Grève patriotique des cent mille mineurs du Nord-Pas-de-Calais en mai-juin 1941

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

La grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais de mai-, appelée aussi grève patriotique des 100 000 mineurs du Nord-Pas-de-Calais[1],[2] fut la plus grande grève survenue dans l’Europe occupée[1] ainsi que la plus longue, ayant duré du au dans le Nord-Pas-de-Calais et son bassin minier[3].

C'est aussi l'un des premiers actes de résistance collective à l'occupation nazie en France, le plus spectaculaire[4], et de loin le plus important de par le nombre de participants. Les femmes et filles de mineurs y ont joué un rôle primordial, de même que les mineurs polonais, qui représentaient la majorité de la population dans de nombreuses communes de l'ouest du bassin minier[5].

Selon les différentes sources historiques, la grève a privé la machine de guerre allemande d'électricité, alors d'origine charbonnière, via la perte d'un demi-million de journées de travail, 387 962 au fond et 85 281 au jour[5] et d'un demi-million[4] à un million et demi de tonnes de charbon[6], l'obligeant à en importer massivement de Belgique. Elle a mobilisé jusqu’à 100 000 des 143 000 mineurs[4], à son point culminant le [4], lendemain d'une marche de « près de 1 500 femmes qui se rendent aux grands bureaux »[4] de Billy-Montigny. Le syndicat légal contrôlé par le régime de Pétain est, lui, resté passif[6].

L'occupant nazi réagit par 400 à 600 arrestations et la déportation de 270 mineurs au camp de concentration de Sachsenhausen[1], plus de la moitié y mourant[4]. Des dizaines d'autres grévistes doivent entrer dans la clandestinité, les mineurs de la région représentant la moitié des 270 fusillés par les Allemands à la citadelle d'Arras.

Avant et après le conflit auquel ont fortement contribué les Polonais, majoritaires au fond[5], la grève du zèle, toutes sortes de sabotages et freins à la production « sous les prétextes les plus divers »[5], font chuter la production régionale de charbon de 30 % en six ans[5] alors que les Allemands espéraient l'accroître de 35 %. Pour y parer, ils acheminent dès l'été 1942 des milliers de prisonniers de guerre ukrainiens et soviétiques, installés dans des camps improvisés comme à Marles-les-Mines[7].

L'extraction journalière du Nord-Pas-de-Calais, en kilos par mineur de fond de 1938 à 1944[5] :

Année 1938 1941 1942 1943 1944
Production en kilos par jour et homme 1136 1015 982 901 797

Contexte[modifier | modifier le code]

Les réformes du Front populaire annulées[modifier | modifier le code]

Plan montrant les puits et les concessions du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, à l'exception du Boulonnais
Les puits et les concessions du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, à l'exception du Boulonnais.

Au début de la seconde guerre mondiale dans la région, le patronat minier « profite largement du régime de collaboration pour prendre sa revanche sur les avancées sociales de 1936 et régler ses comptes avec les syndicats »[8]. Les jours de congés sont supprimés et ne seront rétablis qu'au début de l'année 1945.

Les compagnies minières voulaient non seulement effacer le Front populaire[9] en remettant en place le système Bedaux de chronométrage et de paiement à la tâche individuel abaissant le salaire de base[9] mais aussi augmenter leur marges bénéficiaires.

De son côté, le PCF s'est dans la région reconstruit sur un mode clandestin. Il « dénonce le manque de ravitaillement, la misère sociale et l'aggravation des conditions de travail, les baisses de salaires et l'extension des heures de travail »[10].

De premiers conflits contre les compagnies minières apparaissent avant la grève de mai-, « mais souvent l'occupant est resté en dehors d'un conflit qu'il estime franco-français »[8].

Pacte germano-soviétique et internement des brigadistes[modifier | modifier le code]

Attestation des autorités allemandes d'occupation permettant à une personne de pénétrer en zone interdite (musée de la Résistance en Argoat, Saint-Connan).

La grève démarre un mois avant la rupture du Pacte germano-soviétique par l'attaque de l'URSS par l'Allemagne nazie lancée à partir du .

Depuis son invasion en [3], le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et ses richesses en charbon sont comme en 1914-1918 une « zone interdite » rattachée à l'administration militaire allemande de Bruxelles. Celle-ci oppose d'abord un « refus obstiné » aux tentatives du régime « profondément anticommuniste » du maréchal Pétain de « faire appliquer dès 1940 dans le Nord et le Pas-de-Calais » les décrets de autorisant l'internement administratif des communistes[8], utilisés dans le sud de la France contre les combattants des brigades internationales fuyant l'Espagne, Philippe Pétain étant proche du général Franco.

Avant la grève de mai , l'agitation sociale existe mais « souvent l'occupant est resté en dehors d'un conflit qu'il estime franco-français »[8] .

Des militants PCF réclament la clandestinité[modifier | modifier le code]

, les Camphin pour une presse clandestine[modifier | modifier le code]

La fosse no 2 des mines de Marles, fermée en 1974.

Le numéro un du PCF dans le Pas-de-Calais avant la guerre est René Camphin. Il héberge à Arras des enfants de républicains espagnols après leur défaite de 1939 face à Franco[11],[12]. L'un d'eux, Alphonse Pelayo, est chargé le d'aller chercher à Paris le numéro un national du PCF Maurice Thorez et son épouse Jeannette Vermeersch pour les évacuer vers Bruxelles[13]. Thorez est ainsi rencontré le à Fampoux, par les Camphin, qui l'informent de l'arrestation de deux membres de leur famille[14]. Mais le numéro un du PCF se réfugie en URSS et ne s'y intéresse guère. Jacques Duclos[15] s'installe à Bruxelles, plaque tournante des liaisons avec le Komintern pour assurer l'intérim. En , Duclos, Alphonse Pelayo et Maurice Tréand[16] repassent dans le Nord de la France, le Komintern communiste leur ayant demandé d'aller obtenir des Allemands à Paris la réouverture de L'Humanité. Ils croisent cette fois Eugénie Camphin. Avec son fils, elles les accompagne vers le contact suivant, à Longueau, René Lamps, futur maire d'Amiens, ne le trouvant ni lui ni son frère après trois jours de recherche. Tréand et son groupe continuent vers Paris et le transmettent au 12 Avenue de l'Opéra la consigne de tenter d'obtenir la reparution légale de L'Humanité, à des militants PCF qui rechignent. Eugénie Camphin s'étonne lors de ce passage qu'on lui demande aussi de faire reparaitre la presse régionale du PCF, mais doit s'incliner elle aussi[11],[17].

Le journal clandestin communiste, L'Enchainé du Pas-de-Calais, est en effet suspect pour les Allemands. Les articles de René Camphin, («Défendons la terre française !») y ont pris « une forte coloration patriotique et jacobine » malgré le pacte germano-soviétique[18]. Dès avril, Auguste Lecoeur, l'autre dirigeant départemental du PCF, y appellera à faire du une « journée de lutte contre le double joug de la domination capitaliste et étrangère »[19]. Ce journal clandestin sera le plus offensif dans la grève, alors que l'Enchaîné du Nord, édition de l'autre département, a selon les historiens un ton moins patriotique.

 : Lecoeur pour la création de CUSA clandestins[modifier | modifier le code]

Alors que de nombreux communistes sont prisonniers de guerre, le pacte germano-soviétique a désemparé ceux du Pas-de-Calais[9]. Auguste Lecoeur[9] s'en aperçoit lors d'une réunion à Grenay[9] et oriente le PCF du Pas-de-Calais vers la clandestinité[9], via des "Comité union syndicale et d'action" (CUSA). À la direction nationale du PCF[9], la ligne légaliste de Jacques Duclos[9] préconisait au contraire d'adhérer aux syndicats légaux[9] que Philippe Pétain contrôle, et de ne pas de créer ces "CUSA" clandestins. Le premier nait ainsi à la Fosse du Dahomey, d'où partira plus tard la grève de 1941.

Selon Auguste Lecoeur, l'action revendicative organisée fin pour des mineurs à Dechy, dans le Douaisis[20], sous forme d'impression d'un bulletin légal et d'un cahier de revendications, par la dirigeante PCF du département voisin, Martha Desrumeaux[20], membre du bureau politique du PCF[21] et amie de longue date de l'épouse de Maurice Thorez[21], était inappropriée car effectuée au grand jour[9] et il lui dit dès juin.

 : un drapeau rouge sur un pylone électrique[modifier | modifier le code]

En , dans l'arrière salle d'un petit café de Dechy, une douzaine de militants sont réunis. Le lendemain ils perchent sur un pylône électrique, à Fenain, un drapeau rouge portant l'inscription : « Courage et Confiance »[22]. Parmi eux Eusebio Ferrari, son futur bras droit Félicien Joly, René Denys, de Lille[23], et Jean Pawlowski[22] de Thivencelle, deux lieutenant FTP qui tomberont dès , près du café Maka d'un coron de Bruay-sur-l'Escaut, où une "Commune libre" à leur mémoire sera fondée en 1944 par les commerçants.

Dans le Pas-de-Calais, la direction du PCF réunissait en plus des groupes polonais Maurice Deloison, Julien Hapiot, responsable des Jeunesses communistes, et Julien Lhommet, de Sallaumines, évadé en 1940 de la prison de Cuincy (Nord)[24], ensuite renforcés par Nestor Calonne et Gustave Lecointe[9]. Il y a aussi des étudiants et instituteurs, les frères Martel et les trois frères Camphin, Donnisse, Bouillez, et Charles Debarge[22]. Ils récupèrent du matériel de guerre allemand, font sauter un train allemand, et dynamitent la station électrique de Benory-Cumichy en [22]. Durant l'hiver 1940-1941, leur mission est de protéger les grèves de mineurs, qui se multiplient en plusieurs endroits du Bassin minier[25].

Prémices[modifier | modifier le code]

Prémices de janvier et en France[modifier | modifier le code]

Le puits no 7.

Dès , mineur à la fosse no 7 - 7 bis de la Compagnie des mines de Dourges, Michel Brulé a lancé une grève perlée contre la demi-heure supplémentaire, les conditions de travail et le ravitaillement puis le une autre lorsque la compagnie tente de l’empêcher de descendre. Il est arrêté par les Allemands le jour même, après avoir pris une nouvelle fois la parole pour dénoncer les conditions de travail. Il est libéré le alors que la grève pour exiger sa libération commence à s'étendre.

