Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Élection présidentielle française de 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section contient des informations sur des scrutins à venir.

Il se peut que ces informations soient de nature spéculative et que leur teneur change considérablement alors que les événements approchent.

Précédent 2012 Drapeau de la France
Élection présidentielle française de 2017

(1er tour)

(2e tour)
Type d’élection Élection présidentielle
Scrutin uninominal majoritaire à deux tours
Président de la République
Sortant
François Hollande
(PS)

L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les dimanches et [1] sauf vacance ou empêchement définitif de l'actuel président François Hollande avant les dates du scrutin.

Cette élection visera à élire le président de la République française pour un mandat de cinq ans. Il s'agira de la onzième élection présidentielle de la Cinquième République et de la dixième au suffrage universel direct. Elle sera suivie par les élections législatives les 11 et .

Pour la première fois sous la Ve République, le président sortant choisit de ne pas être candidat à sa succession à l'issue de son premier mandat.

Mode de scrutin

Le président de la République est élu au suffrage universel direct. Il est élu pour un mandat de cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours[2]

Si aucun candidat ne recueille la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour de scrutin, un second tour a lieu quatorze jours plus tard où seuls peuvent se présenter les deux candidats arrivés en tête au premier tour après retrait éventuel de candidats mieux placés[3].

Les candidats doivent satisfaire à plusieurs conditions :

  • être de nationalité française et ne pas être privé de ses droits civiques concernant l'éligibilité ;
  • avoir au minimum 18 ans ;
  • être inscrit sur une liste électorale ;
  • avoir établi une déclaration de situation patrimoniale ;
  • posséder un compte bancaire de campagne.
  • Recueillir 500 « parrainages » de parlementaires ou d'élus locaux: Ces parrainages doivent provenir d'au moins trente départements ou collectivités d'outre-mer différents et pas plus d'un dixième des élus signataires ne doit provenir du même département ou de la même collectivité d'outre-mer. La période de réception des parrainages court du au [4]. La loi organique du de "modernisation de diverses règles applicables à l'élection présidentielle" impose la publication de l'ensemble des noms au lieu de 500 tirés au sort[5]. Ils devront être envoyés directement au Conseil constitutionnel, par voie postale, qui les publiera au fur et à mesure sur le site mis en place pour cette élection.

La Constitution prévoit que[3] :

  • en cas d'empêchement ou décès dans la dernière semaine de dépôt des candidatures d'une personne qui a annoncé son intention d'être candidate, le Conseil constitutionnel peut reporter l'élection ;
  • en cas d'empêchement ou décès d'un candidat avant le premier tour, l'élection est reportée ;
  • en cas d'empêchement ou décès d'un candidat qualifié pour le second tour, il est procédé de nouveau à l'ensemble des opérations électorales.

Le Conseil constitutionnel est, selon l'article 58 de la Constitution, garant de la régularité de l'élection, de l'examen des réclamations et de la proclamation des résultats.

Contexte

Contexte mondial et européen

L'élection de 2017 intervient dans un contexte agité : crise migratoire en Europe, questions de plus en plus vive sur la mondialisation avec des montées protectionnistes[6],[7], des questions sur le devenir de l'Europe à la suite notamment du référendum britannique sur l'Europe, et au plan général à une montée des incertitudes géopolitiques avec des attentats terroristes notamment islamistes, la montée en puissance de la Chine et la question des relations de l'Europe avec la Russie suite notamment à la crise ukrainienne. Certaines incertitude par rapport à l'avenir avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche[8]. Cela pousse les pays à réarmer En France, même le chef d'État-major des armées, dans un article paru en , demande une augmentation des sommes allouées à la défense[9]. Sur le plan intérieur, la France est également confrontée à de nombreux défis : chômage, questions sur la pérennité des régimes de retraite et de la sécurité sociale, problèmes d'équilibre budgétaire et de dette publique problème d'insécurité publique, de pollution, etc.

Le sondeur Jérôme Fourquet relève que, comme observé à l'occasion de scrutins étrangers ayant eu lieu en 2016 — référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, élection présidentielle autrichienne et élection présidentielle américaine —, « la variable du niveau de diplôme est une donnée de plus en plus centrale » et impose « une nouvelle segmentation des sociétés occidentales entre les gagnants et les perdants de la mondialisation » qui « concurrence voire supplante désormais parfois la traditionnelle opposition gauche/droite ». Dans le scrutin français, cette ligne de fracture s'observe en particulier entre Marine Le Pen (nettement en tête chez les moins diplômés) et Emmanuel Macron (nettement en tête chez les plus diplômés), qui plaident d'ailleurs tous deux pour remplacer le clivage gauche-droite par un nouveau (entre les « mondialistes » et les « patriotes » pour la première ; entre les « progressistes » et les « conservateurs » pour le second)[10].

Alors que la Russie est accusée d'ingérences dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et qu'En marche !, parti du candidat Emmanuel Macron, accuse en février 2017 la Russie de tentatives de déstabilisation par le biais de cyberattaques, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault déclare que Paris « n’acceptera aucune ingérence que ce soit dans son processus électoral » et une séance exceptionnelle du conseil de Défense et de Sécurité nationale est organisée à la demande de François Hollande afin d'aborder le sujet[11].

Décision du président en exercice de ne pas se présenter

Le à 20 h, le président en exercice François Hollande annonce publiquement lors d'une allocution solennelle transmise par de nombreux médias qu'il renonce à solliciter un second mandat présidentiel, ce qui constitue une première dans l'histoire de la Cinquième République[12],[13],[14]. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette décision : son niveau très bas dans les sondages , l'effet préjudiciable à son image du livre de son ancienne compagne, Merci pour ce moment, ou celui plus récent de deux journalistes, intitulé, Un président ne devrait pas dire ça…[15].

Le politologue Eddy Fougier relève que dans l'histoire de la Cinquième République, les élections sans président sortant, « qui se sont produites en 1969, en 1974 et en 2007, ont été un peu différentes des autres. Elles ont contribué à un renouvellement du personnel politique avec notamment des candidats qui se présentent pour la première fois à la présidentielle, qui appartiennent à une nouvelle génération et qui expriment une volonté manifeste de dépoussiérer la façon de faire de la politique (Giscard en 1974 ou Sarkozy en 2007). Ces élections ont aussi en grande partie favorisé le centre, en l'occurrence le centre droit avec Alain Poher présent au second tour en 1969, la victoire de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 et le bon score réalisé par François Bayrou en 2007 (19 %) »[16].

Partis politiques face à l'élection présidentielle

Le parti Les Républicains organise une primaire ouverte pour la première fois pour une élection présidentielle, la Primaire française de la droite et du centre de 2016, tout comme l'avait fait Europe Écologie Les Verts en 2011 ainsi que le Parti socialiste et le Parti radical de gauche en 2011 ; elle est remportée par François Fillon. À gauche est organisée une « primaire citoyenne ».

