Conchil-le-Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conchil-le-Temple
Conchil-le-Temple
La mairie.
Blason de Conchil-le-Temple
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CA des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Daniel Dubois
2020-2026
Code postal 62180
Code commune 62233
Démographie
Gentilé Conchilois
Population
municipale
1 125 hab. (2019 en diminution de 0,18 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 06″ nord, 1° 39′ 55″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 57 m
Superficie 16,72 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Berck
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple

Conchil-le-Temple est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Conchilois.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Conchil-le-Temple se situe au sud de Berck, le long du fleuve Authie. L'altitude la plus élevée est de 57 mètres. Conchil-le-Temple se trouve dans un cadre rural, boisé et composé de nombreux étangs dont la Foraine d'Authie. La commune fait partie de la région naturelle du Marquenterre.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes, dont une dans le département de la Somme :

Communes limitrophes de Conchil-le-Temple
Waben Lépine
Conchil-le-Temple
Authie,
Quend
(Somme)
Colline-Beaumont Tigny-Noyelle

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe sur un site géologique : l'estuaire de l'Authie, classées deux étoiles, d'une superficie de 59 km2. L'estuaire de l'Authie se développe dans la plaine maritime picarde, limitée à l'est par la falaise morte du plateau crayeux de l'Artois[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

L'Authie, limite le territoire communal au sud. C'est aussi la frontière avec le département de la Somme. C'est un fleuve de 108,18 km, qui prend sa source dans la commune de Coigneux, dans la Somme, et se jette dans la Manche entre les communes de Fort-Mahon-Plage et de Berck[2].

D'autres cours deau drainent la commune :

  • la Course de Briquebeau, cours d'eau naturel non navigable de 7,17 km, qui prend sa source dans la commune de Quend et se jette dans l'Authie au niveau de la commune[3] ;
  • le canal des bas-champs, petit cours d'eau naturel non navigable de 2,82 km, qui prend sa source dans la commune de Quend et se jette dans l'Authie au niveau de la commune[4] ;
  • le ruisseau la course, petit cours d'eau naturel non navigable de 2,82 km, qui prend sa source dans la commune et se jette dans l'Authie au niveau de la commune[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 858 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La Foraine d’Authie est un site géré par la communauté de communes CA2BM. Il abrite de nombreuses espèces d'oiseaux : Oie cendrée, Bernache nonnette, Bernache du Canada, Cygne tuberculé, Cygne chanteur, Ouette d'Égypte, Tadorne de Belon, Fuligule milouin, Fuligule morillon, Spatule blanche, Grand Cormoran… mais aussi des mammifères : Lapin de garenne, Lièvre d'Europe, Sanglier, Chevreuil, Renard roux

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend quatre ZNIEFF de type 1[Note 3] :

  • la rive Nord de la Baie d’Authie. L'estuaire de l'Authie marque la frontière entre la Somme et le Pas-de-Calais. Il constitue un exemple assez typique d’estuaire picard avec système de poulier (et contre-poulier) et de musoir (en partie urbanisé ici) Les mollières (prés salés), ne sont recouvertes que par les marées de vives-eaux et les marées d’équinoxe, ce qui permet le développement d'un tapis végétal dense[7] ;
  • les anciennes ballastières de Conchil-le-temple. Cette ZNIEFF est un complexe humide associant de vastes plans d’eau récents issus de l’exploitation des gravières à des prairies hygrophiles drainées par un réseau de fossés[8] ;
  • le complexe humide arrière littoral de Waben et Conchil-le-temple. Cette ZNIEFF est constituée de polders bordant la baie d’Authie, gagnés sur la mer, cultivés ou exploités en herbages, avec la présence de nombreuses mares drainées par un réseau de fossés[9] ;
  • le bois de la Commanderie à Conchil-le-Temple. Cette ZNIEFF est un bois isolé au milieu des grandes cultures sur limons de plateau sableux[10].

et une ZNIEFF de type 2[Note 4] : la basse Vallée de l’Authie et ses versants entre Douriez et l’estuaire. Cette ZNIEFF forme une longue dépression au fond tourbeux et offre plus de 4 000 ha de marais, de prairies humides et d'étangs[11].

Patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se trouve le site de l'estuaire de l'Authie. Il est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique. Ce site est composé de massifs dunaires sur la pointe de Routhiauville, de schorre et de vasières. On y observe une amplitude de marée de plus de dix mètres lors des grandes marées d'équinoxe[12].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[13].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : les prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie, d'une superficie de 307 hectares[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Conchil-le-Temple est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (82,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,2 %), prairies (14,6 %), eaux continentales[Note 7] (7,1 %), zones urbanisées (6,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,3 %), forêts (3,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %), zones humides côtières (0,6 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts : la Commanderie, la Frénésie, le Pas-d'Authie, le Pavillon.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 940 qui relie, par la côte, Grand-Fort-Philippe et Le Tréport et est traversée par l'autoroute A16 reliant L'Isle-Adam à la frontière belge et dont la sortie no 25 est située à 8 km au nord de la commune[25].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 6 km, au sud, de la gare de Rang-du-Fliers - Verton, située sur la ligne de ligne de Longueau à Boulogne-Ville, desservie par des TGV (assurant également le service TERGV) et des TER[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Concetum (1042), Conchil (1295), Conchetum (1298), Conci (vers 1366), Conchy-les-Waben (1406)[27], Conchie (1608)[28], Conchie (1650)[29], Conchille (1670), Conchy (1703), Conchile-le-Temple (1790)[30], Conchil-sur-Authie à la Révolution française, Conchil Temple (1793), Conchil et Conchil-le-Temple depuis 1801[31].

Nom qui vient de concha, « haie » ou concile, lieu de réunion de prêtres : Concilium (845)[32]

Histoire[modifier | modifier le code]

Traces vues par photo aérienne d'anciens fossés circulaires de l'âge du bronze et de grands enclos rectilignes de l'âge du fer à Conchil-le-Temple.
Photo : R. Agache / Ministère de la Culture.

Hariulfe mentionne Conchil parmi les possessions de l'abbaye de Saint-Riquier. La maison que l'on appelait le Temple-lez-Waben se trouvait au lieu nommé la Commanderie. Elle était située entre deux chemins dont l'un conduisait à Waben et l'autre à Montreuil ; c'est là que résidaient en 1307 les Templiers Raoul de Monteswis et Eudes d'Écuires qui furent arrêtés à Montreuil et brûlés vifs.

Guillaume de Bours, dit "Vitart", meurt à la bataille d'Azincourt en 1415[33].

Le , Nicolas de Bours, écuyer et l'un des successeurs de Jean de Bours, en servit aveu à Nicolas de Werchin, baron de Merlimont. Ce fief que possédèrent après lui Henri aux Epaules, Jean de Longueval et Claude de la Wespierre, fut acheté le par messire Louis de Bresdoult, chevalier. Louis de Bresdoult était déjà seigneur de Neuvilette et du Pas-d'Authie, du chef de sa mère Antoinette de Gouy. Antoine Hourdel lui vendit le , le fief de Beaurepaire les Bresdoult habitèrent le Pas-d'Authie : l'un d'eux, messire Henri, fut mayeur de Montreuil et mourut en 1761 ; faisant une fille unique, demoiselle Marie-Madeleine, qui épousa Simon-Joseph Moullart baron de Torcy. La cure de Conchil était à la présentation de l'abbé de Saint-Eloi-les-Noyon. Le desservant, les moines de Saint-Josse et le seigneur partageaient la dîme.

La confrérie de Saint-Blaise établie dans l'église de Conchil remonte à une haute antiquité. L'évêque d'Amiens lui accorda en 1686 une relique insigne du saint et il ratifia en même temps les règlements de cette pieuse association qui compte actuellement plus de trois cents membres.

La relique de saint Blaise est l'objet d'une grande vénération. Les nombreux pèlerins, qui viennent à Conchil le et les jours suivants, invoquent saint Blaise afin d'être préservés des maux de gorge. (Notes de M. l'abbé Oudin).