M.Soulary, directeur de la Compagnie des mines de Dourges, où la grande grève a démarré le à la Fosse n° 7 - 7 bis des mines de Dourges, dite du "Dahomey", a décrit les circonstances des semaines précédant : à partir du , la compagnie des mines de Dourges a réintroduit progressivement le paiement des ouvriers à l'abattage par équipes[26], mais observe que des meneurs s'y opposent, allant « jusqu'à faire distribuer au fond des circulaires »[26].

Au PCF, Gustave Lecointe, évadé de la forteresse de Sisteron, Auguste Lecoeur, Julien Hapiot et Nestor Calonne, ex-combattants des Brigades internationales, et les trois frères Paul Camphin, Maurice Camphin et René Camphin, décident alors d’organiser des groupes armés pour protéger les futurs piquets de grève, confiés à Charles Debarge.

Prémices de en Belgique[modifier | modifier le code]

Carte des zones minières en France, Belgique, Luxembourg et Allemagne.

Les mineurs français vont ensuite être mis au courant des « promesses obtenues par les mineurs belges après la grève menée entre les 10 et 21 mai »[8]. La "grande grève des mineurs belges" s'est propagée en France, selon les travaux de l'historien José Gotovitch.

Le bassin minier de Wallonie est géologiquement le même que celui du Nord-Pas-de-Calais, à cheval sur la frontière entre les deux pays, tout en longueur, d'est en ouest. Côté belge, il s'étend le long des sites du Grand-Hornu, du Bois-du-Luc, du Bois du Cazier et de Blegny-Mine.

Début mai, même les pommes de terre commencent à manquer en Wallonie, dans la Belgique voisine[27], envahie par les troupes allemandes, où la question du ravitaillement s'aggrave[27], dans la commune de Seraing[27], ce qui déclenche une grève menée par Julien Lahaut, échevin communiste[27], qui sera victime une décennie plus tard, en 1950, du seul assassinat politique de l'histoire de Belgique[27]. Après 10 jours, le nombre de grévistes atteint 100 000 et il est décidé de leur concéder une augmentation salariale de 8 %[27]. Mais un mois après une vague d'arrestations vient sanctionner des grévistes, dont beaucoup sont emprisonnés à la forteresse de Huy, puis embarqués dans des trains pour les camps de concentration[27].

Cette "grande grève des mineurs belges" dure une semaine, du 12 au [28], puis elle « irradie en France, une grève lancée et prise en charge par le PCF déferle à son tour dans le Nord-Pas-de-Calais du 27 mai au 9 juin »[28].

Situation à la Fosse du Dahomey[modifier | modifier le code]

Un commissaire de police de Lens mentionne dans son rapport que la grève a démarré à la Fosse n° 7 - 7 bis des mines de Dourges, dite "Fosse du Dahomey", car l'effectif est à « très forte majorité d'extrême gauche »[9], avec des mineurs « licenciés pour leurs idées avancées »[9] relégués dans ce puits exposé au grisou, tout proche du lieu de la catastrophe de Courrières[9], où en , deux jeunes mineurs sont morts asphyxiés[9] et où en 1946, un coup de grisou fera une dizaine de morts[9]. Montigny-en-Gohelle est une des rares municipalités communistes du Pas-de-Calais en 1941[9] et c'est à la Fosse n° 7 - 7 bis des mines de Dourges qu'a été créé le premier CUSA (Comité d'unité syndicale et d'action), syndicat illégal dirigé par de jeunes communistes comme Michel Brulé[9], arrêté deux fois par les Allemands et relâché sous la pression de ses camarades de fosse.

Le , un mouvement patriotique spontané y avait surpris les militants syndicaux, avec un arrêt de travail patriotique[9], et depuis le début 1941, ils pensaient qu'il allait se passer quelque chose[9].

Selon l'historien local Philippe Rulkin, la ville est surnommée "Montigny-la-Rouge" car on y trouve des fortes têtes[4].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Démarrage[modifier | modifier le code]

Les débrayages en avril, purement revendicatifs, n'ont duré que deux ou trois jours, sans s'étendre[26]. Il est décidé de déclencher une grève plus puissante le à la Compagnie des mines de Dourges[29], dans la Fosse n° 7 - 7 bis des mines de Dourges. Le , dans la maison de Michel et Madeleine Brûlé, du coron Gaudin à Hénin-Liétard, un conciliabule entre militants communistes[4]. Non, loin, à Dechy, la grève se prépare dans les caves de Célestin Leduc, coordinateur du réseau de la Résistance[30]. Le lendemain à 9 heures du matin, il est demandé par Michel Brûlé[4] à un galibot, Lucien Boulant, de couper l'alimentation des marteaux-piqueurs [4]. Puis Michel Brulé présente un cahier de revendications aux ouvriers[29], au nom du Comité d’unité syndicale[29].

Le directeur des mines de Dourges, Soulary, transmet à la police et au président de la Chambre des Houillères, Bucher, une liste des meneurs[26], dont les trois rencontrés par le chef porion à l'étage 400, alors que leur travail se trouve à l'étage 330[26]. Averti à l'heure du déjeuner, Auguste Lecoeur prévient aussitôt les militants communistes à la tête de chaque secteur du bassin minier[26]. De leur côté, les Allemands ne furent prévenus qu'à 17 heures, ce qu'ils reprocheront en terme virulents plus tard aux policiers français et aux cadres des compagnies minières[26].

Extension[modifier | modifier le code]

Le 27 et le , les compagnies de Dourges, Ostricourt, l’Escarpelle, Courrières, Maries sont en grève[29]. L'équipe fédérale communiste est à Lens, où se réunit un comité central de grève[26], qui lance la grève générale, en envoyant des agents de liaison, munis des consignes et des cahiers-modèles de réclamations[26].

La collecte, depuis 1940, des armes confiées aux groupes de protection armés du PCF, a permis aux meneurs de la grève de la diffuser et l'étendre très rapidement à tout le Pas-de-Calais[31], via l'envoi de 35 agents de liaison le 28 mai[31], lorsque pour la première fois ces groupes de protection armés du PCF sont autorisés à agir[31] lors d'une réunion à laquelle participent à Lens Julien Hapiot, Nestor Calonne, Auguste Lecoeur et Maurice Deloison [31], qui devra après la grève se cacher dans les Ardennes[32].

Lecœur et la direction des CUSA ont ainsi lancé le mot d'ordre de grève. « Il est demandé aux militants, y compris ceux de la direction, de se mettre «in loque ed fosse», de pénétrer sur les carreaux, aux lampisteries, aux lavabos et d'appeler les ouvriers à cesser le travail », selon Auguste Lecoeur[26].

Tous doivent être protégés par un groupe armé et n'intervenir que là où ils ne risquent pas d'être reconnus. Un numéro spécial du journal de la CGT La vie ouvrière invite « toute la classe ouvrière à s'engager dans la bataille »[26].

Le 29, la grève gagne Courrières et Ostricourt, provoquée, selon les rapports de police, par des «éléments extérieurs»[26] et seulement un tiers des 670 mineurs ne descendent pas au fond. Les autres refusent de répondre aux questions des contremaitres et quittent les lieux rapidement[26].

Sur un panneau en bois, une affiche manuscrite affirme que « la grève est générale dans les mines de Lens, de Dourges et d'Hénin-Liétard. Revendications : ravitaillement en denrées alimentaires - savon - augmentation des salaires »[26]. Le , les fosses Saint-Marc et Agache d'Anzin se joignent au mouvement, ce qui fait monter à plus de 10000 le nombre de grévistes, selon les Allemands[26].

Le terril cavalier no 213D, Cavalier de Roost-Warendin, à Auby, près de Douai, secteur où la grève ne s'étend qu'après quelques jours.

Le débrayage de la fosse numéro 7 de Dourges, déclenchée le 27 mai, 'étend en quelques jours à tout le bassin minier. Les mineurs protestent contre la dégradation de leurs conditions de vie et de travail[33]. Les mesures d'organisation préparées en amont ont immédiatement été déclenchées[9] pour prévenir les autres fosses[9] : des militants partent à pied et à vélo dans les mines voisines encourager à la grève[4].

Les femmes de mineurs, comme Émilienne Mopty, jouent un rôle actif dans cette grève, qui s'étend en cinq jours à l'ensemble du bassin minier[34]. Le lendemain, quatre autres fosses sur la ville de Dourges suivent celle du Dahomey[26]. Dans les tracts qui ont circulé la nuit, rien ne mentionne encore buts réels de la grève ni une possible extension, ils se limitent à parler du calcul des prix de tâche[26]. « Nous n'avons aucune raison de prolonger le conflit » dit par ailleurs le cahier de revendications, en vue d'une négociation[26].

Quelques jours plus tard, ces tracts exigent la libération d'un des meneurs, Voltaire Florecq[26], et l'arrêt des poursuites, mais aussi des demandes « valables pour toutes les sociétés houillères »[26]: meilleur ravitaillement, plus de savon, fin des déclassements, bref des. Néanmoins, Michel Brûlé, dans le cahier qu'il envoie au siège de la compagnie, ne rejette pas l'hypothèse d'une négociation[26].

Les rapports des sous-préfets soulignent que le PCF recourt à des agents anonymes, «certains recouverts d'une cagoule»[26] afin d'étendre la grève vers l'Est et vers l'Ouest du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais[26].

Le , celles de Lens, Liévin, Béthune, Bruay, Auchel, et Nœux les mines rejoignent le mouvement[29]. Tout le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais est donc paralysé[29], en particulier sa partie Pas-de-Calais, tout comme l'usine métallurgique Sartiaux, à Hénin-Liétard, qui fabrique du matériel pour les mines[29]. À Seclin, vers Lille, les ouvrières de la filature Agache « ont embrayé sur la grève des mineurs, du 6 au  », réclamant savon et des balais car elles travaillaient pieds nus dans leurs sabots, sur un sol huileux. Six fileuses et trois fileurs seront dénoncés et arrêtés[35].

Le , près de 1 500 femmes de la compagnie des mines de Courrières[29] marchent sur les grands bureaux de Billy-Montigny pour appuyer les cahiers de revendications[29].

Durant près de deux semaines, mobilisant plus de 100 000 mineurs[29], cette grève fut la plus importante de l'Europe occupée lors du second conflit mondial[19]. Cette industrie étant importante économiquement et stratégiquement pour l'Allemagne, elle est violemment et rapidement réprimée[3].