Le politologue Pascal Perrineau observe une « gauche française [qui] vole en éclats à la fois sur le terrain des orientations économiques et sociales (loi Macron, loi El Khomri) mais aussi sur le terrain des valeurs (débat autour de la déchéance de nationalité). Face à ce processus qui ne cesse de s’accentuer et au-delà de la fracture entre droite de gouvernement et Front national, le fractionnement des droites, s’il est réel, peut paraître relativement modeste. Il est davantage le fruit d’un choc des hommes et des ambitions personnelles dont ils sont porteurs que d’un affrontement des idées ». Il constate plus globalement « un contexte de relatif épuisement des logiciels politiques tels qu’ils se sont reconstruits et mis en place après la Seconde Guerre mondiale », estimant qu'ils « sont entrés en crise et font l’objet de remises en question parfois profondes »[17].

Le journaliste Éric Dupin souligne que « l'électeur français n'a [...] jamais eu à choisir entre un candidat de la gauche libérale, de la gauche socialiste et de la gauche radicale » (à travers les candidatures respectives d'Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon)[18].

Les Français et les politiques

Dans un sondage OpinionWay publié par Les Échos du , 89 % des personnes interrogées pensent que les politiques ne se préoccupent pas assez de ce « pensent les gens comme nous », et 70 % pensent que la démocratie ne fonctionne pas bien. Pourtant, 56 % déclarent s'intéresser à la politique, et 46 % estiment que le vote aux élections est le meilleur moyen de se faire entendre[19].

Candidatures

Les candidatures sont listées de l'extrême gauche à l'extrême droite puis s'en suivent les candidatures ayant de plus faibles chances d'obtenir les 500 signatures. Cette liste est en constante évolution jusqu'au 21 mars 2017, date de la publication officielle de la liste des candidats aux présidentielles.

Lutte ouvrière

Nathalie Arthaud, déjà candidate en 2012 (0,56 %), est à nouveau investie par le parti d'extrême gauche Lutte ouvrière lors du congrès du parti, le [20]. En janvier 2017, elle indique que sa collecte de signatures est « au même niveau qu'en 2012 » et se dit « convaincue » de pouvoir se présenter[21].

Nouveau Parti anticapitaliste

Philippe Poutou, déjà candidat en 2012 (1,15 %), est une nouvelle fois investi par le parti d'extrême gauche NPA, le [22]. Il lance une « alerte démocratique » en , craignant de ne pouvoir réunir suffisamment de promesses de signatures d'élus (il indique alors en avoir recuelli 200)[23].

La France insoumise

Jean-Luc Mélenchon, député européen, déjà candidat en 2012 sous l'étiquette Front de gauche (11,1 % des voix au premier tour), se déclare candidat pendant le journal de 20h de TF1 le [24]. Il rejette l'idée de participer à une primaire à gauche par refus de se ranger derrière François Hollande si ce dernier en sortait vainqueur. Il décide de présenter une candidature « hors parti », en dehors du cadre du Front de gauche[25]. Marie-George Buffet plaide pour que le PCF le soutienne[26]. La campagne de Jean-Luc Mélenchon, soutenue par le Parti de gauche qu'il a fondé, la Nouvelle Gauche socialiste[27] et le mouvement Ensemble ![28], commence dès le début de l'année 2016 sous l'étiquette « La France insoumise » (LFI). Il annonce lui-même la « mort » du Front de gauche le , ce que Pierre Laurent a démenti par la suite[29],[30]. Il est régulièrement donné entre 13 et 15 % des intentions de vote dans les sondages, devant François Hollande : pour Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP, « c’est inédit dans l’histoire de la Ve République qu’un candidat [de gauche] non socialiste menace un candidat du PS »[31]. Avec un niveau similaire dans les sondages après le renoncement de François Hollande, il continue de devancer le candidat socialiste dans toutes les hypothèses jusqu'au premier tour de la primaire citoyenne organisée par le PS, mais est situé derrière Emmanuel Macron[32]. Il est le premier à annoncer avoir recueilli plus de 500 promesses de parrainage, en [33].

Le 16 octobre, la convention de lancement de campagne valide le programme co-construit entre les signataires de la France insoumise, certains socles programmatiques (dont l'Humain d'abord, programme de 2012) et des auditions d'intellectuels. Le 1er décembre 2016 sort en librairie L'Avenir en commun, le programme de la France insoumise. Il entre directement en 9e position des ventes de livres en France avec un tirage de 110 000 exemplaires la première semaine[34]. Le la chaîne YouTube du candidat atteint 200 000 abonnés, devenant la première chaîne politique française sur le site de vidéos[35]. Ses meetings rencontrent un succès notable[36].

Pierre Laurent, sénateur de Paris, secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et président du Parti de la gauche européenne, souhaitait une « candidature commune d'alternative à gauche » avec « les autres forces du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon compris ; les écologistes ; et au PS, ceux qui sont prêts à rentrer dans ce processus »[37]. Le PCF exclut de participer à la primaire organisée par le PS[38] et hésite entre soutenir le vainqueur de cette primaire selon son profil (notamment s'il s'agit d'Arnaud Montebourg), Jean-Luc Mélenchon ou son propre candidat : dans ce dernier cas de figure, André Chassaigne s'est montré disponible[39] et Pierre Laurent n'exclut pas de se présenter[40]. En , Pierre Laurent indique qu'il va proposer à son parti de soutenir soit la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qu'il privilégie, soit une candidature issue du PCF mais susceptible de « se retirer au profit d'une candidature commune d'alternative à l'austérité » — ouverture perçue comme un soutien possible à Arnaud Montebourg s'il gagne la primaire du PS[41],[42],[43]. La conférence nationale du PCF désavoue son choix en optant à 53,69 % pour un candidat communiste ; mais les adhérents l'approuvent en votant à 53,6 % en faveur du ralliement à Jean-Luc Mélenchon[43],[44]. L'historien Roger Martelli souligne qu'en vue de la présidentielle, « le PCF apparaît profondément divisé, plus qu’il ne l’était en 2006-2007 à l’époque des collectifs anti-libéraux »[41].


Parti socialiste et alliés

Article détaillé : Primaire citoyenne de 2017.

Le Parti socialiste décide en l'organisation d'une primaire les et [45] avec les partis alliés au sein de la « Belle Alliance populaire » (Parti radical de gauche et écologistes favorables au gouvernement). Selon le journaliste Emmanuel Berretta, la décision a été prise en concertation avec François Hollande, qui voyait alors dans la primaire un moyen de se relégitimer, dès le congrès de Poitiers en [46].

Le candidat vainqueur du second tour, le 29 janvier 2017, est Benoît Hamon, député des Yvelines, ancien ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et membre du bureau national du Parti socialiste[47]. Il l'a emporté face à Manuel Valls, ancien Premier ministre. Cinq autres candidats étaient présents au premier tour : Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate), Arnaud Montebourg (Parti socialiste), Vincent Peillon (Parti socialiste), Sylvia Pinel (Parti radical de gauche), François de Rugy (Parti écologiste).

