Écuires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écuires
L'église Saint-Vaast, monument historique.
L'église Saint-Vaast, monument historique.
Blason de Écuires
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Berck
Intercommunalité Communauté de communes du Montreuillois
Maire
Mandat
Philippe Cousin
2014-2020
Code postal 62170
Code commune 62289
Démographie
Population
municipale
783 hab. (2014)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 50″ nord, 1° 45′ 43″ est
Altitude Min. 5 m – Max. 65 m
Superficie 9,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Écuires

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Écuires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écuires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écuires

Écuires est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Écuires
Montreuil
Campigneulles-les-Petites Écuires Beaumerie-Saint-Martin
Wailly-Beaucamp Boisjean

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale des garnisons militaires de Terre-Neuve sont passées par Ecuires.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Écuires dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Alain Noyelles    
mars 2008 en cours
(au 4 janvier 2015)
Philippe Cousin NC Ancien commandant de la compagnie de gendarmerie d’Écuires
Réélu pour le mandat 2014-2020[2],[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 783 habitants, en diminution de -0,13 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540 544 563 626 746 753 777 775 756
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700 722 690 664 654 567 600 632 660
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
600 588 551 519 510 511 503 546 576
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
579 586 670 795 878 830 782 781 783
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 25,6 %, plus de 60 ans = 19,6 %) ;
  • 49 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 26,1 %).
Pyramide des âges à Écuires en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,3 
75 à 89 ans
8,6 
15,3 
60 à 74 ans
17,0 
25,6 
45 à 59 ans
24,8 
19,0 
30 à 44 ans
18,3 
18,3 
15 à 29 ans
14,4 
17,5 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Écuires.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’azur semé de fleurs de lys d’or, à l’écusson d’argent chargé d’une grange de gueules brochant sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vaast : inscription par arrêté du 10 juin 1926[10].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts.
  • Un calvaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Thomas Groux fut le dernier survivant des guerres napoléoniennes de la commune. Né à Écuires le 17 mai 1793, il y meurt le 9 décembre 1876 à l'âge de 83 ans. Conscrit de la classe 1813, il entre comme aspirant-canonnier au 4e régiment d'artillerie de marine le 22 novembre 1812, participe aux campagnes d'Allemagne (1813) et de France (1814) au sein du 6e corps d'armée. Il revient à la vie civile à la chute de l'Empire (9 avril 1814). Médaillé de Sainte-Hélène, François Thomas Groux était pensionné au titre de la loi du 5 mai 1869 (brevet de pension n°61515)[11].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 4 janvier 2015)
  3. J.-C. L. (CLP), « Philippe Cousin, maire d’Écuires : « Ma priorité c’est l’assainissement, rue du Marais » : Deuxième mandat pour Philippe Cousin, 60 ans, officier de gendarmerie à la retraite. Il souhaite plus de communication et de participation de la part de la CCM pour les communes et leurs habitants », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population à Écuires en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  10. « Église », notice no PA00108266, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Frédéric Mathieu, Napoléon, les derniers témoins, Éditions Sébirot, (ISBN 978-2-9532726-0-4).