Participation massive des mineurs polonais[modifier | modifier le code]

La grève doit beaucoup aux mineurs polonais[36] et son encadrement militaire facilité par leur prises d'armes des mois précédents au sein de l'Organisation spéciale ou d'autres petits groupes armés qui avaient pour mission de protéger les mineurs chargés de diffuser le mot d'ordre de grève d'une mine à l'autre. Le mot d’ordre d'action immédiate[37], malgré le risque des représailles allemandes[37], a eu beaucoup de succès chez les jeunes immigrés polonais, impatients de venger l’occupation simultanée, par les Allemands, de leur deux pays, Pologne et France[37]: ils participent massivement à la grève et aux petites équipes armées qui protègent sa diffusion.

Dès 1940, ils sont actifs dans la Main-d'œuvre immigrée (MOI), rapidement rebaptisée FTP-MOI, principalement formés de l'immigration polonaise dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais sur une ossature de combattants volontaires polonais des brigades internationales durant la guerre d'Espagne, les bataillons Dombrowski, composés de 3 000 Polonais venus de France, dont un grand nombre de mineurs du Nord-Pas-de-Calais[37].

Szczepan Marcinkowsko (alias "Remy"), Wladyslaw Nikiel, Czarnecki, et Jôzef Krawetkowski avaient formé dès le premier groupe dans l'est du département du Nord[5], d'autres suivant à Douai, Denain et dans le Pas-de-Calais[5]. C'est ainsi que s'est constitué en , juste avant la défaite française, à Lens, le trio de tête des communistes polonais résistants du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, avec Jan Rutkowski, ancien des brigades internationales, Rudolf Larysz et Stefan Franciszczak[38]. Jan Rutkowski et Rudolf Larysz participaient au comité central clandestin de la grève[5] et nombre de Polonais aux comités de grève locaux[5]. Stanislas Kubacki, autre militant polonais de la brigade Dombrowski des brigades internationales durant la guerre d'Espagne, âgé de 36 ans et qui a eu un fils à Avion, est parti à Paris et sera l'un des fusillés de l'Affiche rouge des combattants FTP-MOI de Paris[39].

Les 42 000 mineurs polonais de la région étaient arrivés pour la plupart à partir de 1923, lorsque le dénoyage des mines françaises fut enfin achevé. Souvent plus qualifiés que les mineurs français, la majorité d'entre eux étaient des mineurs westphaliens, venus d'Allemagne, certains ayant subi la répression très sévère de la Révolution spartakiste à l'issue de la Première guerre mondiale.

Nord-Pas-de-Calais de 1921 à 1926, nombre de mineurs français et polonais, charbon produit:

Années[Note 1] Effectif total de
mineurs français
Effectif total de
mineurs polonais
Production de charbon
(millions de tonnes)
64 000 (83 %) 3 600 (5 %) 10,9
67 000 (61 %) 32 000 (29 %) 15,2
78 000 (60 %) 42 000 (32 %) 24

Dans le Pas-de-Calais fut publié à l'automne 1940[40] le premier numéro du journal clandestin en polonais, Nasz Głos (Notre voix)[41], par des Groupes polonais du PCF, sous la rédaction du communiste Józef Spira[41],[40]. Les rapports de la police allemande, attentive à tout ce qui se passait dans la région stratégique du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais[41], firent immédiatement état de la diffusion de Nasz Głos parmi les Polonais locaux.

C'est avec eux et leur influence qu'émerge dès l'été 1940 l'Organisation spéciale, groupe résistant d'abord spécifique à la région Nord-Pas-de-Calais[38].

Dès le , Jan Baldyga fut électrocuté en accrochant un drapeau au sommet d'un pylône à haute tension[42], tandis que Jean Pawlowski, alias Tadeusz Cichy, tue un sous-officier de la Wehrmacht[36],[43]. Puis au début de la grève, c'est un tract en langue polonaise du comité régional du PCF du Pas-de-Calais qui énumère les ennemis de la classe ouvrière dans un ordre très clair, mettant en premier les « baillonnnettes hitlériennes », loin devant les compagnies minières[5], à un moment où les dirigeants du PCF comme ceux de la France libre avaient aussi « pris position contre la lutte armée en France », craignant qu'elle serve de « prétexte à des exécutions d'otages »[44].

Deux mineurs polonais furent tués pendant la grève, dans les chocs avec les forces de répression, Pawel Hanke et Bernard Olejniczak[5],[36], la famille du second étant décimée par une vague d’arrestations[45]. La plupart de celles visant les résistants polonais furent effectuées par la police française, qui avait espionné leur population dans les années d'avant- guerre[5]. Ils sont aussi victimes de troubles dans le Tarn, la Saône-et-Loire et la Loire[5], où un émissaire spécial Feliks Baranowski a été envoyé du Nord[5].

Parmi les combattants polonais du "groupe Popov", Zenon Plentko, Witold Superniak et les frères Burczykowski[46] furent aussi mis à mort[47] tout comme Simon Kurlik, qui fut avec un mineur polonais de la fosse 4 de Lens, nommé Zimzag et dit" Maguette"[48], l'organisateur de l'attaque des véhicules allemands de Vimy en septembre 1940, les incendiant sur la crête de Vimy, près du "Mémorial canadien"[5],[48] avec des munitions dissimulées dans les tranchées par et Julien Hapiot, faisant croire à un bombardement anglais[49]. Arrêté avec son groupe le dans la Forêt de Phalempin[50], Simon Kurlik fut remis aux Allemands et fusillé le [50]. Comme Bronislaw Kania et Thomas Rabienga, autres animateurs de la grève, c'était ancien des brigades internationales. « Dans sa quasi-totalité, la première vague de combattants polonais de la Résistance tombe dans la lutte »[51] dans les deux années qui suivent la grève.

Par la suite, entre 1945 et 1949, environ 62 000 Polonais de France sont revenus en Pologne via une "reemigracja" d'abord spontanée puis organisée, parmi lesquels 5 000 à 6 000 mineurs du Nord-Pas-de-Calais, dont de nombreux résistants communistes qui souhaitaient reconstruire leur pays à cause, de l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement soutenu par l'Union soviétique. Leur retour a rendu plus difficile la reconnaissance de l'histoire des résistants polonais en France.

Rôle primordial des femmes[modifier | modifier le code]

Les femmes jouèrent un rôle primordial. Les épouses de beaucoup de mineurs polonais avaient vécu dans la Rhur allemande avant les années 1920 et pouvaient s’adresser aux soldats allemands dans leur langue pour intimider ou expliquer leur combat[36]. Le , le commissaire d'Evin-Malmaison rapporte « l'arrogance » des femmes de mineurs qui multiplient les cortèges (de 200 à 600 personnes parfois) à partir du lendemain, quand elles manifestent, pour la première fois à Liévin puis deux jours après à Hénin-Liétard pour exiger la libération de deux détenues[26]. Les femmes sont à l'origine de la grève ou de sa réapparition, à Anzin, Méricourt et l'Escarpelle[26].

Pour tenter de contrecarrer leur action, une ordonnance de police interdit aux femmes de séjourner dans les rues, une demi-heure avant et une demi-heure après chaque relève de mineurs descendant dans les fosses[26].

Selon Auguste Lecoeur, les femmes de mineurs ont joué un rôle essentiel dans ce conflit, faisaient des piquets de grève à la sortie du coron, décourageant les mineurs qui voulaient aller travailler de sortir de chez eux[9] et « les Allemands s'y sont mal pris » en occupant les puits[9]. Des mineurs sont obligés d'aller travailler sous les quolibets de ces femmes les accusant de lâcheté[26] et « sous la protection des baïonnettes étrangères », à Ostricourt, Escaudain, Abscon, Fouquières-lès-Lens, Somain, Fenain, Aniche et autre lieux[26]. Le rôle primordial des femmes a été souligné par les historiens, qui observent que leur « combativité s'accroît à mesure que la grève faiblit ». À Mazingarbe, une manifestante agresse un surveillant des houillères, et il est jugé impossible de procéder à son arrestation, en raison de la foule la protégeant, note un rapport[26], qui se plaint de n'avoir pas de gaz lacrymogènes[26]. À l'Escarpelle, une fille est grièvement blessée à la cuisse, une autre renversée par un camion militaire[26].

Échec de l'appel des Allemands aux élus[modifier | modifier le code]

Dans les environs de Douai, trois maires et plusieurs conseillers municipaux sont condamnés à trois jours de prison pour avoir fait preuve de négligence dans la pose des affiches imprimées par les Allemands dans le but d'intimider les grévistes[26] dans les villes de Lewarde, Lallaing, Villers-Campeau, Frais-marais et Dorignies[26]. Cependant, même moins diffusées qu'espéré par les Allemands, « ces affiches ont commencé à faire peur », selon Auguste Lecoeur, car les arrestations se sont multipliées, officiellement au nombre de 414[9].

Dans le département voisin du Pas-de-Calais, le préfet exige des élus qu'ils lancent un appel en faveur de la reprise du travail[26], mais tous les maires le refusent, sauf celui de Bruay-en-Artois, qui était par ailleurs président du «vieux syndicat» des mineurs[26], devenu marginal par rapport à la CGT.

Impact économique pendant et après la grève[modifier | modifier le code]

La grève ne fut que la partie émergée d'un iceberg: en six ans, la production de charbon de toute la région Nord-Pas-de-Calais a chuté d'un tiers en raison d'une multitude de sabotages petits et grands, qui ont découragé les Allemands et les compagnies minières d'investir, la grève confirmant la détermination du monde minier à réduire ainsi la quantité d'électricité d'origine charbonnière disponible pour la machine de guerre allemande, dans une région proche des côtes anglaises.

Pendant la grève, ce sont seulement les importations de charbon belge qui permettent de maintenir en activité les cokeries, les centrales électriques et les laminoirs sidérurgiques du Nord-Pas-de-Calais[26]. La marche des cokeries étant très affectée[29], la production du coke revient à 49 600 tonnes seulement au cours de la première semaine de juin, contre 70 000 tonnes en temps ordinaire[29].

En région parisienne, la consommation de gaz doit être réduite, car les livraisons de charbon qui arrivent des bassins du « centre midi » sont réservées aux entreprises alimentaires ou de production électrique[26]. Les réserves de la SNCF ne lui permettent de tenir qu'un mois[26].

Les proportions prises par la grève ont assez vite obligé l'occupant allemand « à adapter son système de répression »[8] car elle coûte en moyenne 93 000 tonnes de charbon par jour[8].

En dehors de la grève, avant et dans les années qui suivirent, "une des formes essentielles de la Résistance" fut de ralentir l'extraction du charbon, selon le militant CGT Achille Blondeau[52],[53].