Il propose à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot « de construire une majorité gouvernementale sociale, économique et démocratique »[48] dont il exclut Emmanuel Macron : « c’est le centre, pas la gauche »[49].

En marche !

Emmanuel Macron, ancien ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique et président du mouvement politique En marche ![50],[51],[52], annonce sa candidature le [53]. Il décline la proposition du Parti socialiste de participer à la primaire qu'il organise, disant ne pas vouloir « s'enfermer dans des querelles de clans »[54],[55],[56]. Selon les sources, il dispose en de 200[57] ou de 400 promesses de parrainage[58]. Encore inconnu du grand public avant d'être nommé ministre en 2014, il est perçu comme un « OVNI »[59],[60],[61].

Les sondages le situent devant Jean-Luc Mélenchon et le candidat du PS, dans toutes les hypothèses[62]. En , un sondage le donne pour la première fois qualifié pour le second tour avec 24 % des voix, face à François Fillon (26 %), dans l'hypothèse où Arnaud Montebourg remporterait la primaire de la Belle Alliance Populaire et François Bayrou ne se présenterait pas[62]. Le sondeur Jérôme Sainte-Marie relève « la concurrence directe d'Emmanuel Macron auprès d'une partie des électeurs de la droite et du centre. C'est moins remarqué, mais Emmanuel Macron prend aussi des intentions de vote à la candidate Bleu Marine [Marine Le Pen], grâce à sa posture anti-système »[63].

De nombreux observateurs soulignent ou s'interrogent sur la « bulle médiatique » dont il ferait l'objet[16],[64],[65] : Mediapart relève que « presque une cinquantaine de couvertures de magazine » lui sont consacrées entre et , contre « une poignée » pour Jean-Luc Mélenchon, généralement situé une position derrière lui dans les intentions de vote et qui rencontre un succès similaire dans les meetings et sur internet[36] ; il recueille des soutiens y compris dans des titres de la presse américaine et britannique tels que le Financial Times ou Foreign Policy[66],[67]. Certains comparent sa dynamique et son positionnement à la candidature de François Bayrou en 2007 — ce dernier le critique vivement par ailleurs en le comparant plutôt à la candidature de Nicolas Sarkozy lors de la même élection[36],[68].

Les observateurs se montrent surpris par le volume des assistances à ses meetings[69] : Le Monde souligne que « personne, à droite comme à gauche, n’attire autant de monde »[70].

Les Républicains et alliés

François Fillon, ancien Premier ministre et député de Paris, est le vainqueur de la primaire ouverte de la droite et du centre organisée par Les Républicains[71], le pour les partis politiques Les Républicains (LR), Chrétien-démocrate (PCD) et le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) à l'élection présidentielle de 2017[72]. Il l'emporte nettement au second tour face à Alain Juppé (66,49 % des voix) ; les autres candidats étaient Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé. Il est présenté comme un participant probable au second tour[73].

Après avoir publiquement exprimé son intérêt pour une candidature en 2016, évoqué la possibilité d'un rapprochement avec Emmanuel Macron puis soutenu Alain Juppé dans le cadre de la primaire des Républicains, Jean-Christophe Lagarde, président de l'Union des démocrates et indépendants, soutient le vainqueur François Fillon avec qui il cherche un accord sur « un projet législatif commun »[74],[75],[76],[77],[78]. La Croix souligne que l'UDI est « tiraillé entre le soutien qu’affiche son sommet à François Fillon et le penchant de sa base militante » en faveur d'Emmanuel Macron[79].

Le , lors de son congrès annuel, l'Alliance centriste (composante de l'UDI) a annoncé par les voix de Jean Arthuis et Philippe Folliot l'intention de présenter son propre candidat à la primaire de la droite et du centre de novembre, a priori Jean Arthuis lui-même[80]. Début septembre, Jean Arthuis renonce à participer à cette primaire et l'Alliance centriste acte le principe d'une participation à l'élection présidentielle[81], avant d'apporter finalement son soutien à François Fillon[82].

À la suite des révélations sur l'affaire Penelope Fillon, les intentions de vote pour François Fillon à l'élection présidentielle diminuent de cinq à six points au 1er février par rapport au mois précédent, se situant désormais environ au même pourcentage qu'Emmanuel Macron[83], voir en-dessous.

Debout la France

Nicolas Dupont-Aignan, déjà candidat en 2012 (1,79 %), président de Debout la France, député de l'Essonne, maire d'Yerres et président de Val-d’Yerres-Val-de-Seine, annonce sa candidature le [84]. Il est crédité de 1 à 3 % des intentions de vote dans les sondages[85].

Front national

Marine Le Pen, déjà candidate en 2012 (17,90 %), présidente du Front national, députée européenne et conseillère régionale des Hauts-de-France, a déclaré sa candidature sur le plateau de TF1 le [86],[87],[88]. Elle est présentée comme une participante probable au second tour[73].

Solidarité et progrès

Jacques Cheminade, déjà candidat en 1995 (0,28 %) et 2012 (0,25 %), président-fondateur du parti politique Solidarité et progrès, s'est à nouveau déclaré candidat[89]. En janvier 2017, il indique être « très au-dessus des 400 promesses écrites »[90] et annonce le 21 février avoir 500 promesses, ce qui lui permettrait d'être candidat pour la troisième fois[91].

Autres candidatures

La majorité des actes de candidatures suivants auraient, selon les médias, des chances peu élevées de se présenter officiellement à l'élection, faute de parrainages suffisants d'élus[92],[93] :

Tentatives de primaires organisées hors des partis politiques

La Vraie Primaire est une autre primaire ouverte à tous les citoyens se donnant pour objectif l'émergence d'un candidat issue de la société civile. Lancée fin par deux consultants, Emile Servan-Schreiber et Alexandre Malfaye, elle n'a à la mi-juin de la même année que deux candidats, ceci s'expliquant par le fait qu'il faille payer des frais d'inscription de 500 €, au contraire de LaPrimaire.org où l'inscription est gratuite[178],[179],[180]. Son objectif a évolué durant l'été 2016 afin de soutenir des candidats sur des projets plus locaux plutôt que de se focaliser sur l'élection de 2017[181].

La Primaire des Français, lancée le , est un projet réunissant les mouvements Génération Citoyens, Le Rassemblement citoyen - Cap21, Nous Citoyens, Bleu Blanc Zèbre, Le Pacte civique et La Transition, dans l'optique de présenter un candidat par le biais d'une primaire citoyenne[182],[183]. L'un des mouvements, La Transition, avait déjà prononcé le souhait d'organiser des primaires pour sélectionner son candidat dans la société civile[184],[185].

LaPrimaire.org, sous la direction de l'association Democratech, met en place l'organisation d'une primaire ouverte[186],[187],[188],[189],[190], à toute personne normalement éligible, au sein de la société civile. La liste des candidats sélectionnés pour la primaire a été publiée fin et la sélection du candidat définitif pour l'élection présidentielle a lieu jusqu'au [191]. La gagnante de cette première primaire citoyenne est Charlotte Marchandise[192].

Candidatures envisagées, non déclarées

  • François Bayrou, président du Mouvement démocrate et maire de Pau, déjà candidat en 2002 (6,84 %), 2007 (18,57 %) et 2012 (9,13 %), envisage une candidature. Il avait annoncé y renoncer si Alain Juppé remportait la primaire des Républicains, auquel cas il l'aurait soutenu[193]. Il critique vivement à la fois Emmanuel Macron et François Fillon, tout en estimant que « la France a besoin d’alternance » et que « l’idée de rassemblement [l]’intéresse, à la condition que le projet vaille la peine »[194]. Les sondages d’intentions de vote le situent entre 5 et 7 %, en mesure d'affaiblir François Fillon et Emmanuel Macron[194],[63],[195]. Il annonce, au cours d'une conférence de presse le 22 février 2017, qu'il ne sera pas candidat et qu'il va proposer une alliance avec Emmanuel Macron, que ce dernier accepte dans la journée[196].
  • Naea Bourgeois, ancien directeur de cabinet de Francis Sanford, s'est déclaré en juin 2016 candidat à Papeete en réaction à celle d'Oscar Temaru[197],[198]. Il retire sa candidature début octobre[199].
  • Yannick Jadot. Suite à la défection de Nicolas Hulot, le parti Europe Écologie Les Verts décide d'organiser une primaire ouverte les et afin de désigner son candidat. Le candidat désigné à l'issue du processus est Yannick Jadot, député européen. Karima Delli, Cécile Duflot et Michèle Rivasi étaient également candidates à cette primaire[200]. En janvier 2017, EELV indique disposer de « 250 signatures sûres », dont « deux tiers d'élus EELV », et s'inquiète de ne pouvoir en réunir un nombre suffisant[201]. Le , les électeurs de la primaire de l'écologie adoptent par 89 % des voix le principe de recherches de convergences avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, candidat socialiste issu de la primaire citoyenne, qui a développé un discours très écologiste[202]. Le 23 février 2017, Yannick Jadot officialise son retrait pour s'allier à la candidature du candidat du PS, Benoît Hamon[203].
  • Gérard Schivardi, candidat à l'élection présidentielle française de 2007, a exprimé son intérêt d'être candidat, soutenu par le Parti ouvrier indépendant démocratique (scission du POI)[204]. Il soutient finalement Jean Lassalle[205].
  • Maxime Verner, déjà candidat à la candidature en 2012, s'est de nouveau déclaré[206], en passant cette fois par la Primaire.org, dont il est le premier candidat qualifié[207]. Il décide néanmoins de ne pas participer à l'ensemble du processus de sélection, et reprend sa liberté début octobre[208]. Début février 2017, il décide finalement de ne pas participer à cette élection[209].

Déroulement

Premier tour

Débats télévisés

Pour la première fois dans l'histoire, un débat avant le premier tour pourrait opposer plusieurs candidats à l’élection présidentielle. Le , François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon s'affronteraient lors d'un débat diffusé en direct à 21 h sur TF1 et animé par les journalistes Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau[210]. L'organisation d'un tel débat avec une partie seulement des candidats fait polémique. Ainsi, Nicolas Dupont-Aignan — qui en serait exclu — dénonce un « viol démocratique[211] » et appelle au boycott de ce débat[212].

Un second débat télévisé pourrait être organisé par France 2 le en présence, cette fois, de l'ensemble des candidats[213].

Sondages

Résultats

Premier tour

Second tour

Œuvres d'anticipation

La Présidente est une bande dessinée qui dépeint les 100 premiers jours de pouvoir de Marine Le Pen après son élection à la présidence de la République française. Œuvre de politique-fiction de l'historien François Durpaire, elle a été dessinée en noir et blanc par le dessinateur Farid Boudjellal[214],[215].

Une élection ordinaire, de Geoffroy Lejeune, imagine la candidature d'Éric Zemmour[216].

