Couturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couturelle
La mairie.
La mairie.
Blason de Couturelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Avesnes-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes des campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Hugues Legoux
2014-2020
Code postal 62158
Code commune 62253
Démographie
Population
municipale
80 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 33″ nord, 2° 30′ 03″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 171 m
Superficie 2,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Couturelle

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Couturelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couturelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couturelle

Couturelle est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Couturelle
Coullemont
Humbercourt Couturelle Saulty
Lucheux

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château classique de Couturelle, dans la rue principale, bâti au XVIIIe siècle, jouxte l'église en briques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Couturelle dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014[1] René Tempez   Agriculteur retraité
2014[2],[3] en cours
(au 14 décembre 2014)
Hugues Legoux   Chauffeur routier retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 80 habitants, en diminution de -18,37 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218 209 222 225 207 213 191 157 203
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
172 197 171 196 189 157 160 168 151
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
134 154 150 155 139 131 129 144 143
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
130 126 108 102 106 87 93 100 80
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,5 %, 15 à 29 ans = 26,5 %, 30 à 44 ans = 14,3 %, 45 à 59 ans = 26,5 %, plus de 60 ans = 6,1 %) ;
  • 47,3 % de femmes (0 à 14 ans = 11,4 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 29,5 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à Couturelle en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
0,0 
75 à 89 ans
4,5 
6,1 
60 à 74 ans
13,6 
26,5 
45 à 59 ans
20,5 
14,3 
30 à 44 ans
29,5 
26,5 
15 à 29 ans
20,5 
26,5 
0 à 14 ans
11,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Couturelle.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur au croissant d’or accompagné de trois coquilles d’argent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Thomas-de-Cantorbéry.
  • L'église Saint-Thomas-de-Cantorbéry.
  • Le château de Couturelle, détruit par un incendie dans la nuit du 27 au 28 juin 2014[10]. Il avait été construit en 1702 pour Gérard Joseph Boudart, chevalier, seigneur de Couturelle et Warlincour[11]. L'édifice est intégralement reconstruit avec des extérieurs à l'identique et des intérieurs prévus pour l'organisation de réceptions et de séminaires. Le nouveau château de Couturelle est inauguré le 6 avril 2017[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claudie Deschamps (CLP), « Bilan du maire à Couturelle : aménagement de deux parkings et travaux à achever à l’église : René Tempez, agriculteur à la retraite, termine son quatrième mandat de maire. Natif du village, il a été élu conseiller dès 197, puis maire en 1989. Après 42 ans au service de sa commune, il souhaite maintenant « laisser la place aux jeunes » et ne se représentera pas aux prochaines élections. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 14 décembre 2014)
  3. Claudie Deschamps (CLP), « Couturelle : après l’incendie du château, la défense incendie est devenue une priorité pour le maire : Hugues Legoux, 66 ans, chauffeur routier à la retraite, est au service des Couturellois depuis 1977. Il entame son septième mandat au conseil municipal. Il a été élu maire en avril dernier », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population à Couturelle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  10. Sophie Diers, « Deux semaines avant sa vente, le château ravagé par les flammes », L'Abeille de la Ternoise, no 8473,‎ , p. 4
  11. « Château de Couturelle », sur http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le 4 juillet 2014).
  12. « Sur l’autel de ses cendres, le château devient un haut lieu de réception », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)