Mondicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mondicourt
Mondicourt
La mairie.
Blason de Mondicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Stéphane Gomes
2020-2026
Code postal 62760
Code commune 62583
Démographie
Population
municipale
568 hab. (2019 en diminution de 8,97 % par rapport à 2013)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 28″ nord, 2° 27′ 50″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 169 m
Superficie 5,06 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mondicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mondicourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Mondicourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Mondicourt

Mondicourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur l'ancienne route nationale 25, entre Pommera et La Herlière. Arras se trouve à 35 km par la route, Amiens à 40 km tandis que Doullens n'est qu'à 9 km.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Mondicourt
Lucheux
Pommera Mondicourt Grincourt-lès-Pas
Pas-en-Artois

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mondicourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (70,1 %), prairies (10 %), zones urbanisées (8,8 %), zones agricoles hétérogènes (6,7 %), forêts (4,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les localités portant un nom en -court sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages. L'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CŌRTE qui signifie « cour de ferme, ferme ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 2],[8]. En effet, les toponymes en -court typiques de l'extrême nord et nord-est de la France sont calqués sur les noms de lieux en -hof, -hov, -hoffen, -hoven « cour de ferme, ferme » des pays de langue germanique (Flandres, Alsace-Lorraine, Pays-Bas, Allemagne), ainsi aux Béthencourt, Bétancourt, etc. correspondent Bettenhof, Bettenhoffen, Bettenhoven, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été avant la Révolution française le siège d'une seigneurie, longtemps possédée par la famille de Beauffort. Le fief est devenu ultérieurement un marquisat[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des Deux Sources, créée en 2008.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité s'est scindée, et ses communes ont rejoint d'autres intercommunalités.

C'est ainsi que Mondicourt a rejoint la communauté de communes des Campagnes de l'Artois, créée le par la fusion d'une partie des communautés de communes des Deux sources, de l'Atrébatie et de la Porte des Vallées.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de 1801 à 1930 du canton d'Avesnes-le-Comte, date à laquelle elle a été intégrée au canton de Pas-en-Artois [10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune réintègre le canton d'Avesnes-le-Comte.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 1958 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2015[11] Roland Ladan[12],[13],[14]   Mort en fonction
juillet 2015 En cours
(au 30 mars 2022)
Stéphane Gomès MoDem Commerçant[15]
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[17]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2019, la commune comptait 568 habitants[Note 3], en diminution de 8,97 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
477429470508511515518505531
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
532572566534542535523538537
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
547545518590611584554577537
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
609623692741662676660656624
2018 2019 - - - - - - -
575568-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 277 hommes pour 298 femmes, soit un taux de 51,83 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,0 
4,0 
75-89 ans
9,7 
17,7 
60-74 ans
15,8 
22,4 
45-59 ans
19,8 
18,8 
30-44 ans
14,8 
17,3 
15-29 ans
21,1 
19,5 
0-14 ans
17,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de l'école élémentaire relèvent du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) Mondicourt-Pommera[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'usine Chocorêve, les chocolateries Ibled.
Cette usine a été démolie en 2009
Son histoire est conservée dans un micro musée à Mondicourt.
  • Église Saint-Maurice.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles de Beauffort, (famille de Beauffort), écuyer, seigneur de Mondicourt, est devenu chevalier par lettres données à Madrid (à l'époque la région est détenue par l'Espagne) le . Dans sa jeunesse, il a participé à différents sièges : siège de Bouchain, siège de Cambrai, siège de Doullens (en 1595), il a combattu devant Amiens et il a accompagné le prince de Ligne (Lamoral Ier de Ligne) dans l'ambassade que celui-ci a faite auprès du roi très chrétien (le roi de France) pour le féliciter de son mariage (mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche). Une de ses filles est mariée avec le comte de Dampierre, frère et héritier du dernier comte de ce nom, mort en étant général d'armée en Hongrie[24]. Son fils Robert de Beauffort a également été fait chevalier par lettres données à Madrid le [25].
  • Philippe Louis de Beauffort, chevalier, seigneur et marquis de Mondicourt, capitaine de cuirassiers au service du roi d'Espagne, est mort en 1698 [9].
  • Charles Antoine de Beauffort, seigneur de Mondicourt, bénéficie en mars 1735, de lettres données à Versailles, l'autorisant à prendre le titre de marquis, à l'appliquer sur la terre de son choix, et à porter sur l'écu de ses armes une couronne de marquis. Il est le chef de nom et d'armes de la famille de Beauffort. Il a longtemps servi en qualité de capitaine de dragons après avoir levé une compagnie à ses frais, et a deux frères et un fils au service du roi[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Mondicourt.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
d'azur aux trois jumelles d'or, aux quatre fèves de cacao du même, ordonnées en chevron renversé entre la 1re et la 3e jumelle.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur de Français à l'École Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  9. a et b Louis Moreri, Le Grand dictionnaire historique ou le Mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, Tome 7, Paris, 1759, p. 646, lire en ligne.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Mondicourt : une nouvelle élection le 28 juin suite au décès du maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Nicolas André, « Le bilan des maires - Mondicourt - Roland Ladan: L’environnement au cœur des préoccupations du mandat : Roland Ladan termine son deuxième mandat avec l’envie de poursuivre sa fonction. Il sera candidat en mars. En attendant, les nouveaux challenges, il fait le point sur les dernières réalisations communales. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Mondicourt: Un nouveau mandat pour Roland Ladan », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Nicolas André, « Mondicourt (projet du maire) : «Il nous manque de la place pour construire» : Le maire de Mondicourt entame un troisième mandat qui sera celui de la consolidation des acquis. Un seul souci : disposer de terrain libéré pour permettre à de nouveaux habitants de s’installer et de construire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Mondicourt : Stéphane Gomès, élu maire, avec un adjoint supplémentaire : Stéphane Gomès, 48 ans, a été élu maire samedi après-midi par la nouvelle équipe municipale. Des élections partielles s’étaient tenues dimanche dernier pour élire un conseiller, suite au décès brutal de l’ancien maire Roland Ladan », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « J’ai été élu pour la première fois en 2001 et j’étais premier adjoint. J’ai ensuite fait un mandat comme conseiller avant de retrouver le poste de premier adjoint lors de ce troisième mandat ».
  16. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  17. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mondicourt (62583) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  23. Site de la mairie de Pommera.
  24. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 35, lire en ligne.
  25. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 39, lire en ligne.
  26. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 77, lire en ligne.