Les mineurs ont pendant toute la seconde guerre mondiale fait leur maximum pour réduire le plus possible l'extraction du charbon, à la fois par la grève du zèle, toutes sortes de sabotages des installations et « en multipliant » les freins à la production « sous les prétextes les plus divers »[5]. Les Allemands espéraient l'accroître de 35 %, elle a au contraire baissé de près de 30 % en six ans[5]. Les mineurs polonais, majoritaires au fond, y ont fortement contribué[5].

L'extraction journalière des mines du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, calculée, en kilos, par mineur de fond entre 1938 et 1944[5] :

Année 1938 1941 1942 1943 1944
Production en kilos par jour et homme 1136 1015 982 901 797

Répression française et allemande[modifier | modifier le code]

Convocation du préfet à la Kommandantur[modifier | modifier le code]

Dès le , au lendemain du premier arrêt de travail, le préfet du Pas-de-Calais, le sous-préfet et le directeur de la compagnie des mines de Dourges sont convoqués pour une réunion de deux heures à la Kommandantur de Béthune[26], au cours desquelles il est décidé des arrestations immédiates[26] et la mise en place d'un service d'ordre, associant soldats allemands et policiers français[26], mais aussi de promettre qu'en cas de reprise du travail, les doléances «justifiées» des mineurs seront écoutées[26].

Les arrestations sont effectuées avec le concours de policiers et gendarmes français[26]. Les Allemands en ont besoin comme «éclaireurs» dans le labyrinthe des corons[26]. Les compagnies minières leur transmettent des rapports des ingénieurs de fosses permettant d'établir des listes de suspects, qui sont recoupées avec des listes fournies par les préfets, agrégeant les noms des communistes connus dans les différentes communes[26]. « Seules les compagnies pouvaient avoir des idées sur les activistes », selon Auguste Lecoeur[9] et le rôle qu'elles ont joué a été selon lui accablant, suscitant une exigence d'épuration à la Libération.

Première vague d'arrestations[modifier | modifier le code]

La première vague d'arrestation a lieu dès le surlendemain du premier arrêt de travail, le [26], quand un groupe 27 mineurs d'Henin-Liétard est embarqués sur des camions en direction de Valenciennes. Le lendemain, ils sont 32 à subir une arrestation[26].

Chef des troupes allemandes dans la région, le général d'infanterie Hermann Niehoff, qui depuis , dirige la 371e Division d'infanterie nouvellement formée en France, organise un « véritable conseil de guerre »[26] et demande des «arrestations massives»[26], la saisie des postes de radio, et la mise en place de tribunaux spéciaux, dont les sentences seront immédiatement publiées, afin d'avoir un impact psychologique efficace[26].

Demande de renforts allemands[modifier | modifier le code]

L'armée allemande fait venir d'Hesdin, de Saint-Omer et d'autres régions[26]. Elle obtient le renfort deux bataillons des régiments voisines et d'une compagnie d'automitrailleuses, ainsi que de 24 groupes de gendarmerie[26].

Le 16e régiment de sécurité, fondé par le major Hans Clüver (), est aussi appelé à la rescousse[26]. Le bassin minier est divisé par les Allemands en «secteurs de combat», pour se partager les «troupes d'alertes» et d'unités de «protection»[26] et ils nomme des chefs de bataillons qui installent leur camp de guerre à Valenciennes, Béthune, Carvin et Hénin Liétard[26].

Représailles alimentaires, rafles et survols d'avions[modifier | modifier le code]

Les Allemands emploient des représailles alimentaires et vexatoires[26] : cafés, restaurants et cinémas sont fermés[26]. Le , il est décidé par le préfet que seuls ont droit aux rations spéciales (beurre, saucisses, fromage, ou encore savons) les non-grévistes[26]. En même temps, le grand quotidien régional, Le Grand Echo du Nord, affirme le qu'il y aura un relèvement prochain des salaires[26].

Le , les gendarmes organisent une démonstration de la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, au-dessus des corons des communes minières pour intimider les grévistes[26]. Dans la nuit, au petit matin, est organisée une grande rafle, avec des militaires répartis en 21 «groupes spéciaux»[26], qui embarquent des suspects de 4 heures du matin jusqu'à 8 heures du soir, « ramenant en dix-huit fournées 160 personnes dont 47 femmes, conduites aussitôt à la caserne »[26].

Nouvelles vagues d'arrestations les 3 et [modifier | modifier le code]

Au total, la grève a généré un très grand nombre d'arrestations, réparties en au moins trois vagues, officiellement au nombre de 414[9], mais les historiens citent des chiffres qui vont de plus de 400 pour Étienne Dejonghe à 600 pour le livre de José Gotovitch, Pascal Delwit, et Michel De_Waele, publié aux Éditions Complexe en 1992[28]

L'occupant allemand fait en particulier arrêter « 200 agitateurs » le [54]. Puis une grande vague d'arrestations a lieu le [55], où sont réunis « les centaines de femmes et d'hommes apréhendés »[54].

Un camp de sécurité est ouvert à la caserne Kléber de Lille[55], où sont réunis « les centaines de femmes et d'hommes apréhendés »[55], où sont réunis « les centaines de femmes et d'hommes apréhendés »[55]. et interrogés, dont une partie, « par dizaines », sera libérée le [55]. Pour la plupart, les victimes ont été « apréhendées sur la base de fichiers présentés par les préfets »[54] mais c'est la Sipo-SD, unité allemande basée à Bruxelles[54] , qui émet les mandats d'arrêt[54].

Envoi en camp de concentration[modifier | modifier le code]

L'élaboration des listes « illustre la collaboration accablante des compagnies minières avec les services de police allemands »[55]. Les deux préfets, Fernand Carles et Amédée Bussière, négocient avec les Allemands car l'administration de Vichy a refusé la demande de ces derniers de prendre en charge les prisonniers[54], formulée dès le par le Docteur Muller, chef de l'administration allemande[54]. Le gouvernement de Vichy accepte de gérer leur internement, mais le commandement militaire de Paris refuse leur passage[26].

Ensuite, à l'issue de cette négociation ils sont envoyés dans la forteresse allemande du Huy, située près de Liège en Belgique[54]: entre le et le , cette forteresse accueille 273 hommes arrêtés pour leurs actions durant la grève[54]. Sept d'entre eux parviennent à s'évader, d'autres sont libérés ou en trop mauvais état de santé pour voyager[54], mais 244 sont conduits à la gare de Liège pour être embarqués dans les wagons à bestiaux d'un train qui les envoie le au Camp de concentration d'Oranienbourg-Sachsenhausen, camp école des nazis, près de Berlin. Ainsi, près de 250 mineurs vont figurer dans « le premier convoi de déportation vers l'Allemagne »[8]. Parmi les mineurs envoyés à la forteresse du Hui, « un tiers étaient affiliés au Parti communiste »[8].

Suicides et torture[modifier | modifier le code]

Le , cinq mineurs de Roost-Warendin, emprisonnés, après la grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais en mai , dans la prison de Loos se donnent la mort[56].

Les 130 mineurs fusillés à Arras et les 92 à Wambrechies[modifier | modifier le code]

Du au , les Allemands ont fusillé 271 résistants dans les fossés de la Citadelle d'Arras, parmi lesquels la moitié, soit 130, étaient des mineurs[57]. Chacun d'eux a une plaque du souvenir sur les lieux. Parmi eux aussi, un enfant et un vieillard de 70 ans, une trentaine d'ouvriers et 9 cheminots dont les deux frères d'Arras René Camphin et Maurice Camphin, tous les deux atrocement torturés, qui ont peu après donné leur nom, à la fin de 1943, au détachement no 12 des Francs-tireurs et partisans (FTP) du Pas-de-Calais, illustrant la chanson des FTP, "Le Chant des partisans" : « Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place ». Leur frère René Camphin s'est suicidé en et leur mère Eugénie a organisé pour Jean-Paul Sartre le Tribunal populaire de Lens en 1970.

La famille Burczykowski fut elle aussi décimée après être passée dans la clandestinité juste après la grève. En juin, le père, Joseph, est déporté, pour fait de grève, à Sachsenhausen[58], où il décèdera six mois après[58] Dès le , son fils Grégoire met le feu à 900 mètres cubes de bois des entrepôts de la fosse 4 la Compagnie des mines de Courrières, freinant l'extraction charbonnière, puis sabote la voie ferrée Lens-Lille le [47]. Son frère Félix participe à l’incendie d’un hangar agricole le [58]. Tous deux seront fusillés avec un de leurs collègues, Wihtold Superniak, 18 ans, gardien du parc à bois[58], et un troisième frère, Edwin, abattu par la Gestapo le [58], lors du sabotage d’une voie ferrée à Méricourt. La mère Hélène et les deux derniers enfants, Lucie et Bernard, ont perdu la vie lors des bombardements du [59]. Une place de la ville de Sallaumines a pris leur nom en 1974[59].

Un groupe de 35 autres mineurs fut fusillé le au fort du Vert-Galant, à Wambrechies et de Verlinghem, dans le département du Nord. Tous étaient résistants, syndicalistes ou militants communistes, certains dénoncés, d’autres désignés par les « grands bureaux » des mines à cause de la grève de mai-, ou listés et signalés par le préfet Carles car communistes. Au total, 92 patriotes ont été fusillés en ce lieu entre le et le [60].

Une partie des victimes a aussi été embarquée plus tard, en , dans le "train de Loos", du nom de la prison lilloire, le dernier vers les camps de concentration: 800 détenus entassés dans treize wagons à bestiaux, en majorité de résistants, dont 33 membres du réseau "Sylvestre-Farmer" et autant de l'OCM, 28 du mouvement Voix du Nord, trois du BCRA, et surtout une centaine de résistants communistes (FTP). Acheminés vers différents camps : Müllheim, Sachsenhausen puis, pour certains, Oranienburg, Neuengamme, « au cœur de l’enfer concentrationnaire », seulement 275 reviendront en 1945[61],[62].

Reprise du travail puis sabotages pendant la guerre[modifier | modifier le code]

Appel à la reprise du travail[modifier | modifier le code]

Le mouvement lancé le ne finit que le [26], après avoir gagné toutes les concessions[26], celles qui l'ont rejoint le plus tard étant les dernières à reprendre, notamment celles de Bruay et Ligny, qui étaient à dominante socialiste avant la seconde guerre mondiale[26].

