Jean-Pierre Dickès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Dickès
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Médecin
Éditeur scientifique
Essayiste
Historien régionaliste
Militant associatif
Œuvres principales
Le Patois pour tous (1984)
La Blessure (1988)
Sainte Ide de Boulogne (2005)
L'Ultime Transgression (2013)

Jean-Pierre Dickès, né en 1942 à Boulogne-sur-Mer, est un médecin, historien régionaliste, essayiste et militant catholique français.

Spécialiste du picard, il a également écrit plusieurs ouvrages dans les domaines éthique et médical.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un historien régionaliste[modifier | modifier le code]

Né en 1942 à Boulogne-sur-Mer, sous les bombardements allemands[1], Jean-Pierre Dickès devient président de l'association régionaliste de la Société Académique du Boulonnais et y publie des ouvrages sur le patrimoine historique et la langue de la région[2], tels que la biographie de sainte Ide de Boulogne. Il est l'auteur d'un dictionnaire du picard. Sous sa présidence seront publiés une soixantaine d'ouvrages de régionalisme.

Chaque dernier dimanche du mois, Jean-Pierre Dickès anime un Libre journal sur Radio Courtoisie. Il donne également de nombreuses conférences dans toute la France.

Un médecin catholique[modifier | modifier le code]

Sorti du séminaire en 1965[3], Jean-Pierre Dickès est diplômé de médecine en 1971, après son service militaire comme médecin parachutiste. En 1981, il participe à la création de la clinique d'Opale avec deux autres chirurgiens, tout en étant expert à la Cour d'Appel de Douai, notamment lors du procès d'Outreau[4]. En 1998, il prend ensuite la direction de l'Association catholique des Infirmières et Médecins, puis, en 2000, celle des Cahiers Saint Raphaël, une revue catholique trimestrielle traitant de bioéthique. Ce type de publication est unique en Europe dans la mesure où c'est un véritable compendium de réflexion sur la médecine dans l'optique chrétienne.[réf. nécessaire]

Il créé aussi, en 2007, une association caritative et missionnaire du nom de Rosa Mystica, à travers laquelle il vient en aide aux Philippins. L'association dessert trois dispensaires et assure gratuitement les soins à une ville entière, soit entre 3000 et 6000 personnes. La mission la plus célèbre est celle de Tacloban (en 2014 et 2015), ville entièrement détruite par le cyclone tropical Haiyan[réf. nécessaire]. En novembre 2018, le docteur Dickès quitte la présidence de l'association pour raison de santé et se voit remplacé par le docteur de Geoffrey[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est l'époux de Bernadette Dickès, née Abrassart, infirmière.

Thèmes de réflexion[modifier | modifier le code]

Dans son livre La fin de l'espèce humaine, il aborde le thème du transhumanisme, dont il est un opposant[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dickès, On sommes péquaille : Les Boulonnais parlent de leur santé. Revue en 50 thèmes patoisants,; 1976.
  • Jean-Pierre Dickès : C'est cor'à rire, 192 p. Éklitra n° XLII 1980
  • Jean- Pierre Dickès : Images de guerre à Boulogne sur mer en col. avec A.G. Vasseur 192 p. Société Académique du Boulonnais (SAB) 1987
  • Jean-Pierre Dickès, Le Patois pour tous : Les parlers du Boulonnais, Montreuillois et Calaisis, Éklitra, Broché – 1984
  • Jean-Pierre Dickès, Les Noms de famille en Boulonnais, Calaisis et Pays de Montreuil , 339 p.. Société Académique du Boulonnais Tome 2. 1986.
  • Jean-Pierre Dickès. Boulogne 1989 Dessous d'une élection. 260 p. Auto édition. 1989
  • Jean-Pierre Dickès, La Blessure, Clovis, , 240 p. (ISBN 9782912642066) Traduit en espagnol et en allemand. 528 p.
  • Jean-Pierre Dickès, Le patois boulonnais, Société académique du Boulonnais, T. 12, 1992, 673 p.
  • Jean-Pierre Dickès, Sainte Ide de Boulogne, Paris Concep, , 262 p. (ISBN 9782851621429). Ouvrage distingué par l'Académie des Sciences morales et politiques.
  • Jean-Pierre Dickès, Métiers et noms de famille, 150 p. Société Académique du Boulonnais T. 23, 2000
  • Jean-Pierre Dickès : Les patois de la Côte d'Opale, 528 p. Société Académique du Boulonnais T. 30, 2002
  • Jean-Pierre Dickès : Coauteur de A Tire d'Aile, Histoire de l'aviation dans les Boulonnais avec Marcel Merlot. Société Académique du Boulonnais T.32, 260 p. 2003
  • Jean-Pierre Dickès : L'Homme Artificiel, 297 p.Éditions de Paris, 2007
  • Jean-Pierre Dickès et Philippe Moulis: : Boulogne-sur-mer au temps du roi Soleil ,Tome 1, Société Académique du Boulonnais, 194 p. 2012, Tome II , 244 p. 2013, Société Académique du Boulonnais T. 54 et 54 bis.
  • Jean-Pierre Dickès: De terre, de lumière et d'étoiles, Société Académique du Boulonnais, 40 p. 2014
  • Jean-Pierre Dickès : L'Ultime Transgression. DFP Chiré 280 p. 2013 ; réédité et complété 318 p.2013
  • Jean-Pierre Dickès, La fin de l'espèce humaine, Éditions de Chiré, , 364 p. (ISBN 9782851901903)
  • Jean-Pierre Dickès et Pierre Baudelicque. Un Jeune Boulonnais dans la Tourmente. Tome I, 282 p. Mémoires la Société Société Académique du Boulonnais N° 57. Cet ouvrage a été rédigé à partir des archives de Christian Fourrier.
  • Jean-Pierre Dickès et Pierre Baudelicque. Un Jeune Boulonnais dans la Tourmente. Tome Ii 300 p. Mémoires la Société Société Académique du Boulonnais N° 58. Cet ouvrage a été rédigé à partir des archives de Christian Fourrier.
  • Jean-Pierre Dickès Direction des Cahiers Saint Raphaël, revue d'éthique médicale trimestrielle à partir de l'année 2000. 120 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Soit entre mai et août, selon l’Histoire de Boulogne-sur-Mer (chap. 15 ; ed. 1983) d'Alain Lottin.
  2. La Voix du Nord, « Jean-Pierre Dickès et Philippe Moulis racontent Boulogne au temps du roi Soleil » (consulté le 11 septembre 2015)
  3. De cette expérience, il tire un livre, La Blessure, dans lequel il raconte ses mésaventures au séminaire de Saint-Sulpice, à Paris, qu'il quitte en 1965, sans se faire ordonner prêtre, en partie à cause de la crise moderniste.
  4. « Outreau : les temps forts du troisième procès » (consulté le 11 septembre 2015)
  5. Anne Le Pape, « Rosa mystica », Présent,‎ (lire en ligne).
  6. https://iatranshumanisme.com/2015/12/22/jean-pierre-dickes-le-transhumanisme-ou-la-fin-de-lespece-humaine/

Liens externes[modifier | modifier le code]