Notes et références

  1. « Élection présidentielle 2017 », sur L'Internaute.
  2. Article 6 de la Constitution de la Cinquième République française.
  3. a et b Article 7 de la Constitution de la Cinquième République française.
  4. « Calendrier : les dix étapes-clés de l’élection présidentielle », sur presidentielle2017.conseil-constitutionnel.fr (consulté le 13 janvier 2017).
  5. Loi no 2016-506 du de modernisation de diverses règles applicables à l'élection présidentielle, article 2, Légifrance. Consulté le .
  6. Christian Chavagneux, « Les forces de la démondialisation », Alternatives économiques,‎ .
  7. Jean-Pierre Robin, « La démondialisation a-t-elle déjà commencée ? », Le Figaro,‎ .
  8. Isabelle Lasserre, « Le monde entier s'arme sauf l'Europe », Le Figaro,‎ .
  9. Jean-Baptiste Garat, « Le projet de Filon pour les armées pourrait être "ajusté" avant l'élection », Le Figaro,‎ .
  10. Jérôme Fourquet, « Qui sont les Français qui soutiennent Emmanuel Macron? », sur Slate,‎ (consulté le 11 février 2017).
  11. Olivier Tallès, « Faut-il craindre une ingérence étrangère dans la présidentielle ? », sur La Croix.com,‎ (consulté le 22 février 2017).
  12. « Hollande renonce à la présidentielle, une première sous la Ve République », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  13. Sylvain Chazot, « François Hollande ne se représentera pas à la présidentielle », sur LeLab.Europe1.fr,‎ .
  14. « VIDEO. "J'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle" : regardez l'allocution de François Hollande en intégralité », sur FranceTVInfo.fr,‎ .
  15. Gérard Courtois, « Les trois livres qui ont "tué" Hollande », Le Monde,‎ .
  16. a et b Eddy Fougier, « Les trois scénarios qui attendent Emmanuel Macron pour la présidentielle 2017 », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  17. Pascal Perrineau, « Les droites en France à l’horizon de 2017. Fractures, diversités et unité », Le Débat, vol. 4, no 191,‎ (lire en ligne).
  18. Éric Dupin, « Présidentielle: tout devient possible », sur Slate,‎ (consulté le 30 janvier 2017).
  19. Stéphane Dupont, « Les français réclament un fort renouvellement des pratiques politiques », sur Les Échos,‎ .
  20. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Lutte ouvrière : Nathalie Arthaud annonce sa candidature à la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  21. « 2017 : comment avance la course aux parrainages des "petits" candidats ? », sur rtl.fr,‎ (consulté le 22 janvier 2017).
  22. Sébastien Tronche, « Philippe Poutou sera de nouveau le candidat du NPA à la présidentielle de 2017 », Le Lab, .
  23. Mathieu Dejean, « Philippe Poutou va-t-il réussir à être candidat à la présidentielle ? », sur Les Inrockuptibles,‎ (consulté le 17 janvier 2017).
  24. « Jean-Luc Mélenchon au 20H de TF1 : « Je propose ma candidature pour l'élection présidentielle de 2017 », sur lci.tf1.fr,‎ (consulté le 11 février 2016).
  25. « Jean-Luc Mélenchon, une présidentielle sans parti ni primaire », sur Libération.fr (consulté le 21 avril 2016).
  26. « 2017 : Buffet (PCF) souhaite le rassemblement autour de la candidature de Mélenchon », sur lcp.fr,‎ (consulté le 28 juin 2016).
  27. « Mélenchon : le candidat de la raison », sur liberation.fr,‎ (consulté le 5 octobre 2016).
  28. Christophe Gueugneau, « Le mouvement Ensemble! opte pour Mélenchon », sur Mediapart,‎ (consulté le 21 novembre 2016).
  29. « Jean-Luc Mélenchon signe l'acte de décès du Front de gauche et éreinte le PCF », sur lelab.europe1.fr,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  30. « Présidentielle de 2017: Pierre Laurent égratigne Jean-Luc Mélenchon et tend la main à Arnaud Montebourg », France Info, .
  31. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Mélenchon s’impose face à un PS en plein marasme », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  32. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Mélenchon fait le pari d’attirer vers lui une partie de l’électorat socialiste déçu par Hollande », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 5 janvier 2017).
  33. « Présidentielle 2017 : Mélenchon, premier à annoncer 500 promesses de parrainages », sur Le Parisien.fr,‎ (consulté le 12 janvier 2017).
  34. « Le livre-programme de Jean-Luc Mélenchon fait un carton en librairie », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  35. « Comment Mélenchon est devenu le roi de l'internet politique », Nova Planet,‎ (lire en ligne).
  36. a, b et c Hubert Huertas, « Croquis. De Mélenchon à Macron, les ressorts d’un déséquilibre », sur Mediapart,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  37. Anne-Charlotte Dusseaulx et Arthur Nazaret, « Pour 2017, Pierre Laurent veut une autre candidature à gauche », sur lejdd.fr,‎ (consulté le 20 juin 2016).
  38. Arthur Berdah, « Le PCF exclut à son tour de participer à la primaire à gauche », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 12 septembre 2016).
  39. Raphaëlle Besse Desmoulières, « A défaut de candidat pour 2017, le PCF élabore son programme », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  40. « 2017 : Jean-Luc Mélenchon « disponible », Pierre Laurent agacé », sur europe1.fr (consulté le 29 décembre 2015).
  41. a et b « Présidentielle 2017: le communiste Pierre Laurent prêt à soutenir Jean-Luc Mélenchon », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  42. « Le PCF va-t-il vraiment soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon ? », sur lesinrocks.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  43. a et b Christophe Gueugneau, « Désavouant Pierre Laurent, la conférence nationale du PCF opte pour un candidat communiste », sur Mediapart,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  44. Ludovic Galtier, « Les militants communistes votent en faveur d'un soutien à Mélenchon en 2017 », sur http://www.rtl.fr,‎ (consulté le 26 novembre 2016).
  45. Corinne Laurent, « Primaire à gauche, un pari inédit pour un chef de l’état », sur la-croix.com,‎ (consulté le 20 juin 2016).
  46. Emmanuel Berretta, « Avec ou sans Hollande, le PS organisera une primaire », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 18 juin 2016).
  47. « Franceinfo - Actualités en temps réels et info en direct », sur Franceinfo,‎ (consulté le 22 novembre 2016).
  48. « Hamon propose une « majorité gouvernementale » à Mélenchon et Jadot », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 30 janvier 2017).
  49. « Benoît Hamon : "Emmanuel Macron, c'est le centre, pas la gauche" », sur Europe 1.fr,‎ (consulté le 30 janvier 2017).
  50. « Présidentielle: Macron prêt à déclarer sa candidature », sur Mediapart (consulté le 23 mai 2016).
  51. « Emmanuel Macron affirme qu'il ne se déclarera pas candidat en juin », sur europe1.fr (consulté le 23 mai 2016).
  52. « Emmanuel Macron : « ll y a aujourd’hui une gauche du réel et une gauche statutaire » », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 4 septembre 2016).
  53. Bastien Bonnefous et Cédric Pietralunga, « Emmanuel Macron (enfin) candidat à l’élection présidentielle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  54. AFP, « Macron « dans l'attente de la décision de Hollande », selon un soutien », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  55. « Macron refuse toute participation à la primaire, une "querelle de clan" », sur europe1.fr,‎ .
  56. « Primaire à gauche: Emmanuel Macron rejette les appels de Valls et Cambadélis », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 12 décembre 2016).
  57. Cédric Pietralunga, « Emmanuel Macron fait la chasse aux signatures aux Antilles », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 19 décembre 2016).
  58. Anne-Laure Dagnet, « Le brief politique. Emmanuel Macron, 400 parrainages et 4 millions d'euros de dons au compteur », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 28 décembre 2016).
  59. Mathieu Magnaudeix, « Les nouveaux convertis du «macronisme» », sur Mediapart,‎ (consulté le 17 janvier 2017).
  60. Alba Ventura, « Présidentielle 2017 : "Emmanuel Macron construit son puzzle", selon Alba Ventura », sur rtl.fr,‎ (consulté le 17 janvier 2017).
  61. [vidéo] "Emmanuel Macron arrive un peu comme un ovni politique" : Philippe Dallier sur YouTube.
  62. a et b « Présidentielle : un sondage place Macron au second tour pour la première fois », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ (consulté le 5 janvier 2017).
  63. a et b Alexis Feertchak et Jérôme Sainte-Marie, « L'offre politique d'Emmanuel Macron au défi des classes populaires », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  64. Ça vous regarde, « Emmanuel Macron : bulle médiatique ou candidat crédible ? », émission diffusée le sur La Chaîne parlementaire.
  65. Thomas Legrand, « Macron est-il une bulle ? », sur France Inter.fr,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  66. Camille Desmaison-Fernandez, « Emmanuel Macron, le chouchou de la presse anglo-saxonne », sur Slate,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  67. « Le Financial Times vote Macron », sur Mediapart,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  68. Alba Ventura et Loïc Farge, « "Macron apparaît un peu comme le Bayrou de 2007", selon Alba Ventura », sur rtl.fr,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  69. Éric Dupin, « On le voit dans les meetings, il est en train de se passer quelque chose autour de la candidature Macron », sur Slate,‎ (consulté le 10 janvier 2017).
  70. Cédric Pietralunga, « La dynamique de campagne d’Emmanuel Macron sème le désarroi à gauche », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 16 janvier 2017).
  71. « Revivez la primaire de la droite : Sarkozy votera Fillon, Juppé « continue le combat » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  72. « UMP : Fillon confirme sa candidature à la primaire pour 2017 »,‎ (consulté le 15 février 2016).
  73. a et b Hugo Domenach, « La stratégie anti-Marine Le Pen de François Fillon », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  74. http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/live/2017/02/15/en-direct-posez-vos-questions-sur-l-actualite-politique_5079806_4854003.html
  75. « Jean-Christophe Lagarde candidat en 2017? « J'y pense comme les autres » », sur BFMTV,‎ (consulté le 11 février 2016).
  76. Ellen Salvi, « Fillon veut rassembler... sans rien changer d'un projet qui divise », sur Mediapart,‎ (consulté le 7 décembre 2016).
  77. Le Grand rendez-vous – Jean-Christophe Lagarde, 22 janvier 2017, à partir de 13:20.
  78. « Jean-Christophe Lagarde "lâche" Emmanuel Macron et pourrait soutenir Alain Juppé », sur Atlantico,‎ (consulté le 31 janvier 2017).
  79. Sébastien Maillard, « Emmanuel Macron entend rester au-delà des clivages », sur La Croix.com,‎ (consulté le 31 janvier 2017).
  80. « Il y aura au moins un candidat centriste à la primaire de la droite et du centre », sur lelab.europe1.fr,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  81. « Le député tarnais Philippe Folliot succède à Jean Arthuis à la présidence de l'Alliance centriste », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ .
  82. « Lettre aux adhérents de l'Alliance centriste », sur www.alliancecentriste.fr,‎ (consulté le 6 janvier 2017).
  83. « Dans la tourmente de l’affaire Penelope Fillon, François Fillon dégringole dans les intentions de vote », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  84. « Nicolas Dupont-Aignan candidat à la présidentielle en 2017 », sur Le Figaro,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  85. Olivier Faye, « La voie étroite de Nicolas Dupont-Aignan », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 22 janvier 2017).
  86. « Marine Le Pen choisit sa stratégie pour 2017 », sur europe1.fr,‎ (consulté le 21 février 2016).
  87. « Le moment où elle a officialisé sa candidature », sur Le Huffington Post,‎ (consulté le 21 février 2016).
  88. « Marine Le Pen, l'équilibriste », sur Le Figaro,‎ (consulté le 21 février 2016).
  89. « Jacques Cheminade candidat à l’élection présidentielle », sur valeursactuelles.com,‎ (consulté le 4 avril 2016).
  90. Paul Cholet, « Présidentielle: les nouvelles règles de parrainage font trembler les candidats », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 22 janvier 2017).
  91. http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-cheminade-a-atteint-les-500-promesses-de-parrainages-7787351033
  92. Fred Tanneau, « Présidentielle 2017 : ces petits candidats qui veulent se faire entendre », sur SudOuest.fr,‎ (consulté le 16 novembre 2016).
  93. « Présidentielle de 2017: déjà plus de 50 candidats déclarés », BFMTV,‎ (lire en ligne).
  94. Fabien Surmonne, « Un enfant de Moyeuvre-Grande sur la route de l'Elysée », sur republicain-lorrain.fr,‎ (consulté le 7 août 2016).
  95. Tristan Quinault Maupoil, « MAM lance son nouveau mouvement en vue d'une candidature à la primaire », sur le figaro.fr (consulté le 20 janvier 2017).
  96. « EXCLUSIF. Michèle Alliot-Marie: «Je suis candidate à la présidence de la République» », 20 Minutes,‎ (lire en ligne).
  97. Alexandre Boudet, « Élection présidentielle 2017: qui est bien ou mal parti pour récupérer les 500 signatures nécessaires pour participer », sur Le Huffington Post.fr,‎ (consulté le 18 janvier 2017).
  98. Mathieu Dehlinger, « Antiaméricanisme, théorie du complot et Space Mountain : qui est François Asselineau, le « pestiféré » des régionales ? », sur France Télévisions (consulté le 7 décembre 2015).
  99. « Présidentielle 2017 : qui sont les candidats officiels et officieux? », sur lejdd.fr,‎ (consulté le 15 avril 2016).
  100. Cécile Jandau, « Qui est François Asselineau, le candidat controversé du "Frexit" ? », sur Sud Ouest.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2017).
  101. Laurent Baffie et Daniel Russo invités de l'émission la Bande originale, sur le site www.franceinter.fr
  102. « Bervas Président », sur BervasPresident.com.
  103. Marc de Boni, « Sylvain Durif, «le grand monarque» de Bugarach, candidat loufoque pour 2017 », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  104. Katrin Tluczykont, « Entretien avec Jean-Luc Berruet, candidat à l'élection présidentielle », vosgesmatin.fr, .
  105. « Lorrains et dans la course », vosgesmatin.fr, .
  106. « L’industriel Yves Bontaz annonce sa candidature à la Présidentielle 2017 », sur Le Messager,‎ (consulté le 17 février 2016).
  107. « Evry : restaurateur le jour, candidat à l’Elysée la nuit », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 14 mars 2016).
  108. « Renaud Camus annonce sa candidature à la présidentielle, pour dire « non au grand remplacement », lelab.europe1.fr, .
  109. Dominique Albertini, « Au FN, le Rassemblement bleu Marine prend l'eau », sur liberation.fr,‎ (consulté le 15 décembre 2016).
  110. Karim Ouchikh, « Communiqué du SIEL sur la candidature de Renaud Camus aux élections présidentielles de 2017 », sur siel-souverainete.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016).
  111. Maxime Chevrier, « Haute-Saône : les petits partis se fédèrent au château de Nantilly », L'Est républicain, .
  112. « Présidentielle : Sylvain Durif, l'ovni de Bugarach, est dans la course », sur http://www.leparisien.fr,‎ (consulté le 7 décembre 2016).
  113. « Le «Christ cosmique» de Bugarach candidat à la présidentielle », sur http://www.20minutes.fr,‎ (consulté le 7 décembre 2016).
  114. [vidéo] Annonce de candidature aux élections présidentielles françaises de 2017 de Sylvain Pierre Durif, le Messie sur YouTube.
  115. Franck Delage, « Sarlat : "un fou qui a du coeur" candidat à la présidentielle », sur sudouest.fr,‎ (consulté le 21 février 2017).
  116. « Candidats nordistes à la Présidentielle : et de deux ! | DailyNord | DailyNord », sur dailynord.fr (consulté le 10 juillet 2016).
  117. « Présidentielle 2017: Le gourou lillois Pap 40 annonce sa victoire au 1er tour », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne).
  118. « Présidentielle : le Lillois Di Giuseppe, Pap’40, curé de campagne », sur www.lavoixdunord.fr,‎ (consulté le 24 février 2017).
  119. (fr) « Dernières Actualités - suite », sur www.grandlille.tv (consulté le 24 février 2017).
  120. « Jean-Pierre Gorges, candidat à la Présidentielle : « La réponse à la mondialisation, c'est la décentralisation », sur lechorepublicain.fr,‎ (consulté le 10 septembre 16).
  121. « Présidentielle : retour sur la candidature du député-maire de Chartres », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (consulté le 10 septembre 16).
  122. http://intensite.net/2009/actu2017/eure-et-loir-53-elus-du-departement-soutiennent-jean-pierre-gorges-a-la-presidentielle
  123. a et b « LR suspend les investitures de Guaino et Gorges, candidats à la présidentielle », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  124. « Présidentielle 2017 : Henri Guaino annonce sa candidature à la primaire de la droite (France Inter) », sur franceinfo.fr,‎ (consulté le 13 juin 2016).
  125. Alexandre Lemarié, « Henri Guaino annonce sa candidature à la présidentielle de 2017 », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 9 septembre 2016).
  126. « Communiqué de presse Présidentielles 2017 - Citoyens du Vote Blanc », sur Citoyens du Vote Blanc (consulté le 22 février 2016).
  127. « Projet « Présidentielles 2017 » Citoyens du vote blanc. », parti-du-vote-blanc.fr,‎ (lire en ligne).
  128. « Alexandre Jardin se déclare candidat à la présidentielle de 2017 », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne).
  129. Béatrice Houchard, « Carl Lang, l’homme qui espère récupérer les déçus de Marine Le Pen », L'Opinion, .
  130. « Jean Lassalle (MoDem) : « Je suis candidat » à l'élection présidentielle 2017 », sur France info,‎ (consulté le 16 mars 2016).
  131. « Présidentielle : Henry de Lesquen, ce candidat qui veut « bannir la musique nègre » et revenir au 19e siècle », sur L'Obs,‎ (consulté le 17 avril 2016).
  132. « Pas de candidat raciste et esclavagiste à la Présidentielle ! #STOPDELESQUEN », sur change.org,‎ (consulté le 23 mai 2016).
  133. Arnaud Boucomont, « Le Sétois Jean-Claude Martinez candidat à la présidentielle », sur midilibre.fr,‎ .
  134. Y. B., « La politique carcérale du candidat Jean-Claude Martinez », sur ladepeche.fr,‎ .
  135. Fabrice Dubault, « Le Sétois Jean-Claude Martinez veut être candidat à la présidentielle », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ .
  136. « Jean Pierre Mélia lance son parti politique : le VRAI rassemblement », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ .
  137. « VAR MATIN, rencontre avec Jean Pierre Mélia », sur Var Matin - Vidéo Dailymotion.
  138. « CàVous : Anne Sophie Lapix recevait Jean Pierre Mélia, candidat à la prochaine élection présidentielle », sur Telestar.fr,‎ .
  139. « BFMTV : Jean Pierre Mélia candidat à la présidentielle 2017 », sur Bbfmtv.com,‎ .
  140. « Paris Match : Un candidat de Pékin Express sera candidat à la présidentielle 2017 », sur parismatch.com,‎ .
  141. Hugo Domenach, « Jean-Pierre Mélia : de Pékin Express à la présidentielle 2017 », sur Le Point,‎ (consulté le 25 février 2016).
  142. « Mayotte: Kamel Messaoudi veut être candidat à la présidence de la République », Linfo.re,‎ (lire en ligne).
  143. « L’Union des Démocrates Musulmans Français candidate à la présidentielle de 2017 », sur Oumma,‎ (consulté le 21 novembre 2016).
  144. « Présidentielle de 2017: des petits candidats déjà en campagne », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  145. N.L., « Le maire de Dannemarie candidat à la présidentielle », dna.fr, .
  146. Michèle Marchetti, « Après le rejet du Conseil d’État, Paul Mumbach envisage la présidentielle », dna.fr, .
  147. Dominique Morvan, « Présidentielle. Pression alsacienne sur Christian Troadec », letelegramme.fr, .
  148. « Présidentielle : Sébastien Nadot, le candidat "de la vraie vie" », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  149. « Nadot, soutenu par Hue, veut participer à la primaire de la gauche », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne).
  150. « Encéphalogramme plat à Solférino ! », Nadot2017,‎ (lire en ligne).
  151. « Création du Pardem parti de la démondialisation », letelegramme.fr, .
  152. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Congrès des maires : candidat cherche édile pour parrainage », lejdd.fr, .
  153. « Robert de Prévoisin candidat royaliste à l’élection présidentielle », sur allianceroyale.fr (consulté le 7 septembre 2016).
  154. « Présidentielle. Olivier Régis, spécialiste des collectivités, candidat », sur ouest-france.fr,‎ (consulté le 7 septembre 2016).
  155. « Bezons : Olivier Regis, candidat à la présidentielle, revendique 750 parrainages », sur leparisien.fr,‎ .
  156. « Itinéraire d'un candidat improbable », sur herault-tribune.com,‎ (consulté le 14 février 2016).
  157. Jean-Marc Aubert, « Gabian : il veut être président de la République en 2017 ! », sur Infos H24 (consulté le 14 février 2016).
  158. « Le Toulousain bonapartiste David Saforcada candidat à l'élection présidentielle de 2017 », sur Côté Toulouse (consulté le 16 mars 2016).
  159. « Rafik Smati, premier candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2017 », sur L'Obs,‎ (consulté le 29 février 2016).
  160. « Ardèche : « Super Châtaigne », candidat à la présidentielle, nous a donné rendez-vous... », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (consulté le 20 avril 2016).
  161. Audrey Salor, « Super Châtaigne, l'écolo antilibéral qui veut déboguer la politique », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ (consulté le 20 avril 2016).
  162. « Super Châtaigne, candidat à la présidentielle 2017 », sur ledauphine.com,‎ (consulté le 20 avril 2016).