Le , jour où la cour martiale de Lille condamne 15 personnes des deux sexes à 5 ou 3 ans de travaux forcés, la proportion de grévistes tombe à seulement la moitié[26]. Le mouvement s'arrête presque alors, brutalement, à Carvin, Dourges, Drocourt et Ostricourt, les villes où il avait commencé[26].

La direction régionale du PCF prend acte du changement rapide de rapport de force[26] et donne l'ordre de reprise du travail pour le lundi [26], via des tracts et des messagers[26]. Ce jour-là, le préfet Caries exige qu'on lui transmette les noms de dix meneurs par fosse[26] et dès le lendemain, la situation est redevenue normale, sauf à Ligny[26].

Les autorités allemandes sont finalement obligées d'accorder des suppléments alimentaires et des vêtements de travail, dans l'espoir que le travail reprenne[3], mais la grève se solde surtout, par ailleurs, par plusieurs centaine d'arrestations, des exécutions et la déportation de 270 personnes[3].

Nouvelles arrestations[modifier | modifier le code]

Les arrestations continuent durant la semaine qui suit la grève[26],[5] mais une partie importante d'entre elles ont lieu en 1942, au cours de l'été, selon les mémoires documentées de Roger Pannequin, l'un des meneurs de la Résistance dans cette région.

Sabotages après la grève[modifier | modifier le code]

Selon les statistiques de l'Abewher allemande, les actes de sabotages dans la région passent de 5 en et 6 en juin à 27 en [8]. Ils touchent désormais des trains, des mines et des pylônes à haute-tension[8]. Entre-temps, le , la guerre a commencé entre l'Union soviétique et l'Allemagne[8] et cette dernière ne cherche plus à dissimuler à quel point le pacte germano-soviétique n'avait pas protégé les soldats allemands des résistants communistes.

Dans dans la nuit du 21 au a lieu l'attaque de la poudrière de Beaumont-en-Artois, appelée aussi « coup de Beaumont », qui permit le vol d'un énorme stock d'une demi-tonne dynamite en suite répartis entre différents groupes de résistants. Elle visait à intensifier les actions de sabotage, pour protester contre la répression qui avait suivi.

Sur 140 sabotages recensés en 1942-1943, par la direction SNCF d'Arras, 22 viennent des groupes de la MOI où les Polonais dominaient[5]. En 1944, ils avaient systématiquement attaqué les lignes SNCF Somain- Valenciennes, Somain -Cambrai, Cambrai-Douai (notamment à Sin-le-Noble)[5] mais aussi les canaux et pylônes électriques[5]. Les groupes de combat FTP du Pas-de-Calais s'étaient spécialisés dans le sabotage de routes (Lens-Arras, Lens-Lille, Amiens- Paris, etc.)[5].

La production baisse pendant trois années[modifier | modifier le code]

Avant et surtout après la grève, pendant toute la seconde guerre mondiale, les mineurs de la région ont réussi à réduire très fortement l'extraction du charbon, à la fois par la grève du zèle, toutes sortes de sabotages des installations et « en multipliant » les freins à la production « sous les prétextes les plus divers »[5]. Les Allemands espéraient l'accroître de 35 %, elle a au contraire baissé de près de 30 % en six ans[5]. Les mineurs polonais, majoritaires au fond, y ont fortement contribué[5].

L'extraction journalière des mines du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, calculée, en kilos, par mineur de fond entre 1938 et 1944[5]:

Année 1938 1941 1942 1943 1944
Production en kilos par jour et homme 1136 1015 982 901 797

Grève insurrectionnelle de 1944[modifier | modifier le code]

Une autre grève de très grande ampleur, cette fois insurrectionnelle, aura lieu à la Libération de 1944 dans les mines de la région[26], que les ouvriers lanceront au moment où l'occupant part[26], en savant qu'elle leur serait payée[26]. La Milice patriotique polonaise (MPP) formée début 1944 y rôle important, pour enrôler des mineurs polonais non communistes.

À l'été 1944, quand les forces alliées ne sont plus très loin[5], les mineurs polonais participent en très grand nombre aux combats de libération, selon les rapports conservés[5]. Ce se fait en partie via la création de la Milice patriotique polonaise, très actives à Libercourt, Marles-les-Mines, Noeux-les-Mines et Montigny-en-Gohelle. Les Polonais sont très actifs en particulier à Bruay-en-Artois, où sept Polonais trouvent la mort[5]. Ils ont tué 52 soldats allemands, brûlé deux tanks et pris environ 300 prisonniers, 4 canons, un émetteur radio, 200 fusils et fusils-mitrailleurs et 11 mitrailleuses[5], mais perdent aussi au moins 19 hommes[5].

Des affrontements ont lieu aussi à La Clarence, Barlin, Hersin-Coupigny, Labourse, Courrières, Hénin-Liétard et Lens, sur la route Lens-Béthune, à Armentières, Calonne-Ricouart, et Hulluch[5]. Dans la ville de Sallaumines, une unité polonaise poursuit les Allemands jusqu'à Hazebrouck[5]. D'autres Polonais participent à la poursuite des Allemands jusqu'à la poche de Dunkerque, dans laquelle ces derniers resteront assiégés jusqu'en 1945 et en particulier à la première étape du blocage de ce port[5].

Dans le département du Nord, les Polonais participent aux batailles pour la libération de Lille et de Valenciennes[5]. Plus au sud, ils contribuent fortement à la libération d'Auby, près de Douai et y perdent six hommes mais aussi de Waziers[5]. Mettant en fuite une colonne allemande près de Bruay-Thiers, il libèrent une centaine de prisonniers marocains[5].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les Allemands ont fait sauter plusieurs installations charbonnières et électriques du bassin minier dans leur fuite en 1944. Après la guerre s'engage une "Bataille du charbon" pour faire face à la pénurie drastique d'électricité.

L'un des obstacles à cette "Bataille du charbon" est la question de l'épuration des cadres des compagnies minières qui avaient dénoncé les mineurs aux Allemands, entrainant une répression très sévère.

Les mineurs sont devenus pour l'opinion publique « le symbole de l’adhésion ouvrière à la Résistance »[63] et les compagnies minières au contraire accusées d’avoir profité de l’Occupation, pour aggraver leur exploitation en effaçant le Front populaire[63].

De nombreux mineurs espéraient donc « une très large épuration des porions et des ingénieurs les plus brutaux »[63]. La colère débute par un rapport de Francis-Louis Closon rédigé en [64] a contribué au fait que « les mineurs confondent dans une même animosité les authentiques partisans de l’occupant ou de Vichy et les serviteurs zélés de l’ordre productif »[65], selon l'historien Philippe Roger, car il montre que « les nouvelles autorités républicaines entendent plutôt limiter les mises à l’écart pour redémarrer au plus vite l’extraction houillère »[65].

Rôle du parti communiste régional[modifier | modifier le code]

Lancement du conflit[modifier | modifier le code]

La grève a démarré à la fosse 7 de Dourges, place-forte communiste où plusieurs arrêts de travail avaient eu lieu[26]. Les Jeunesses communistes assurent les liaisons entre les différents secteurs tout apportant nombre de militants à l'Organisation spéciale crées en 1940[26], mais qui ne comptaient jusqu'à la grève de 1941 que 7 à 8 personnes sûres dans le département du Pas-de-Calais et 4 à 5 dans le Nord, selon André Pierrard et Michel Rousseau[26]. De leur côté, commissaires de police, préfets et sous-préfets observent que les «extrémistes» ont misé avec adresse sur «le vieux fonds patriotique français, qu'ils ont bénéficié du secours des gaullistes et de la radio anglaise»[26] dont les appels à la révolte ne sont pas étrangers au déclenchement des troubles»[26] mais notent que les gens du Nord « s'attendaient d'ailleurs à un bombardement de soutien et qu'ils ont été très déçus de ne pas le voir venir »[26].

Les rapports de synthèse de la kommandantur de Béthune à la fin de la grève, désignèrent le parti communiste comme «l'ennemi privilégié»[26] et déplorent qu'il ait organisé une structure clandestine et possède des armes[26].

«Jamais une grève n'a été aussi populaire» affirment les journaux communistes[26] en se basant sur « la générosité avec laquelle les habitants des deux départements souscrivent aux collectes » et le fait que des inconnus se proposent pour aider les colleurs d'affiches[26]. Mais c'est seulement fin qu'est publié dans les Cahiers du bolchevisme et dans L'Humanité du une déclaration demandant la création d'un « Front national de lutte pour l'indépendance de la France » alors que les premiers actes de résistance contre l'occupant allemand[25], ont eu lieu 1940. Une semaine avant le démarrage de la grève est ainsi publié dans L'Humanité clandestine du , un appel du PCF à la création du Front national de lutte pour la libération et l'indépendance de la France : « Le PCF s'adresse à tous ceux qui pensent français et veulent agir français… Dans ce Front national pour l'indépendance il y a de la place pour tous les Français sauf les capitulards et les traîtres au service de l'envahisseur, pour que la France soit la France et ne devienne pas une colonie nazie, l'unité nationale doit se faire... contre les envahisseurs et les traîtres, contre le gouvernement de Vichy qui obéit aux ordres des occupants allemands ».

Divergences d'appréciation au sein du PCF[modifier | modifier le code]

Char lourd KV-1 soviétique détruit par les Allemands près de Kaunas après leur attaque de l'URSS à la fin .

Dans la presse communiste[modifier | modifier le code]

Les principaux journaux communistes analysent la grève en tentant de montrer qu'elle respecte la ligne neutraliste de l'internationale communiste[26], déterminée par le Pacte germano-soviétique, qui ne sera rompu que le . «Des meilleurs ravitaillements, des salaires plus élevés, une plus grande sécurité dans leur pénible travail social, voilà ce que demandaient les mineurs et Rien d'autre (en lettres capitales dans le texte), affirme le journal communiste l'Enchainé du Nord, tandis que L'Humanité éprouve le besoin d'écrire que le salut des mineurs ne viendra pas de « la victoire d'un impérialisme sur un autre »[26].

Le ton est très différent dans L'Enchainé du Pas-de-Calais et la presse CGT locale, surtout, celle du Pas-de-Calais, qui au contraire insiste sur la longue série des atrocités allemandes[26]. Julien Hapiot y écrit notamment que « l'occupant sait désormais que ceux qui peinent et souffrent dans la misère en travaillant ne supporteront pas indéfiniment le joug de l'oppression nationale »[26].

