Claude Campagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Campagne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité

Claude Campagne est le nom de plume d'un couple d'écrivains français : Jean-Louis (1914-1995)[1] et Brigitte Dubreuil (1928-2009)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Dubreuil, diplômé de Sciences politiques, s'est engagé dans les métiers de l'édition, dans le monde littéraire et journalistique parisien des années 1950. Journaliste et romancier, il crée en 1942, à Clermont-Ferrand, Siroco[3], hebdomadaire illustré pour la jeunesse puis travaille pour les publications de la Ligue féminine d'action catholique française à Foyer 1947, qui deviendra France-47, puis France-48, France-49 et enfin France Magazine[4] où il fit engagé notamment Jean-Louis Foncine[5]. Il collabore aussi avec Daniel-Rops et conçoit sans succès plusieurs projets de journaux.

Il est l'auteur de Capitaine du Jamboree chez Alsatia[6]. Il est l'auteur de quelques nouvelles dans les albums de Suzette en vacances (signées Jean-Louis Dubreuil, alors tout jeune auteur) et participe à la rédaction des Fusées, almanach de la collection Signe de Piste (où il signe plusieurs récits).


Brigitte Dubreuil (née Brigitte Huret) est boulonnaise. Elle est jeune lorsqu'elle rencontre Jean-Louis Dubreuil chez sa sœur Marie-Thérèse Geneviève de Corbie (épouse de Arnauld de Corbie).

Un complet changement de vie s'amorce quand le couple quitte Versailles et Paris pour s'installer à Ostrohove non loin de Boulogne-sur-Mer, où Jean-Louis Dubreuil travaille comme courtier maritime prenant la suite de son beau-père[7] (les métiers de la mer[8] sont abondamment présents dans nombre de ses œuvres et en particulier Les Enfants de la brume et ses suites).

Ils écrivent ensemble les œuvres signées du pseudonyme de Claude Campagne, dont la plus connue est Adieu mes quinze ans, tirée à plus de 650 000 exemplaires, dont 450 000 exemplaires en France, traduit en 11 langues et récompensée par le prix des Parents d'élèves des collèges et lycées de France. Le roman fait l'objet d'une adaptation télévisée à succès maintes fois diffusée. Le ton reste décalé par rapport aux années d'après mai 68.

Beaucoup plus tard, à la suite d'un bouleversement intime et spirituel[9], le couple donnera de nouvelles suites à la saga du Cadran Solaire, la ferme château où habite l'héroïne d'Adieu mes quinze ans. Il s'agit de Le Jour où Dieu m'a tutoyé et de Guillaume ou la mémoire naufragée, qui évoque la mémoire d'un pêcheur boulonnais, Guillaume, fiancé à une ramendeuse habitante des « Quilles en l'air » (barques, flobarts naufragés de la pêche en Boulonnais, récupérés et habités par les veuves et enfants de marins péris en mer). Si la veine de ces derniers romans est plus militante, on retrouve dans Guillaume l'intérêt pour la vie dans le comté de Boulogne, balayé par les vents et les tempêtes.

En 1990, Brigitte Dubreuil rencontre l'éditeur Christian Navarro[10]. Ce dernier l'encourage à réécrire. Jean-Louis Dubreuil meurt le . Brigitte lui a dédié un livre de mémoire, Ce printemps que je voulais t'offrir. En 2004, Brigitte Dubreuil publie Un impossible amour puis, en 2008, elle livre un premier jet du Cahier bleu qui paraît en 2012, à titre posthume, car l'auteure est décédée le 24 décembre 2009.

Famille[modifier | modifier le code]

Ils ont six enfants dont Marie-Joseph, qui meurt à sa naissance en 1962, aussitôt après son baptême et l'écrivain Grégoire Dubreuil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Signées Claude Campagne[modifier | modifier le code]

Signées Brigitte Dubreuil[modifier | modifier le code]

Signées Jean-Louis Dubreuil[modifier | modifier le code]

  • 1846-1946. Une famille, une usine : Hétier frères, Mesnay, Impr. des Beaux arts, 1948
  • Le Capitaine du Jamboree, éditions Signe de Piste, Alsatia, 1951, réédition 1962
  • L'A.B.C. vivant, éditions Tallandier, 1953
  • Expédition de secours, éditions Signe de Piste, Alsatia, 1957 - édition en allemand sous le titre Die Botschaft ohne Absender, coll. Spurbücher (32), éditions Verlag Alsatia, 1963

Adaptation à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de personne du catalogue général de la BnF.
  2. Notice de personne du catalogue général de la BnF.
  3. Francis Marcoin, « Siroco, un journal sous l'Occupation », Le Rocambole. Bulletin des amis du roman populaire, vol. n° 52-53,‎ , p. 211-236
  4. « Jean-Louis Dubreuil », sur web.archive.org, (consulté le 7 septembre 2020)
  5. Alain Jamot, « Le capitaine du Jamboree », Pierre Joubert 70 ans d'illustration pour Signe de Piste, vol. II « L'âge d'or 1955-1962 »,‎ , p. 96-98
  6. « Jean-Louis Dubreuil », sur auteurs.romans-scouts.com (consulté le 6 septembre 2020)
  7. Francis Marcoin, « Claude Campagne, entre Action catholique et lecture de la Bible », Nord’ revue de critique et de création littéraires du nord/pas-de-calais, vol. 56,‎ , p. 127-133
  8. « Les Cahiers Robinson - 1 - Les Echos de Nampilly », sur nampilly.canalblog.com, (consulté le 7 septembre 2020)
  9. Francis Marcoin, « Claude Campagne, entre mémoire et amnésie », Cahiers Robinson n°21 : La bibliothèque Rouge & Or, Arras, 2007.
  10. Notice de personne du catalogue général de la BnF.

Liens externes[modifier | modifier le code]