Escalles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Escalles
Escalles
Vue du mont d´Hubert.
Blason de Escalles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Calais Terres et Mers
Maire
Mandat
Marc Boutroy
2020-2026
Code postal 62179
Code commune 62307
Démographie
Gentilé Escallois
Population
municipale
217 hab. (2019 en diminution de 17,49 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 55′ 04″ nord, 1° 42′ 53″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 154 m
Superficie 7,29 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calais-1
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escalles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escalles
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Escalles
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Escalles
Liens
Site web escalles.fr

Escalles est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Grand Calais Terres et Mers qui regroupe 14 communes et compte 104 367 habitants en 2018. Avec 217 habitants au dernier recensement de 2019, elle en est la plus petite commune.

Village de la Côte d'Opale, il est principalement connu pour abriter le cap Blanc-Nez, l'un des principaux sites touristiques du nord de la France. Le village est ainsi l'une des huit communes formant le Grand site des Deux Caps, labellisé « Grand Site de France » depuis 2011.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est un petit village situé non loin de Calais, au sud de Sangatte au pied du cap Blanc-Nez (151 m).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes et de la Manche :

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Escalles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (88,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Scala en 844-877; Scalas ou Scalae en 1040; Scales en 1107-1112; Scalae Bertiniacae au XIIIe siècle; Escales en 1297; Escailles en 1543; Skale en 1550; Haute et basse Escalles en 1584; Ecalles en 1607; Escalles en 1681[12],[13].

Skale en flamand[14].

Il s'agit d'une formation toponymique sans doute médiévale qui consiste en un seul appellatif pris absolument[13],[15].

Cependant, plusieurs hypothèses existent sur son origine exacte. Albert Dauzat rapproche Escalles des noms de lieu du type L'Échelle (Ardenne, Scala 1262); L'Échelle (Somme), ainsi que du type occitan Escales (Aude, Scalas 979), auxquels il attribue le sens d'« échelle → pente abrupte »[15]. Cela correspond au site environnant Escales, notamment celui du Mont-Hubert. Maurits Gysseling compare avec les noms de lieux anglais Scales et normands Écalles et suggère de l'interpréter par le vieux norrois skáli « barraque »[13].

François de Beaurepaire le cite lui aussi avec les toponymes anglais Scales et normands[16] (Estouteville-Écalles , Seine-Maritime, Scalis fin XIIe siècle; Villers-Écalles, Seine-Maritime, Escalis XIIe siècle); Foucart, Seine-Maritime, Foucart Escalles jusqu'au XVIIIe siècle; Touffrécal, Seine-Maritime, Torfrescalis 1156-1161, nom de personne vieux norrois Þorfridr; Brecquécal, Manche, sur le vieux norrois brekka « pente, élévation »). Cependant, s'il considère bien les toponymes normands comme issus du vieux norrois skáli « habitation temporaire ». Il émet également l'hypothèse de l'anglo-saxon scale de sens proche[16] qui selon lui se retrouve dans Escalles[16]. Il le met en lien avec les établissements [anglo-]saxons du Boulonnais (notamment les noms en -thun, équivalent du -ton anglais). Cependant le mot anglo-saxon *scale ne semble pas attesté et A. D. Mills explique les Scales du nord de l'Angleterre tout comme Gysseling par le vieux norrois skáli[17]. Les noms de lieux germaniques du Boulonnais ont fait l'objet d’une étude plus récente d'Arnaud Fournet dans la Nouvelle revue d'onomastique[18]. Il considère *skal « abri » comme germanique sans plus de précision[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1120, Escalles était une seigneurie dépendant de l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer. Les habitants d'Escalles devaient différentes servitudes aux comtes de Guînes, dont à Manassès Ier de Guînes en particulier, comme l'obligation de construire des ouvrages en son château de Gu̩înes. En 1124, Lambert, abbé de Saint-Bertin, obtint de Manassès que cette obligation cesse. En échange, Manassès reçut la promesse que les habitants d'Escalles lui apporteraient leur assistance en cas de guerre[19].

En 1266, un accord est passé entre le comte de Guînes Arnould III de Guînes et l'abbaye de Saint-Bertin au sujet de terres situées à Scales[20]. Et en 1272, le même comte entérine l'accord passé avec l'abbaye au sujet de la libre circulation des tenanciers du monastère demeurant à Scales pour faire commerce de draps et de laines[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 En cours
(au 17 février 2022)
Marc Boutroy DVD Réélu pour le mandat 2014-2020[22],[23],[24]
Réélu pour le mandat 2020-2026[25],[26]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Escallois[27].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[29].

En 2019, la commune comptait 217 habitants[Note 3], en diminution de 17,49 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
187240254308352354319298318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
271287267257260280261259269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
281234230243241245247234223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
216199149286320321330335300
2014 2019 - - - - - - -
246217-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 102 hommes pour 120 femmes, soit un taux de 54,05 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,9 
5,0 
75-89 ans
12,0 
27,0 
60-74 ans
22,2 
25,0 
45-59 ans
23,9 
18,0 
30-44 ans
12,8 
14,0 
15-29 ans
13,7 
11,0 
0-14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Wissant pour desservir Bonningues-lès-Calais[34],[35].

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Escalles au cinéma[modifier | modifier le code]

L'Amour avec des si, film de Claude Lelouch, comporte certaine scènes tournées sur la commune d'Escalles lors des hivers neigeux de 1962 et 1963, dont une poursuite de voitures.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Escalles Blason
D'argent au sautoir de gueules, chargé en cœur d'un tourteau d'azur et accompagné en pointe d'une ombre d'étoile de sable[37].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (azur sur gueules).
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 136.
  13. a b et c Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), 1960, p. 330 (lire en ligne) [1].
  14. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  15. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 258a.
  16. a b et c François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 68 - 69.
  17. A. D. Mills, A Dictionary of British Place Names, Publisher: Oxford University Press, Print Publication Date: 2011, Print (ISBN 9780199609086), Published online: 2011, Current Online Version: 2011 (ISBN 9780191739446) (lire en ligne anglais) [2]
  18. a et b Arnaud Fournet, « À propos des toponymes germaniques dans l'ancien comté de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) » in Nouvelle revue d'onomastique, année 2012, pp. 21- (lire en ligne) [3]
  19. André Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines, d'Ardres, de Gand et de Coucy et de quelques autres familles illustres, Paris, 1632, p. 27-28, lire en ligne
  20. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome V, Année 1266.
  21. A. Wauters, op. cit., Tome V, Année 1272.
  22. B.B.(CLP), « À Escalles, le maire Marc Boutroy entame son septième mandat : Vendredi soir, le conseil municipal nouvellement élu s’est réuni pour la première fois à la mairie. Les onze conseillers municipaux dont cinq nouveaux élus ont procédé à l’élection du maire. Ils ont voté à l’unanimité pour le maire sortant, Marc Boutroy, maire de la commune depuis 1977. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  24. M. L. (CLP), « Escalles : le lotissement de la route de Peuplingues se fait attendre : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, « La Voix du Nord » propose une nouvelle série consacrée aux projets des maires. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Quelles priorités ? Réponses avec Marc Boutroy, le maire d’Escalles. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  26. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  27. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Escalles (62307) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  34. « Boulogne-sur-Mer / Calais - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  35. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  36. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  37. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).