Duisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Duisans
Duisans
Blason de Duisans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Éric Poulain
2020-2026
Code postal 62161
Code commune 62279
Démographie
Gentilé Duisanais
Population
municipale
1 347 hab. (2019 en augmentation de 9,69 % par rapport à 2013)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 30″ nord, 2° 41′ 07″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 107 m
Superficie 10,72 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Arras
(banlieue)
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Duisans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Duisans
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Duisans
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Duisans

Duisans est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 8 km à l'ouest d'Arras. Elle est traversée par le Gy, affluent de la Scarpe (cette dernière borde d'ailleurs le hameau de Louez-lès-Duisans).

Cartographies de la commune
Maki2-town-12.svg La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Scarpe, cours d'eau naturel non navigable de 26,8 km qui prend sa source dans la commune de Tincques et se jette dans la Scarpe canalisée au niveau de la commune de Saint-Nicolas[1].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Duisans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arras, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[7] et 87 215 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75,2 %), zones agricoles hétérogènes (11,5 %), zones urbanisées (6,3 %), forêts (2,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,4 %), prairies (1,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes In pago Attrebatensi… super flumen Sensadam Ducentis (920) ; Duisans (1154-1159) ; Duizans (1191) ; Duisanz (1252) ; Duysans (1472) ; Duisant (XVe siècle) ; Duissans (1474) ; Duisant (1720)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Duisans a été possédée anciennement par les comtes de Saint-Pol. Les archives de Saint-Éloi nous apprennent qu'en 1202 Eustache de Canteleu donna à cette abbaye le droit de dîme qu'il y possédait et qu'il tenait en fief du comte de Saint-Pol, Gauthier de Châtillon, qui approuva cette donation et l'amortit en 1205.

Pendant la Première Guerre mondiale, Duisans est en arrière du front de l'Artois. Des troupes y séjournent, parfois, par exemple en juin 1915, pour reprendre des forces, se reposer après des jours au front, reconstituer le régiment, préparer une attaque, rester en réserve lors d'une attaque sur le front[15]...

Le , à Pont du Gy, des éléments du XVe corps d'armée motorisé allemand fusillent et brûlent 21 civils, une femme handicapée de 82 ans fut poussée dans les flammes et un nourrisson de 8 mois périt également dans les flammes[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1995 Roger Poudonson Union centriste  
mars 1995 juin 2006 Jacques Duchâteau[17]   Démissionnaire
juin 2006 En cours
(au 14 février 2022)
Éric Poulain DVD Ancien cadreRéélu pour le mandat 2014-2020[18],[19],[20]
Réélu pour le mandat 2020-2026[21],[22]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Le site de Clairefontaine situé sur la commune, qui comprend 7 885 m2 de bâtiments dont le château, est racheté par la communauté de communes des Campagnes de l'Artois en . Sur ce site on trouve, en , dans le cœur de l'ilôt : un préau, un foyer et une salle de restauration, ce qui permettra d’accueillir 300 jeunes de 3 à 14 ans dans le cadre des centres de loisirs. À cela, il est prévu d'ajouter : un lieu numérique, un espace dédié à la santé et à la nutrition, des salles de réunion, des espaces de coworking et une salle de spectacle. Cet ensemble pourra profiter aux associations et aux jeunes entreprises de la communauté de communes[23].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux écoles primaires, Camille-Corot et Sainte-Marie et d'un collège, Clairefontaine, qui se trouve dans le château de Duisans depuis 1962.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2019, la commune comptait 1 347 habitants[Note 4], en augmentation de 9,69 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483478514559647653688661698
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690676689741726729738687726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
755736727768679642624598641
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6697168819931 0221 0911 1701 1791 285
2019 - - - - - - - -
1 347--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 645 hommes pour 678 femmes, soit un taux de 51,25 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
0,5 
5,5 
75-89 ans
7,3 
18,9 
60-74 ans
18,6 
24,3 
45-59 ans
23,1 
16,7 
30-44 ans
18,5 
15,3 
15-29 ans
14,4 
18,7 
0-14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports[modifier | modifier le code]

  • Rugby : Ovale du Gy.
  • Tennis de table : Entente Sportive Duisanaise.

