Bouquehault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouquehault
Bouquehault
La mairie.
Blason de Bouquehault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité CC Pays d'Opale
Maire
Mandat
Lucien Melin
2020-2026
Code postal 62340
Code commune 62161
Démographie
Gentilé Bouquehaultiers
Population
municipale
786 hab. (2019 en augmentation de 9,32 % par rapport à 2013)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 38″ nord, 1° 54′ 15″ est
Altitude Min. 44 m
Max. 181 m
Superficie 8,04 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calais-2
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bouquehault
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bouquehault
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouquehault
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouquehault

Bouquehault est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bouquehaultiers.

La commune fait partie de la communauté de communes Pays d'Opale qui regroupe 23 communes et compte 25 188 habitants en 2018.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 17 km de Calais, chef-lieu de canton, chef-lieu d'arrondissement et aire d'attraction[1].

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Communes limitrophes de Bouquehault
Campagne-lès-Guines Rodelinghem
Guînes Bouquehault
Hermelinghen Alembon Licques

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 946 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[3].

Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé : le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[4].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3] :

et une ZNIEFF de type 2[Note 4] : la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouquehault est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,6 %), forêts (39,4 %), prairies (8,6 %), zones urbanisées (5,4 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 248[15].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 11 km de la gare de Caffiers, située sur la ligne de Boulogne-Ville à Calais-Maritime, desservie par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Buchout (1084), Bucholt et Bocholt (v. 1119), Bocolt (1164), Bocoltho (1165), Bocolt (1169), Bocourt (1184), Buccol (1199), Bouchout (1224), Boucout (1280), Boucaut (1285), Bochhout et Bouckaut (v. 1420), Boucquehault (1480), Bucquaut (1516), Bouchault (1550), Bucholte, Buckeholte et Bokeholte (1556), Bouchaul (1559)[17], Bouquehault (1793), Bronquehau et Bouquehault depuis 1793[18].

Toponyme d'origine néerlandaise, composé de boek ou beuk « hêtre » et holt ou hout « bois », ce qui donne « bois de hêtres, hêtraie », montrant que la Flandre française néerlandophone s'est étendue au-delà de Calais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon des auteurs anciens, Bouquehault était une seigneurie au Moyen-Âge, et le seigneur de Bouquehault, parfois désigné comme faisant une seule entité avec Hames, sous le nom de Hames-Bouquehault, comptait parmi les barons, c'est-à-dire grands vassaux, du comté de Guînes[19]. Au XVIIIe siècle, la seigneurie de Bouquehault appartenait à un membre de la famille de Calonne[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer de 1801 à 1961, puis, depuis 1962, dans l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais[18].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Pays d'Opale.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Guînes de 1801[18] à 2014, et, depuis 2015, au canton de Calais-2.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
23 juin 1995 11 novembre 2013[20] Éric Schollaert PS  
11 novembre 2014[21] mai 2020 François Noël   Agent territorial des Trois-Pays
Réélu pour le mandat 2014-2020[22],[23],[24]
26 mai 2020 En cours
(au 3 février 2022)
Lucien Melin   Employé administratif d'entreprise[25],[26],[27]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Calais, du conseil de prud'hommes de Calais, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bouquehaultiers[29].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[31].

En 2019, la commune comptait 786 habitants[Note 7], en augmentation de 9,32 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555631621631658675675673659
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
630652650578641567585579551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
580596563509546563548491490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
452480450488529567618663697
2014 2019 - - - - - - -
727786-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,6 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 16,1 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 401 hommes pour 375 femmes, soit un taux de 51,68 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
3,7 
75-89 ans
7,1 
9,9 
60-74 ans
10,0 
21,4 
45-59 ans
17,9 
22,9 
30-44 ans
24,2 
15,0 
15-29 ans
16,1 
26,6 
0-14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouquehault Blason
D’argent au hêtre de sinople[36].
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (Bouquehault = hêtraie).
S'inspire des armes de la famille artésienne De Boucqueau, sans doute originaire du lieu, qui en plus d'un hêtre, portait également un bouc que la commune n'a pas conservé.
Adopté par la municipalité le 22 décembre 1993.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la mer du Nord et l'ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l'ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l'amplitude annuelle (moins de 13°C d'écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L'été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d'hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Calais », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  4. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013719 - La couronne boisée au nord de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310013720 - La forêt domaniale de Guînes et ses lisières », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  16. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare de Caffiers », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  17. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 63-64.
  18. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. a et b P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 981-982, lire en ligne.
  20. Michel Lossent (CLP), « Bouquehault : Éric Schollaert a présidé son 130e et dernier conseil municipal : François Noël deviendra maire de la commune lors d’un conseil extraordinaire, mardi prochain », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Éric Dauchart, « Nouveau maire de Bouquehault François Noël explique: « C’est grâce à Éric que je suis là » : François Noël est né à Bouquehault il y a 36 ans. Après avoir vécu à Guînes puis à Fiennes, il est revenu dans sa commune natale en 2005. Marié, père de trois enfants, l’agent territorial des Trois-Pays a intégré le conseil municipal en 2008. Ce mardi soir, il succédera à Éric Schollaert en tant que maire de la commune. Entretien », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. SE.M. (CLP), « Bouquehault : François Noël élu maire, trois adjoints nommés à ses côtés : C’est à l’unanimité que François Noël a été élu maire de Bouquehault, vendredi soir », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  24. SE. M. (CLP), « Projet des maires à Bouquehault : prudence et économie pour mener à bien les grands projets : Comme elle l’a fait avec les bilans des maires avant les élections, La Voix du Nord propose une nouvelle série consacrée aux projets des maires. Quels engagements ? Quels grands chantiers ? Quelles priorités ? Réponses ici avec François Noël, maire de Bouquehault. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  26. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  28. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  29. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bouquehault (62161) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  35. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  36. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).