Gilles Lellouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lellouche.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Gilles Delouche.
Gilles Lellouche
Description de cette image, également commentée ci-après
Gilles Lellouche en avril 2013.
Naissance (46 ans)
Caen, Calvados, France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession acteur
réalisateur
scénariste
Films notables voir filmographie

Gilles Lellouche, est un acteur, réalisateur et scénariste français né le à Caen. Il est le frère de l'acteur Philippe Lellouche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gilles Lellouche est né à Caen[1], d'une mère catholique bretonne d’origine irlandaise, chanteuse de gala, et d'un père juif algérien maçon, puis bijoutier et chef comptable[2].

Débuts et seconds rôles comiques (1996-2007)[modifier | modifier le code]

Diplômé du Cours Florent, Gilles Lellouche commence sa carrière dans le cinéma comme réalisateur de courts métrages (2 minutes 36 de bonheur (1996), Pourkoi... passkeu (2001), ce dernier faisant partie du programme Zéro un produit par Luc Besson). Il enchaîne avec l'élaboration de plusieurs clips musicaux.

Il fait ses débuts d'acteur avec quelques petits rôles, notamment dans la comédie Mes amis (1999), le premier long-métrage de Michel Hazanavicius. Guillaume Canet le lance en lui confiant un second rôle dans son premier long-métrage en tant que réalisateur, Mon idole (2002). Ils continuent à se donner la réplique dans la comédie Jeux d'enfants (2003), de Yann Samuell, puis dans Narco (2004). Lellouche co-réalise cette comédie avec Tristan Aurouet et confie le rôle principal à Canet.

En 2005, il est au casting du thriller Anthony Zimmer, de Jérôme Salle, puis continue dans le registre du meilleur ami encombrant avec la comédie Ma vie en l'air (2005), acclamée comédie romantique de Rémi Bezançon. Le film lui permet de se faire connaître. Ses apparitions vont alors se multiplier.

L'année 2006 le voit évoluer dans trois longs-métrages : la comédie romantique On va s'aimer, écrit et réalisé par Ivan Calbérac, puis le polar Ne le dis à personne, seconde réalisation de Guillaume Canet. Enfin, il fait partie du casting quatre étoiles de la comédie dramatique franco-italienne Le Héros de la famille, de Thierry Klifa.

En 2007, il évolue dans deux films choral : la comédie dramatique Ma place au soleil, d'Éric de Montalier et le drame Paris, de Cédric Klapisch. Il se diversifie aussi en enchaînant deux drames : Le Dernier Gang, d'Ariel Zeitoun, et La Chambre des morts, d'Alfred Lot.

Tête d'affiche et virage dramatique (2007-2014)[modifier | modifier le code]

L'acteur en décembre 2008.

Mais surtout, il défend son premier rôle en tant que tête d'affiche : il mène Ma vie n'est pas une comédie romantique avec Marie Gillain.

En 2008, il confirme dans des rôles exposés : il seconde Jean-Paul Rouve dans la comédie dramatique Sans arme, ni haine, ni violence, également premier film en tant que réalisateur de Rouve. Il est aussi au casting d'une grosse production, le thriller historique L'Instinct de mort, de Jean-François Richet. Et en 2009, il évolue dans Une petite zone de turbulences, portée par Michel Blanc.

Les années 2010 lui permettent d'échapper aux seconds rôles comiques. Il entame la décennie avec le film d'aventures Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, de Luc Besson. Puis avec Guillaume Canet, il connaît un nouveau gros succès, en faisant partie de la bande d'amis réunis par ce dernier pour sa comédie dramatique Les Petits Mouchoirs. Sa performance lui vaut même une nomination aux Césars 2011 dans la catégorie meilleur second rôle masculin.

Enfin, il est la tête d'affiche de deux films : le thriller financier Krach, de Fabrice Genestal, puis l'acclamé polar À bout portant, de Fred Cavayé.

En 2011, il mène le drame Ma part du gâteau, de Cédric Klapisch, puis évolue aux côtés de Jean-Hugues Anglade pour le polar Mineurs 27, réalisé par son ami Tristan Aurouet.

Le , il se rend à Los Angeles en compagnie de Laurent Weil et Jean-Paul Rouve pour suivre d'un studio le traditionnel défilé sur le tapis rouge et la 83e cérémonie des Oscars pour Canal+.

