Desvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Desvres
Desvres au milieu des collines boisées du Boulonnais.
Desvres au milieu des collines boisées du Boulonnais.
Blason de Desvres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Desvres
Intercommunalité Communauté de communes de Desvres - Samer
Maire
Mandat
Gérard Pécron
2014-2020
Code postal 62240
Code commune 62268
Démographie
Gentilé Desvrois
Population
municipale
5 094 hab. (2013)
Densité 541 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 07″ Nord 1° 50′ 07″ Est / 50.668612, 1.835278
Altitude Min. 42 m – Max. 208 m
Superficie 9,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Desvres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Desvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Desvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Desvres
Liens
Site web ville-desvres.fr

Desvres est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Ses habitants sont appelés les Desvrois.

Ville de 5 094 habitants (dernier recensement de 2013), Desvres est un pôle secondaire du Boulonnais offrant de nombreux services (santé, éducation, commerces, loisirs, village des métiers d'art...). La forêt de Desvres au nord tient une place importante dans le territoire communal, et l'eau est également bien présente[Quoi ?]. La commune est principalement connue pour sa faïence, produite à Desvres depuis plusieurs siècles et exposée aujourd'hui dans un musée de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Desvres sous la neige vue du Mont Pelé.

Situation[modifier | modifier le code]

La ville se situe à 17 km à l'est de Boulogne-sur-Mer à vol d'oiseau[1], au cœur de la boutonnière du Boulonnais et du parc naturel régional des caps et marais d'Opale. Elle est intégrée à un paysage de bocage, et à la forêt de Desvres au nord.

Dans l'influence directe de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer, Desvres fait également office de pôle secondaire. Elle est le siège de la communauté de communes de Desvres - Samer qui regroupe 31 communes de l'Est du Boulonnais.

La trame urbaine garde la mémoire du statut de forteresse de la ville au Moyen-Âge. La ville fit partie de la zone occupée par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale. Les constructions anciennes et les éléments architecturaux et urbains présentant un intérêt patrimonial sont importants, tout comme la proportion de maisons individuelles. Plusieurs bâtiments de haute qualité environnementale ont également été construits depuis les années 2000.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Crémarest Bournonville Rose des vents
Wirwignes N Menneville
O    Desvres    E
S
Longfossé Courset

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Desvres est traversée par la route départementale D 341 qui relie Boulogne à Arras. La route nationale 42, qui relie Boulogne à Saint-Omer, passe à proximité de la commune.

La gare de Desvres, sur la ligne de Saint-Omer à Hesdigneul, est fermée aux voyageurs depuis 1968[2], mais est toujours ouverte au service Fret SNCF[3]. La gare la plus proche toujours en activité est celle d'Hesdigneul (ligne Boulogne-Étaples). La gare de Boulogne-Ville est accessible en 25 minutes en voiture.

Géologie, topographie et hydrographie[modifier | modifier le code]

L'altitude varie de 42 à 208 mètres sur le territoire communal.

Cette ville possède avec le mont Hulin (202 mètres) et le mont Pelé (208 mètres) les points les plus hauts de la cuesta boulonnaise (chaîne de petits monts le long des coteaux calcaires de la boutonnière). Les sols du fond de la boutonnière sont à dominante argileuse. Le risque de retrait-gonflement de l'argile est en aléa nul à fort selon les secteurs.

Les points bas se situent au nord (vallon creusé par les ruisseaux) et les points hauts au sud (partie sud de la cuesta)[4]. Un mont est cependant situé au nord, dans la forêt. Son altitude est de 123 mètres.

Le réseau hydrographique de la commune est dense[4]. Le ruisseau de Desvres prend sa source près de la voie ferrée à l'est. Il traverse la commune entre la zone bâtie et la forêt, et coule vers l'ouest où il se nomme la Lène avant de se jeter dans le fleuve Liane. Plusieurs ruisseaux permanents (venant du sud) et intermittents (en provenance de la forêt au nord) alimentent ce ruisseau sur le territoire communal. La Strène (ruisseau de la Fougère) coule plus au nord dans la forêt, également vers l'ouest et la Lène. Plusieurs étangs sont également présents.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à environ 19 km[5] du territoire communal. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grandes que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne de 1 000 à 1 100 mm de pluie par an[6], contre 705 mm à Boulogne-sur-Mer, station météorologique la plus proche à environ 17 km[7]. Cette différence s'explique par le balayage de la côte (vent sud-ouest dominant), les nuages s'accumulant plus sur l'arrière littoral, au niveau des monts et de la cuesta.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Desvres compte 2 228 logements en 2007, et 2 313 logements en 2012[8]. La part de résidences principales est de 2 052 logements en 2007 et 2 111 en 2012.

