Beauvoir-Wavans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beauvoir-Wavans
Beauvoir-Wavans
Le château de Beauvoir, monument historique.
Blason de Beauvoir-Wavans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes du Ternois
Maire
Mandat
Marc Foudrinier
2023-2026
Code postal 62390
Code commune 62881
Démographie
Population
municipale
374 hab. (2020 en diminution de 3,86 % par rapport à 2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 07″ nord, 2° 09′ 47″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 128 m
Superficie 9,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Beauvoir-Wavans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Beauvoir-Wavans
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Beauvoir-Wavans
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Beauvoir-Wavans

Beauvoir-Wavans est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Ternois qui regroupe 103 communes et compte 37 989 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce petit village, traversé par le fleuve côtier Authie, se trouvait autrefois pour partie dans la Somme (Beauvoir) et pour partie dans le Pas-de-Calais (Wavans).

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes, dont quatre dans le département de la Somme :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par l'Authie, cours d'eau naturel de 108,18 km, qui prend sa source dans la commune de Coigneux, située dans le département de la Somme, et qui se jette dans la Manche entre les communes de Berck et de Fort-Mahon-Plage[1].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune s'inscrit dans l'est du « paysage du val d’Authie » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2].

Ce paysage, qui concerne 83 communes, se délimite : au sud, dans le département de la Somme par le « paysage de l’Authie et du Ponthieu, dépendant de l’atlas des paysages de la Picardie et au nord et à l’est par les paysages du Montreuillois, du Ternois et les paysages des plateaux cambrésiens et artésiens. Le caractère frontalier de la vallée de l’Authie, aujourd’hui entre le Pas-de-Calais et la Somme, remonte au Moyen Âge où elle séparait le royaume de France du royaume d’Espagne, au nord.

Son coteau Nord est net et escarpé alors que le coteau Sud offre des pentes plus douces. À l’Ouest, le fleuve s’ouvre sur la baie d'Authie, typique de l’estuaire picard, et se jette dans la Manche. Avec son vaste estuaire et les paysages des bas-champs, la baie d’Authie contraste avec les paysages plus verdoyants en amont.

L’Authie, entaille profonde du plateau artésien, a créé des entités écopaysagères prononcées avec un plateau calcaire dont l’altitude varie de 100 à 163 m qui s’étend de chaque côté du fleuve. L’altitude du plateau décline depuis le pays de Doullens, à l'est (point culminant à 163 m), vers les bas-champs picards, à l'ouest (moins de 40 m). Le fond de la vallée de l’Authie, quant à lui, est recouvert d’alluvions et de tourbes. L’Authie est un fleuve côtier classé comme cours d'eau de première catégorie où le peuplement piscicole dominant est constitué de salmonidés. L’occupation des sols des paysages de la Vallée de l’Authie est composé de 70% en culture[3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2] : les bois de la Justice, bois d'Auxi-le-Château et pâture Mille trous qui couvrent 1 518 ha. Cette ZNIEFF se répartit sur les communes d'Auxi-le-Château, Buire-au-Bois, Nœux-lès-Auxi et Beauvoir-Wavans[4].

et une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la moyenne vallée de l’Authie et ses versants entre Beauvoir-Wavans et Raye-sur-Authie. Cette ZNIEFF de la moyenne vallée de l’Authie comprend une organisation paysagère régulière avec le fond de vallée humide, des versants calcaires, pentes boisées et hauteurs cultivées[5].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[6].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : les pelouses, bois, forêts neutrocalcicoles et système alluvial de la moyenne vallée de l'Authie, d’une superficie de 115 hectares et d'une altitude variant de 17 à 138 mètres[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Beauvoir-Wavans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65 %), zones agricoles hétérogènes (13,2 %), forêts (8,8 %), prairies (8,1 %), zones urbanisées (4,9 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Transports[modifier | modifier le code]

Beauvoir-Wavans est traversé par la D938, principal axe de communication allant de Doullens à Auxi-le-Château.

Le village était autrefois desservi par une halte sur la Ligne de Fives à Abbeville, la fermeture de la section Frévent-Auxi-le-Château en août 1973 entraina la fermeture de la halte, la voie ferrée est désormais une voie verte allant d'Abbeville à Saint-Pol-sur-Ternoise.

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, la ligne no 58 (Auxi-le-Château - Doullens), le jeudi et le samedi, jours de marché[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette commune est née de l'union de deux communes en 1973 : Beauvoir-Rivière, qui se trouvait jusqu'alors dans la Somme et Wavans-sur-l'Authie qui, elle, appartenait au Pas-de-Calais[15].

