Achicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Chicourt.
Achicourt
Le moulin d'Achicourt.
Le moulin d'Achicourt.
Blason de Achicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Arras-3
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Maire
Mandat
Pascal Lachambre
2014-2020
Code postal 62217
Code commune 62004
Démographie
Gentilé Achicouriens ou Achicourtois
Population
municipale
7 750 hab. (2014)
Densité 1 305 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 27″ nord, 2° 45′ 37″ est
Altitude Min. 60 m – Max. 101 m
Superficie 5,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Achicourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Achicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Achicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Achicourt
Liens
Site web ville-achicourt.fr

Achicourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Au milieu du XVIIIe siècle, la Société du Duc de Guînes y a creusé un puits et recherché sans succès la houille.

Ses habitants sont appelés les Achicouriens ou Achicourtois.

C'est la seconde ville de la communauté Urbaine d'Arras.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Crinchon, élément de la Trame bleue de l'Arrageois, ici derrière l'église Saint-Vaast.

Achicourt est traversée par le Crinchon, rivière qui alimentait Arras en eau potable. La ville d'Achicourt est située au sud de la ville d'Arras et au nord de la ville de Beaurains. Les deux villes d'Achicourt et de Beaurains constituent la banlieue sud d'Arras (chef-lieu du Pas-de-Calais).

Deux lignes de chemin de fer coupent le territoire, l'une est la ligne Paris - Lille partageant la commune en deux, l'autre est la ligne Arras - Saint-Pol-sur-Ternoise passant à niveau sur une artère principale. Sur cette deuxième ligne subsiste encore la station d'Achicourt. Cependant, les trains ne s'y arrêtent plus.

La citadelle d'Arras est à proximité immédiate de la commune, 15 ha de terrains autrefois militaires constitués de bois sont situés sur son territoire. Il est heureux pour les habitants d'Achicourt que cette citadelle se soit appelée « La belle inutile », ils n'ont plus eu à subir les méfaits d'un siège depuis la prise d'Arras par Louis XIV.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Achicourt
Arras
Dainville Achicourt Beaurains
Agny

Environnement[modifier | modifier le code]

Non loin de la citadelle d'Arras, s'étend l'espace naturel dit la Bassure. Cette zone basse, humide et prairiale a longtemps été dédiée à la culture maraîchère[1]. Elle est située dans l'ancien lit d'inondation du Crinchon. Elle fait depuis peu l'objet d'une gestion différenciée, avec l'aide d'herbivores (chèvres, zébus nains, petits ânes, alpagas et des moutons d'Ouessant) appartenant à la société Ecozone[1].
Cet espace semi-naturel est intégré dans la trame verte et bleue locale (maillage de corridors biologiques) reliant les milieux naturels ou à renaturer de Wailly à Fampoux, dans la TVB de la communauté urbaine d'Arras (CUA). La Bassure joue notamment un rôle de « zone tampon » pour la trame bleue de l'Arrageois, le long de la Scarpe et du Crinchon (via l'ancien réseau de fossés de drainage creusés pour le maraîchage)[1]. Ce réseau se remplit en cas de crue, et contribue à épurer et infiltrer l'eau, contribuant à la recharge des nappes superficielles.
La Bassure est aussi un lieu de promenade et de loisir avec un sentier pédestre, des jardins familiaux (vingt-huit jardiniers en 2012) et des zones de pâturage[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennes mentions : Harcicortis (1047), Hachicourt (1258)[2].

Ce toponyme a pour sens : la ferme, le domaine (court) de Harico (nom d'une personne d'origine germanique). « La ferme de Harico ».

Kortaken en flamand[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Achicourt était au départ construit autour du centre-ville actuel. Dans les plus vieilles familles d'Achicouriennes des XIXe et XXe siècles, nous citerons les familles Cailleretz, Wache, Laine, Legrand, toutes descendantes des comtes d'Achicourt, et eux-mêmes d'Haricerius, vraisemblablement un des premiers habitants et fondateur de la ville selon la légende. La grande majorité de ces habitants cultivaient des légumes (les maraîchers), le long du Crinchon et allaient les vendre à Arras avec leurs ânes (d'où l'expression les baudets d'Achicourt).

Avec le développement du chemin de fer, un grand nombre de logements furent construits pour loger les cheminots dans le secteur du Petit Bapaume. La cité des cheminots avait son église (Saint-Christophe), ses installations sportives (piscine, stade…).

Pendant la Première Guerre mondiale une partie d'Achicourt fut détruite notamment la mairie, l'église et le moulin. Celui-ci fut reconstruit en 1994 à son emplacement initial comme la mairie après la Première Guerre mondiale. L'église Saint-Vaast, quant à elle, fut bâtie près du Crinchon, elle était située auparavant au cimetière no 1 d'Achicourt.

Les écoles détruites lors de cette guerre furent reconstruites avec le concours financier du Sénégal, la rue des écoles s'appelant rue de Dakar.

À noter qu'Achicourt possédait une communauté protestante qui avait un temple. Le bâtiment de ce lieu de culte existe encore mais il a été transformé.

Dans les années 1960 la ville a connu une phase de périurbanisation, avec une zone pavillonnaire et des appartements (les 4 AS) d'où la formation de deux nouveaux quartiers : le nouvel Achicourt (« Quartier du petit Bapaume » et « Quartier des 4 As ») et l'ancien Achicourt séparés par le voie ferrée Paris-Lille.

Il n'y a plus maintenant de maraîchers professionnels mais ce caractère de culture maraîchère subsiste notamment avec l'aménagement de jardins le long de la rivière dans la zone de La Bassure.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie d'Achicourt.
Achicourt dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.


Liste des maires successifs depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1944 octobre 1947 Paul Bachelet    
novembre 1947 février 1955 Paul Hantz    
février 1955 mars 1959 André Lancial    
mars 1959 février 1971 Désiré Vercoutre    
mars 1971 février 1983 André Lancial    
février 1983 mars 1989 Emile Sourmail    
mars 1989 mars 2008 François Ménard PS  
2008 en cours
(au 10 novembre 2014)
Pascal Lachambre PS Retraité de l'enseignement, Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune d'Achicourt est jumelée depuis 1966 avec la ville de :

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[6] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 96 1,98
Marine Le Pen (FN) 982 20,27
Nicolas Sarkozy (UMP) 923 19,05 1759 38,61
Jean-Luc Mélenchon (FG) 579 11,95
Philippe Poutou (NPA) 64 1,32
Nathalie Arthaud (LO) 41 0,85
Jacques Cheminade (SP) 11 0,23
François Bayrou (MoDem) 409 8,44
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 75 1,55
François Hollande (PS) 1664 34,35 2797 61,39
Inscrits 5927 100,00 5927 100,00
Abstentions 995 16,79 1004 16,94
Votants 4932 83,21 4923 83,06
Blancs et nuls 88 1,78 367 7,45
Exprimés 4844 98,22 4556 92,55

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 750 habitants, en augmentation de 0,3 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
896 969 1 017 1 246 1 310 1 289 1 290 1 364 1 371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 351 1 306 1 320 1 270 1 406 1 588 1 718 1 732 1 863
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 947 2 086 2 160 2 047 3 704 3 963 3 753 3 637 4 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5 190 5 188 7 433 7 795 7 959 7 695 7 675 7 727 7 750
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 20 %) ;
  • 52,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Achicourt en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
5,6 
75 à 89 ans
8,5 
14,1 
60 à 74 ans
15,6 
21,9 
45 à 59 ans
21,2 
18,8 
30 à 44 ans
19,1 
18,5 
15 à 29 ans
16,9 
20,8 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Aujourd'hui, la commune d'Achicourt est la 2e ville la plus peuplée dans tout l'arrondissement de l'Artois.

Cultes[modifier | modifier le code]

Notre-Dame de Pentecôte est la communauté catholique de la ville.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brasseries du Nord Pas-de-Calais.
Détail du rouet du moulin à vent Hacart à Achicourt (Pas-de-Calais).

C'est à Achicourt, à quelques lieues du beffroi d'Arras, que l'on peut découvrir le moulin La Tourelle.

Sur le lieu-dit du Caumont, où se dresse l'actuel Moulin, se trouvait déjà au XIVe siècle un moulin en bois sur pivot.

Vers 1800, un moulin tour en pierre y fut construit. Dans un premier temps moulin à tordre l'huile, il est devenu moulin à farine au début des années 1840.

Le moulin "Hacart", du nom de son ancien propriétaire, n'a pas survécu à la Première Guerre mondiale. En 1915, il fut éventré par des obus, la tempête hivernal de 1915/1916 fit tomber son toit et en 1917, il tomba littéralement en ruine.

Le souvenir de ce moulin est resté ancré dans la mémoire collective (article de presse, photos...).

La Municipalité, au début des années 1990, décide sa reconstruction, la famille Hacart ayant fait don à la commune du terrain où se trouvent les anciennes fondations.

Celui-ci fut inauguré en 1994.

Le moulin la Tourelle, reconstruit presque à l'identique, est un des derniers moulins à vent ayant un droit de production (contingent de blé).

Au centre des ailes : la tête d'essieu (changée en 2000)

La commune en a fait un patrimoine historique et culturel. Il est redevenu un lieu de rencontre et de découverte d'un savoir-faire pour de nombreux visiteurs.

Il n'est pas seulement le rescapé d'un temps révolu, un émouvant monument. Ses ailes flamandes entraînent, si le vent le permet, les mécanismes et régulièrement les meules qui font craquer la charpente et embaument l'air des parfums de froment.

Manifestation[modifier | modifier le code]

"La Fête du Moulin" organisée par la ville a lieu tous les ans, le 4e dimanche de septembre sur la parc de la Tourelle au pied du moulin.

Les arts de la rue sont mis à l'honneur

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Achicourt

Les armes d'Achicourt se blasonnent ainsi : d'hermine au chef de gueules

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Julien Lechevestrier, La Bassure, un parc environnemental, La Voix du Nord, 2012-04-22
  2. Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, 1907.
  3. Blog Flandre et Artois - Quelques Villes
  4. Mémoires de baudet d'Achicourt-Jean Yves Beaumont
  5. « Achicourt : Pascal Lachambre réélu face à Jean-Paul Leblanc (VIDÉO) », sur http://www.lavoixdunord.fr (consulté le 10 novembre 2014)
  6. Ministère de l'Intérieur - Pas-de-Calais (Nord-Pas-de-Calais), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Achicourt » (consulté le 15 août 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Achicourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le Moulin d'Achicourt et les moulins de la région d'Arras de Jean Michelle DECELLE, Paulette GOURNAY et Francis PERREAU

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :