Bouvelinghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouvelinghem
Bouvelinghem
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Bouvelinghem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Dominique Senecat
2020-2026
Code postal 62380
Code commune 62169
Démographie
Gentilé Bouvelinghemois
Population
municipale
238 hab. (2019 en augmentation de 4,39 % par rapport à 2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 44′ 03″ nord, 2° 01′ 58″ est
Altitude Min. 98 m
Max. 196 m
Superficie 6,28 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bouvelinghem
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bouvelinghem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouvelinghem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouvelinghem

Bouvelinghem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bouvelinghemois.

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Lumbres qui regroupe 36 communes et compte 24 170 habitants en 2018.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 20 kilomètres à l'ouest de Saint-Omer (chef-lieu d'arrondissement).

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Bouvelinghem
Quercamps
Alquines Bouvelinghem Acquin-Westbécourt
Coulomby Seninghem

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espace protégé[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[1].

Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[2].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : le complexe de vallées sèches et de bois autour de Bouvelinghem. Cette vaste ZNIEFF, d'une superficie de 1 355 hectares, au relief vallonné a les caractéristiques des collines crayeuses du Haut Artois[3].

et deux ZNIEFF de type 2[Note 2] :

  • la vallée du Bléquin et les vallées sèches adjacentes au ruisseau d’Acquin. Cette ZNIEFF se situe sur les marges septentrionales du Haut-Pays d’Artois, en bordure des cuestas du Boulonnais et du pays de Licques[4] ;
  • la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[5].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[6].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre au titre de la « directive Oiseaux » : le coteau de la montagne d'Acquin et pelouses du val de Lumbres[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouvelinghem est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (61,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,6 %), forêts (39,2 %), prairies (15,9 %), zones agricoles hétérogènes (2,3 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 208 et est proche (4 km) de la RN 42 reliant Saint-Omer à Boulogne-sur-Mer[15].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 21 km de la gare de Saint-Omer, située sur les lignes de Lille aux Fontinettes et de Saint-Omer à Hesdigneul, desservie par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bovelingeham (1142), Bovlingehem (1145), Bovelingehem (1157), Bouvlinghem (1159-1167), Bouvelinghehem (1164-1171), Bovelinghehem (1199), Bouvelinghem (1249), Bovinghehem (1297), Bovlinghem (XIIIe siècle), Boivlingehem (1300), Bouvlinghem (1313), Bouvehinghem (1449), Bovelinghem (v. 1512), Bowelinghen (1695)[17], Bouvelinghem depuis 1793 et 1801[18].

Le nom de la commune viendrait de l'anthroponyme germanique Bobilo suivi de -ingen « peuple (de) » + heim « demeure, domaine (de) », donnant « domaine du peuple de Bobilo »[19].

Bovelingem en flamand[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1249, la dîme de Bouvelinghem a été cédée par un dénommé Jacques de Becouth (Becouth pourrait être l'ancien nom de Norbécourt actuellement commune de Mentque-Norbécourt) à l'évêque de Thérouanne pour 60 livres parisis. Jacques de Bécouth détenait cette dîme, considérée comme un fief, en tant que vassal du chevalier Jacques de Bouvelinghem[21].

En 1273, Thomas sire de Bouvelinghem est un des treize barons du comté de Guînes, la seigneurie de Bouvelinghem étant par ailleurs une des douze pairies du comté[22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Lumbres, intercommunalité créée en 1997.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Bouvelinghem fait partie depuis 1801 du canton de Lumbres[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la composition de ce canton change, passant de 33 à 60 communes.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune dépend depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010 de la Sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Luc Stoop[23]    
mars 2008 avril 2014[24] M. Dominique Sénécat    
avril 2014[23],[25] janvier 2016[26] Marie-Paule Lhermitte   Démissionnaire
avril 2016 En cours Dominique Sénécat   Producteur fromager[27]
Réélu pour le mandat 2020-2026[28],[29],[30]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[31].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bouvelinghemois[32].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[34].

En 2019, la commune comptait 238 habitants[Note 5], en augmentation de 4,39 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238236223262274288287312298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
248224238290306314354350362
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
310314300267273263213235181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
183155179158162142152152234
2014 2019 - - - - - - -
213238-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 110 hommes pour 119 femmes, soit un taux de 51,97 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
4,4 
75-89 ans
4,0 
18,4 
60-74 ans
20,2 
24,6 
45-59 ans
20,2 
23,7 
30-44 ans
17,7 
9,6 
15-29 ans
13,7 
19,3 
0-14 ans
24,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château et la ferme (connue sous le nom d'orphelinat).
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • Le monument aux morts[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouvelinghem Blason
D'azur à sept besants d'or ordonnés 3, 3 et 1 ; au chef d'or chargé de trois rocs d'échiquier d'azur[39].
Détails
Armes de la famille de Melun, auxquelles furent ajoutés trois rocs d'échiquier renvoyant aux armes de la famille de Rochemore, originaire du Languedoc, et qui portait : « d'azur à trois rocs d'échiquier d'argent ».
Ces armes ont été relevées en hommage au vicomte Armand de Melun, maire de la commune de 1865 à sa mort en 1877, qui contribua avec son épouse Léonie de Rochemore, à reconstruire la commune et à secourir les habitants après l'incendie qui détruisit le village le 22 mai 1876.

Adopté par la municipalité le 29 mars 1996.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  2. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « ZNIEFF 310013273 - Complexe de vallées sèches et de bois autour de Bouvelinghem », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310013272 - La Vallée du Bléquin et les Vallées sèches adjacentes au Ruisseau d’Acquin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  7. « Natura 2000 FR3100488 - Coteau de la Montagne d'Acquin et pelouses du Val de Lumbres », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  16. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare de Saint-Omer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  17. Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 67.
  18. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1004.
  20. « proussel.voila.net/pages/noms_… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  21. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1249.
  22. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 981, lire en ligne.
  23. a et b « Bouvelinghem : une équipe féminine à la tête de la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Marie Jansana, « Bilan des maires à Bouvelinghem avec Dominique Sénécat : « un vrai cœur de village » : Le grand chantier du village, durant ce mandat, restera la salle multifonctionnelle, bientôt inaugurée. Mais ce n’est pas le seul projet abouti. « Le mandat a été bien rempli », selon le maire, Dominique Sénécat, tenté de postuler à son poste, en mars 2014. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  26. Valéry Duhaut, « Bouvelinghem : « Je n’ai jamais été confrontée à une telle méchanceté », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) « Marie-Paule Lhermitte a démissionné de son poste de maire début janvier. Sans son compagnon, décédé en novembre, elle n’a plus la force de continuer. Elle avait besoin de son soutien pour faire face à une ambiance délétère au sein du conseil municipal qui l’a beaucoup affectée ».
  27. Jean-Claude Clements (CLP), « Bouvelinghem : Dominique Sénécat sort vainqueur de l’élection municipale partielle », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) « La parenthèse Marie-Paule Lhermitte, démissionnaire en début d’année, est en passe d’être refermée. ».
  28. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  29. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  30. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  31. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  32. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bouvelinghem (62169) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  38. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  39. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).