Adinfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adinfer
Adinfer
La mairie.
Blason de Adinfer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CC des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Jean-Marie Dufay
2020-2026
Code postal 62116
Code commune 62009
Démographie
Gentilé Adinférois
Population
municipale
274 hab. (2019 en augmentation de 13,69 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 41″ nord, 2° 42′ 32″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 149 m
Superficie 6,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Adinfer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Adinfer
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Adinfer
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Adinfer
Liens
Site web https://communeadinfer.wixsite.com/adinfer

Adinfer est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Adinférrois et les Adinférroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Adinfer est un village qui a su rester verdoyant situé en Artois dans le Pas-de-Calais, à 12 km au sud-ouest d'Arras, 22 km au nor d'Albert, 38 km à l'ouest de Cambrai et 45 km au nord-est d'Amiens.

Il est aisément accessible depuis la route nationale 25 ou l'ancienne route nationale 319 (actuelle RD 919) qui relie Arras à Albert.

Les stations de chemin de fer les plus proches sont la gare d'Arras (TGV), la gare de Boisleux (à 6,5 Km) et la Gare d'Achiet (à 11 Km)[1].

Une ligne d'autocars fonctionne entre Puisieux et Arras via Adinfer[1].

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé de type 3 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 824 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 3],[3]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Adinfer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,3 %), forêts (26,3 %), zones urbanisées (4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le hameau du Bois-Guislain[1], à 1,5 km du chef-lieu communal, est composé d'une ferme et de quatre habitations.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Andifer au XIe siècle, Andifer en 1154, Candifer en 1170[12], Antifer en 1177, Audinfer en 1801[réf. nécessaire].

Homonymie avec Antifer (Andifer XIIe siècle), nom d'un cap en Seine-Maritime (Normandie), Antifer (Andifer XIIIe siècle), même département, et Landifer (avec agglutination de l'article défini l’), hameau de Maine-et-Loire (Anjou). Formation toponymique obscure. Les diverses hypothèses formulées ne sont pas pertinentes. L'élément initial And- représente peut-être la particule intensive gauloise « très » que l'on rencontre dans Anderitum > Anterrieux (Cantal).

Histoire[modifier | modifier le code]

Un atelier préhistorique est découvert au lieu-dit les Quatorze, en 1894, attestant d'une présence très ancienne dans la localité.

Des traces d'occupation romaine et gallo-romaine sont relevées la même année[13].

Sous l'Ancien Régime, le village relevait de la province d'Artois, de l'intendance d'Amiens jusque 1754 puis de celle de Lille, de la subdélégation, et du gouvernement .d' Arras. Dans l'ordre religieux, la paroisse relevait du diocèse d'Arras, dr l'Archidiaconé de la même ville et du doyenné de Pas-en-Artois[1].