En 2007, 1 181 logements sont occupés par des propriétaires, 872 sont loués, mais seulement 221 (soit 10,8 %) le sont en HLM. En 2012, 1 156 logements sont occupés par des propriétaires, 915 sont loués, et le taux de HLM n'a pas évolué (223 logements soit 10,6 %). La part des grands logements (type T5 ou plus) a progressé.

1 770 logements sont des maisons (soit 86 %), 279 des appartements[9]. Les petits logements représentent 17 % des résidences principales (358 logements du T1 au T3), alors que 31 % des ménages sont des personnes seules.

En 2007, près de 47 % des logements ont été construits avant 1949, 33 % de 1949 à 1974[10].

De 2007 à 2012, la vacance de logement a augmenté, passant de 7 % à 8,4 %.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Desvres (Deveren et Deverne en flamand[11]) serait un toponyme celtique. Le lieu est mentionné au XIIe siècle comme « deverna », venant peut-être de « Devro », le chêne[12].

Une autre hypothèse est une origine gauloise, Dubron signifiant l'eau, la rivière[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

A Wimereux, Ferques, Montreuil, des traces d'occupation humaine très anciennes ont été trouvées. Les Romains furent ensuite présents dans la région, puis des barbares.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la ville s'appelait Desurennes[13]. De nombreux écrits font références au nom de Divernia avant cela, mais aucune preuve matérielle n'existe. La position stratégique de la ville au milieu des collines boisées du Boulonnais amena les comtes de Boulogne à y ériger une forteresse. La ville fut toutefois l'objet de nombreux conflits.

Ce n'est qu'à partir du XVIIe siècle que Desvres trouva enfin son essor avec les métiers de la céramique.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Napoléon regroupa les troupes militaires à Boulogne-sur-Mer durant plusieurs années, afin d'envahir l'Angleterre, puis abandonna ce projet.

En 1874, la voie de chemin de fer reliant Boulogne à Saint-Omer est ouverte[14].

Durant la Première Guerre mondiale, la ville voisine de Montreuil-sur-Mer (à environ 30 km par la route) fut la base des Anglais en France. Durant la Deuxième Guerre mondiale, la zone fut occupée par les Allemands.

Au cours du XXe siècle, l'industrie fut la part la plus importante de l'activité économique de Desvres : faïencerie, métallurgie, cimenterie (13 entreprises dans le domaine de la construction en 1990) et agroalimentaire (7 établissements à la même date). De 1982 à 1999, la ville opéra une mutation économique et connut une baisse de sa population. Le nombre d'employés du secteur industriel fut divisé par près de 3. Dans le même temps, la commune connut une tertiarisation[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Desvres.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’or au château de deux tours couvertes de sable, ouvert, ajouré et maçonné d’argent, surmonté d’un gonfanon de gueules frangé de sinople et accompagné de trois fleurs de lys d’azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Desvres dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1941 1945 Paul Catillon    
1945 1947 Georges Chauvet    
1947 1951 Abel Charles    
1951 décembre 1979 Raymond Dufour PS  
décembre 1979 décembre 2005 Michel Sergent PS Sénateur (1992 → 2011)
décembre 2005 en cours
(au 3 janvier 2015)
Gérard Pécron PS Réélu pour le mandat 2014-2020[17],[18]

Desvres faisait partie de la communauté de communes du pays de la faïence de Desvres. Le 1er janvier 2009, cette intercommunalité a fusionné avec celle de Samer et ses environs, qui comptait moins de 10 000 habitants, pour former la communauté de communes de Desvres - Samer.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Un agenda 21 est en cours de réalisation pour l'intercommunalité, qui a par ailleurs été reconnu pôle d'excellence rurale. La communauté de communes et la commune ont également fait construire le village des métiers d'art sur le territoire communal (projet HQE).

