791, Monseigneur de la Marche de son arrestation imminente.
  58. Son monument, érigé contre l'ancien ossuaire dans l'enclos de Notre Dame de Croaz Vaz, date de 1829.
  59. Messieurs Gauthier et Dubois avaient acquis de l'héritier Saligny, qui habitait Paris, huit hectares qu'ils comptaient démultiplier par la création d'un polder. Il s'avéra qu'ils empiétaient ainsi sur vingt sept hectares vendus le 6 décembre 1821 par le même Saligny à la commune et que trois des huit hectares en question revenaient par prescription acquisitive à celle-ci. L'affaire, emblématique de la modernité surgissante, a animé pendant des années le cœur des roscovites. Ceux-ci, devant le fait accompli de la construction, espéraient en fait vendre les terrains pour financer les routes. Finalement, les Domaines s'adjugèrent, quia nominor leo, les terrains sous prétexte qu'ils étaient, avant la construction de la digue, recouverts par la mer à marée haute et donc qu'ils ne constituaient pas un terrain communal (Letter du Directeur des Domaines au Maire de Roscoff du 15 novembre 1840). Ce sont eux qui firent la vente aux enchères le 10 novembre 1846, enchères perdues par Dubois.
  60. La source du grand lavoir (Len vras) est captée sous la rue des Capucins et son ru, actuelle rue Brizeux, canalisé.
  61. Cf. infra.
  62. L'entrée de l'église ayant été interdite au corps par la menace des armes des soldats allemands, le recteur, qui dut toutefois renoncer à un service pour toutes les victimes de la guerre, convoqua en sonnant la cloche la population le lendemain à onze heures à une messe et une mise en terre au cimetière du Vil qui causa une grande émotion. Il y avait environ quatre mil personnes surveillées par les soldats impuissants.
  63. Quarante et une strophe dont
    Ni Ho salud gant levenez, - Nous Vous saluons dans l'allégresse,
    Ni Ho salut Hor Patronez. - Nous Vous saluons, Notre Patronne.
    C'houi ro d'eomp ho relegou, - Vous nous fîtes don de vos reliques,
    Ni ro D'eoc'h hor c'halounou. - Nous Vous offrons nos cœurs.
    Meulomp leun à joa, - Louons pleins de joie,
    Meulomp Santez Barba. - Louons Sainte Barbe.
  64. Un ange représenté sur une des quatre faces montre le nom des donateurs inscrits sur la face visible ici: « Y Rolland K Borlavi sa fem fet faire la cru 1619 (Y. Rollan, C. Borlaudi, sa femme, ont fait faire la croix en 1619) ». Sur deux des autres faces, Saint Yves et Sainte Véronique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mairie de Roscoff : Roscoff homologuée "Petite cité de caractère de Bretagne" en 2009
  2. a et b Article de RTCC.
  3. a et b REX Marine Genomics Europe
  4. http://www.brittany-ferries.fr/traversees/lignes/roscoff-plymouth
  5. Les Archives nationales conservent, sous la cote CP/F/14/17513/25, deux plans du feu de Men Guen Bras.
  6. Les Archives nationales conservent, sous la cote CP/F/14/17513/1, deux plans du feu d'Ar Chaden datant de 1911.
  7. population
  8. Comparatif Ifremer 1999.
  9. Logements
  10. Présentation du site Natura 2000 de la baie de Morlaix.
  11. Liste des communes de la ZNIEFF de l'estuaire de la Penzé.
  12. a, b et c Service Études de la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix, Les activités de recherche, p. 9, communauté de communes du Pays Léonard, Morlaix, novembre 2006.
  13. a, b et c Rapport d'observation d'octobre 2004.
  14. Inventaire des oiseaux de la Baie de Morlaix, dont la Sterne de Dougall.
  15. Recensement Oiseaux.net
  16. a, b, c, d, e, f et g Inventaire des espèces protégées de Roscoff.
  17. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Inventaire des espèces de Roscoff.
