Louise Dabadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louise-Zulmé Dabadie
Louise-Zulme Dabadie.png
Lithographie de Dabadie par Rémy Louis Brégeaut
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Louise-Zulmé Leroux
Autres noms
Louise Dabadie
Nationalité
Formation
Activités
Famille

Pauline Leroux et Clara Lavry (soeurs)
Pierre-Chéri Lafont (beau-frère)

Edmond Guillaume (beau-fils)
Conjoint
Henri-Bernard Dabadie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Tessiture
signature de Louise Dabadie
Signature de Dabadie dans une lettre à M. Hédouin du 8 aout 1834.

Louise Dabadie, née Louise-Zulmé Leroux et également connue sous le nom de Louise-Zulmé Dabadie (-), est une cantatrice (soprano et mezzo-soprano) française qui se produit à l'Opéra de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dabadie est née Louise-Zulmé Leroux à Boulogne-sur-Mer, où elle commence ses études de musique[1]. Selon les mémoires[2] de Louis Gentil[N 1], son père est un officier de l'armée décédé en 1812 lors de la retraite de Moscou, après quoi sa mère s'installe à Paris avec leurs enfants. Dabadie poursuit ses études de musique au Conservatoire de Paris sous la direction de Charles-Henri Plantade et Arnold Adrien[1]. Elle obtient le premier prix de chant et de déclamation en 1819[1]. Elle reçoit également le deuxième prix de piano en 1823[1]. Initialement, elle hésite à devenir cantatrice et préfère enseigner le piano et le chant avant de faire ses débuts sur scène à l'Opéra de Paris le 31 janvier 1821 comme Antigone dans l' Œdipe à Colone de Sacchini[1]. En mars de la même année, elle se voit offrir un poste de remplaçante à l'Opéra, chantant les rôles des primadones Caroline Branchu et Caroline Grassari lorsqu'elles ne sont pas disponibles. À la retraite de Branchu, Dabadie est promue "premier sujet"[1]. En juin 1825, elle chante le rôle de L'Esprit de la France dans Pharamond de Boieldieu . L'opéra est un échec lors de la première représentation à laquelle assistait le roi Charles X, récemment couronné, et seul le tableau final avec Dabadie est salué. Elle y apparait sur un nuage vêtue d'une cuirasse et d'un casque d'or et portant une bannière ornée de la fleur de lis . Elle fait ensuite un geste vers le rideau du fond qui se sépare pour révéler une ligne d'illustres rois de France qui se termine par l'Arc de Triomphe et le palais des Tuileries dans l'horizon lointain,[3],[4],[5].

Son premier grand succès dans un rôle majeur a lieu en août 1825 dans le rôle de Julia dans La vestale de Spontini.

Dabadie comme l'ange Mizaël dans La tentation de Coralli, 1832
Dabadie dans le rôle de Lady Macbeth dans l'opéra Macbeth de Chélard (1827)

Dabadie apparaît ensuite les rôles de Sinaïde dans Moïse en Égypte (1827) de Rossini, Lady Macbeth dans Macbeth (1827) de Chélard, Jemmy dans Guillaume Tell (1829) de Rossini, Mizaël dans La tentation (1832) et Arvedson dans Gustave III (1833)[6]. Ses autres rôles principaux à l'Opéra incluent Eurydice dans Orphée et Eurydice, Iphigénie dans Iphigénie en Tauride, Pamyra dans Le siège de Corinthe, Adèle dans Le comte Ory, Amazily dans Fernand Cortez et Églantine dans la première représentation française d'Euryanthe de von Weber.

La voix de Dabadie est belle et bien entraînée mais Laure Cinti-Damoreau éclipse quelque peu sa renommée lorsqu'elle rejoignit l'Opéra de Paris en 1826[1]. Plusieurs des rôles principaux des premières représentations de l'Opéra sont alors donnés à Cinti-Damoreau. Dabadie se retrouve soit dans des rôles secondaires (comme Sinaï dans Moïse en Égypte et Jemmy dans Guillaume Tell) soit en chantant les rôles de Cinti-Damoreau dans des spectacles de commémoration (comme Le siège de Corinthe et Le comte Ory ). En parallèle, les deux jeunes sœurs de Dabadie se produisent également à l'Opéra de Paris: la soprano Clara Lavry ( née Leroux) et la ballerine Pauline Leroux[1],[3],[7].

De 1821 à 1830, Dabadie est également "première chanteuse" de la Chapelle royale de Louis XVIII puis de Charles X[1]. Elle est intéressée par le duc de La Châtre en 1821 après avoir entendu sa performance à la cathédrale Notre-Dame dans un Te Deum marquant le baptême du comte de Chambord.

En plus de ses apparitions à l'Opéra et à la Chapelle royale, Dabadie chante régulièrement dans les concerts de la Société des Concerts du Conservatoire et interprête à deux reprises des cantates lors de la phase finale du concours de composition du Prix de Rome [N 2],[8]. En 1827, elle chante la version de Jean-Baptiste Guiraud de La Mort d'Orphée et reçoit le premier prix. Berlioz l'engage pour chanter sa version d'Hermine pour le concours du Prix de Rome de 1828 et obtient le deuxième prix. Il l'engage à nouveau en 1829 pour La mort de Cléopâtre . Elle chante pour l'audition de qualification, mais une répétition de dernière minute pour la première de Guillaume Tell l'empêche de chanter pour l'audition finale. Elle envoie sa sœur Clara, encore étudiante au Conservatoire de Paris, à sa place. Celle-ci est submergée par la difficulté de la partition et Berlioz ne remporte ni le premier ni le deuxième prix[3],[9].

