Albert Dauzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Dauzat
Portrait de Albert Dauzat
Albert Dauzat en 1935.
Biographie
Naissance
Guéret
Décès (à 78 ans)
Paris (XVe arrdt)
Nationalité française
Parenté Pierre-Emmanuel Dauzat (petit-neveu (en))Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de Paris, École pratique des hautes études et lycée MarceauVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Linguiste (en), romaniste, avocat et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur École pratique des hautes études (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts romanistique, onomastique
Œuvres principales Tableau de la langue française (1941), Grammaire raisonnée de la langue française (1947)
Distinctions Prix Montyon (), prix d'Académie (), prix Saintour (), prix de la langue française (), prix Bordin (), prix Durchon-Louvet (), prix Marcelin-Guérin (), prix Gustave Le Métais-Larivière () et prix VolneyVoir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Albert Dauzat, né le à Guéret et mort le à Paris, est un linguiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dauzat fait ses études secondaires à Auxerre et au Lycée Marceau de Chartres où il a Romain Coolus comme professeur de philosophie[1]. Il étudie le droit et les lettres à la Sorbonne, et soutient sa thèse ès Lettres avec un Essai de méthodologie linguistique dans le domaine des langues et des patois romans (1906). Il poursuit ses recherches à l'École pratique des hautes études dont il est nommé professeur associé en 1913, puis directeur d'études en 1921[2].

Dauzat ne publie pas en toponymie avant l’âge de 49 ans[2]. Ses travaux d'onomastique, quoique vieillis, font toujours autorité et ils ont été salués par l'historien Lucien Febvre[3]. Ses ouvrages sont considérés comme pionniers pour la France dans le domaine de l'anthroponymie et de la toponymie linguistique[4] dans le domaine de la phonologie diachronique .

En 1938, son Dictionnaire étymologique de la langue française privilégie une étymologie traditionnelle (« étymologie-origine ») et phonétique. Il s'oppose à l’étymologie moderne (« étymologie-histoire ») et sémantique[5] (Les expressions « étymologie-origine » et « étymologie-histoire » sont à la page 239). Ce dictionnaire privilégie une étymologie latinisante et non une étymologie proto-romane[6].

En 1939, il publie La Toponymie française[7], manuel de référence pour les chercheurs des décennies suivantes, selon l'universitaire Xavier Gouvert.

Le prix Albert-Dauzat est attribué par la Société française d'onomastique tous les deux ans pour récompenser un travail de toponymie ou d'anthroponymie relatif aux pays francophones[8].

Il est directeur-fondateur de l'importante revue de linguistique Le Français moderne et de Onomastica, publiée en 1947 et 1948, puis remplacée par la Revue internationale d'onomastique publiée à Paris de 1949 à 1977[9].

Il dirige une chronique de toponymie, dans la Revue des études anciennes à partir de 1932. Il organise et préside les deux premiers congrès internationaux de toponymie et anthroponymie en 1938 et 1947. En 1939, il initie le chantier national du Nouvel atlas linguistique de la France par régions[10].

En 1946, il est chargé de la chronique grammaticale bimensuelle du journal Le Monde, intitulée La Défense de la Langue française[11].

Il meurt, au 2 rue François-Coppée dans le 15e arrondissement de Paris[12] (et non à Alger[13]). Il est inhumé auprès de son épouse et de son père dans la 12e division du cimetière communal Gabriel Péri à Colombes (Hauts-de-Seine).

Albert Dauzat est le grand-oncle du traducteur et essayiste Pierre-Emmanuel Dauzat (né en 1958)[14].

Plaque Albert Dauzat
2, rue François-Coppée, Paris 15

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1897 : Études linguistiques sur la Basse-Auvergne : Phonétique historique du patois de Vinzelles (Puy-de-Dôme) (avec une préface du philologue Antoine Thomas), éditions F. Alcan, coll. « Université de Paris. Bibliothèque de la Faculté des lettres » no 4, Paris, 1897, XII-175 p., (notice BnF no FRBNF30304045).
  • 1899 : Du rôle des chambres en matière de traités internationaux. Thèse pour le doctorat présentée et soutenue le , F. Alcan, 1899.
  • 1900 : Études linguistiques sur la Basse Auvergne. Morphologie du patois de Vinzelles, éditions E. Bouillon, coll. « Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences philologiques et historiques » no 126, Paris, 1900, 307 p., (notice BnF no FRBNF30304044).
  • 1900 : La Suisse illustrée.
  • 1901 : Hors la loi, éditions de la Société anonyme des publications scientifiques et industrielles, Paris, 1901, 263 p., (notice BnF no FRBNF30304046).
  • 1906 : Études linguistiques sur la Basse-Auvergne. Géographie phonétique d’une région de la Basse-Auvergne, éditions H. Champion, Paris, 1906, 98 p. et 8 cartes, (notice BnF no FRBNF30304043).
  • 1906 : Essai de méthodologie linguistique dans le domaine des langues et des patois romans : Thèse pour le doctorat ès-lettres présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Paris, éditions H. Champion, Paris, 1906, VIII-295 p., (notice BnF no FRBNF31997998).
  • 1909 : L’Italie nouvelle : Nord et Midi, la religion, problèmes d’art, la société et la vie, la langue, l’instruction primaire, politique et socialisme, E. Fasquelle, 1909.
  • 1910 : La Vie du langage, Librairie Armand Colin, Paris, 1910.
  • 1911 : Pour qu’on voyage : essai sur l’art de bien voyager, éditions E. Privat, coll. « Bibliothèque des parents et des maîtres » no 7, Paris, 1911, 363 p., (notice BnF no FRBNF31998038).
  • 1912 : La Défense de la langue française : la crise de la culture française, l’argot, la politesse du langage, la langue internationale, Librairie Armand Colin, Paris, 1912, XII-311 p., (notice BnF no FRBNF37480048).
  • 1912 : L’Espagne telle qu’elle est, éditions F. Juven, Paris, 1912, 334 p., (notice BnF no FRBNF31997995).
  • 1912 : La philosophie du langage, Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », Paris, 1912.
  • 1914 : Essais de géographie linguistique, E. Champion, 1914.
  • 1914 : L’Expansion italienne : l’émigration, la conquête de Tripoli, la régénération intérieure, politique orientale, France et Italie, éditions E. Fasquelle, Paris, 1914, 294 p., (notice BnF no FRBNF31998011).
  • 1915 : Études linguistiques sur la Basse-Auvergne. Glossaire étymologique du patois de Vinzelles, éditions de la Société des langues romanes, Montpellier, 1915, 289 p., (notice BnF no FRBNF31998009).
  • 1915 : Le Français et l’anglais langues internationales, éditions Larousse, Paris, 1915, 44 p., (notice BnF no FRBNF31998012).
  • 1916 : Impressions et choses vues : juillet-, éditions Attinger, Neuchâtel, 1916, 270 p., (notice BnF no FRBNF34043121).
  • 1917 : Les Argots de métiers franco-provençaux, éditions H. Champion, coll. « Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences historiques et philologiques » no 223, Paris, 1917, VII-268 p., (notice BnF no FRBNF31997979). — Réédition en fac-similé : éditions Slatkine (Genève) et H. Champion (Paris), 1976, II-268 p., [pas d’ISBN], (notice BnF no FRBNF34695434).
  • 1918-1925 : Légendes, prophéties et superstitions de la guerre, la Renaissance du livre, 1918-1925.
  • 1918-2007 : L’Argot de la guerre, d’après une enquête auprès des officiers et soldats, Librairie Armand Colin, Paris, 1918, 295 p., (notice BnF no FRBNF31997976). — Réédition : Librairie Armand Colin, Paris, 2007, 277 p., (ISBN 978-2-200-34772-7), (notice BnF no FRBNF41112696).
  • 1921 : Essai de géographie linguistique. Noms d’animaux, Édouard Champion, 1921.
  • 1922 : La Géographie linguistique. Première édition : éditions Ernest Flammarion, coll. « Bibliothèque de culture générale », Paris, 1922, 200 p., (notice BnF no FRBNF31998015).
  • 1922 : Un mois dans les Alpes. De Genève à Nice, Librairie Hachette, Paris, 1922.
  • 1926 : Les Noms de lieux : origine et évolution, villes et villages, pays, cours d’eau, montagnes, lieux-dits, Librairie Delagrave, Paris, 1926.
  • 1927 : Les Patois : Évolution - Classification - Étude Avec 7 cartes, Librairie Delagrave, Paris, 1927.
  • 1928 : Les Argots : caractères, évolution, influence, Librairie Delagrave, coll. « Bibliothèque des chercheurs et des curieux », Paris, 1928, 189 p., (notice BnF no FRBNF31997978).
  • 1930 : Histoire de la langue française, éditions Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », Paris, 1930, 588 p., (notice BnF no FRBNF31998021).
  • 1936 : Poèmes de la douleur et du souvenir (avec une préface de Georges Lecomte), éditions Le Livre et l’image, Paris, 1936, 164 p., (notice BnF no FRBNF31998032).
  • 1937 : Éphémérides 1914-1915, R. Debresse, 1937.
  • 1938 : L’Autriche, Arthaud, 1938.
  • 1938 : Dictionnaire étymologique de la langue française, Larousse, 1938.
  • 1939 : Tableau de la langue française. Origines, évolution, structure actuelle, Payot, 1939.
  • 1940 : Un projet de réforme orthographique, avec Jacques Damourette, Bibliothèque du Français Moderne, 1940, 31 pages
  • 1941 : Le Village et le paysan de France, Gallimard, 1941.
  • 1942 : Le Génie de la langue française. Première édition : éditions Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », Paris, 1942, 359 p., (notice BnF no FRBNF31998013).
  • 1943 : La géographie linguistique, Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », Paris, 1943.
  • 1943 : La valeur de la connaissance positive, Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », Paris, 1943.
  • 1944 : Les étapes de la langue française, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » no 167, Paris, 1944, 134 p., (notice BnF no FRBNF31998003).
  • 1946 : Voyage à travers les mots, Bourrelier, 1946.
  • 1946 : La Vie rurale en France des origines à nos jours, Presses universitaires de France, 1946.
  • 1947 : Grammaire raisonnée de la langue française. Première édition : éditions I.A.C., coll. « Les Langues du monde », série « grammaire, philologie, Littérature » vol. I, Lyon, 1947, 466 p., (notice BnF no FRBNF31998017).
  • 1950 : Phonétique et grammaire historiques de la langue française, Larousse, 1950, 305 p.
  • 1951-1984 : Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, Larousse, 1951 (réédition, revue et augmentée par Marie-Thérèse Morlet en 1984 (ISBN 2-03340-207-X)).
  • 1954 : Le Guide du bon usage, les mots, les formes grammaticales, la syntaxe, éditions Delagrave, coll. « Bibliothèque des chercheurs et des curieux », Paris, 1954, 224 p., (notice BnF no FRBNF31998020).
  • 1963 : Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France, Larousse, 1963 (publication posthume) (notice BnF no FRBNF33159244) ; réédition Librairie Guénégaud, 1989, (notice BnF no FRBNF37370106)

Prix[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1935, le linguiste Antoine Meillet critique l'ouvrage d'Albert Dauzat « Où en sont les études de français ? » ; il note des vues partielles, des analyses laborieuses, l'absence d’argumentations théoriques et un éclectisme sans cohésion[16].

En 1973, l'universitaire M. Pfister remarque que pour Dauzat les Francs saliens seraient les ancêtre des Hollandais et des Flamands, installés en Gaule avec Clovis alors que les Francs rhénans se seraient installés en Lorraine. Pour M. Pfister, ces différences entre fondations saliennes et ripuaires ne seraient prouvées ni par les historiens, ni par les linguistes[17].

En 1998, l'universitaire Alain Ferdière pense que l'histoire et la carte de l'occupation du sol de la Gaule ne peut s'écrire à partir de la toponymie, que la toponymie de peut pas guider les recherches des sites d'occupation rurale, adressant ainsi une critique à Dauzat, entre autres. S'opposant à Dauzat, Alain Ferdière donne au suffixe -acum le sens général de « lieu de » (non pas de « propriété de ») et pense que la première partie du mot est loin d'être toujours un anthroponyme. Il relève aussi des erreurs de datation ; les formations des toponymes seraient en réalité souvent plus récentes[18].

En 2000, l'universitaire Gilles Siouffi pense que le livre Génie de la langue française d'Albert Dauzat reconduit sans distance des présupposés, des stéréotypes, des discours tout faits sur le français[19] .

En 2001, Xavier Delamarre, étymologiste spécialiste de la langue gauloise, émet une sérieuse critique sur Ernest Nègre et Dauzat : « E. Nègre, toponymiste qui, comme Dauzat, ne connaît pas la grammaire comparée ». Dans ce passage, il reproche à E. Nègre d'avoir listé le nom de la rivière Drôme (d'origine gauloise d'après Delamarre) dans le chapitre « préceltique »[10]. Il avait d'ailleurs prévenu dans l'introduction (page 10, note 4) : « Que A. Dauzat, dans son Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France voie dans Condate, Brigantium (> Briançon), Arelate (> Arles), Arausio (> Orange), ou E. Nègre dans Abona (> Avon) des toponymes pré-celtiques jette un doute grave sur la capacité de ces deux auteurs à analyser les noms de lieux. Une tendance extrême est fournie par Ch. Rostaing dans son Essai de toponymie de la Provence (pp 23-24) qui reconstruit en masse des bases pré-indo-européennes trilitères (*KaR-, *KaL-, KxR-, PeN-, etc.) à sens général. C'est là un recul grave de la linguistique pas moins dommageable que la pseudo-science des nostracistes, ou d'auteurs comme Merritt Ruhlen ou Joseph Greenberg qui apparentent sans difficulté toutes les langues de la planète grâce à leurs « étymologies-racines ». Il faut s'en tenir, pour la toponymie insulaire [îles britanniques] comme pour la continentale, à la règle de bon sens énoncée par Rivet et Smith : « we have no right to suppose derivation from a non-Celtic element until all else has failed (nous n'avons pas le droit de supposer une dérivation à partir d'un élément non celtique tant que tout le reste n'a pas échoué) / (RS 317) ».

En 2001, l'universitaire Elisabeth Zadora-Rio voit un divorce de l'archéologie et de la toponymie ; elle écrit : « Contrairement à ce que pensait Dauzat, les toponymes (...) ne peuvent être envisagés comme un ensemble de couches superposées ; ils constituent un système en évolution constante, dans lequel les éléments anciens sont en permanence réactualisés, recomposés et transformés. »[20].

En 2008, selon le linguiste Jean-Pierre Chambon (cité par l'universitaire Xavier Gouvert), l'œuvre toponymique de Dauzat se caractérise par certains défauts récurrents qui se retrouvent également souvent dans la toponymie française contemporaine, parmi lesquels il distingue notamment : une inversion du rapport analyse-synthèse (Dauzat effectuant souvent la synthèse avant l'analyse) ; une promptitude à passer outre la discussion et l'argumentation (notamment en ce qui concerne l'étymologie) ; un désintérêt vis-à-vis du travail philologique, en particulier la recherche d'occurrences anciennes des toponymes dans les sources historiques, qu'il voit comme une tâche documentaire ne relevant pas du travail linguistique et toponymique ; une primauté accordée à la recherche de l'origine des noms plutôt qu'au retracement de leur évolution ; un « attrait des lointains », conduisant à analyser les toponymes préférentiellement à l'aune des racines anciennes (gallo-romaines, gauloises et, mieux encore, pré-indo-européennes) au détriment des éléments plus récents[2].

En 2008, selon l'universitaire Xavier Gouvert, les erreurs de Dauzat sont imputables à des présupposés non scientifiques qui relèvent de l’acte de foi. L’aventure « pré-indo-européenne » de Dauzat toucherait à l’ésotérisme et à la linguistique-fiction. Xavier Gouvert pense que la toponymie de Dauzat n'a pas atteint un stade scientifique fondé sur le rejet de la croyance et du dogmatisme, sur l’argumentation déductive et le rationalisme cartésien. Cependant, il n'adresse pas cette critique nommément à Dauzat mais collectivement[2].

En 2009, l'universitaire Agnès Graceffa pense que la démarche toponymiste d'Albert Dauzat aurait pu procéder d’une lecture ethnique qui tente d’affilier un substantif ou une terminaison à une souche de population[21].

En 2010, l'universitaire Éva Buchi note deux faiblesses lorsque Dauzat donne le latin comme origine étymologique d'un nom : les étapes successives depuis l'origine du nom ne sont pas fournies et « latin » manque de précision (classique, médiéval, vulgaire, etc.). Dauzat ignorerait le concept de protoroman (langue reconstituée à partir de l'ensemble des langues romanes) d'où l’arbitraire de ses formulations étymologiques[22]

