Passi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Passi (homonymie) .
Passi
Surnom Son Altesse, Double S[1]
Nom de naissance Passi Balende
Naissance (43 ans)
Brazzaville, Drapeau de la République du Congo République du Congo
Activité principale Chanteur, rappeur, compositeur
Genre musical Hip-hop, rap français
Instruments Voix
Années actives Depuis 1988
Site officiel www.passi.eu

Passi, de son vrai nom Passi Balende, né le à Brazzaville[2], est un chanteur, compositeur et rappeur franco-congolais[2],[3]. Il est considéré par la presse spécialisée comme l’un des pères fondateurs du rap français, à l’instar de NTM, IAM ou MC Solaar[4].

Il se lance dans le rap au début des années 1990 en tant que membre-fondateur de Ministère A.M.E.R., Stomy Bugsy, avec lequel il collabore entre 1989 et 1994. Passi décide de se lancer dans une carrière solo ; il signe au label V2, et publie son premier album, Les Tentations, en 1997. Il suit d'un deuxième album intitulé Genèse, publié en 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Passi est né à Brazzaville, au Congo[1],[2] et est le sixième d'une famille de sept enfants. Il passe sa jeunesse à Brazzaville, puis immigre en 1979 avec sa famille en France, en banlieue parisienne, à Sarcelles où il passe son enfance[1]. Dès son plus jeune âge, Passi est attiré par le rap, mais aussi par le basket-ball qu'il pratique de 9 à 16 ans[5]. Avec son frère ainé Christian, il est scolarisé dans le même collège de Sarcelles que Gilles Duarte (à cette période, le futur Stomy Bugsy). Sa mère souhaite qu'il obtienne un bac avant de commencer une carrière musicale, il passera haut la main un brevet de technicien agricole (équivalent BAC)[1]. Après son bac, il continue en BTS[1].

Concernant son enfance, Passi explique : « À 15 ans, j’avais déjà un de ces appétits ! Les limitations de la cité stimulent ton imagination : faire des voyages, grimper dans l’échelle sociale, décrocher des diplômes… Avec un père qui inspirait le respect et une mère enseignante, qui n’hésitait pas à nous punir, mes frères, mes sœurs et moi, on avait une éducation assez stricte, même si on avait des voisins qui étaient déjà dans le grand banditisme. Mais on avait compris que l’argent était le nerf de la guerre. C’est pourquoi on avait fondé notre association, A.M.E.R. [action, musique et rap, NDLR], à 17 ans, ce qui nous permettait d’obtenir des locaux de répétition ! On savait que le hip-hop était la seule culture qui disait la vérité[4]. »

Débuts[modifier | modifier le code]

Révélé au sein du Ministère A.M.E.R. aux côtés de Stomy Bugsy, avec qui il fonde le groupe[2] et reste membre entre 1989 et 1994[4], notamment sur la bande originale du film La Haine[1], Passi entame ensuite une carrière solo, avec notamment le très remarqué Les flammes du mal pour le film Ma 6-T va crack-er[1]. Passi signe ensuite au label V2 de Thierry Chassagne, et les deux préparent le premier album de Passi, publié en 1997[1]. l'album contient 14 chansons, sur lequel Akhenaton en réalise la moitié[1]. « On a commencé avec Je zappe et je mate enchaîné avec Le maton me guette, puis Le monde est à moi avec Akhenaton », explique le rappeur[1]. Pour la première fois dans le rap français, un album, Les tentations, devient disque d'or en trois semaines[5]. Avant la fin 1998, l'album compte 500 000 exemplaires vendus[1].

Passi lance son label indépendant Issap productions en 1998, et édite quelque temps plus tard deux albums du collectif franco-congolais Bisso Na Bisso, dont un live enregistré au Zénith de Paris. En parallèle, il publie le single Il fait chaud qui devient le tube de l'été 1998[1]. Avec Bisso Na Bisso, il collabore sur des chansons à succès comme Racines[1]. La gloire du groupe atteint d'ailleurs son point culminant en novembre 1999, date durant laquelle le président sud-africain Nelson Mandela leur remet en mains propres les prix de « meilleur groupe africain » et « meilleur vidéoclip de l'année » au Kora Music Awards, de South City[1].

Aussi en 1998, il joue aux côtés de Doc Gynéco, Stomy Bugsy, Ärsenik, Pit Baccardi, les Neg' Marrons, et bien d'autres au sein du collectif Secteur Ä pour deux concerts à l'Olympia, d'où est extrait un album live. Ils sortent par la suite la compilation Secteur Ä All Stars en janvier 2000. La même année paraît l'album Genèse. Ce deuxième projet solo reprend des thèmes récurrents de l'artiste : la situation de l'individu face aux inégalités (Ce qu'il veulent), à la religion (Dieu créa Einstein) ou encore l'industrie du disque (Rap business). Des textes relatent aussi les difficultés d'intégration des communautés en France ainsi que dans leur pays d'origine.

Diverses participations et albums[modifier | modifier le code]

En 2002, il participe à l'album Dis l'heure 2 Rimes, qu'il produit. Celui-ci est le premier d'une série de cinq compilations (en date de 2016), abordant divers styles musicaux. Successivement sortent Dis l'heure 2 Zouk en 2003, Dis l'heure 2 Ragga Dancehall en 2004, Dis l'heure 2 afro-zouk (vol. 1) en 2005, et Dis l'heure 2 Hip-Hop Rock en 2006. C'est en 2004, avec Odyssée, que Passi termine sa « trilogie » (comprenant Les Tentations, Genèse et Odyssée). En 2005, sort Paris on fire consacré aux émeutes d'octobre 2005. Il inaugure également un musée de l'immigration[réf. nécessaire].

Il publie son nouvel album solo intitulé Évolution, le , qui contient des titres comme Électrique[6]. Ce nouvel opus fait suite à son street album Révolution, publié en avril de la même année. En revenant à un style beaucoup plus dur qu'il qualifie de « barbare », il retrouve le ton de ses débuts avec le Ministère A.M.E.R.[7]. Par exemple, le premier titre sorti en radio, Dent pour dent, est dans la lignée des titres Flammes du mal ou Émeutes. On peut noter la présence sur ces deux albums de Wyclef Jean, déjà remarqué dans le clan Secteur Ä aux côtés de Mohamed Dia pour sa ligne Refugees. La même année, Passi fait partie du jury de la saison 7 de Star Academy sur TF1, aux côtés de Pascal Nègre, le patron d'Universal Music-France, et d'Yvan Cassar, musicien et arrangeur[8].

En début 2013, Passi publie son cinquième album solo intitulé Ère Afrique[3]. En juillet 2013, Passi est annoncé pour un concert à Vauréal en novembre la même année[9].

En septembre 2015, Passi et des amis font irruption dans le Palais de Justice de Paris lors d'une nuit alcoolisée[10].

Activités annexes[modifier | modifier le code]

Ligne de vêtements[modifier | modifier le code]

Passi crée sa marque de vêtements streetwear Gab's Wear.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Passi fait ses débuts au cinéma en interprétant le rôle d'un inspecteur véreux à la poursuite de deux jeunes skaters dans le film de Miguel Courtois Skate or Die. Passi joue également dans le film du réalisateur ivoirien Owell Brown intitulé No Way en 2008. Il fait aussi une petite apparition dans Ma 6-T va crack-er de Jean-François Richet.

Littérature[modifier | modifier le code]

En mars 2013, Passi coécrit avec son frère un livre dans lequel il approfondit les thématiques de certains de ses textes parmi les plus connus. L'ouvrage, Explication de textes, est publié par Fetjaine Éditions.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Dis l'heure (producteur)[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Dis l'heure 2 Rimes
  • 2003 : Dis l'heure 2 Zouk
  • 2004 : Dis l'heure 2 Ragga Dancehall
  • 2005 : Dis L'Heure 2 Afro Zouk Vol.1
  • 2006 : Dis L'Heure 2 Hip Hop/Rock

Apparitions[modifier | modifier le code]