  163. « À 22 ans, Sébastien Taupin est candidat à l’Élysée en 2017 », sur leprogres.fr (consulté le 16 avril 2016).
  164. « Sébastien Taupin : le jeune Jurassien qui veut « Réveiller la France » », sur Voix du Jura (consulté le 23 avril 2016).
  165. « #Moijeune: Des jumeaux de 22 ans se lancent dans la course à la présidentielle », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 23 juillet 2016).
  166. Eugénie Bastié, « Affaire Piquemal : l'armée, entre solidarité et légalisme », sur Le Figaro,‎ (consulté le 9 mai 2016).
  167. Le Parisien, « Le général Didier Tauzin candidat à l'élection présidentielle pour « rebâtir la France », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 13 mai 2016).
  168. « L'indépendantiste polynésien Oscar Temaru affirme qu'il sera candidat à la présidentielle 2017 », sur la1ere.fr (consulté le 5 janvier 2016).
  169. « Ce Niçois qui rêve de la présidence de la République », sur nicematin.com (consulté le 20 mars 2016).
  170. « Emmanuel Toniutti veut se présenter pour 2017 », LaProvence.com,‎ (lire en ligne).
  171. « Christian Troadec se lance dans la course », sur Ouest France,‎ .
  172. « Élections régionales. Christian Troadec repart pour la Présidentielle », sur Ouest-France.fr,‎ (consulté le 29 février 2016).
  173. « Présidentielle 2017 : pourquoi tant de candidats ? », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  174. « Un candidat incarnant l’indépendance de l’Ecologie Politique pour l’élection présidentielle de 2017 », sur m-e-i.fr,‎ (consulté le 18 avril 2016).
  175. « Présidentielle 2017: l'écologiste Antoine Waechter candidat », sur Lexpress.fr,‎ (consulté le 1er avril 2016).
  176. « Rama Yade candidate à la présidentielle de 2017 », sur Challenges (consulté le 21 avril 2016).
  177. « Petits candidats et gros melons », Le Canard enchaîné, 18 janvier 2017, p. 8.
  178. «La vraie primaire»: une plateforme qui veut changer la politique, sur Le Figaro,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  179. Charlotte Belaich, « Présidentielle 2017 : trois primaires pour une candidature citoyenne », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  180. « Politique : « La vraie primaire » pour une vraie alternative ? », sur TVFIL78,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  181. Manon Rescan, « Les primaires citoyennes peinent à s'imposer », Le Monde,‎ .
  182. Hugo Domenach, « Des mouvements citoyens lancent « la primaire des Français », sur Le Point (consulté le 12 avril 2016).
  183. « Présidentielle 2017 : « Les Français ont envie d'un effet-miroir » (Claude Posternak, initiateur d'une primaire citoyenne) », sur France info (consulté le 12 avril 2016).
  184. Jérémy Collado, « La transition » : un mouvement hors-parti veut faire son trou pour 2017, sur Marianne (consulté le 19 janvier 2016).
  185. « L'opportuniste Transition | Blog | Le Club de Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 19 janvier 2016).
  186. « Devenez candidat à la présidentielle de 2017 », sur France Info,‎ (consulté en 2015-1°-07).
  187. « Laprimaire.org: le site qui veut renouveler la classe politique française », sur Les Inrocks,‎ (consulté le 27 décembre 2015).
  188. « Marre de la politique à la papa ? Essayez les Civic Tech », sur Le Nouvel Obs,‎ (consulté le 20 octobre 2015).
  189. « Régionales : distribution de démocratol au bureau de vote de Valérie Pécresse à Versailles », sur Le Parisien,‎ (consulté le 13 décembre 2015).
  190. « Présidentielle 2017: vous pouvez désigner un candidat indépendant », sur L'express,‎ (consulté le 13 décembre 2015).
  191. « LaPrimaire.org - En 2017, tous candidats à l'élection présidentielle ! », sur LaPrimaire.org (consulté le 18 janvier 2016).
  192. « Résultats du 2nd tour de LaPrimaire.org », sur LaPrimaire.org,‎ (consulté le 4 janvier 2017).
  193. « Présidentielle 2017: Bayrou envisage une quatrième candidature à l'Elysée même s'il soutient Juppé », sur Le Huffington Post,‎ (consulté le 11 février 2016).
  194. a et b Alexandre Lemarié, « Présidentielle : « Bayrou menace Fillon pour mieux défendre ses intérêts » », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  195. Gérard Courtois, « Le Pen, Fillon et Macron en tête dans les intentions de vote au premier tour », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 19 janvier 2017).
  196. Jean-Baptiste Garat, « Bayrou joue Macron et choisit encore la gauche », sur http://www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 22 février 2017).
  197. « Naea Bourgeois se porte candidat pour la présidentielle 2017 », sur tahiti-infos.com (consulté le 10 juin 2016).
  198. « Présidentielle 2017 : un nouveau candidat pour la Polynésie », sur tntv.pf,‎ (consulté le 10 juin 2016).
  199. http://www.tntv.pf/Naea-Bourgeois-retire-sa-candidature-a-la-presidentielle-de-2017_a14281.html
  200. Raphaëlle Besse Desmoulières, « EELV : trois candidats déjà qualifiés pour une primaire à risques », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  201. « EELV inquiet de ne pouvoir réunir les 500 parrainages pour Jadot », sur ouest-france.fr,‎ (consulté le 22 janvier 2017).
  202. Quentin Laurent, « Présidentielle : Jadot a le feu vert d'EELV pour discuter avec Hamon et Mélenchon », leparisien.fr,‎ (consulté le 17 février 2017).
  203. Marie-Pierre Haddad, « Présidentielle 2017 : Yannick Jadot annonce son ralliement à Benoît Hamon », sur rtl.fr,‎ (consulté le 23 février 2017).
  204. BFMTV, « Gérard Schivardi va-t-il se présenter à la présidentielle de 2017 ? », sur bfmtv.com (consulté le 20 août 2015).
  205. Caroline Lemaître, « Narbonne : Gérard Schivardi va parrainer Jean Lassalle pour la présidentielle », sur http://www.lindependant.fr,‎ (consulté le 7 février 2017).
  206. « Le premier candidat à l'élection présidentielle s'est déclaré », sur franceinter.fr (consulté le 30 août 2015).
  207. « Une primaire citoyenne pour 2017 », sur La Croix,‎ (consulté le 15 avril 2016).
  208. Maxime Verner, « Les civic tech ne feront pas émerger des idées neuves en 2017 mais nous le pouvons », sur Medium,‎ (consulté le 27 octobre 2016).
  209. https://medium.com/@maximeverner/pourquoi-vous-ne-voterez-pas-pour-moi-2dd365c7717b#.t6cwpmr3d
  210. « Présidentielle: Fillon, Hamon, Le Pen, Macron et Mélenchon s'affronteront lors d'un débat avant le 1er tour », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 21 février 2017).
  211. http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/21/35003-20170221ARTFIG00385-debat-sur-tf1-dupont-aignan-denonce-un-viol-democratique.php
  212. http://www.liberation.fr/direct/element/nicolas-dupont-aignan-appelle-a-boycotter-le-debat-de-tf1_58482/
  213. « Débats : TF1 choisit 5 candidats, France 2 les invite tous », Le Point,‎ (lire en ligne).
  214. Ségolène de Larquier, « BD - Les 100 jours de Marine Le Pen, La Présidente », sur L'Express,‎ (consulté le 25 janvier 2016).
  215. François Durpaire et Farid Boudjellal, La présidente, Les Arènes BD – Demopolis, , 158 p. (ISBN 2352044626).
  216. « Valeurs actuelles affiche « Zemmour président » : le Coluche réac de 2017 ? », sur Challenges,‎ (consulté le 16 mars 2016).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :