Quœux-Haut-Maînil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quœux-Haut-Maînil
L'église Saint-Jacques.
L'église Saint-Jacques.
Blason de Quœux-Haut-Maînil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Auxi-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes du Ternois
Maire
Mandat
Bernard Wiart
2014-2020
Code postal 62390
Code commune 62683
Démographie
Gentilé Quœusiens
Population
municipale
250 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 06″ nord, 2° 06′ 42″ est
Altitude Min. 77 m – Max. 139 m
Superficie 12,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Quœux-Haut-Maînil

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Quœux-Haut-Maînil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quœux-Haut-Maînil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quœux-Haut-Maînil

Quœux-Haut-Maînil est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Quœusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Quœux-Haut-Maînil
Vacqueriette-Erquières Wail Galametz
Fontaine-l'Étalon Quœux-Haut-Maînil Fillièvres
Gennes-Ivergny Vaulx Haravesnes

Histoire[modifier | modifier le code]

Camps des Anglais avant la bataille de Crécy en 1346.

La commune résulte de la fusion en décembre 1972 des villages de Quœux et de Haut-Maînil[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Quœux-Haut-Maînil dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Auxi-le-Château[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, qui intègre toujours la commune, s'accroit et passe de 26 à 84 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la petite communauté de communes de l'Auxillois créée fin 1998.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[2], le préfet du Pas-de-Calais a publié le 12 octobre 2015 un projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui prévoyait diverses fusion d'intercommunalité[3]. À l'initiative des intercommunalités concernées[4], la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) adopte le 26 février 2016 un amendement à ce projet, proposant la fusion de :
- la communauté de communes de l'Auxillois, regroupant 16 communes dont une de la Somme et 5 217 habitants[5] ;
- la communauté de communes de la Région de Frévent, regroupant 12 communes et 6 567 habitants ;
- de la communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois, regroupant 58 communes et 19 585 habitants
- de la communauté de communes du Pernois, regroupant 18 communes et 7 114 habitants

Le schéma, intégrant notamment cette évolution, est approuvé par un arrêté préfectoral du [6],[7] et la communauté de communes du Ternois, dont la commune est désormais membre, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en 1959 1974[9] Henri Hoguet   Maire de Quœux, puis de Quœux-Haut-Maîsnil
1974 2014[10],[9] Alfred Letalle   Chef d’entreprise du bâtiment retraité
2014[11],[12],[13] en cours
(au 17 février 2015)
Bernard Wiart SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 250 habitants, en augmentation de 1,21 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
451 433 472 471 456 467 451 453 441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410 386 360 359 346 358 347 322 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279 279 250 230 233 231 243 192 186
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
219 185 309 328 273 262 244 251 250
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 13 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 24,4 %, plus de 60 ans = 25,2 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 10,7 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 16,5 %, 45 à 59 ans = 16,5 %, plus de 60 ans = 37,2 %).
Pyramide des âges à Quœux-Haut-Maînil en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90 ans ou +
0,8 
6,5 
75 à 89 ans
14,9 
17,9 
60 à 74 ans
21,5 
24,4 
45 à 59 ans
16,5 
20,3 
30 à 44 ans
16,5 
17,1 
15 à 29 ans
19,0 
13,0 
0 à 14 ans
10,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Thomas.
  • Église Saint-Jacques de 1774, avec un clocher du XVe siècle et un confessionnal style Louis XVI.
  • Chapelle de Jésus flagellé.
  • Deux monuments aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Quœux-Haut-Mainil.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
parti au 1) de gueules semé de croisettes d’argent, au 2) d’argent aux trois fasces de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  3. « Ternois : le redécoupage des intercommunalités est en marche ! : La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) se réunissait hier après-midi à la préfecture pour continuer à dessiner les contours du futur nouveau découpage des com de com du Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. « Vertes collines du Saint-Polois: la fusion avec ses voisines est déjà sur de bons rails : C’est l’actualité du moment : dans la plupart des communautés de communes, les élus s’arrachent les cheveux pour se mettre dans les clous de la loi NOTRe (elle les oblige à fusionner pour créer des intercommunalités de plus de 15 000 habitants). Mais dans le Ternois, les Vertes collines du Saint-Polois et ses trois voisins (Pernois, Auxilois, Région de Frévent) font office de très bon élève et en sont déjà à discuter des modalités de l’« après-fusion », La Voix du nord,‎ (lire en ligne).
  5. Le populations mentionnées dans les actes concernant les intercommunalités sont des populations totales, au sens de l'INSEE, c'est-à-dire regroupant la population municipale, c'est-à-dire les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune à laquelle s'ajoute la population comptée à part, qui regroupe principalement les personnes vivant dans certaines collectivités (internats, casernes, hôpitaux, couvents, prisons…).
    Dans les tableaux de population mentionnés dans les articles de wikipédia ne sont habituellement mentionnés que les populations municipales, ce qui explique l'écart entre les chiffres mentionnés dans le SDCI et ceux des tableaux démographiques
  6. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2017 portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], SDCI, Préfecture du Pas-de-Calais (consulté le 23 mars 2017)
  7. « Dix-neuf atouts pour la carte intercommunale », L'actualité de L'Institution, Conseil départemental du Pas-de-Calais, (consulté le 23 mars 2017).
  8. « Arrêté interpréfectoral du 30 août 2016 portant création d'une communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes de l'Auxilois, de la région de Frévent, du Pernois et des Vertes Collines du Saint-Polois », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, no 2016-069,‎ , p. 37-39 (lire en ligne).
  9. a et b « Quœux-Haut-Maisnil – Après sept mandats, Alfred Letalle devient maire honoraire : D’abord maire de Haut-Maisnil, Alfred Letalle est également devenu le premier magistrat de Quœux-Haut-Maisnil une fois la fusion accomplie. Après quarante ans de service, il s’est vu décerner une médaille dimanche. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. « Le bilan du maire de Quœux-Haut-Maisnil : « début 2013, on nous a proposé des éoliennes, cela a été refusé, c’est dommage…» : Alfred Letalle est retraité depuis vingt-cinq ans. Il était chef d’entreprise du bâtiment. Il est entré au conseil municipal en 1959 et il a été élu maire en 1974 et réélu depuis. À la question de savoir s’il pense aux prochaines élections : « À 85 ans, il est plus que temps de passer la main ! Non je ne me représente pas en mars 2014. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. « Quœux-Haut-Maisnil : Bernard Wiart nouveau maire de la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 10 février 2015).
  13. J.-L. Munier (CLP), « Quœux-Haut-Maisnil – « On va renforcer la défense incendie, en respectant les normes » : Bernard Wiart a entamé son premier mandat en qualité de maire. La pose de deux réserves incendie devrait bientôt voir le jour pour répondre à l’un des projets de l’édile : renforcer la défense incendie. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Évolution et structure de la population à Quœux-Haut-Maînil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)