  • 1996 : La Clinique (Doc Gynéco, Space L'anesthésiste & Doom Décadent), Passi & Djamatik : Clic Clic (sur le maxi Viens Voir Le Docteur de Doc Gynéco)
  • 1996 : Doc Gynéco feat. Passi : Est-ce que ça l'fait ? (sur l'album de Gynéco, Première consultation)
  • 1996 : Ministère AMER : Sacrifices de poulets (sur la B.O du film La Haine)
  • 1997 : Passi : Les flammes du mal (sur la B.O. du film Ma 6-T va crack-er)
  • 1997 : Passi feat. IAM, Mystik, Assassin, Stomy Bugsy, Fabe, Kabal, Arco, Yazid & Rootsneg : 11'30 contre les lois racistes (sur le maxi 11'30 contre les lois racistes)
  • 1997 : Kheops feat. Passi : Les meufs du Show-Biz (sur la compilation Sad Hill)
  • 1997 : Passi : L'engreneur (Remix) (sur le maxi L'engreneur)
  • 1997 : Passi : Le jardin du diable (sur le maxi Je zappe et je mate)
  • 1998 : Ärsenik feat. Passi : Par où t'es rentré, je t'ai pas vu sortir (sur l'album d'Ärsenik, Quelques gouttes suffisent)
  • 1998 : Passi feat. Akhenaton (IAM) : Le monde est à moi (sur le maxi Le monde est à moi)
  • 1998 : feat. Akhenaton (IAM) : Le monde est à moi (Remix) (sur le maxi Le monde est à moi)
  • 1998 : feat. Ambersunshower : J'entends des mères pleurer (sur le maxi J'entends des mères pleurer)
  • 1998 : Passi : Le week end (sur le maxi J'entends des mères pleurer)
  • 1999 : Passi feat. Oxmo Puccino : Black December (sur la compile Premiere Classe Vol.1)
  • 1999 : Koffi Olomidé feat. Passi : African Kings (sur l'album de Koffi Olomide, Attentat)
  • 2000 : RCFA feat. Passi : Hallucinations (sur la compile Hostile 2000 Vol.2)
  • 2000 : Ministère AMER : Nègres de la pègre (sur la compile Secteur Ä All Stars)
  • 2000 : Passi feat. JMi Sissoko & Jacky (Nèg' Marrons) - De 79 à 99 (Remix) (sur le maxi 79 à 99 (Remix))
  • 2000 : Passi feat. Oxmo Puccino : Nautilus (sur la compile Le Flow 2)
  • 2000 : Pit Baccardi feat. Passi : Si on flambe (sur l'album Ghetto Ambianceur)
  • 2000 : Julie Zenatti feat. Passi : Le couloir de la vie (sur l'album Fragile)
  • 2001 : Hamed Daye feat. Passi : Rennaissance (sur l'album L'or noir)
  • 2001 : Passi feat. Karlito : Tomber (sur la compile Sur un air positif)
  • 2001 : Passi et Lynnsha : Ma Zik (single)
  • 2001 : Saya feat. Passi : Tourner des pages (single)
  • 2002 : Passi : Respecte ma rime, On ne peut pas... et Tourner des pages (sur la compile Dis l'heure 2 Rimes)
  • 2002 : Passi feat. TNT - L'art du samouraï (sur la compile Samouraï)
  • 2002 : Orishas feat. Passi : La vida pasa (sur l'album Emmigrante)
  • 2003 : Ol' Kainry feat. Busta Flex, Passi, Lino & Le Rat Luciano : Qui veut remix (sur l'album Au-delà des apparences)
  • 2004 : Wyclef Jean feat. Passi : La Vie Ghetto (français) (sur l'album Welcome to Haiti : Creole 101)
  • 2004 : Wyclef Jean feat. Passi : Festival (sur l'album Welcome to Haiti : Creole 101)
  • 2004 : Calogero feat. Passi : Face à la mer (sur l'album Calog3ro)
  • 2004 : Rita Marley feat. Passi : Africa Jamaica (sur l'album Sunshine After Rain)
  • 2005 : Passi feat. Les Sales Gosses : Qui contrôle (sur la compile Rap Performance)
  • 2005 : Passi feat. Pete Rock & CL Smooth : Who is This ? (sur la compile The Basement)
  • 2005 : Les Sales Gosses feat. Passi & Guy Waku : Tout pour elles (sur l'album 12 ans d'age)
  • 2005 : Les Sales Gosses feat. Passi : À feu et à sang (sur l'album 12 ans d'age)
  • 2006 : Passi feat. Les Sales Gosses : Issap (sur la compile Independenza Labels)
  • 2006 : Fally Ipupa feat Passi : Sopeka (sur l'album de Fally Ipupa, Droit Chemin)
  • 2007 Passi : Amadou et Mariam (sur la compile Écoute la rue Marianne)
  • 2008 : Passi feat. Dôm - Toujours la même (Album 8ème art)
  • 2010 : 1 Geste pour Haïti chérie
  • 2011 :Roga-Roga featuring Passi : Congo United (sur l'album Sorcellerie (Kindoki) de Roga-Roga & Extra-Musica)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les 100 personnalités de la diaspora africaine : Passi, sur Jeune Afrique, no 2536-2537, du 16 au 29 août 2009, p. 59

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Laurent Bouneau, Fif Tobossi et Tonie Behar, Le Rap est la musique préférée des Français, (ISBN 2359491989, lire en ligne).
  2. a, b, c et d « Passi - Biographie », sur RFI Musique (consulté le 7 mai 2016).
  3. a et b « Passi, destination Afrique », sur RFI Musique,‎ (consulté le 7 mai 2016).
  4. a, b et c « PASSI L’ÉCRIVAIN DU RAP », sur Afrique Magazine (consulté le 7 mai 2016).
  5. a et b « Biographie (extraite du site officiel passi.eu) », sur rap2france.com (consulté le 6 mai 2016).
  6. « PASSI : Evolution - Nouvel album », sur Rap2France (consulté le 7 mai 2016).
  7. « Le 12 novembre 1997 sort la dernière bombe rap française, Passi », sur RFI Musique,‎ (consulté le 7 mai 2016).
  8. « Sarcelles vue par Passi », sur Gazette Valdoise,‎ (consulté le 7 mai 2016).
  9. « Passi à Vauréal en novembre », sur Le Parisien,‎ (consulté le 7 mai 2016).
  10. « Quand le rappeur Passi s'introduit de nuit dans le Palais de justice de Paris », sur Metronews,‎ (consulté le 7 mai 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]