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

  • Le château de Duisans, datant du XVIIIe siècle. La façade et les toitures font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [30].

C'est Antoine-Guillaume Dubois de Hoves, membre du Conseil d'Artois qui décida de remplacer sa demeure par ce château. Il fit appel au maître-maçon André Merville réputé pour ses travaux à l'abbaye du mont Saint-Éloi. Le château fut construit entre mars et novembre 1752.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Léger de Duisans : incendiée en 1597, elle fut reconstruite d'abord en 1600, puis en 1683 ; la flèche, qui date de 1634, a été restaurée en 1736 ; couverte en ardoises, et de figure hexagone, cette flèche se termine par le bas d'un chaperon qui règne le long de la maçonnerie. Vendue pendant la Révolution, l'église fut rachetée par M. Ledru, maire ; mais il n'en restait plus que les quatre murailles, lorsqu'elle fut rendue au culte, en 1804. Le presbytère, vendu aussi pendant la révolution, a été rendu depuis à sa destination[réf. nécessaire].
  • Le monument aux morts[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine du Bois est seigneur de Duisant en janvier 1677. Il est le fils d'André du Bois, seigneur d'Haucourt, décédé à cette date, et de Rose de Vermeille. Il a été huit fois député ordinaire des États d'Artois. Il appartient à la noble famille du Bois de Hoves. En janvier 1677, il reçoit des lettres confirmant son état de noblesse avec anoblissement en tant que de besoin, les papiers de la famille ayant été perdus après la mort d'Adrien du Bois à Douai en 1635. Antoine est marié noblement à Jeanne Galbart, fille de Chrétien, écuyer, seigneur de Bertigneu[32].
  • Roger Poudonson (1922-2000), ancien maire de la commune, ancien secrétaire d'État et ancien sénateur, mort à Duisans. Il n'a cependant jamais bénéficié d'un hommage dans la commune. Encore maintenant, alors que la logique voudrait que son nom soit donné à une rue, ou au foyer rural (comme ça se fait dans beaucoup de villes où un maire est resté aussi longtemps en poste), il n'y a toujours rien de prévu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Duisans Blason
D’azur aux trois coquilles d’or surmontées à dextre d’une roue de moulin du même et à senestre d’une étoile d’argent ; sur le tout d’azur semé de fleurs de lys d’or, à la bande de gueules chargé de trois lionceaux d’argent posés à plomb brochant sur le tout, à la bordure aussi de gueules[33].
Détails
Blason constitué des armes des Bourbon-Duisant, des armes d'Antoine du Bois de Hoves (les trois coquilles d'or), la roue est celle d'un ancien moulin à eau, l'étoile ne trouve pas d'explication.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière Scarpe (E2010600) » (consulté le )
  2. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 d'Arras », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  15. « Visionneuse - Mémoire des Hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  16. La France occupée de Bruno Kartheuser, page 17
  17. « Décédé en avril, Jacques Duchâteau avait su préparer l'avenir du village : Jacques Duchâteau fut maire de Duisans de 1995 à 2006. Après six années de maladie, il s'est éteint le 4 avril dernier. Durant quarante-trois ans, il a participé à la vie communale. Élu en 1965 avec Roger Poudonson, il devient son premier adjoint. En 1995 il est élu maire et vice-président de la toute nouvelle communauté de communes du Val du Gy, avec Jacques Facon, son président. La maladie l'amènera à passer la main à Éric Poulain en 2006. Et en 2008, il décide de se retirer de la vie communale qu'il suivra de loin. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Duisans : Éric Poulain, réélu maire haut la main; un poste d’adjoint convoité par deux conseillers », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  20. Timothée Brisson, « Duisans: « Notre objectif est de construire des solidarités entre les habitants » : En gardant un œil attentif sur les dépenses de la commune, Éric Poulain souhaite entretenir le cadre de vie duisanais, cher à ses administrés. L’élu entreprend d’accentuer le développement culturel, pour faire en sorte que les habitants, attirés par Arras, restent vivre dans la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  22. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  23. Nicolas André, « Duisans : première phase de chantier terminée au début de la rentrée prochaine, à Clairefontaine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Duisans (62279) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. « Château de Duisans », notice no PA00108265, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  32. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 49, lire en ligne.
  33. « 62279 », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).