Pihem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pihem
Pihem
Mairie
Blason de Pihem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Lumbres
Maire
Mandat
Jean-Claude Coyot
2020-2026
Code postal 62570
Code commune 62656
Démographie
Gentilé Pihémois
Population
municipale
948 hab. (2018 en diminution de 3,76 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 02″ nord, 2° 12′ 50″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 134 m
Superficie 7,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Pihem
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pihem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pihem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pihem
Liens
Site web mairiepihem.com

Pihem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Pihémois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est formée de trois localités : Pihem, Bientques et Petit-Bois. Le « ravin de Pihem » est un ancien lit d'un cours d'eau tari formant une excavation de 15 à 20 mètres de profondeur sur 3 km de long. Ce ravin se situe aux deux tiers sur la commune d'Hallines et se prolonge jusqu'à l'Aa.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pihem
Hallines Helfaut
Remilly-Wirquin Pihem Inghem
Cléty Herbelles

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pihem est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,8 %), prairies (24,7 %), zones urbanisées (3,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pithem (1114 - 1190), Pithen (1139), Piehem (1192), Pihem (1206), Pihan et Pitthan (XIVe siècle), Pitthem (1618), Pihen-Biengue (1720)[8].

Pihem est un nom composé de deux syllabes celto-teutoniques : « Pi » et « Hem ». « Pi » vient de Pit, Put, Putja, signifiant « puits » et « Hem » de Hem, Heim, Haim signifiant « domaine, demeure ou village ». Ce qui donne le « village du puits ». À signaler l'installation de ce village sur une hauteur, d'où la nécessité d'un puits pour accéder à l'eau.

Le nom flamand de la commune est Pittem[9].

Hameaux
  • Bientques : est un nom gallo-germanique avec un suffixe latin (-inal-inas(, et de Bekko/Bikko, nom d'homme germanique.
  • Lespinoy : « espinoy » (époque médiévale). À partir de spinetum qui signifie « lieu planté d'épines ». Indique sans doute un défrichement.
  • Petit-Bois : appelé en 1412 « Bus d'aval », le bois d'amont signifiant hameau installé près (ou à la place) du petit bois de Pihem.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des silex néolithiques furent découverts dans le lœss, laissant penser que le territoire était déjà occupé à la fin de la préhistoire (de 6000 à 2 500 av. J.-C.).

À l'époque gallo-romaine, le territoire fait partie de la cité des Morins, dont le siège se trouvait à Tarvanna (Thérouanne).

En 1072, on retrouve la trace du fief de Bienquennes, qui faisait partie de la banlieue de Saint-Omer, sous le comte d'Artois.

En 1273, Baudouin sire de Piehem est un des treize barons du comté de Guînes[10].

En 1944, le village est la cible de nombreux bombardements anglo-américains, avant et après la construction du site de lancement de missiles V1 d'Esquerdes. Le 19 juin quatre civils sont tués et une dizaine de maisons détruites. Le 23 juin, en deux vagues différentes, à nouveau de nombreuses victimes civiles sont faites[11].

Quartiers[modifier | modifier le code]

Un quartier du village s'appelle le Tonkin, parce que, dit-on, il y eut des querelles de femmes pendant la guerre d'Indochine.
À l'extrémité du village, près de la route départementale 928 allant à Wizernes, au fond d'un vallonnement, se trouve un endroit connu sous le nom de Haies de Cambennes, plus communément appelé Le Coupe-Gorge, probablement dû au fait qu'en 1769, un inconnu hollandais, Nicolas Lacroix, étranger au pays, fut retrouvé tué dans un champ de blé à cet endroit[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pihem dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1800 Antoine-Joseph Delepouve    
1800 1806 Jean-Jacques Delohen    
1806 1817 Charles Delepouve    
1824 1830 Etienne Caron    
1830 1837 Charles-François Delepouve    
1837 1851 Elysée Delohen    
1851 1852 Florentin Duplouy    
1852 1865 Antoine Delohen    
1865 1870 Denis Eloy    
1870 1892 Justin Caron    
1892 1896 Séraphin Faucon    
1896 1900 Adoplhe Dubois    
1900 1921 Ovide Delrue    
1921 1921 Elysée Delohen    
1921 1935 Paul Denuncq    
1935 1939 Célestin Portenart    
1939 1944 François Barois    
1944 1947 Alexis Coyot    
1947 1959 Edouard Barois    
1959 1977 Amédée Alloy    
1977 1984 Jacques Breemersch DVG  
1984 2008[13] André Delobel    
mars 2008 En cours
(au 15 février 2015)
Jean-Claude Coyot   Artisan menuisier retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[14],[15],[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 948 habitants[Note 3], en diminution de 3,76 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510510561625636605607617623
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605600595625658643642616626
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
629636615558554578569495510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
519532515616802893931990964
2018 - - - - - - - -
948--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 11,5 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 14,9 %).
Pyramide des âges à Pihem en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,9 
75 à 89 ans
4,7 
7,6 
60 à 74 ans
10,2 
23,7 
45 à 59 ans
23,1 
24,6 
30 à 44 ans
22,2 
18,5 
15 à 29 ans
17,8 
21,6 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-aux-Liens de Pihem, dont les origines remontent à 1112 ; le chœur et la tour sont du XVIe siècle. Dans l'église une statue de la Vierge à l'Enfant du XIVe siècle.
  • Le monument aux morts.
  • Le calvaire entre Pihem et Bientques.
  • Le château d'eau à Bientques, datant de 1936.
  • La motte féodale à Bientques.
  • Les ravins de Pihem.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille de Fiennes, longtemps seigneur du hameau de Bientques.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pihem Blason
De gueules au pal d'argent chargé d'un lion de sable, armé et lampassé du champ.
Détails
Le pal évoque la voie romaine qui traverse le village, sous le nom de rue de Thérouanne. Le lion est issu des armes de la famille de Fiennes, qui donna les seigneurs de Bientques, hameau de Pihem.

Adopté par la municipalité le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 297.
  9. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  10. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 981, lire en ligne.
  11. Pihem sous l'Occupation
  12. Extrait du registre d'état-civil de Pihem de 1769
  13. a et b « Les projets des maires : Jean-Claude Coyot, soucieux du cadre de vie à Pihem : Conseiller en 1983, deuxième adjoint en 1989, Jean-Claude Coyot a été élu maire en 2008. Il entame son deuxième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2015).
  14. « Pihem : Jean-Claude Coyot réélu maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2015).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 10 février 2015).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Évolution et structure de la population à Pihem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010).
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010).