On prétend que le Pavillon est l'ancienne prison du bailliage de Waben. C'est une construction carrée dont les murailles ont une grande épaisseur. Les caves sont très profondes et on y voit d'énormes anneaux qui servaient à enchaîner les prisonniers.

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Lorsque les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem succédèrent aux Templiers, la commanderie réunie à celle de Loison, était riche de 60 journaux de terres labourables et de 124 journaux de bois divisés en deux parties : le bois de la Servelle (99 jx) et le bois du Temple (25 jx).

Un moulin et un four banal avec des rentes rapportaient environ 54 livres. Les Hospitaliers eurent à soutenir en 1352 plusieurs procès contre le comte de Ponthieu, à l'occasion de certains droits seigneuriaux qu'il exerçait au Temple. À la suite de ces procès, ils continuèrent à rendre la haute, la moyenne et la basse justice ; le comte de Ponthieu ne put sous aucun prétexte s'arroger le droit de faire des exploits dans leur domaine.

Les guerres du XVe siècle causèrent partout de grands ravages, le rapport de la visite prieurale de 1495 nous trace un bien triste tableau du membre de la communauté de Loison nommé le Temple-les-Waben : la chapelle avait été incendiée ; les bâtiments étaient démolis ; le moulin tombait en ruine. Le commandeur Emery d'Amboise les fit réparer. Un prêtre séculier desservait la chapelle qui était dédiée à la Sainte Vierge moyennant une pension de 20 livres.

Le revenu de la maison du Temple-les-Waben était en 1578, de 166 écus soleil avec les droits seigneuriaux. Il s'élevait, en 1757 à 1 272 livres ; et en 1783 à 1 500 livres[34].

La seigneurie vicomtière du Temple qui relevait en partie du roi à cause de son château de Waben, de la baronnie de Merlimont et de la seigneurie de Maintenay, appartenait en 1311 à Jean de Bours (Aveu de Maintenay).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'entrée de la mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais, depuis 1801[31].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Montreuil de 1801 à 1991, puis, depuis 1991, au canton de Berck[31].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1977 Charles Monvoisin    
1977 17 août 2005[35] Bernard Eeckhout   Agriculteur. Décédé en fonction
12 novembre 2005[36] 2008 Pierre Beaurain    
2008[37] 26 juin 2017 Alain Delorme SE Retraité, ex-dirigeant d'une société de travaux agricoles. Décédé en fonction
6 octobre 2017 2020 Roberte Senninger-Lamour   Retraitée
3 juillet 2020 En cours
(au 6 février 2022)
Daniel Dubois   Ancienne profession intermédiaire[38],[39]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Groupe scolaire Monvoisin.

La commune gère une école primaire (maternelle et élémentaire).

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Montreuil-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Conchilois[41].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[43].