À la direction du PCF[modifier | modifier le code]

Malgré cet appel et alors que ce sont ses militants qui ont lancé et organisé le mouvement, la direction du PCF cherche d'abord « à restreindre le sens » de la grève[26]. Les premiers débrayages « restent purement revendicatifs et la haine de l'étranger n'interfère pas encore »[26], mais assez rapidement les militants s'enhardissent, surtout dans le Pas-de-Calais, où sont massivement présent les mineurs polonais. Dès lors, « lutte de classe et aspiration nationale, deux sentiments qui jusqu'alors se côtoyaient voire se neutralisaient »[26] en raison du Pacte germano-soviétique, vont se réunir et apparaitre dans les tracts, affiches et manifestations relatées. Le parti communiste semble alors « visiblement dépassé par l'ampleur de son succès »[26].

« La direction du parti ne s'attendait pas à cela », selon Auguste Lecoeur, même si courant mai, « il y a eu un commencement d'évolution » dans son sentiment envers le Pacte germano-soviétique[9] avec l'appel du à créer un "Front national". Après la grève, un militant PCF du Pas-de-Calais, Gustave Lecointe, est envoyé pour diriger la fédération du Nord[9], moins combative jusque-là et dont la dirigeante Martha Desrumeaux a été arrêtée[20].

Fin , elle avait réuni à Dechy, dans le Douaisis, une dizaine de mineurs, qui ont élaboré un cahier de revendications imprimé par un petit imprimeur à cinq mille exemplaires[20]. Selon Auguste Lecoeur, elle donnait des consignes légalistes imprudentes et envoyait des délégations de grévistes directement à la Kommandantur[9], ce qu'elle a démenti[20], tout comme les divergences au sein du PCF entre les directions du Nord et du Pas-de-Calais[20]. Auguste Lecoeur estime lui que « si l'URSS n'était pas entrée en guerre », il aurait été exécuté comme provocateur, à cause de l'orientation anti-allemande donnée à la grève[9].

Figures et meneurs de la grève[modifier | modifier le code]

  • Une partie des meneurs de la grève sont des jeunes résistants issu de l'immigration polonaise de la région, mais le retour en Pologne d'environ 62 000 Polonais de France entre 1945 et 1949, dont 6 000 mineurs du Nord-Pas-de-Calais, souvent communistes, n'a pas aidé leur notoriété en France, la plupart laissant au contraire leurs noms à des rues en Pologne. Parmi eux, Bronislaw Kania et Thomas Rabienga, ex-combattants des brigades internationales, ou Pawel Hanke et Bernard Olejniczak. Jan Rutkowski, autre ancien des brigades internationales, Rudolf Larysz et Stefan Franciszczak[38], participaient au comité central clandestin de la grève[5]. Simon Kurlik, autre brigadiste aguerri par le bataillon Dombrowski de la Guerre d'Espagne avait attaqué le parc des véhicules allemands dès l'automne 1940.
  • Émilienne Mopty, fille[66] et femme d'ouvrier mineur à la fosse no 7 - 7 bis de la Compagnie des mines de Dourges à Montigny-en-Gohelle, où a démarré la grève, s'était déjà illustrée comme militante communiste lors des grèves de 1933 et de 1934[67]. Elle prend la tête d'une des premières manifestations, le [66]. Avec d'autres femmes, elle barre les routes et multiplie les manifestations. Arrêtée plusieurs fois, en , elle s’échappa de la caserne de la gendarmerie en passant par la lucarne des toilettes. En , elle a pour mission d'attaquer un peloton d'exécution près de la citadelle d'Arras à Arras. Elle est trahie, et c'est la gendarmerie française qui l'arrête sur les lieux du rendez-vous. Elle est torturée par allemands puis décapitée à la hache à Cologne. Son corps sera rendu à la famille seulement en 1948 et ses deux fils ne peuvent le recevoir car ils sont emprisonnés à la suite de la grève des mineurs de 1948[66].
  • Martha Desrumaux, ouvrière du textile et responsable de la CGT dans le Nord avant la guerre, était une figure depuis qu'elle avait négocié les accords de Matignon sous le Front populaire. Fin , elle avait réuni à Dechy, dans le Douaisis, une dizaine de mineurs, qui ont élaboré un cahier de revendications imprimé par un petit imprimeur, diffusé à cinq mille exemplaires[20], mais elle était basée à Lille, loin du bassin minier et s'est vu reprocher une action trop légaliste, dans la ligne souhaitée au début de la guerre par la direction du PCF[9]. Un demi-siècle après, le parti communiste considère toujours Martha Desrumaux comme une des figures féminines de la grève[19].
  • Michel Brulé fut à 27 ans l'un des premiers et principaux animateurs de la grève. Ex-boxeur en catégorie poids plume, il s'occupait avant-guerre de la distribution des journaux du PCF en tant que dirigeant des Jeunesses communistes de Montigny-en-Gohelle[68]. Mineur à la fosse no 7 - 7 bis de la Compagnie des mines de Dourges, il a lancé au puits de l’Escarpelle une grève dès contre la demi-heure supplémentaire, les conditions de travail et le ravitaillement puis le une autre lorsque le chef-porion et l’ingénieur tentèrent de l’empêcher de descendre. Il est arrêté par les Allemands le jour même, après avoir pris une nouvelle fois la parole pour dénoncer les conditions de travail, puis libéré le alors que la grève pour exiger sa libération commence à s'étendre. Après la guerre, sa tête est mise à prix à 100 000 francs, l'obligeant à se cacher chez des amis[69], dormir dans une tombe vide[69] puis se déguiser en prêtre[69]. Refusant de parler malgré plusieurs semaines de tortures, il a été fusillé par les Allemands le à Wambrechies.
  • Julien Hapiot a 28 ans quand il devient un des organisateurs de la grève avec Michel Brulé et Auguste Lecoeur. Placé dans un orphelinat d’Arras, il grandit dans les corons de la ville minière de Grenay et devient mineur à sa sortie de l’école primaire. Lieutenant de la brigade « La Marseillaise » des Brigades internationales en Espagne, grièvement blessé, il devient le secrétaire général des Jeunesses communistes de France[70] et met sur pied dès 1940 dans le Pas-de-Calais, avec Charles Debarge et Ignace Humblot[70], l'Organisation spéciale (OS) dans le département<[71]. Arrêté en 1943 à Blois, il est torturé, puis fusillé à la citadelle d'Arras le . L'acteur et producteur de cinéma Pierre-Henri Deleau, qui a grandi comme lui à Gauchin-le-Gal[72] a dévoilé une plaque à sa mémoire avec ses petits-neveux, une descendante de sa famille adoptive et Grégory Picart, historien de Grenay[73].
  • Auguste Lecoeur a été fait croix de guerre pour son rôle dans la grève et deviendra secrétaire à l'organisation du PCF. Il coordonne la diffusion de la grève vers les autres puits de mine, en organisant un comité central de grève à Lens dès le lendemain du premier arrêt de travail. Il a organisé l'appareil clandestin du PCF à l'échelle nationale, malgré le Pacte germano-soviétique visant à le légaliser. Il affiche son indépendance par rapport à la direction parisienne, en particulier dans ses articles de L'Enchainé du Pas-de-Calais, associant toujours la lutte contre les Compagnies minières, Vichy et les « collabos », à un refus de l'occupant, alors que L'Enchaîné du Nord a un ton moins patriotique.
  • Le mineur Charles Debarge, correspondant du journal communiste L'Enchainé du Pas-de-Calais à Courrières[74], collecte des armes abandonnées dès la débâcle du printemps 1940[75] et un pilier de la guérilla, menée par l'Organisation spéciale (OS), avec des militants revenus des Brigades internationales et de jeunes mineurs français et polonais[76]. Arrêté le [48] puis une seconde fois le par la Feldgendarmerie, il s'évade du centre d’otages de Lille en sautant par la fenêtre, puis en semant ses poursuivants sur un kilomètre, avant d'en parcourir quarante autres[77] pour se cacher et créer un petit groupe armé de résistants, basé à Harnes, dans le Pas-de-Calais. En 1942, il est chargé par la direction clandestine du PCF du Pas-de-Calais d'un plan de sabotage[78], visant voies ferrées, pylônes électriques, et dépôts d’explosifs, menés par une vingtaine d’hommes, très jeunes pour la plupart[78]. Dans la seule nuit du 26 au , son groupe provoque sept déraillements de trains, puis attaque la Gestapo d'Arras en [77]. Sa tête est mise à prix pour 100 000 francs et la police le surnomme « l'insaisissable »[77]. La Gestapo le tue lors d'un échange de tirs en [76] à Ronchin dans la banlieue de Lille.
  • Jan Skowron a fait la grève à l'âge de 15 ans[30], puis devint responsable d'un des 9 détachements de résistants FTP polonais regroupant 2 800 hommes[79] qui seront intégrés dans la 1re Armée du Général De Lattre-de-Tassigny[79] et poursuivront les Allemands jusqu'au bassin supérieur du Danube[79]. Le sien s'empare de dépôts d'armes à Guesnain[79], fait sauter l’émetteur d'un terrain d’aviation le , anéantissant le système de communication allemand[30] puis empêche les Allemands de détruire la centrale électrique de Sin-le-Noble[79]. Installé en Pologne comme la plupart des 2 800 FTP polonais[79], il devient président de l’association Rhin et Danube[30].

Historiographie et mémoire[modifier | modifier le code]

Le travail de mémoire de la grève et ses victimes a commencé dans une période très tendue dans la région, marquée par des bouleversements sociaux et démographiques: la grève insurrectionnelle de 1944 qui triomphe, puis en 1945 la bataille du charbon, en 1946 l'adoption du statut du mineur et enfin la Reemigracja, qui voit le retour en Pologne de milliers de polonais du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais parmi les plus militants.

En 1945, les mineurs étaient au PCF le « symbole de la classe ouvrière » selon l'historien du PCF Roger Martelli»[80], Julian Mischi parlant de « figures unifiantes »[80] et Jean-Paul Molinari du « modèle communiste de la classe minière »[80]. « Ils peuvent répondre par le mépris à leurs nouveaux professeurs de patriotisme. Chacun sait qu’ils furent les premiers dans la lutte héroïque contre l’occupant », souligne encore L'Humanité en 1948[80]. Ainsi, pour les communistes, les mineurs font figure selon de « figures unifiantes » et sont un « cas emblématique ». De son côté, Jean-Paul Molinari parle du « modèle communiste de la classe minière 9». Marc Lazar souligne l’importance de la figure du mineur pour le PCF: « la représentation communiste des mineurs, constituant une véritable entéléchie du communisme français ».

