Ham-en-Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ham-en-Artois
Ham-en-Artois
Blason de Ham-en-Artois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Pierre Selin
2020-2026
Code postal 62190
Code commune 62407
Démographie
Gentilé Hamois
Population
municipale
959 hab. (2019 en diminution de 5,61 % par rapport à 2013)
Densité 300 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 23″ nord, 2° 27′ 32″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 33 m
Superficie 3,2 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Auchel - Lillers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lillers
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ham-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ham-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Ham-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Ham-en-Artois
Liens
Site web ham-en-artois.com

Ham-en-Artois est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 250 km de Paris, à 60 km de Lille, Calais, Boulogne-sur-Mer, à 50 km de Arras. La commune de Ham-en-Artois est ainsi située au centre de la région Nord-Pas-de-Calais.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Communes limitrophes de Ham-en-Artois
Isbergues Guarbecque
Norrent-Fontes Ham-en-Artois Busnes
Bourecq Lillers

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau Guarbecque.

Le ruisseau de Guarbecque un affluent de la Lys, traverse la commune, il a contribué à l'assèchement du « marais pourri », qui existait autrefois sur les territoires de Guarbecque, Norrent-Fontes, Mazinghem, Molinghem et Berguette.

Un plan de lotissement de ce marais a été dressé ( (2 messidor de l'an II)). Le territoire de la commune est marécageux, et est drainé par de nombreux canaux qui se rejettent dans le ruisseau de Guarbecque qui est cité par l'archiviste départemental[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Histoire environnementale : La commune abritait autrefois un important marais qu'elle partageait avec les communes voisines. Un plan du marais a été dressé par Lenglet en 1765, archivé aux archives départementales en 1894 [2]. L'archiviste départemental demandait en 1894 qu'on déposât aux archives départementales « un petit dossier avec plan du marais commun de Ham et Molinghem ».

Le « marais pourri », qui constitue sur 5 ha un lieu d'habitats humides remarquables pour le secteur du lillerois, est géré par le Conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ham-en-Artois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[7] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auchel - Lillers dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 29 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (85,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,5 %), zones agricoles hétérogènes (16,2 %), zones urbanisées (13,8 %), forêts (4,7 %), prairies (3,7 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ham-en-Artois est desservie, à proximité, par un ensemble d'infrastructures important composé de l'autoroute A26, de la nationale 43 et de la liaison ferroviaire Arras-Dunkerque avec la gare de Ham-en-Artois.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare.

La gare de Ham-en-Artois est desservie par des trains régionaux TER Hauts-de-France, reliant Arras à Hazebrouck ou Calais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Hamma (887) ; Ham (1072) ; Hamensis villa (1093) ; Hannum (fin xie siècle) ; Hames (1304) ; Ham-delès-Lillers (1310) ; Hen-en-Artoys (1325) ; Hen-en-Artois (1337) ; Hamemprez-Malaunoy (1369) ; Hem-l’Abbeye (1429) ; Ham-l’Abbaye (1515) ; Han-l’Abaie (1545) ; Ham-en-Arthois (1612)[14].

L’Artois est un pays traditionnel et une province du royaume sous l’Ancien Régime, ayant pour capitale Arras, aujourd’hui inclus dans le département du Pas-de-Calais.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'Abbaye Saint-Sauveur de Ham fut fondée en 1080[15] ou en 1480[16], sous l'invocation de Saint-Benoit par Ingelran, seigneur de Lillers et de sa conjointe Emma. Au fil du temps, l'abbaye Saint-Sauveur fut appelée Ham-les-Lillers, Ham-lès-Lilers, Saint-Sauveur de Ham, S. Hamum Liliriense, Hamus ou S. Salvator Hamensis[17].

Elle fut en grande partie détruite en 1793, et il reste actuellement que l'église abbatiale ainsi que le logis des abbés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An VII 1816 Alexis Réant    
1816 1821 Joseph Maesse    
1821 1826 Jean-Baptiste Alexandre    
1826 1830 Philippe Lomel    
1830 1835 Augustin Coubronne    
1835 1837 François Cantraine    
1837 1840 Auguste Dequenne    
1840 1848 Jean-Baptiste Alexandre    
1848 1870 Auguste Duquenne    
1870 1892 Charles Réant    
1892 1903 Emile Delos    
1903 1907 Léon Charpentier    
1907 1910 Emile Léturgie    
1910 1912 Anatole Colson    
1912 1919 Léturgie    
1919 1935 Abdon Charpentier    
1935 1945 Jules Léturgie    
1945 1946 P. Berger    
1946 1958 Jean Lomel    
1958 1977 Raymond Léturgie    
mars 1977 mars 1989 Amand Pignon    
mars 1989 16 avril 2008 Gérard Puchois   Mort en fonction
juin 2008 En cours
(au 17 mars 2022)
Pierre Selin   Réélu pour le mandat 2014-2020[18],[19],[20]
Réélu pour le mandat 2020-2026[21],[22]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hamois[23].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2019, la commune comptait 959 habitants[Note 3], en diminution de 5,61 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
583515526685746772744708670
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606648707682666623711642656
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653682724727703689695730753
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
8568638901 0051 0329899789711 002
2014 2019 - - - - - - -
1 018959-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 481 hommes pour 495 femmes, soit un taux de 50,72 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,8 
6,3 
75-89 ans
10,1 
19,2 
60-74 ans
21,8 
26,0 
45-59 ans
20,8 
15,4 
30-44 ans
16,9 
13,7 
15-29 ans
15,0 
18,8 
0-14 ans
14,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Ham-en-Artois Blason
D'azur à l'aigle d'argent[34].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. .Rapport de M. l'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 ; extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'août 1894 (consulté le ) ; voir à la p. 287.
  2. Rapport de M. L'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 (extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'Aout 1894) (consulté 2009 12 30), p 290
  3. « Le Marrais pourri », Les sites protégés, Conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auchel - Lillers », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne).
  15. M. Piganiol de la Force - Nouvelle description de la France, dans laquelle en voit,volume 2 page 92 -Chez Charles-Nicolas Poiron rue St-Jacques à paris - 1753 - archive de l'université de Princeton - Numérisé par Google Books
  16. Abbé Migné -encyclopédie Théologique -tome seizième -1856 - page 275 - numérisé par Google Books
  17. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et..., Volume 3 Ingelran, seigneur de Lillers
  18. Sarah Binet, « Ham-en-Artois : Pierre Selin vise un second mandat pour mettre en œuvre les projets encore « dans les cartons » : Arrivé dans le fauteuil de maire en avril 2008, à la suite du décès de Gérard Puchois dont il était le premier adjoint, Pierre Selin s’est attelé, avec son équipe, à honorer les engagements de l’ancien maire, en apportant quelques modifications. Durant ce premier mandat, le complexe du Vert-Feuillage est sorti de terre. Une réussite qui donne envie à l’édile de rempiler pour un second », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Ham-en-Artois : Pierre Selin entame son second mandat : Ce samedi, à la mairie, le conseil municipal au complet a procédé à l’élection du maire et des adjoints. Pierre Selin a été élu à l’unanimité (quinze voix pour) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  21. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  22. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  23. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Ham-en-Artois (62407) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. [1]
  31. a et b « Église et caveau », notice no PA00108301, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  34. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).