La commune est dotée d'un POS datant de 2005. Celui-ci va être révisé en PLU intercommunal (dont l'élaboration commence en 2011). Le SCOT du Pays Boulonnais est en cours d'élaboration en 2011. Le territoire est également soumis au SAGE du Boulonnais, en révision en 2011, et à un plan climat.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 5 094 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 159 2 116 2 364 2 452 2 621 2 748 2 808 2 903 2 909
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 729 2 838 2 766 3 011 3 356 3 893 4 487 4 801 4 712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 937 4 939 5 125 4 832 5 119 5 075 5 051 5 515 5 409
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
5 518 5 789 5 828 5 573 5 318 5 205 5 118 5 133 5 172
2013 - - - - - - - -
5 094 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 21 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 17,2 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 30 %).
Pyramide des âges à Desvres en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,7 
8,1 
75 à 89 ans
12,9 
12,5 
60 à 74 ans
15,4 
19,1 
45 à 59 ans
17,4 
20,3 
30 à 44 ans
17,2 
18,6 
15 à 29 ans
17,3 
21,0 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Éducation[modifier | modifier le code]

Desvres compte trois écoles publiques et une privée[22] :

  • école maternelle publique Jules-Ferry ;
  • école primaire privée Saint-Nicolas ;
  • école primaire publique Jéhan-Molinet ;
  • école primaire publique Madame-de-Sévigné.

La commune est également équipée d'un collège public, le collège du Caraquet, et d'un privé, le collège Saint-Joseph.

Les lycées et universités les plus proches se situent dans l'agglomération boulonnaise, à une distance de 16 à 18 km.

Une maison Intercommunale de l’Enfance et de la Famille a été construite à Desvres, avec un multi-accueil (crèche et garderie) de 40 places[23].

Santé[modifier | modifier le code]

Différents professionnels sont présents sur Desvres : pharmacie, kinésithérapeute, médecins, dentistes, infirmiers, laboratoire médical. L'hôpital de Boulogne et la clinique de Saint-Martin-Boulogne sont à moins de 20 km.

Sports[modifier | modifier le code]

Desvres est équipée d'un gymnase et d'une piscine.
Un nouveau complexe aquatique (piscine et espace balnéo) et culturel (salle multi activité) est en projet, avec une construction prévue pour 2019[24].

Desvres compte une société de quilles (jeu traditionnel du canton, se rapprochant du bowling mais avec des grosses quilles).

Une équipe de hockey-sur-gazon s'est créée en 2010, les Tigres Desvrois. Différentes associations sportives proposent plusieurs sports (arts martiaux, babygym, hip-hop, football, basketball...).

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : faïence de Desvres.

La ville a construit sa renommée sur la production de faïence et de porcelaine. La première faïencerie fut créée sur le territoire de la cité en 1764 par Jean-François Sta. Les familles Boulongne, implantée à Desvres depuis le XVIIIe siècle, puis Level et enfin Martel, ainsi que les manufactures Fourmaintraux, conduite par une dynastie de céramistes acquit une notoriété nationale en reproduisant et en interprétant les décors traditionnels de Moustiers, Gien ou Quimper.
Aujourd'hui encore, des artisans perpétuent la tradition faïencière dans de petites structures comme les ateliers Régnier, Phildéco-Philippe Lambert et K. Morel. Le « village des métiers d'art », projet architectural construit en 2008 sur le territoire de la commune limitrophe de Longfossé (ossature bois, panneaux photovoltaïques...), offre aux artisans des locaux adaptés qui récupéreront la chaleur des fours pour le chauffage des ateliers[25].

Le centre-ville est également animé par différents commerces et activités de service. Le marché se tient chaque mardi matin sur la place Léon-Blum.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sauveur.

Outre l'église Saint-Sauveur, un bâti patrimonial important est recensé sur Desvres (alignement de façades sur rue, bâti industriel...).

Depuis 1997, Desvres a obtenu le label « ville et métiers d'art », en mettant en avant le savoir-faire en matière de porcelaine :

  • la maison de la Faïence (rebaptisée après travaux en 2012 musée de la Céramique) dessinée par l'architecte Bertrand Klein abrite depuis 1991 un musée et une résidence d'artiste ;
  • une rénovation des façades ou des monuments (église, monument aux morts...) faïencés a été entreprise dans toute la ville ;
  • le troisième dimanche de juillet est désormais jour de la faïence ;
  • une horloge a été érigée sur la place Léon-Blum dans le cadre des festivités du passage à l'an 2000.

Plusieurs édifices sont inscrits à l'inventaire du patrimoine :

  • faïencerie et usine de poterie Fourmaintraux Courquin, puis faïencerie, usine de poterie et usine de grès Charles Fourmaintraux (bâtiments en brique).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire communal se situe au sein du Boulonnais (bocage remarquable), au bord de la cuesta (coteaux calcaires).