Dabadie prend sa retraite de cantatrice en 1835. Écrivant en 1861, François-Joseph Fétis attribue sa retraite relativement anticipée à 31 ans à une grave détérioration de sa voix et prétend que ce déclin vocal précoce est dû au système de formation «déplorable» du Conservatoire de Paris au cours des années d'études. Ce point de vue est fortement contestée par Jacques-Léopold Heugel dans sa nécrologie de Dabadie publiée dans Le Ménestrel. Selon Heugel, sa capacité vocale n'était pas diminuée au moment de sa retraite. Il a écrit que Dabadie avait été formée et excellait dans les œuvres des premiers compositeurs classiques tels que Gluck, Sacchini et Spontini et ne voyait aucun avenir pour elle-même dans le nouveau répertoire qui était en vogue à l'Opéra.

En 1822, elle épouse le baryton Henri-Bernard Dabadie[10] et ils paraissent souvent ensemble comme dans Guillaume Tell et Moïse en Égypte[11]. Après leur retraite de la scène, ils enseignent le chant à Paris. Le couple a plusieurs enfants, dont un fils Victor (1823–1853) et une fille qui est également musicienne avant son mariage avec l'architecte Edmond Guillaume. Son mari meurt en 1853. Dabadie décède chez elle à Paris en 1877 à l'âge de 73 ans. Ses funérailles ont lieu à l'église de la Madeleine et elle est enterrée à côté de son mari au cimetière de Montmartre[3],[4],[12],[13].

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre-Louis Gentil (1782–1857) est rédacteur en chef de plusieurs revues littéraires et politiques. Dans les années 1830, il est également en charge de contrôler les costumes, décors et matériel de scène en tant que contrôleur de matériel à l'Opéra de Paris. Il est l'auteur des Cancans de l'Opéra, un manuscrit inédit dépeignant (souvent de façon acerbe) la vie dans les coulisses de l'entreprise avec des portraits de ses artistes, compositeurs et administrateurs. Une édition critique du manuscrit des historiens du théâtre Jean-Louis Tamvaco et Ivor Forbes Guest a été publiée en 2000.
  2. Pour le Prix de Rome, les candidats devaient utiliser les mêmes paroles pour une cantate. Les candidats choisissent leurs propres cantatrices pour chanter devant le jury.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i White, Kimberly (2018). Female Singers on the French Stage, 1830–1848, p. 146. Cambridge University Press. (ISBN 1108643191)
  2. (en) Diana R. Hallman, Opera, Liberalism, and Antisemitism in Nineteenth-Century France: The Politics of Halévy's La Juive, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-03881-2, lire en ligne), p. 274
  3. a b c et d Heugel, Jacques-Léopold (25 November 1877). "Nécrologie". Le Ménestrel, p. 416. Retrieved 3 November 2019
  4. a et b Fétis, François-Joseph (1861) "Dabadie (Mme. Louise-Zulmé)". Biographie universelle des musiciens, Vol. 2, p. 410. Firmin Didot
  5. Walton, Benjamin (2007). Rossini in Restoration Paris: The Sound of Modern Life, p. 76. Cambridge University Press. (ISBN 0521870607)
  6. (en) « Dabadie [née Zulme Leroux], Louise », sur Grove Music Online (DOI 10.1093/gmo/9781561592630.001.0001/omo-9781561592630-e-5000901240, consulté le 17 août 2020)
  7. Kutsch, Karl-Josef and Riemens, Leo (2004). "Leroux-Dabadie, Louise-Zulme". Großes Sängerlexikon (4th edition), p. 2695. Walter de Gruyter. (ISBN 359844088X)
  8. (en) Laura Hamer, Female Composers, Conductors, Performers: Musiciennes of Interwar France, 1919-1939, Routledge, (ISBN 978-1-315-45147-3, lire en ligne), p. 143
  9. Rushton, Julian (2013). Liner notes: Hector Berlioz, Les Nuits d'été and La Mort de Cléopâtre, p. 13. Linn Records 0421. Retrieved 5 November 2019.
  10. Forbes, Elizabeth (1992). "Dabadie (née Zulme Leroux), Louise". Grove Music Online. Retrieved 3 November 2019 (subscription required for full access}.
  11. (en) Franklin Mesa, Opera: An Encyclopedia of World Premieres and Significant Performances, Singers, Composers, Librettists, Arias and Conductors, 1597-2000, McFarland, (ISBN 978-1-4766-0537-1, lire en ligne)
  12. Tamvaco, Jean-Louis and Guest, Ivor Forbes (eds.). (2000). Les Cancans de l'Opéra, p. 920. CNRS. (ISBN 2271057426)
  13. Béjart, Frédéric (24 November 1877). "Courrier des théâtres". Le Petit Parisien, p. 4. Retrieved 5 November 2019

Liens externes[modifier | modifier le code]