Tramecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tramecourt
Tramecourt
L'église Saint-Léonard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes des 7 Vallées
Maire
Mandat
Gervais Castel
2020-2026
Code postal 62310
Code commune 62828
Démographie
Population
municipale
59 hab. (2019 en diminution de 1,67 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 53″ nord, 2° 09′ 05″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 142 m
Superficie 2,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Fruges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tramecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tramecourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Tramecourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Tramecourt
Liens
Site web tramecourt.fr

Tramecourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées qui regroupe 69 communes et compte 29 653 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tramecourt
Canlers Verchin
Azincourt Tramecourt Ambricourt
Maisoncelle

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tramecourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Fruges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,6 %), prairies (14,2 %), forêts (13,3 %), zones urbanisées (10,8 %), zones agricoles hétérogènes (8,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ces noms de localités se terminant par -court sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages. L'appellatif toponymique -court (français moderne cour) est issu du gallo-roman CORTE qui signifie « domaine ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 3],[8]. Le premier élément Trame- s'explique par un nom de personne germanique[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tramecourt a donné son nom à une famille de la noblesse française qui a continué de s'identifier ainsi, tout en possédant pendant des siècles le fief de Tramecourt : en 1190, Renaud de Tramecourt participe à la troisième croisade. Son nom figure dans la deuxième salle des croisades au château de Versailles.

La célèbre bataille d'Azincourt du aurait pu se nommer bataille de Tramecourt car elle s'est déroulée dans les champs boueux entre les deux communes. Comme le nom de la bataille est celui de la seigneurie où le vainqueur a établi son camp, ce fut donc pour le Roi d'Angleterre Henri V, la battle of Agincourt. Les camps de base de l'armée française sont l'abbaye de Ruisseauville, Canlers et Ambricourt, si bien que pour le royaume de France, ce fut la bataille de Ruisseauville. La noblesse à cheval et lourdement armée, s'est embourbée et a cédé face aux conscrits et mercenaires anglais et gallois, inférieurs en nombre mais maniant l'arc avec intelligence et agilité. Ce fut un événement majeur de la guerre de Cent Ans. La noblesse française y fut décimée. Jean de Tramecourt, Renaud de Tramecourt et N. de Tramecourt y participent et y trouvent la mort[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des 7 Vallées.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Auxi-le-Château.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 1995 Vicomte Antoine de Chabot-Tramecourt    
1995 2001 Marie-Josée Lavisse[11]    
mars 2001 2008 Cyr Henguelle    
mars 2008 2014[11] Marie-Josée Lavisse    
2014 En cours
(au 8 avril 2022)
Gervais Castel   Ancien cadre[12],[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026[14],[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2019, la commune comptait 59 habitants[Note 4], en diminution de 1,67 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265158154152171163172161166
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
167192188179183163173179167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
165160151140152133129129132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
12711399766766575460
2018 2019 - - - - - - -
6059-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 31 hommes pour 29 femmes, soit un taux de 51,67 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
9,7 
75-89 ans
17,2 
25,8 
60-74 ans
13,8 
22,6 
45-59 ans
24,1 
12,9 
30-44 ans
17,2 
16,1 
15-29 ans
10,3 
12,9 
0-14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Le château.

Le domaine de Tramecourt est la résidence des marquis de Tramecourt depuis 1191. Le parc couvre une superficie de 32 hectares et forme avec le château l'un des plus beaux ensembles du Nord de la France. Le parc à l'anglaise, alternance harmonieuse de bosquets et de verdure, d'ombres et de lumières, est entretenu fidèlement afin de respecter le dessin original qui date de 1657.

La construction du manoir en 1615 marque l'aboutissement d'une période de renaissance de la famille de Tramecourt qui avait subi de graves revers au cours de la guerre de Cent Ans et de la bataille d'Azincourt ayant eu lieu sur les terres voisines le . En pleine guerre de Cent Ans, l'armée anglaise conduite par le roi Henry V écrasait l'armée française de Charles VI, deux fois plus nombreuse.

La vaste demeure seigneuriale des marquis de Tramecourt a d'abord été une forteresse médiévale mais au fil des siècles s'est transformée en château de plaisance en 1740.

Percé d'une longue et majestueuse perspective, le château comprend un corps de logis brique et pierre élevé de deux niveaux, dont la profondeur qui s'exprime dans l'importance du grand comble constitue une innovation.

Les travaux menés à partir de 1848, par le marquis de Tramecourt, ont donné à l'édifice un caractère beaucoup plus majestueux. Le doublement de la perspective d'arrivée, encadrée de grands arbres, s'inscrit dans le réaménagement général du parc.

L'ensemble est inscrit aux monuments historiques par arrêté du [22].

Église Saint-Léonard[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église Saint-Léonard date principalement du XVIIe siècle, gothique flamboyant.

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Famille de Tramecourt[modifier | modifier le code]

  • Jean de Tramecourt, Renaud de Tramecourt et N. de Tramecourt ont participé en 1415 à la bataille d'Azincourt et y ont trouvé la mort[10].
  • Le , sont délivrées à Bruxelles des lettres de chevalerie pour Antoine de Tramecourt, seigneur de Tramecourt. Ses ancêtres possèdent la terre de Tramecourt depuis des siècles. Ansel de Tramecourt, dit Tranchant, chevalier, époux de Jeanne de Halloy, vivait en 1236. Pierre de Tramecourt, chevalier, fils d'Ansel, sire de Tramecourt et Hondescotte-les-Souchez. Autre ancêtre : Anseau de Tramecourt, écuyer, sert en 1339 dans les armées du duc Eudes de Bourgogne (Eudes IV de Bourgogne). Ou encore Jean de Tramecourt, seigneur de Tramecourt, Ivregny (Ivergny?) et Bacquel, écuyer d'écurie du roi de France (Louis XI) en 1468. Peronne de Tramecourt, demoiselle du lieu en 1456, est qualifiée de noble et puissante[23]. Antoine descend en ligne directe et légitime d'Ansel de Tramecourt dit Tranchant. Le père d'Antoine était Jean de Tramecourt, seigneur de Tramecourt, allié à la famille du Wez dit de Guînes, a servi l'empereur (Charles Quint ?) comme guidon de la compagnie d'armes du seigneur de Morbecque, en Allemagne, Saxe, aux batailles de Gravelines et de Saint-Quentin (Bataille de Saint-Quentin (1557), Bataille de Gravelines (1558), y a été fait chevalier par l'empereur[23]. Antoine de Tramecourt a lui-même servi avec 4 bons chevaux aux sièges de Doullens en 1595, de Cambrai en 1595, d'Ardres en 1596. Il s'est allié noblement à la maison de Saint-Venant, descendante de celle de Wavrin (Maison de Wavrin) et il possède les seigneuries de Tramecourt, Verchin, Auberchicourt, Saulier, Beaurepaire et le Taillis. Antoine de Tramecourt a, ou prend, pour armes "D'argent à la croix ancrée de sable" (la croix peut être une référence à la présence dans les ancêtres d'un croisé)[23].
  • Vers 1650, Georges de Tramecourt, écuyer, est l'époux de Françoise Henriette de Haynin. Leur fille Françoise Henriette de Tramecourt nait à Aire-sur-la-Lys en juin 1659 (baptisée le ) et meurt à Lille le . elle épouse le Jean Baptiste François Olivier de Lannoy (1650-avant 1700), chevalier, seigneur de Salomé, bourgeois de Lille, grand bailli de Furnes[24].
  • En 1756, Eugène François Léonard de Tramecourt, chevalier, est propriétaire dans la châtellenie de Bourbourg. En 1788, sa veuve Marie Anne Josèphe de Nédonchel, dame d'Ambricourt, de Matringhem et Gribauwal hérite de son mari[25].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tramecourt

Les armes de Tramecourt se blasonnent ainsi :

de sable au château d'argent, au franc-canton du même chargé d'une croisette ancrée du champ.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur de Français à l'Ecole Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Fruges », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  9. Ernest Nègre, op. cit.[source insuffisante].
  10. a et b « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  11. a et b « « Le Bilan des maires » à Tramecourt: « Pour moi, le rôle de maire consiste à défendre les intérêts de la commune » : Marie-José Lavisse est l’épouse d’un chef d’entreprise et elle s’occupe d’un gîte rural dans la commune. Elle est entrée au conseil municipal en 1995 et a été élue maire de 1995 à 2001. Elle a fait une pause volontaire pour travailler avec son époux. Elle a à nouveau été élue maire en 2008. Elle a décidé de ne pas se représenter aux élections de mars 2014, au grand dam de son conseil municipal », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  13. Jean-Louis Munier (CLP), « Tramecourt - « Pour 2015, il faudra tuber le fossé en bordure du CD 71 » : Pour son premier mandat de maire, Gervais Castel ne manque pas de chantiers à mener dans les prochains mois, ni de projets pour développer et faire connaître le village. Il compte pour cela être actif au sein de la communauté de communes 7 Vallées Comm », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Tramecourt (62828) », (consulté le ).
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  22. Bases de données Ministère de la culture
  23. a b et c Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de la Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p.  23, lire en ligne
  24. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.104 (lire en ligne).
  25. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 95.