Grévillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grévillers
Grévillers
Vue large du village et de son cimetière militaire britannique.
Blason de Grévillers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Artois
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lorent
2020-2026
Code postal 62450
Code commune 62387
Démographie
Gentilé Grévillois
Population
municipale
360 hab. (2019 en diminution de 3,23 % par rapport à 2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 23″ nord, 2° 48′ 43″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 136 m
Superficie 6,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bapaume
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grévillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grévillers
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Grévillers
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Grévillers

Grévillers est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Sud-Artois qui regroupe 64 communes et compte 27 349 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de neuf communes :

Climat[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le terroir de la commune n'est traversé par aucun cours d'eau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Grévillers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bapaume, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (78,9 %), prairies (8,1 %), forêts (6,6 %), zones urbanisées (6,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gresviler en 1145 (abb. d’Eaucourt), Grizvileir au XIIe siècle (cart. de Saint-Vaast, p. 281), Grieviler en 1207 (cart. du chap. d’Arr., f° 24 r°), Greviler en 1301 (chap. d’Arr., Petit et Grand Commun), Griviller en 1330 (ch. d’Art., A. 510), Glevillers 1375 (Arch. nat., J. 790, n° 28), Grevillés en 1718 (Arch. nat., Q1. 915)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur vers 1750.

La carte de Cassini ci-dessus montre, qu'au XVIIIe siècle, Grévillers est une paroisse située sur une hauteur entre deux vallées dans lesquelles est figuré un ruisseau qui est tari aujourd-hui.

Un moulin à vent en bois fonctionnait au nord-ouest près de la Chapelle Notre-Dame aujourd'hui disparue. Son nom est évoqué dans le lieu-dit Fond de la chapelle.
Au sud est représenté un calvaire en pierre.

Avant la Révolution française, Grévillers était le siège d'une seigneurie[11].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès , le village est occupé par les Allemands. Les habitants vivront pendant deux ans sous le joug de l'occupant avec brimades, requisitions, travaux forcés…. Dauthuille, habitant de Grévillers réfugié à Niort, a relaté, dans un cahier conservé aux Archives de la Charente, toutes les souffrances endurées par les Grévillois pendant cette période. Ce recueil est consultable sur le site de la Bibliothèque nationale de France (BnF)[12].
Le village, évacué de ses habitants, rasé par les Allemands en avant leur retrait sur la ligne Hindenburg, passe aux mains des troupes britanniques jusqu'en où il repassera de nouveau sous le contrôle des Allemands lors de l'offensive du Printemps. Ce n'est que fin que le secteur sera définitivemant libéré.
Le village est complètement détruit. Peu à peu les habitants reviendront de leur lieu d'évacuation et commenceront, avec l'aide des dommages de guerre, une période de reconstruction qui durera plus de dix ans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Sud-Artois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Bapaume.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Paul Lequette    
2014 En cours
(au 15 janvier 2015)
Jean-Pierre Lorent   Ancien cadre[13],[14]
Réélu pour le mandat 2020-2026[15],[16]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Grévillois[17].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2019, la commune comptait 360 habitants[Note 4], en diminution de 3,23 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
658680738675755762800776785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
759796804730736711681668606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612622558354395368330334346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
363362331330326331364373372
2018 2019 - - - - - - -
364360-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 187 hommes pour 177 femmes, soit un taux de 51,37 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
1,7 
8,6 
75-89 ans
10,2 
16,0 
60-74 ans
15,3 
26,2 
45-59 ans
23,2 
19,3 
30-44 ans
20,3 
11,2 
15-29 ans
13,6 
17,6 
0-14 ans
15,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Grévillers[modifier | modifier le code]

  • Wallerand Obert, écuyer, est en 1585, seigneur de Grévillers, Gaudiempré, conseiller du roi Philippe II, procureur général en la province d'Artois. L'élection d'Artois rend une sentence le déclarant noble le [25].
  • Vers 1701, Louis François Obert, écuyer, est seigneur de Grévilers. Il a épousé Florence de Lannoy. Leur fille Albertine Françoise, née en 1683, épouse le à Lille Hippolyte Joseph Déliot, né en mai 1670 à Lille, écuyer, seigneur des Landres[26].
  • En 1761, Aimable Amand Joseph Obert (1724-1794), écuyer, est seigneur de Grévillers. Il est le fils de Maximilien François Obert, écuyer, seigneur de Courtembus et de Marie Françoise d'Angre. Il nait en décembre 1724 et meurt à Armentières le . Il épouse par contrat passé à La Chapelle d'Armentières le Marie Augustine Déliot (1737-1820), fille d'Hippolyte Joseph Ignace Déliot, écuyer, seigneur des Roblets, de la Croix, bourgeois de Lille, marguillier de La Madeleine, et de Marie Joseph Colette Petitpas, dame de Carnin. Elle est également la petite-fille d'Albertine Françoise Obert ci-dessus. Aimable Amand Joseph Obert est administrateur de la Noble famille à Lille (institution recueillant des jeunes filles nobles tombées dans l'indigence) en 1785[27].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Aubert Frère (1881-1944) général français, né à Grévillers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Grévillers Blason
D'azur au chevron d'or accompagné de trois chandeliers d'or[28].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « Atlas de paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « Atlas de paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bapaume », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne).
  11. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 164, lire en ligne.
  12. « Une commune libérée adoptée en Charentes : Grévillers », sur gallica.bnf.fr (consulté le )
  13. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  14. « Projet des maires à Grévillers : réalisation d’une nouvelle mairie : Élu le 4 avril pour succéder à Paul Lequette qui avait annoncé son intention de ne pas briguer un nouveau mandat de maire, Jean-Pierre Lorent compte poursuivre la mise en place des réserves incendie prévue par son prédécesseur tout en réalisant plusieurs projets dont la réalisation d’une nouvelle mairie sur le site de l’ancienne salle des fêtes. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Grévillers (62387) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  24. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  25. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 164, lire en ligne.
  26. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises », tome 1, dans Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, tome 12, 1906-1909, p. 39, lire en ligne.
  27. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises », tome 1, dans Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, tome 12, 1906-1909, p. 40, lire en ligne.
  28. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).