L'année 2012 est marquée par la sortie de plusieurs longs-métrages : il partage l'affiche de la comédie à sketches Les Infidèles avec Jean Dujardin. Puis Jean-Paul Rouve fait de nouveau appel à lui pour la comédie dramatique Quand je serai petit. Enfin, il prête ses traits à l'époux de l'héroïne du biopic Thérèse Desqueyroux, de Claude Miller, incarnée par Audrey Tautou.

En 2013, il porte le thriller Gibraltar, de Julien Leclercq et partage l'affiche de la satire 100% cachemire avec Valérie Lemercier.

L'année suivante, il enchaîne les premiers rôles de trois drames : avec le réalisateur Fred Cavayé, il dévoile un nouveau thriller, Mea Culpa. Puis avec Jean Dujardin, il renoue avec le polar pour La French, de Cédric Jimenez, où il prête ses traits à Gaëtan Zampa. enfin, il incarne Denis Robert pour le drame L'Enquête, de Vincent Garenq.

Retour aux seconds rôles comiques (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

L'acteur à la conférence de presse pour Belles Familles, à Toulouse, en 2015.

En 2015, il revient à l'humour pour la comédie policière Les Gorilles, troisième long-métrage de Tristan Aurouet. Puis il fait partie du casting de la comédie chorale Belles Familles, de Jean-Paul Rappeneau. Enfin, il tient le troisième rôle principal du film indépendant Sky, de Fabienne Berthaud.

L'année 2016 est marquée par la sortie de la comédie à sketches Ils sont partout, réalisée par Yvan Attal.

En 2017, il confirme son retour à la comédie en tenant son propre rôle dans la satire Rock'N'Roll, de Guillaume Canet. Puis en partageant l'affiche de la comédie romantique Sous le même toit avec Louise Bourgoin. Il accepte aussi un petit rôle dans la comédie chorale Le Sens de la fête, le nouveau long-métrage d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Enfin, il garde un pied dans le drame en jouant dans la co-production internationale historique HHhH, de Cédric Jimenez, puis en étant la tête d'affiche du drame indépendant Plonger, deuxième réalisation de l'actrice Mélanie Laurent.

En 2018, il présente son premier film en tant que réalisateur en solo, la comédie chorale Le Grand Bain. Le film est sélectionné pour le Festival de Cannes. L'accueil est très positif. Sur les réseaux sociaux, la critique est unanime et le film comparé à "The Full Monty" et "Rasta Rocket"[3].

Vie publique[modifier | modifier le code]

En mars 2017, il cosigne l'appel des psychanalystes contre Marine Le Pen publié dans Médiapart qui décrit le Front national comme un avatar du « courant contre-révolutionnaire » qui fut au pouvoir « sous l’Occupation nazie ». Celui-ci menacerait « l’état de droit », « la liberté d’opinion et celle de la presse »[4]. Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à la candidate FN, Gilles Lellouche qualifie sur Twitter le président de Debout la France de « grosse merde »[5],[6]. Nicolas Dupont-Aignan annonce qu'il porte plainte contre ce genre de « donneurs de leçons qui se comportent comme des racailles »[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le frère du dramaturge et comédien français Philippe Lellouche.

Depuis 2002, il partageait la vie de l'actrice Mélanie Doutey : ils ont une fille, Ava, née le [8]. Ils se séparent début 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Récompense et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche biographique de Gilles Lellouche sur PureMédias, ozap.com
  2. Gilles Lellouche : "A 20 ans, j'avais un QI de moineau", France Info, 21 juillet 2014.
  3. « À Cannes, Gilles Lellouche s'offre un succès unanime pour Le Grand Bain », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  4. Appel des psychanalystes contre Marine Le Pen, mediapart.fr, 15 mars 2017
  5. « Gilles Lellouche sort la sulfateuse contre Nicolas Dupont-Aignan », larepublique77.fr, 29 avril 2017.
  6. « Biolay, Kassovitz, Lellouche: les people très en colère contre Dupont-Aignan », bfmtv.com, 29 avril 2017.
  7. « Insultes de Kassovitz, Lellouche et Biolay : Dupont-Aignan porte plainte », bfmtv.com, 29 avril 2017.
  8. Mélanie Doutey a accouché d'une petite fille ! Elle, 11 septembre 2009.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]