Le village est considéré comme détruit à la fin de la Première Guerre mondiale[14] et a été décoré de la croix de guerre 1914-1918, le [15]. En octobre 1914, l'artillerie allemande était située à l'ouest d'Adinfer, et était visée par l'artillerie française implantée entre Berneville et Beaumetz-lès-Loges[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Adinfer était membre de la communauté de communes des vertes vallées, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2001 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Une première fusion intervient en 2013, et cette première intercommunalité se fond dans la communauté de communes La Porte des Vallées.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la communauté de communes La Porte des Vallées qui n'atteignait pas le seuil requis a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Beaumetz-lès-Loges[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Avesnes-le-Comte.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
14 février 1790 23 décembre 1792 Casimir Ledoux    
23 décembre 1792 1794 Mathias Payen    
1798 1800 Augustin Ledoux    
1800 1809 Pierre Guislain Leteve    
1809 1820 Pierre Antoine Flament    
1820 1836 Germain Quignon    
1836 1843 François Leteve    
1843 1846 François Morel    
1846 1848 Emery Payen    
1848 1855 François Leteve    
1855 1870 Martin Quignon    
1870 1871 François Morel    
1871 26 août 1882 Louis Payen    
26 août 1882 1882 Jean Martin Payen   Adjoint faisant fonction
1882 11 avril 1906 Maurice Morel    
11 avril 1906 1906 Augustin Vare   Adjoint faisant fonction
1906 1907 François Morel    
1907 24 juin 1940 Élisée Dumetz    
24 juin 1940 6 mars 1941 Jules Lefebvre   Président du Comité de Guerre
6 mars 1941 1er septembre 1970 Guislain Vare    
1er septembre 1970 18 octobre 1970 Marius Dumetz   Adjoint faisant fonction
18 octobre 1970 25 mars 1977 Eugène Demory    
25 mars 1977 7 juin 1988 Roger Dantart    
7 juin 1988 10 août 1988 Gilbert Douchet   Adjoint faisant fonction
10 août 1988 20 mars 1989 Émile Delattre[19]   Instituteur, secrétaire de mairie
20 mars 1989 23 mars 2001 Thomas Payen[20]    
mars 2001 mai 2020[21] Jacques Labalette   Retraité
mai 2020[22],[23] En cours
(au 30 mars 2021)
Jean-Marie Dufay   Contremaître

Autres élections[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Lors du second pour de l'Élection présidentielle de 2012, 57,75 % des suffrages exprimés se sont portés sur Nicolas Sarkozy (UMP) et 42,25 % sur François Hollande (PS). 14,29 % des électeurs se sont abstenus[24].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Pour le second tour de celle de 2017, 53,19 % des sufrrages exprimés se sont portés sur Emmanuel Macron (LREM) et 46,81 % sur Marine Le Pen (FN). 15,38 % des électeurs se sont abstenus[25].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2020, les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique, le RP Brahms, qui rassemble Ficheux, Ransart, Adinfer, Monchy-au-Bois, Hendecourt-lès-Ransart et Blairville[26] et le village accueille la classe de CM1 et CM2. Pour l'année scolaire 2013-2014, la structure accueille 180 enfants[27].

Les élèves poursuivent habituellement leur scolarité au collège François-Mitterrand d'Arras[13].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire d'Arras, du conseil de prud'hommes d'Arras, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants d'Arras[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Adinférrois et les Adinférroises[1].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2019, la commune comptait 274 habitants[Note 6], en augmentation de 13,69 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212243258301339345347374372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
377366355330326291284322362
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
349339337191243244241237236
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
241211194192200212214216237
2015 2019 - - - - - - -
250274-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,5 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 136 hommes pour 131 femmes, soit un taux de 50,94 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
4,9 
75-89 ans
9,4 
14,6 
60-74 ans
10,1 
21,5 
45-59 ans
21,7 
20,8 
30-44 ans
21,7 
14,6 
15-29 ans
14,5 
23,6 
0-14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par plusieurs sentiers de randonnée[34] :

  • Le sentier des Gressiéres (8 km, 2h00) Au départ de l'église d'Hendecourt-lès-Ransart, entre Hendecourt-lès-Ransart, Ficheux et Adinfer
  • Le sentier des Mayes : (10 km, 2h30) Au départ de l'église d'Adinfer, entre Adinfer, Ransart et Blairville
  • Le sentier des Templiers : (11km, 3h00) Au départ de la Place des Tilleuls, entre Blairville, Adinfer et Ransart
  • Le sentier du Bois d'Adinfer (15km, 3h45) Au départ de Bucquoy.