Beauvoir-Rivière[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Beauvoir en 1306 ; Beauvois Rivière en 1720 ; Beauvoir en Rivière en 1774[16]; Beauvoir Rivière en 1793 ; Beauvoir-Rivière depuis 1801[15].

Wavans-sur-l'Authie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vuavant , Wavanz, Vuavanz au XIIe siècle ; Wavans sur Autie en 1739 ; Wavan-Artois en 1790[17]; Wavans en 1793 et 1801 ; Wavans-sur-l'Authie depuis 1948[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean de Beauvoir, seigneur sur la commune actuelle de Beauvoir-Wavans, trouve la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[18].

L'archiviste départemental du Pas-de-Calais signale au préfet en 1894 qu'il a ramené aux archives avec l'accord du maire d'Auxi-le-Château 3 cartons d'archives du marais de Lannoy (datées de 1699 à 1791), « dont le pâturage était contesté par les habitants de Mézicourt et de Wavans »[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie, en 2014.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la petite communauté de communes de l'Auxillois créée fin 1998.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[20], le préfet du Pas-de-Calais a publié le 12 octobre 2015 un projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui prévoyait diverses fusion d'intercommunalité[21]. À l'initiative des intercommunalités concernées[22], la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) adopte le 26 février 2016 un amendement à ce projet, proposant la fusion de :
- la communauté de communes de l'Auxillois, regroupant 16 communes dont une de la Somme et 5 217 habitants[23] ;
- la communauté de communes de la région de Frévent, regroupant 12 communes et 6 567 habitants ;
- de la communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois, regroupant 58 communes et 19 585 habitants ;
- de la communauté de communes du Pernois, regroupant 18 communes et 7 114 habitants.

Le schéma, intégrant notamment cette évolution, est approuvé par un arrêté préfectoral du [24],[25] et la communauté de communes du Ternois, dont la commune est désormais membre, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [26].

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune fait partie depuis 1793 du canton d'Auxi-le-Château[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, qui intègre toujours la commune, s'accroit et passe de 26 à 84 communes.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
25 octobre 1843 22 novembre 1874 Joseph Augustin Ange de Beaulaincourt, Comte de Marles   Premier maire, nommé de 1843 à 1871, puis élu jusqu'en 1874
20 mai 1900 17 mai 1908 Florent Leclercq    
21 mai 1923 19 mai 1935 Florent Leclercq    
19 mai 1945 31 octobre 1947 Maurice Leclercq    
14 mars 1971 mars 1987[27] Pierre Ponthieu   Démissionnaire
mars 1987 avril 2014[27] Danielle Riss    
4 avril 2014 25 mars 2023[28],[29] Yvon Heudent   Professeur de technologie au collège
du Val-d’Authie à Auxi-le-Château[27],[30],[31]
Mort en fonction
25 mars 2023 6 juin 2023 Pascal Leclercq   Premier adjoint, maire par intérim
6 juin 2023[32] En cours
(au 17 novembre 2023)
Marc Foudrinier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[34].

En 2020, la commune comptait 374 habitants[Note 5], en diminution de 3,86 % par rapport à 2014 (Pas-de-Calais : −0,71 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360313376346381379399345315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356332327300290312303304294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
307280260246259230205231223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
238216392401409397391389394
2018 2020 - - - - - - -
378374-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 190 hommes pour 188 femmes, soit un taux de 50,26 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,5 
12,6 
75-89 ans
12,8 
17,9 
60-74 ans
17,6 
25,8 
45-59 ans
20,7 
20,0 
30-44 ans
14,9 
11,6 
15-29 ans
13,3 
11,6 
0-14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés par un regroupement pédagogique intercommunal qui regroupe Nœux-lès-Auxi et Beauvoir-Wavans[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

  • Le château de Beauvoir-Wavans est bâti en 1780, c'est un bâtiment de trois niveaux en calcaire et en brique, les communs étant eux construits essentiellement de blocs de calcaire. Le domaine est composé de deux pavillons, d'étables, de granges, ainsi qu'un vaste jardin et un bois. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le château fut la Kommandantur du village et des lieux alentour. En 2016, le château fait l'objet d'une inscription, en totalité, au titre des monuments historiques avec ses pavillons, l’ensemble de ses communs, le potager, la cour d’honneur, le parc avec ses allées et les murs de clôture avec leurs portails[39].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint Vaast[40].
  • Les deux monuments aux morts issus du regroupement des deux communes[41].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mary Floran (Abbeville, 1856 - Wavans, 1934), écrivain, auteur de romans sentimentaux et patriotiques.
  • Alphonse Sagebien (Wavans, 1807 - Amiens, 1892), inventeur d'une roue hydraulique : la roue Sagebien.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beauvoir-Wavans Blason
D'azur à deux léopards d'or, tachetés de sable, assis et adossés, les queues passées en redorte ; à la plaine ondée d'argent[42].
Détails
Le blason de la commune est directement inspiré de celui de la Famille de Beaulaincourt, la couronne a cependant été ôtée et une ondée d'argent a été ajoutée, symbolisant l'Authie
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Authie (E5500570) » (consulté le )
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages du val d’Authie », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310013296 - bois de la Justice, bois d'Auxi-le-Château et Pâture Mille trous », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013733 - La moyenne vallée de l’Authie et ses versants entre Beauvoir-Wavans et Raye-sur-Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  7. « Natura 2000 FR3100489 - Pelouses, bois, forêts neutrocalcicoles et système alluvial de la moyenne vallée de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  15. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  17. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  18. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  19. Rapport de M. l'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 (extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'août 1894), voir p. 286 sur 1157 (consulté 2009 12 30.)
  20. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  21. « Ternois : le redécoupage des intercommunalités est en marche ! : La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) se réunissait hier après-midi à la préfecture pour continuer à dessiner les contours du futur nouveau découpage des com de com du Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  22. « Vertes collines du Saint-Polois: la fusion avec ses voisines est déjà sur de bons rails : C’est l’actualité du moment : dans la plupart des communautés de communes, les élus s’arrachent les cheveux pour se mettre dans les clous de la loi NOTRe (elle les oblige à fusionner pour créer des intercommunalités de plus de 15 000 habitants). Mais dans le Ternois, les Vertes collines du Saint-Polois et ses trois voisins (Pernois, Auxilois, Région de Frévent) font office de très bon élève et en sont déjà à discuter des modalités de l’« après-fusion », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  23. Le populations mentionnées dans les actes concernant les intercommunalités sont des populations totales, au sens de l'INSEE, c'est-à-dire regroupant la population municipale, c'est-à-dire les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune à laquelle s'ajoute la population comptée à part, qui regroupe principalement les personnes vivant dans certaines collectivités (internats, casernes, hôpitaux, couvents, prisons…).
    Dans les tableaux de population mentionnés dans les articles de wikipédia ne sont habituellement mentionnés que les populations municipales, ce qui explique l'écart entre les chiffres mentionnés dans le SDCI et ceux des tableaux démographiques
  24. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2017 portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], SDCI, Préfecture du Pas-de-Calais (consulté le ).
  25. « Dix-neuf atouts pour la carte intercommunale », L'actualité de L'Institution, Conseil départemental du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  26. « Arrêté interpréfectoral du 30 août 2016 portant création d'une communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes de l'Auxilois, de la région de Frévent, du Pernois et des Vertes Collines du Saint-Polois », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, nos 2016-069,‎ , p. 37-39 (lire en ligne).
  27. a b et c « Danielle Riss à l'honneur », L'Abeille de la Ternoise, no 8467,‎ , p. 37.
  28. « Beauvoir-Wavans : le maire Yvon Heudent a succombé à un arrêt cardiaque : Les secours n’ont rien pu faire pour sauver la vie du maire, décédé ce samedi à l’âge de 58 ans. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Aline Chartrel, « Endeuillé par deux fois, le conseil municipal de Beauvoir-Wavans sera bientôt complété : Des élections complémentaires se dérouleront dans le village de Beauvoir-Wavans, dimanche 21 mai 2023, pour pourvoir deux postes laissés libres par le décès de deux élus », Le Courrier picard,‎ 259/4/2023 (lire en ligne, consulté le ) « professeur de technologie au collège du Val-d’Authie à Auxi-le-Château, il avait intégré le conseil en 1995. Pour l’heure, c’est le premier adjoint Pascal Leclercq qui assure l’intérim ».
  30. « Beauvoir-Wavans : Yvon Heudent élu maire à la suite de Danielle Riss », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Beauvoir-Wavans – Aménager la salle des fêtes, « la » priorité du mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Christophe Hautecœur (CLP), « Marc Foudrinier est le nouveau maire de Beauvoir-Wavans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Beauvoir-Wavans (62881) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  38. « L'école », L'Abeille de la Ternoise, no 8575,‎ , p. 40.
  39. « château », notice no PA62000153, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Église Saint-Vaast », sur sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR) (consulté le ).
  41. « Les monuments aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  42. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).