Ensuite survient le conflit charbonnier de 1947 et la grève des mineurs de 1948, épisodes très conflictuels au cours desquels des tensions émergent entre le numéro un du PCF Maurice Thorez et son rival Auguste Lecoeur, leader du PCF dans le Pas-de-Calais où sont concentrées deux-tiers des mines de la région, et où la SFIO, de loin la première force avant la guerre, a été reléguée à la troisième place par le PCF et les gaullistes.

Par la suite, le PCF en parle beaucoup moins, assimilant même un de ses leader à un « mauvais génie »[81].

  • En 1947, une souscription locale permet d'ériger un monument commémorant la grève sur le carreau de la Fosse n° 7 - 7 bis des mines de Dourges[82] de Montigny-en-Gohelle[4] où elle a démarré. Alors que la première plaque de ce "monument commémoratif du Dahomey" mentionnait « d'ici le fut déclenchée la grève des 100 000 mineurs... »[4], une seconde plaque fut scellée au-dessus pour ajouter « Répondant à l'appel historique lancé du sol national le par Maurice Thorez et Jacques Duclos[4],[83]. Cependant, « en 1940 Duclos est en Belgique tandis que Thorez est en URSS »[84],[9]..
  • En , peu avant les purges contre les anciens résistants du PCF, les Éditions sociales, appartenant au PCF, ont publié un livre de Roger Collewaert sur la grève de 1941, tentant d'accréditer dès les premières pages du premier chapitre[85] la thèse, contredite ensuite par tous les historiens, d'une grève menée à l'Appel du 10 juillet 1940, signé Thorez-Duclos.
  • En 1963, Auguste Lecœur, exclu du PCF en 1958, publie un livre racontant la grève qu'il a coordonnée en 1941, qu'il complètera par un autre livre sur le même sujet en 1971[86]. Après celui de 1963, la direction du PCF commande une histoire de cette grève, confiée à un quasi-homonyme, Auguste Copin, qui donne une version différente mais n'est finalement publiée qu'en 1966[9], après le décès de Maurice Thorez en juillet 1964 et l'élection présidentielle de décembre 1965[87]. Selon Auguste Lecœur, le livre de son homonyme comprend certaines omissions et falsifications[9]. Il comporte par ailleurs une date contestée par d'autres historiens sur le décès de la résistante Emilienne Mopty[88].
  • En 1993 fut créée une "Association Mai-juin 1941", qui publie le livre sur le parcours des mineurs étrangers dans la Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais[47].
  • Le , une semaine avant le premier tour des élections législatives de 2012, Jean-Luc Mélenchon, candidat à la onzième circonscription du Pas-de-Calais, organise une marche en souvenir d'une grande figure de la grève de 1941, Émilienne Mopty, qui a réuni six mille personnes.
  • En 2014, sous l'impulsion de la ministre de la Justice Christiane Taubira, l'Assemblée nationale décide de rendre aux hommage aux mineurs des grèves de 1941, de 1948 et de 1952. Des indemnisations financières sont accordées à ceux qui avaient été licenciés lors de la grève des mineurs de 1948 ou à leurs familles, avec une audience le devant le conseil de prud'hommes de Paris pour en demander l'application concrète[89]. Pour l'occasion, une commission est créée, présidée par Christian Champiré, maire PCF de Grenay (Pas-de-Calais)[19].

Arts et littérature[modifier | modifier le code]