En 2019, la commune comptait 1 125 habitants[Note 8], en diminution de 0,18 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323352351402468484507523574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650680732732740715743720694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
633685655629596581651641671
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7346576987287927899111 0871 132
2019 - - - - - - - -
1 125--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %) et le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 562 hommes pour 567 femmes, soit un taux de 50,22 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,5 
4,5 
75-89 ans
6,6 
17,7 
60-74 ans
15,9 
19,9 
45-59 ans
20,8 
22,0 
30-44 ans
21,4 
15,4 
15-29 ans
13,7 
20,2 
0-14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, en juillet, la « Fête au Village » organisée par l'ASCOTE réunit plusieurs centaines de personnes qui viennent faire la fête dans une ambiance traditionnelle. Après une messe en plein air sur le terrain de football, un cortège composé de chars fleuris, de groupes folkloriques, d'harmonies, de majorettes et autres animations traverse la commune. Les trottoirs sont noirs de monde. Une fois arrivé au terrain de football, le cortège se réunit et cède la place à une grande fête populaire avec de nombreux jeux aussi bien pour les grands et les petits (courses en sac, jeux traditionnels, structures gonflables…). En soirée, un grand bal populaire est organisé. Un feu d'artifice est également tiré en soirée, un feu qui émerveille chaque année les yeux des plus petits comme des plus grands. Ce feu d'artifice bénéficie du concours de la municipalité et de partenaires privés.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Fort-Mahon-Plage pour desservir Waben[47],[48].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-de-la-Nativité est remarquable. Le chœur, orné de vitraux offerts par le Baron Moullart de Torcy, est du XVe siècle. Le tableau qui représente la Présentation de la Sainte Vierge au Temple est attribué à Annibale Carracci.
  • La chapelle funéraire Moullart de Vilmarest dans le cimetière[50].
Le baron Moullart de Vilmarest l'acheta peu de temps après la Révolution à un chanoine de Paris qui l'avait sauvé du pillage de Notre-Dame.
  • Le monument aux morts[51].
  • La chapelle avec reconstitution de la grotte de Lourdes.
  • La ferme du château, qui fait face au château, de l'autre côté de la route départementale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Conchil-le-Temple Blason
D'azur au templier de carnation à la tunique d'argent chargée d'une croisette pattée de gueules sur la poitrine, au manteau du même[53].
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (TemplierTemple).
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sueur F. & Gosselin G. (2009) Commensalisme lié à la pêche collective du Grand Cormoran Phalacrocorax carbo, à Conchil-le-Temple (62,PP - W05,09), dans une ancienne gravière. Le Héron, 42 : 15-18.
  • Sueur F., Merchier M. & Gosselin G. (2011) Avifaune de la Foraine d’Authie à Conchil-le-Temple (62,PP - W05,09) : phénologie de l’avifaune aquatique et effectifs nicheurs de 2005 à 2010. Le Héron, 44 : 105-118.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la mer du Nord et l'ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l'ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l'amplitude annuelle (moins de 13°C d'écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L'été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d'hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Site gé C'est un fleuve ologique NPC0052 - estuaire de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Authie (E5500570) » (consulté le )
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Course de Briquebeau (E5500840) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal des Bas-Champs (E5500820) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau la course (E5501160) » (consulté le )
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « ZNIEFF 310007240 - rive Nord de la Baie d’Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « ZNIEFF 310013302 - Anciennes ballastières de Conchil-le-temple », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310013734 - Complexe humide arrière littoral de Waben et Conchil-le-temple », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310030019 - Bois de la Commanderie à Conchil-le-Temple », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF 310013700 - La basse Vallée de l’Authie et ses versants entre Douriez et l’Estuaire », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Patrimoine géologique NPC0052 - Estuaire de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  14. « Natura 2000 FR3100492 - Prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  26. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare de Rang-du-Fliers - Verton », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  27. Titre de famille
  28. Tassin, loc. cit.
  29. Jansson
  30. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 105-106.
  31. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Hariulfe
  33. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  34. Arch. Nationales, Ordre de Malte J. 5058
  35. « Hommage à Bernard Eeckhout : Maire de Conchil-le-temple depuis 1977 », Opale Sud Infos, no 4,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Élu le 12 novembre dernier : Pierre Beaurain succède à Bernard Eeckhout », Opale Sud Infos, no 4,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le ).
  37. David Sagot, « Malgré le problème de la salle des fêtes, Conchil-le-Temple avance à grands pas : Quarante associations, un boom de sa population, l'Internet à 18 mégas... la commune de Conchil-le-Temple est en train de devenir une véritable petite ville. Mais la maîtrise de ce développement, bien que sources de nombreux projets, constitue un enjeu de taille pour le nouveau maire, Alain Delorme. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  39. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  40. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  41. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Conchil-le-Temple (62233) », (consulté le ).
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  47. « Le Crotoy / Berck - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  48. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  49. « Le château du Pas-d'Authie », notice no PA62000066, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Chapelle funéraire Moullart de Vilmarest », sur Avant Laprée (consulté le )
  51. « Conchil-le-Temple (62180) », sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr, Les monuments aux morts - France - Belgique - Autres pays (consulté le ).
  52. Avec les enfants et le personnel soignant de Berck, la tendresse de Line Renaud et Gervais Martel, La Voix du Nord du 25 décembre 2008.
  53. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).