  18. Jeune veau marin égaré sur la plage de Perharidy en décembre 2006.
  19. Six marsouins au large de Bloscon en novembre 2010.
  20. Inventaire des espèces de Roscoff
  21. Inventaire National du Patrimoine Naturel.
  22. T. Harnois, M. Rousselot, H.L.N. Rogniaux & F. Zal, High-level production of recombinant Arenicola marina globin chains in Escherichia coli: a new generation of blood substitute in Artificial Cells, Blood Substitutes and Biotechnology (en), n° 37, pp. 106 à 116, ISABI (Faculté de médecine de l'Université Mac Gill), Montréal, ISSN 1073-1199
  23. N. Bougeard, Un espoir pour les greffes in Roscoff quotidien, Roscoff quotidien, Roscoff, 3 avril 2006.
  24. Présentation par la SBR.
  25. La sexualité inventée au large de Roscoff ? in Journal du CNRS.
  26. Science, 12 janvier 2007.
  27. Science ouest, p. 6, Espace des sciences, Rennes, février 2007.
  28. Dernier orme de Roscoff.
  29. Th. Hersart de la Villemarqué, Barzaz Breiz, p. 76, Librairie académique Perrin, Paris, 1963.
  30. a et b J. Feuntren, Bulletin paroissial n°304, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, automne 1976.
  31. Th. Hersart de la Villemarqué, Barzaz Breiz, p. 11, Librairie académique Perrin, Paris, 1963.
  32. a et b Les variétés du terroir léonnais.
  33. Histoire de l'échalotte de tradition.
  34. Plants de Bretagne, zone protégée.
  35. The Garden,,p. 341, 15 novembre 1902.
  36. Pardé, Bulletin de la Société de dendrologie de France, p. 106, 1908.
  37. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne p. 116, Bonneton, 2004, 231p. (ISBN 2-86253-283-5)
  38. paotred Rosko.
  39. a, b, c, d et e N. Garnier, Vestiges archéologiques, que reste-t-il ? in Bulletin bimestriel d'information de la municipalité n°5, p. 2, mairie de Saint-Pol-de-Léon, Saint-Pol-de-Léon, avril 2003.
  40. R.D. Penhallurick, Tin in Antiquity: its mining and trade throughout the Ancient World with particular reference to Cornwall, p. 86 à 91, The Institute of Metals, London, 1986, (ISBN 0904357813).
  41. R.G. Valera & P.G. Valera, Tin in the Mediterranean area: history and geology in A. Giumlia-Mair & F. Lo Schiavo, The Problem of Early Tin, p. 11, Archaeopress, Oxford, 2003 (ISBN 1841715646).
  42. Monnaies carthaginoises au Coz Yaudet.
  43. Wrmonoc, Vita Sancti Pauli Aureliani, Landévennec, 884.
  44. J.-C. Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, collect° Les Universels, Gisserot, Paris, 1996.
  45. a et b J. Sanson, "Recueil de données statistiques relatives à la climatologie de la France" in Mémorial de la Météorologie nationale n° 30, Office national de météorologie, Paris, 1945.
  46. a, b, c et d J. Feuntren, Bulletin paroissial n° 305, paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, février 1977.
  47. a et b J. Feuntren, Bulletin paroissial n° 305, paroisse de Notre-Dame de Croaz Batz, Roscoff, février 1977.
  48. J. Levron, Les possessions de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes en Basse Bretagne in Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. X, pp. 67-102, Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1929.
  49. Cartulaire de l'abbaye de Saint Melaine, folios 88 & 89, Bibliothèque Municipale, Rennes.
  50. J. Feuntren, Bulletin paroissial n° 266, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, juin 1972.
  51. Les mêmes armateurs se trouvent à Morlaix et Roscoff selon le calendrier de leur chantiers. L'avantage de Roscoff était en particulier d'être éloigné du contrôle de l'amirauté.
  52. Cf. le cas emblématique du morlaisien Jean Coatanlem.
  53. a, b et c J. Feuntren, Bulletin paroissial n°222, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, avril 1968.
  54. P. Pourchasse, De Libau à Roscoff, l’indispensable graine de lin de Courlande in Histoire & Sociétés Rurales, vol. 34, pp. 53-78, Association d'Histoire des Sociétés Rurales, Caen, deuxième trimestre 2010, (ISBN 9782753513181).
  55. J. Tanguy, Commerce et industrie dans le Finistère d'autrefois in Y. Le Gallo & alii, Finistère, p. 50 & sq., Éditions de la Cité, Brest, 1975.
  56. a et b S. Chassagne, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 101, n° 4, p. 116, Université de Haute-Bretagne, Rennes, 1994.
  57. Carte du commerce international de toile par l'Association Lin Chanvre.
  58. Ch. Bourel de La Roncière, Histoire de la Marine française, t. II, p. 50, Larousse, Paris, 1934.
  59. a et b J. Moreau, Histoire de ce que s'est passé en Bretagne durant les guerres de la Ligue et particulièrement dans le diocèse de Cornouaille, p.145, Come & Bonetbeau, Brest, 1836.
  60. Bois de chêne, de châtaignier, débité en planches et utilisé surtout dans la tonnellerie
  61. Résumé d'un article de M. Hérubel, paru dans la revue "Bulletin de la Société de géographie" publié par le journal La Croix n° 12656 du 17 juin 1924, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k261875w/f3.zoom.r=Tudy.langFR
  62. S. Chassagne, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 101, n° 4, p. 115, Université de Haute-Bretagne, Rennes, 1994.
  63. Jacques Blanken, "Contrebandiers, smogleurs en Manche, histoire d'un commerce interlope", éditions Locus Solus, 2015 [EAN13 (Livre papier) : 9782368330692]
  64. Ch.-P. de Robien, Petit Flambeau de la Mer, Le Havre, 1731.
  65. D. Neuville, H. Buche, J. Mallon & E.Taillemite, Inventaire des archives de la Marine, série B, t. I, p. 164, L. Baudoin & Cie., Paris, 1885 disponible sur Internet Archive.
  66. Annuaire statistique du département du Finistère pour l'an XII de la République, p. 164, Y.J.L. Derrien, Quimper, 1803 (dépôt à la Bibliothèque diocésaine de Quimper et Léon, consultable au CRBC à Brest.)
  67. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f190.image
  68. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f196.image
  69. Cité par Albert Laot, "Contrebande et surveillance des côtes bretonnes", Coop Breizh, 2009 [ISBN 978-2-84346-389-1]
  70. C. Chépy, Lettre du 9 fructidor XI au Grand Juge et Ministre de la Justice, Archives Nationales, F6345, cité in Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse Bretagne de la fin de l'Ancien Régime à 1840, p. 265, Éditions ouvrières, 1991.
  71. Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse Bretagne de la fin de l'Ancien Régime à 1840, p. 140, Éditions ouvrières, 1991.
  72. http://www.roscoff-quotidien.eu/capucins.htm
  73. Délibérations du conseil municipal, Archives Municipales, 14 mai 1845, citées in J. Feuntren, Bulletin paroissial n°222, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, avril 1968.
  74. Article sur les mémoires inédits de F. De Miollis in Le Télégramme, Brest,, 20 février 1964.
  75. Une étude statistique faite en 1842 montre que l'ensemble de la population du Finistère a une espérance de vie de 27 ans soit la plus basse de France, cinq années de moins que la moyenne nationale.
  76. Vote du budget municipal, Archives Municipales, 10 mai 1829, citée in J. Feuntren, Bulletin paroissial n°220, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, février 1968.
  77. Lettres du maire Bagot au préfet, Archives Municipales, 9 octobre 1829 & 1er décembre 1833, citées in J. Feuntren, Bulletin paroissial n°220, Paroisse de Notre-Dame de Croaz Batz, Roscoff, février 1968.
  78. Annales des ponts et chaussées : Mémoires et documents relatif à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, numéro 62, partie 1, volume 1, A. Dumas, 1892 extrait en ligne (consulté le 17 avril 2011).
  79. Site Roscoff au quotidien, Encore de ces saletés-là !, par A. Freuten lire en ligne (consulté le 24 avril 2011).
  80. http://sites.google.com/site/santechistoire/sanatorium-marin-roscoff-1928.pdf?attredirects=0
  81. M. Th. Chapalain, « Hilda », Tud ar Jonniged, Roscoff, 15 octobre 2005.
  82. a et b J. Feuntren, Bulletin paroissial n°242, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, avril 1970.
  83. Délibérations du conseil municipal, Archives Municipales, 14 mai 1845, citées in J. Feuntren, Bulletin paroissial n°221, Paroisse de Notre-Dame de Croaz Batz, Roscoff, mars 1968.
  84. Délibérations du conseil municipal, Archives municipales, 27 mai 1849, citées in J. Feuntren, Bulletin paroissial n°222, Paroisse de Notre-Dame de Croaz Batz, Roscoff, avril 1968.
  85. G. Lécuillier, Ensemble fortifié (Stützpunkt "Roscoff" Mo 94) in Inventaire général du patrimoine culturel - enquête thématique régionale (fortifications littorales), Service régional de l'Inventaire de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne du ministère de la Culture et de la Communication, Rennes, 2002.
  86. G. Prigent & allii, Les lignes fortifiées sur la commune de Pléneuf-Val-André, Service régional de l'Inventaire de la Direction régionale des Affaires Culturelles de Bretagne du ministère de la Culture et de la Communication, Rennes, 2003.
  87. V. Seité, M. Seité & Job Seité, Darvoudou brezel va Horn-Bro : 1944, IV pp. 29-33, Emgleo Breiz - Ar skol dre Lizer, 1987.
  88. Dr Pillet, La station de sauvetage de Roscoff, Association Art et Culture à Roscoff, Roscoff, 3° tri. 1989, révision 26 janvier 2008.
  89. Fiche Tanio du Cedre
  90. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  91. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  92. Site de la communauté de communes du Pays Léonard
  93. la communauté de communes
  94. Chiffres de l'emploi
  95. Éléments de synthèse sur l’environnement socio-démographique et économique de la Communauté de Communes, CCI, Morlaix, 2011.
  96. J.O., 22 octobre 2009.
  97. CHM de Perharidy
  98. Institut Rockroum
  99. Kerlena au sein de la Générale de Santé
  100. Station biologique
  101. Participation du SBR au CEVA de Pleubian.
  102. L. Chauveau, Les plantes en thalasso, Roscoff quotidien, Roscoff quotidien, Roscoff, 16 février 2006.
  103. Ressources informatiques de la SBR
  104. Les variétés de choux fleurs en Léon
  105. Présentation du salon nautique par Rosko Plaisance.
  106. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  107. [1]
  108. Emaux de Roscoff
  109. Ardoise de Roscoff
  110. Groupe Expressions
  111. Art et culture.
  112. Images du pardon de Sainte Barbe à Roscoff
  113. Communiqué de presse, Centre de Perharidy, Roscoff, 27 janvier 2012 Lancement de Tresco
  114. La maison des Johnnies
  115. Coloques de la SBR.
  116. Centre de Découverte des Algues
  117. Marques Thalado et Alga Natura
  118. Agopôle.
  119. Le petit train
  120. J. Feutren, Bulletin paroissial, 106 n°, vol. I, p. 170 (p. 220), Paroisse de Pleyber Christ, 1967-1987
  121. Panoramas de Notre Dame et de Sainte Barbe
  122. L'église de Roscoff retrouve des objets volés en 1981 in Roscoff quotidien, Roscoff quotidien, Roscoff, 24 octobre 2005.
  123. Galerie des mosaïques d'Odorico à Perharidy.
  124. Fresques de Kerga à Perharidy.
  125. Le grand dictionnaire de cuisine.
  126. W. Lesquin, J. Nunn & I. Church, préf. J. Nougier, Trois naufrages pour trois îles: terres australes françaises au XIXe siècle., p. 29-81, Éditions de la Dyle, Gand, 1998, 313 p. (ISBN 90-801124-9-6).
  127. Résume de Jean Marie Lebris
  128. Jean Painlevé à la SBR en 1922.
  129. Notice biographique de Georges Tessier.
  130. Poatred rosko
  131. La voix de Sainte Barbe.
  132. J. Lagadeuc, Catholicon, éd. critique, Joseph Floch, Mayenne, 5 décembre 1977, cote BNF 4-X4338.
  133. Ar C'hatolicon
  134. J. Feuntren, Bulletin paroissial ° 285, Paroisse de Notre Dame de Croaz Batz, Roscoff, avril 1974.
  135. Tamburini N, Van Rysselberghe : l'entrée du port de Roscoff, L'Objet d'art, hors-série n° 62, juin 2012, p52-53
  136. Le jardin Louis Kerdilès
  137. Le jardin exotique
  138. Site du jardin exotique de Roscoff.
  139. Association Cinéma Sainte Barbe
  140. Le casino
  141. Bibliothèque
  142. http://www.sb-roscoff.fr/edition.html
  143. Académie de Rennes
  144. École Municipale des sports
  145. Stade Gérard Martin
  146. Complexe sportif Lagadennou
  147. Centre nautique
  148. Thalasso
  149. Maison de retraite Saint-Nicolas
  150. [2]
  151. Police municipale
  152. Transport maritime entre Roscoff et l'île de Batz
  153. Transport maritime entre Roscoff et Cork
  154. Transport routier, avec les cars
  155. Transport aérien, avec l'aéroport de Brest
  156. Transport scolaire
  157. Revue Penn ar Bed n°126, juin 2012
  158. Liste des plages Hippocampe.
  159. I. Tognarelli, S. Mouraret, S. Célimon, J.-P. Labourdette, D. Auzias & Ch. Chapalain, Handitourisme 2010, p. 191, Nouvelles Éditions de l'Université, Paris, 3e trimestre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Loredan, La Fontenelle, seigneur de la Ligue 1572-1602, Paris, 1926.
  • Gilberte Taburet, Roscoff, Jos Le Doare, 1957.
  • Jean Meyer, Jean Tanguy & Jean Delumeau, Le siècle de l'Intendance in Documents de l'histoire de la Bretagne, p. 245 & sq., Edouard Privat, Toulouse, 1971.
  • J.-Y. Tanguy, Le port et le havre de Roscoff, Éditions des paludiers, La Baule, 1975.
  • P. Cuzon, Jean Feutren, Chroniques d'histoires, Bulletin Paroissial de Roscoff, 1962 - 1977 in Roscoff quotidien, Roscoff quotidien, Roscoff, 1998 La voix de Sainte Barbe.
  • P. Cheval, La capitainerie de Saint-Pol-de-Léon. La défense côtière du Léon oriental de Louis XIV à Louis XVIII in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère CXV, p. 267-285, 1986.
  • P. Cheval, Les baies de Morlaix et leur défense in Baie de Morlaix vie et traditions maritimes, , p. 11, hiver 1988-1989.
  • O. Corre, La Guerre de course durant la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique dans le ressort de l'Amirauté de Morlaix, mémoire de maîtrise, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 1990.
  • J. Darsel, Les côtes du Léon sous l'Ancien Régime in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère CIV, p. 163-198, 1992.
  • Bernard Le Nail, Bretagne, pays de mer, Hachette, 1993.
  • Jean Tanguy, Quand la toile va. L'industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Apogée, Rennes, 1994.
  • Olivier Levasseur, Roscoff, A. Sutton.
  • C. Sergent, La défense des côtes du Léon durant la Révolution française, 1789-1799, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Jarnoux, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 1997.
  • Auteurs divers, Les secrets de nos régions. Bretagne, Atlas, 1999.
  • A. Tanguy, Santec 1666-1920 - De l'ensablement de la localité à son érection en commune, Anthologie, Santec, 1999
  • Sous la direction de Maurice Dilasser, Patrimoine religieux de Bretagne, Le Télégramme, 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]