En 2013, l'universitaire Jean-Claude Chevalier qualifie Albert Dauzat de dialectologue et de vulgarisateur se disant linguiste et dont le travail de vulgarisation s'adresserait aux enseignants et aux sociétés savantes[16].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1996 : (en) Joan Pèire Chambon (= Jean-Pierre Chambon), Albert Dauzat [H. Stammerjohann (1996) Lexicon grammaticorum. Who’s Who in the History of World Linguistics, Tübingen, p. 226]
  • 1984 : Jean-Pierre Chambon, « Albert Dauzat : notes marginales sur la toponymie de l'Auvergne », Nouvelle revue d'onomastique, Paris, Société française d'onomastique, vol. 3-4 « L'Auvergne »,‎ , p. 34-35 (ISSN 2647-8463, lire en ligne)
  • 1998-2000 : Colloque Albert Dauzat et le patrimoine linguistique auvergnat, Thiers, 5-6- : actes (colloque organisé par le parc naturel régional Livradois-Forez), coédition Parc naturel régional Livradois-Forez (Saint-Gervais-sous-Meymont), CNRS (Montpellier) et CRDP d’Auvergne (Clermont-Ferrand), 2000, 255 p., (ISBN 2-86619-226-5), (notice BnF no FRBNF37213068). — Inclut une correspondance inédite d’Albert Dauzat à Henri Pourrat et à Karl Jaberg.
  • 2000 : Anne-Marguerite Fryba-Reber, Dauzat et Jaberg : deux héritiers de Gilliéron, in Actes du Colloque Dauzat et le patrimoine linguistique auvergnat, Montpellier, 2000, 211-230

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 6 octobre 1952.
  2. a b c et d Xavier Gouvert, Problèmes et méthodes en toponymie française : Essai de linguistique historique sur les noms de lieux du Roannais (thèse de doctorat), université Paris-IV, (lire en ligne), p. 98-99.
  3. Dans l'éloge funèbre qu'il lui rend (« Un toponymiste serviteur de l'histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 11, no 1,‎ , p. 118 (lire en ligne, consulté le )), Lucien Febvre rappelle le dédain des linguistes de l'entre-deux-guerres pour les travaux d'Albert Dauzat.
  4. Albert Dauzat, « La toponymie française », sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33715557, (consulté le ).
  5. Kurt Baldinger, « L'étymologie, hier et aujourd'hui », sur https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1959_num_11_1_2150, (consulté le ).
  6. Eva Buchi, « Étymologie », sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02263826/document, (consulté le ).
  7. Albert Dauzat, « La toponymie française », sur https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33715557, (consulté le )
  8. Site sur le prix Dauzat.
  9. « Nouvelle Revue d'onomastique », sur Société française d'onomastique (consulté le )
  10. a et b Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, éditions Errance, 2001 (édition originale), 352 p. (ISBN 2-87772-198-1), druna (page 126).
  11. Collectif, Mélanges de linguistique offerts à Albert Dauzat, Paris : Éditions d'Artrey, , 403 p. (lire en ligne), p. 1-10.
  12. Comme indiqué sur la plaque à cette adresse, sur son acte de naissance (AD23 4E 116/38 page 127) et dans le registre d'inhumation de Colombes (92).
  13. }http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb118987681/PUBLIC « Dauzat, Albert »], notice d'autorité personne n° FRBNF11898768, catalogue Bn-Opale Plus, Bibliothèque nationale de France, créée le 18 janvier 1977, modifiée le 4 mars 2009.
  14. « Pierre-Emmanuel Dauzat : "Tout n'est pas avouable dans une vie de traducteur" », Le Monde, 21 février 2008.
  15. « Albert Dauzat », sur Académie française (consulté le )
  16. a et b Jean Claude Chevalier, « Linguistique et philologie françaises devant l’analyse des structures (1876-1956) », sur http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/_media/num3/cheval.pdf, (consulté le ).
  17. Pfister, M., « La répartition géographique des éléments franciques en gallo-roman », sur https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=rlr-001:1973:37::577, (consulté le ).
  18. Alain Ferdière, « Chronique, voyage à travers les campagnes de la gaule romaine », sur https://www.persee.fr/doc/racf_0220-6617_1998_num_37_1_2801, (consulté le ).
  19. Gilles Siouffi, « Albert Dauzat et le Génie de la langue française, actes du Colloque Albert Dauzat (Thiers, 1998), 2000, p.73-95 », sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03124641/document, (consulté le ).
  20. Elisabeth Zadora-Rio, « Archéologie et toponymie : le divorce », sur http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_8.pdf, (consulté le ).
  21. Agnès Graceffa, « Le détail toponymique au cœur de l’érudition (1870-1910) », sur https://journals.openedition.org/elh/983?lang=en, (consulté le ).
  22. Éva Buchi, collectif, « Quand la linguistique française ne saurait que se faire romane : du neuf dans le traitement étymologique du lexique héréditaire », sur https://www.linguistiquefrancaise.org/articles/cmlf/pdf/2010/01/cmlf2010_000025.pdf, (consulté le ).