  • Le poète Louis Aragon a visité en 1946 la fosse où avait démarré la grève, dans le but d'en faire le haut-lieu d'une grande saga, à la fois réaliste et romanesque, qu'il prévoit d'écrire en six tomes, Les communistes, se voulant l'égal de celles d'Emile Zola et Victor Hugo dans le domaine social. Dès 1946, . Mais Louis Aragon n'écrira que les deux premiers tomes, malgré l'engouement de l'époque pour le roman populiste et l'ouvriérisme. Très proche du secrétaire général du PCF Maurice Thorez, il évite ainsi de parler d'une grève où ce dernier n'a joué aucun rôle, les tentatives de suggérer l'inverse, dans le cadre du culte de la personnalité ayant échoué. Aragon publie d'abord dans la revue Europe de [78] des poèmes écrits par le journaliste lillois André Stil, 25 ans, saluant les discours de Thorez vantant la Bataille du charbon d'après-guerre. Puis André Stil s'enhardit et invite Aragon dans la région[90], les 18 et [75] et une descente au Puits de mine no 7 de Dourges-Dahomey[75], où avait commencé la grève de mai-[91]. Cette visite de prépare la saga Les communistes. Aragon renoncera finalement à évoquer cette grève pourtant prestigieuse. Dès la publication du premier tome, en , c'est la déception dans la région: pas un mot sur grève héroïque, mais on espère que ce sera dans les tomes suivants. En fait, plusieurs tomes de cette saga Les communistes ne seront jamais écrits.
  • L'exposition de peinture Au Pays des mines a lieu en janvier 1951 à Paris puis dans une quinzaine de villes de France, est la première manifestation importante de la peinture liée au nouveau réalisme à française, qui rassemble la plupart des toiles rendant hommage à la Grève des mineurs de 1948 et à leur conditions de vie, mais dont plusieurs font des allusions directes à la grève de mai-. Voulue et organisée par le leader de cette grève Auguste Lecoeur, elle a réuni quarante toiles et dessins du peintre André Fougeron sur la vie des mineurs[92], à partir du , à la galerie Bernheim-Jeune, avenue Matignon[93], qui sont le produit d'un travail s'apparentant à du reportage, dans l'esprit du "Nouveau réalisme". Trois ans plus tôt, Boris Taslitzky avait déjà été envoyé en 1947 par le Musée des Arts et Traditions Populaires pour un reportage à Denain dans le pays minier du Nord-Pas-de-Calais, dont il avait ramené des dessins dans les usines de sidérurgie, comme "les Femmes de Denain" et " Manifestation au carreau des mines" à la même époque "Les Anciens du maquis de la Creuse". La peintre Mireille Miailhe avait ensuite été envoyée à son tour au pays minier en 1948 pour en ramener des tableaux[94].
  • En à Lens a eu lieu une exposition de clichés originaux du grand photographe Robert Doisneau (1912-1994) pris dans le secteur lors de la grève des mineurs de 1941[95].
  • L'acteur et producteur de cinéma Pierre-Henri Deleau, qui a grandi à Gauchin-le-Gal, a demandé au maire, Claude Lemaître un plaque pour Julien Hapiot, figure de la grève, et enfant du village[96]. La mairie ayant refusé, la plaque a été dévoilée devant un restaurant avec ses petits-neveux, une descendante de sa famille adoptive et Grégory Picart, historien de Grenay[72].
  • Oser la grève sous l’occupation, documentaire de Dominique Dreyfus et Marie-Jo Pareja, est sortir en France en 2016, consacré aux « deux grèves sans précédent secouant le bassin liégeois, en Belgique, et le nord de la France »[97].
  • Anthony Masset, pharmacien à Amiens, a écrit un livre sur un des grévistes, son grand-oncle Marcel Masset, arrêté et déporté, dans le "train de Loos", dernier convoi de déportés. Il a découvert son nom par hasard sur une plaque commémorative lors d'une visite pédagogique en classe de troisième du collège de Doullens[98].
  • Un jeu de piste pédagogique « Mineurs en grève », reposant sur des messages cryptés et valorisant le patrimoine historique, a été conçu en dans la ville de Harnes, par Laura Brunner, chargée de la valorisation des musées pour la municipalité, mettant les joueurs dans la peau d'un mineur qui veut importer la grève de la fosse du Dahomey à d'autres[99].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ponty page 124.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c "MAI-JUIN 1941 : 100 000 MINEURS EN GRÈVE DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS CONFÉRENCE" Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG), le
  2. "Croix de guerre pour une grève. Cent mille mineurs contre l'occupant - ", par Auguste Lecoeur, aux Editions Plon en 1971
  3. a b c d et e « Grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais », Chemins de Mémoire (consulté le ).
  4. a b c d e f g h i j k l m et n Youenn Martin, « Il y a 80 ans, les mineurs du Nord - Pas-de-Calais défiaient l’occupant allemand », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z a0 b0 c0 d0 e0 f0 g0 h0 i0 j0 k0 l0 m0 n0 et o0 "La participation des polonais à la Résistance dans le Pas-de-Calais et le Nord (1940-1944)" par J. Zamojski dans la Revue du Nord en 1975 [1]
  6. a et b "Les mineurs et la grève" par Achille Blondeau et Marie-Danielle Demélas aux Presses universitaires du Midi[2]
  7. Article de Nathan Jendryka, le dans L'Avenir de l'Artois [3]
  8. a b c d e f g h i j k et l Thiery 2013, p. 122.
  9. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z a0 b0 c0 d0 e0 f0 g0 h0 et i0 Yves Jeanneau et Simon Boucher, « Auguste Lecœur et la grève des mineurs de 1941 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Laurent Thiery, La Répression allemande dans le Nord de la France 1940–1944, Septentrion, (lire en ligne), p. 121.
  11. a et b « Biographie d'Eugénie Camphin », sur Le Maitron.
  12. « Camphin Maurice-Albert », sur memorialgenweb.org.
  13. « Biographie d'Alphonse Pelayo », sur Le Maitron.
  14. "Fils du peuple" par Maurice Thorez, édition de 1947, rééditée après sa mort en 1970
  15. "Mounette Dutilleul, ou la mémoire effacée : comment appeler les choses par leur nom?" extrait des mémoires de la résistante communiste Mounette Dutilleul [4]
  16. « Biographie de Maurice Tréand », sur Le Maitron.
  17. Les résistants : de la guerre de l'ombre aux allées du pouvoir 1944-1989 aux Éditions Fayard en 1989, par Rémi Kauffer et Roger Faligot
  18. "Les communistes du Nord et du Pas-de-Calais de l'agonie du Front Populaire à la guerre (1938-1939). Seconde partie : Forces et faiblesses du communisme du Nord à la veille de la guerre" par l'historien Yves Le Maner, dans la Revue du Nord en 1988 [5]
  19. a b c et d « Le scandale de la grève oubliée des mineurs de mai-juin 1941 », sur l'Humanité, (consulté le ).
  20. a b c d e f et g Martha Desrumeaux, « La grève de 1941 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. a et b « Biographie de Martha Desrumeaux », sur Le Maitron.
  22. a b c et d Charles Tillon, Les FTP : la guérilla en France, Julliard, .
  23. La VDN Patrick Frère le [6]
  24. « Biographie de Julien Lhommet », sur Le Maitron.
  25. a et b « Les sondages clandestins de la Résistance en France occupée au début de l’année 1944 », par Jean-Paul Grémy.
  26. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z a0 b0 c0 d0 e0 f0 g0 h0 i0 j0 k0 l0 m0 n0 o0 p0 q0 r0 s0 t0 u0 v0 w0 x0 y0 z0 a1 b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1 i1 j1 k1 l1 m1 n1 o1 p1 q1 r1 s1 t1 u1 v1 w1 x1 y1 z1 a2 b2 c2 d2 e2 f2 g2 h2 i2 j2 k2 l2 m2 n2 o2 p2 et q2 "Chronique de la grève des mineurs du Nord/Pas-de-Calais ( - )" par Etienne Dejonghe, Maître de conférences à l'Université de Lille III et président du Conseil scientifique de l'Association "Mémoire de l'Occupation et de la Résistance en Zone interdite", dans la Revue du Nord en 1987 [7]
  27. a b c d e f et g "Evocation : Julien Lahaut et la grève des 100 000" par la Rédaction de la RTBF le mardi [8]
  28. a b et c "L'Europe des communistes" par José Gotovitch, Pascal Delwit, an-Michel De_Waele, aux Éditions Complexe, en 1992 [9]
  29. a b c d e f g h i j k et l Article de Roger Pannequin dans les Cahiers du communisme , numéro de [10]
  30. a b c et d « Dechy: le colone Jan Skowron, héros de la résistance nous a quittés », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  31. a b c et d Lecoeur 1963, p. 173.
  32. Biographie Le Maitron [11]
  33. « La résistance dans le Nord–Pas-de-Calais », sur La coupole - Centre d'histoire et de mémoire du Nord-Pas-de-Calais (consulté le ).
  34. Gérard Dumont et Valérie Debrabant, Les 3 âges de la mine, t. 3, Lille, La Voix du Nord & Centre historique minier de Lewarde, 51 p. (ISBN 978-2-84393-107-9), p. 26.
  35. Isabelle Ellender, « Grâce à l'Office du tourisme, on ne verra plus les rues de Seclin de la même manière manière », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  36. a b c et d "Le Dernier Grand Soir. Un Juif de Pologne", par Louis Gronowski-Brunot en 1980 aux Editions du Seuil [12]
  37. a b c et d "Les polonais dans la résistance communiste en France" par Paweł Sękowski, docteur en histoire moderne et contemporaine de l'Université Paris-Sorbonne, professeur à l'université Jagellonne de Cracovie [13]
  38. a b et c Edmond Gogolewski, Les polonais et la Pologne dans la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale, Septentrion, (lire en ligne).
  39. Biographie Le Maitron de Stanislas Kubacki [14]
  40. a et b "Presse de la résistance polonaise en France (XXe)", sur Patrimoines Partagés, par Henryk Citko, conservateur à la Bibliothèque Nationale de Pologne, en
  41. a b et c "La presse clandestine polonaise en France pendant la Seconde guerre mondiale par Jan E.Zamojski J, Acta Poloniae Historica, 1987 [15]
  42. "Histoire de la Résistance en France. La première année : -" par Marcel Delgiame-Fouché, Henri Noguères, et Jean-Louis Vigier en 1967 [16]
  43. « Biographie deTadeusz Cichy », sur Le Maitron.
  44. "Le mouvement F.T. P.F. dans le Valenciennois" par Annie Defromont-Leschevin dans la Revue du Nord en 1969 [17]
  45. « Biographie de Paul Hencke », sur Le Maitron.
  46. Albert Ouzoulias, Les bataillons de la jeunesse, FeniXX, , 538 p. (ISBN 9782307065685, lire en ligne).
  47. a b et c Georges Sentis, Les mineurs étrangers et la Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais: Biographies, FeniXX, 32 p. (ISBN 2402257628, lire en ligne).
  48. a b et c Auguste Lecœur, Le Partisan, en 1963 [18].
  49. "Ami si tu tombes (mémoires)" par Roger Pannequin, aux éditions du Sagittaire en 1976
  50. a et b Biographie Le Maitron de Simon Kurlik
  51. "Ami, entends-tu...: La Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais" par Jacques Estager aux Editions Messidor [19]
  52. Fiche de lecture de la biographe d'Achille Blondeau, par Laurence Mauriaucourt, dans L'Humanité, 2014 [20]
  53. Biographie Le Maitron d'Achille Blondeau [21]
  54. a b c d e f g h i et j Thiery 2013, p. 123.
  55. a b c d e et f Thiery 2013, p. 125.
  56. Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du , p. 41.
  57. Discours de Guy Mollet, député-maire d'Arras, lors de l'inauguration du mur des fusillés de la citadelle d’Arras, reproduit dans Nord Matin du mercredi [22]
  58. a b c d et e « Biographie de Félix Burczykowski », sur Le Maitron.
  59. a et b « Une famille décimée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  60. Isabelle Pétillon, « Qui étaients les 35 patriotes fusillés au Fort du Vert-Galant », La Voix du Nord,‎ 03avril 2017 (lire en ligne).
  61. « 1e septembre 1944, le train de Loos », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  62. "La Répression allemande dans le Nord de la France 1940-1944" par l’historien Laurent Thiery, Editions du Septentrion, en 2014 [23]
  63. a b et c "La grève des mineurs de l'automne 1948 en France" par Marion Fontaine et Xavier Vigna, dans la revue Vingtième Siècle en 2014 [24]
  64.  : « Mai 1945 : étude sur le problème social des mines dans le Nord et le Pas-de-Calais »
  65. a et b "Les grèves de 1947 et 1948 dans le Pas-de-Calais, déroulement, violence et maintien de l'ordre" par Philippe Roger, dans la Revue du Nord en 2011 [25]
  66. a b et c "Chronique de la Résistance" par Alain GUÉRIN, Place des éditeurs, en 2010 [26]
  67. « Biographie d'Emilienne Mopty », sur Le Maitron.
  68. Alain Petit, « Biographie de Michel Brûlé », sur Le Maitron, .
  69. a b et c « Michel Brûlé, celui qui sonna la révolte », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  70. a et b Ouzoulias 1967, p. 160.
  71. « Julien Hapiot, l'historique », par Hervé Poly, www.hervepolypcf62.com, .
  72. a et b Audrey Halford, « Une plaque pour le résistant communiste Julien Hapiot », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  73. Audrey Halford, « La plaque en hommage au résistant Julien Hapiot sera posée ce samedi », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  74. Yves Le Maner, « Biographie de Charles Debarge », sur Le Maitron.
  75. a b et c Lucien Wasselin, « Aragon et la grève des mineurs de mai- », dans Faites entrer l'Infini, .
  76. a et b « 100000 mineurs en grève contre l'occupant », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  77. a b et c Gilles Perrault, « Debarge (Charles) », dans Dictionnaire amoureux de la résistance, (lire en ligne).
  78. a b et c « André Stil », sur Maitron.
  79. a b c d e et f "Ami, entends-tu... La Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais" par Jacques Estager, en 1986 aux Editions Messidor [27]
  80. a b c et d Jean-Louis Vivens. "Conflit social ou affrontement politique ? La grève des mineurs en France en 1948 sous les angles de la solidarité et de la répression". revue Histoire. 2015.[28]
  81. Fontaine Marion, Vigna Xavier, « La grève des mineurs de l'automne 1948 en France », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2014/1 (N° 121), p. 21-34. [29]
  82. Olivier Nowicki, « Il y a 77 ans: les mineus de la fosse 7 disaient non à l'occupant allemand », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  83. Dans Les bataillons de la jeunesse, publié en 1967, l'ex-FTP Albert Ouzoulias reproduit une photo des deux plaques, sans questionner la validité de la seconde [30]
  84. Témoignage de Roger Pannequin en page 114 de Mémoires d'Ex [31]
  85. Roger Collewaert, La grève héroïque des mineurs en 1941 : Pour la patrie et pour leur pain, Paris, Les Éditions sociales, Document utilisé pour la rédaction de l’article[32]
  86. "Croix de guerre pour une grève. 100 000 mineurs contre l'occupant 27 mai-10 juin 1941", aux Editions Plon, 1971
  87. "L'Aurore se lève au pays noir", par Auguste Copin
  88. "Chronique de la Résistance" par Alain Guérin en 2010, Place des éditeurs [33]
  89. Article de Leïla de Comarmond dans Les Echos le [34]
  90. « Waziers, la chance de ma vie », écrivit Stil cinq ans plus tard, dans un hommage vibrant à Thorez [35]
  91. "Aragon et la grève des mineurs de mai-" par Lucien Wasselin, dans Faites entrer l'Infini de [36]
  92. La République moderne. La IVe République (1946-1958) par Jenny Raflik, éditions Points sur books.google.fr.
  93. « Les juges, le pays desmines », Centre Pompidou.
  94. « Biographie de Mireille Miailhe », sur Le Maitron.
  95. Djamel Mezine, « Orchestrées par l'Office du tourisme de Lens-Liévin, les fêtes de la sainte-Barbe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  96. Audrey Halford, « Une plaque pour le résistant communiste », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  97. « Que faire ce lundi à Lille et dans la métropole », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  98. Article le dans La Voix du Nord [37]
  99. Article de Mathieu Lorriaux et Fabien Pestiaux le dans La Voix du Nord [38]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Auguste Lecoeur, Le partisan, Paris, Flammarion, , 315 p.
  • Collectif, Le Nord, de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angeli, Bordessoules, (ISBN 978-2-903504-28-1), p. 324-325 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gérard Dumont et Valérie Debrabant, Les 3 âges de la mine, t. 3, Lille, La Voix du Nord & Centre historique minier de Lewarde, 51 p. (ISBN 978-2-84393-107-9), p. 26 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Outteryck, La grève des mineurs de mai-juin 1941, Le Geai Bleu, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Outteryck, Mai-juin 1941 - 100 000 mineurs en grève, Le Geai Bleu, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roger Collewaert, La grève héroïque des mineurs en 1941: Pour la patrie et pour leur pain, Paris, Editions sociales, Document utilisé pour la rédaction de l’article [lire en ligne]
  • Janine Ponty, Polonais méconnus : Histoire des travailleurs immigrés en France dans l'entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, , 474 p. (ISBN 2-85944-536-6, ISSN 0768-1984, lire en ligne), p. 62, 124, 171. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Collectif, Le Nord, de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angeli, Bordessoules, (ISBN 978-2-903504-28-1), p. 324-325.

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]