La forêt domaniale de Desvres est un des grands massifs boisés de la région et du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale. Le massif abrite notamment quelques milieux tourbeux remarquables[26]. Ce massif forestier est bien fréquenté, mais également utilisé pour la chasse. La richesse du massif a justifié son classement en ZNIEFF de type 1 et (en 2001) comme site d'importance communautaire (SIC/pSIC) dans le réseau Natura 2000 dans un complexe plus vaste dit « Forêts de Desvres et de Boulogne et Bocage prairial humide du Bas-Boulonnais».

Par ailleurs, au sein du bourg, des anciennes carrières ont été réhabilitées en étang (la fosse aux Chiens). Le bourg présente par ailleurs des zones de verdure : jardins, anciens remparts.

Enfin, le ruisseau de Desvres puis la Lène, (affluent de la Liane) coulent vers le nord-ouest dans une vallée ouverte au paysage préservé. On distingue haute-forêt et basse-forêt, de part et d'autre de cette vallée.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Il y avait autrefois un couple de géants baptisés Catherine et Benoît. Grande construction en bois, papier, etc. symbolisant une figure, les géants sont portés pour les carnavals, ducasses...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Différents ouvrages publiés par le Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale :

  • « Roule le boule, frappe les quilles » [PDF], sur le site du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale,‎ (consulté le 3 novembre 2015).
  • Guide du bocage, 2015
  • Les prairies, richesse agricole, patrimoine naturel (2015).
  • Biodiversité en Caps et Marais d'Opale, 80 pages, juin 2014
  • Guide technique de l'écorénovation, 2014
  • Guide de l'écoconstruction en Caps et Marais d'Opale - exemple du village des métiers d'art (2010).
  • Murets de pierre du Boulonnais

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Desvres et Boulogne-sur-Mer », sur www.lion1906.com (consulté le 14 novembre 2015)
  2. Site CFTVA : « Histoire de la ligne », dans Chemin de fer touristique de la vallée de l'Aa et le chemin de fer lire (consulté le 6 octobre 2013)
  3. Site fret.sncf.com : Gare de Desvres, code gare : 317149 (consulté le 6 octobre 2013)
  4. a et b Carte topologique
  5. Localisation de Desvres sur le site de Carmen, consulté le 27 mars 2012.
  6. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », sur le site de la direction régionale de l’alimentation,de l’agriculture et de la forêt du Nord Pas de Calais (consulté le 27 mars 2012), p. 2
  7. Thibaud Varnier, « Climat du Pas de Calais », sur le site Météoclimat,‎ (consulté le 27 mars 2012)
  8. Insee, « Commune de Desvres (62268) - Dossier complet », sur insee.fr,‎ (consulté le 12 octobre 2015).
  9. Résidences principales à Desvres, Insee, recensement de 2007
  10. Logements construits avant 2005, Insee, recensement de 2007
  11. roepstem.net - vlaanderen
  12. a et b Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, Des Lieux et des Hommes... : Origine des noms des communes, Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.
  13. http://books.google.fr/books?id=NyGyOOUeT08C&pg=PA758&dq=desurennes&ei=yGz6S4YfkYTJBJ3HpLkG&cd=9#v=onepage&q=desurennes&f=false (d'autres ouvrages anciens font également référence à ce nom)
  14. « Rétro Desvres : la rue de la Gare », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  15. POS de Desvres, rapports de 2001 et 2005
  16. « Les maires de Desvres », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 janvier 2015)
  17. Amandine Faraud, « Desvres : l’unique candidat Gérard Pécron bien réélu... si on omet l’abstention : Sans surprise, Gérard Pécron est réélu à sa succession, en ce soir de premier tour. Mais l’abstention a été très forte. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  18. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 3 janvier 2015)
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. « Évolution et structure de la population à Desvres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  22. Écoles à Desvres sur le site du Ministère français de l'éducation nationale
  23. CCDS, « Maison Intercommunale de l'Enfance et de la Famille », sur Communauté de communes de Desvres-Samer (consulté le 12 octobre 2015).
  24. Romain Douchin, « Desvres : un complexe aquatique à 12,7 M€ sera construit d’ici 2019 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  25. Guide de l'écoconstruction en Caps et Marais d'Opale, syndicat mixte du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, 2010.
  26. BASSO, F. 1998. Présentation de quelques sites tourbeux de la forêt domaniale de Desvres (Boulonnais, Pas-de-Calais). Cahiers de Géographie Physique, no 11, p. 48-50