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, la paroisse Notre-Dame de l'Espérance en Artois est rattachée au diocèse d'Arras, au doyenné du Pas-en-Artois.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le bois Impérial, qui s'étend sur 170 ha[1], est un bois privé, dont seule l'Allée Communale est accessible au public. De nombreux bosquets et bouquets d'arbres agrémentent l'agglomération.
  • L'église Saint-Nicolas, reconstruite après la Première Guerre mondiale. En 2021, un filet est installé pour éviter les chutes de pierres[35].
  • Le monument aux morts[36].
  • Le vieil abreuvoir devenu aire de jeux pour les enfants.
  • Le site de la forteresse de Robert de Hames.
  • La ferme seigneuriale des comtes d'Egmont (emplacement).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Adinfer Blason
Vairé d'or et d'azu'[37]
Détails
.Le blason est repris de celui de la famille de Hames qui posséda la seigneurie du début du XIVe siècle à la fin du XVIe siècle[13]
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Adinfer », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .
  • Carte spéciale des régions dévastées : 12 NE, Amiens[Nord-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le type 3 dégradé affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud (vallée moyenne de la Loire, le nord du Massif central et vallée de la Saône). Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires (environ 11°C en moyenne annuelle, entre 8 et 14 jours avec une température inférieure à -5°C). Les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Présentation », Notre commune, Site de la mairie (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Dans le cartulaire du chapître d'Arras.
  13. a b et c Site de la mairie[réf. incomplète].
  14. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  15. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  16. « Visionneuse - Mémoire des Hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. « Les maires de Adinfer », sur http://www.francegenweb.org (consulté le )
  19. « Adinfer : Odette Faucillon et Émile Delattre, les doyens du village : Dimanche, la municipalité a offert le repas annuel aux personnes âgées de 65 ans et plus. Le maire, Jacques Labalette, a mis à l’honneur les doyens Émile Delattre, 88 ans, et Odette Faucillon, 89 ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Monsieur Thomas PAYEN », sur https://www.libramemoria.com (consulté le ).
  21. « À Adinfer, clap de fin pour Jacques Labalette qui ne représentera pas : Jacques Labalette termine son troisième mandat en tant que maire de ce village de 260 habitants. Le premier magistrat a pris sa décision, il ne se représentera pas en 2020 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il a également été adjoint durant un mandat et président du syndicat des eaux jusqu’en 2018. Après pratiquement dix-neuf ans en tant que premier magistrat, il ne se représentera pas en 2020 ».
  22. « Jean Marie Dufay devient le maire d’Adinfer : Ce matin, le conseil municipal a été installé dans la salle des fêtes a huis clos », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Depuis ce samedi matin, les habitants d'Adinfer ont un nouveau maire. C’est Jean Marie Dufay qui a enfilé l’écharpe tricolore et succède ainsi à Jacques Labalette. Âgé de 56 ans, marié et papa de deux enfants il était le premier adjoint jusqu'alors ».
  23. Aline Chartrel, « Très empathique », le nouveau maire d’Adinfer entend se mettre « à l’écoute » des habitants : Après un mandat de conseiller et un autre d’adjoint, Jean-Marie Dufay a succédé cette année au maire sortant. Il s’entoure d’une équipe dynamique pour faire avancer la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Ministère de l'Intérieur - Pas-de-Calais (Nord-Pas-de-Calais), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Adinfer » (consulté le ).
  25. Ministère de l'Intérieur - Pas-de-Calais (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Adinfer » (consulté le ).
  26. G.L., « Ficheux et alentours : les écoles des six communes du RPI Brahms resteront fermées « jusqu’à nouvel ordre » : Le RPI Brahms, regroupant les communes de Ficheux, Ransart, Adinfer, Monchy-au-Bois, Hendecourt-lès-Ransart et Blairville, a décidé à l’unanimité de ne pas rouvrir ses établissements scolaires le 12 mai. Et ce « jusqu’à nouvel ordre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Thimotée Brisson,La Voix du Nord, 6 août 2013.
  28. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Adinfer (62009) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  34. « Sentiers de randonnée », Adinfer, Site de la mairie (consulté le ).
  35. Christophe Hautecœur, « Un filet de protection installé sur l’église d’Adinfer, le périmètre de sécurité levé : Depuis quelques jours, le périmètre de sécurité installé devant l’église. Un filet de protection a été installé la semaine dernière », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  37. Banque du Blason