Blendecques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blendecques
Blendecques
L'hôtel de ville.
Blason de Blendecques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité CA du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Rachid Ben Amor
2020-2026
Code postal 62575
Code commune 62139
Démographie
Gentilé Blendecquois
Population
municipale
4 944 hab. (2019 en diminution de 4,32 % par rapport à 2013)
Densité 517 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 04″ nord, 2° 16′ 38″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 93 m
Superficie 9,56 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Omer
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Longuenesse
Législatives 8e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blendecques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blendecques
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Blendecques
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Blendecques
Liens
Site web ville-blendecques.fr

Blendecques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Blendecquois.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

Avec quatre espaces protégés, trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), un site inscrit dans l'inventaire national du patrimoine géologique et un site du réseau Natura 2000, le territoire de la commune présente une grande richesse de milieux naturels et de biodiversité.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cartographie (cliquer pour afficher)

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Aa, fleuve côtier de 55 km de long se jetant dans le canal de Neufossé au niveau de la commune de Saint-Omer[1]. Cette rivière a enregistré des records de pollution dans les années 1980-1990, mais sa qualité s'est fortement améliorée à la suite de la construction de nouvelles stations d'épuration industrielles (pour les quatre papeteries de la vallée).

À Blendecques, l'Aa est canalisé et séparé en deux bras, la Basse meldyck et la Haute meldyck[2] (Meldyck vient du flamand Molendijk, digue du moulin).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré de type 4 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[3].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 815 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune est située sur d'anciennes zones humides où ont été au Moyen Âge installés les moulins de Blendecques (et bien d'autres, en amont et en aval), dans l'ancien lit majeur de l'Aa, ce qui fait de la commune une commune à risque en matière d'inondation.

Les limites de la commune de Blendecques incluent une partie du plateau d'Helfaut qui domine le centre-ville et qui abrite quatre anciennes réserves naturelles volontaires devenues réserves naturelles régionales. Ces réserves ont été réalisées pour protéger une biodiversité extraordinaire pour la région (en mesures compensatoires au passage d'une nouvelle route (VNVA ou « Voie nouvelle de la vallée de l'Aa », doublant l'ancien CD 77 pour éviter la traversée d'Heuringhem) au travers des Landes d'Heuringhem et de Blendecques). L'Aa fait l'objet d'un SAGE et dans le cadre du nouveau SDAGE devait inclure un programme de restauration de l'anguille qui y était abondante jusque dans les années 1940-1950 (avec d'autres espèces emblématiques telles que la lamproie fluviatile ou la loutre). L'anguille européenne, autrefois très présente dans l'Audomarois, a fortement régressé en France et dans le monde depuis 30 ans et figure aujourd'hui sur liste rouge (espèce menacée).

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

Le plateau des landes.

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[4].

Dans ce cadre, la commune fait partie de quatre espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 3] :

  • le plateau siliceux d'Helfaut à Racquinghem. Cette ZNIEFF correspond à un vaste plateau détritique de moins d’un kilomètre de large et de près de 10 km de long qui surplombe de plus de 90 m la vallée de l’Aa dont les versants abrupts taillés dans la craie sont en partie occupés par les pelouses de Wizernes[9] ;
  • les ravins de Pihem et Noir Cornet et coteau de Wizernes. Cette ZNIEFF s’étend le long de la rive droite de l’Aa où elle forme un ensemble des plus remarquables tant d’un point de vue paysager qu’écologique[10].

et une ZNIEFF de type 2[Note 4] : la moyenne vallée de l’Aa et ses versants entre Remilly-Wirquin et Wizernes. La moyenne vallée de l’Aa et ses versants représentent un remarquable ensemble écologique associant des habitats très différents constituant des complexes de végétations souvent complémentaires[11].

Inventaire National du Patrimoine Géologique[modifier | modifier le code]

Un site inscrit dans l'inventaire national du patrimoine géologique est situé sur la commune : le faciès landéniens dans les carrières de Wizernes et du plateau d'Helfaut. Le plateau d'Helfaut est constitué (de sa base vers le sommet) de craies coniaciennes, de formations thanétiennes (faciès landéniens : tuffeau de Wizernes, argiles de Louvil, tuffeau de Saint-Omer), de formations yprésiennes (argiles d'Orchies) et de formations quaternaires (formation résiduelle à silex et limons pléistocènes)[12].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de sonservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[13].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » :

  • les pelouses, bois acides à neutrocalcicoles, landes nord-atlantiques du plateau d'Helfaut et système alluvial de la moyenne vallée de l'Aa[14]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blendecques est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Omer, une agglomération inter-départementale regroupant 23 communes[18] et 74 682 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (59,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,9 %), zones urbanisées (24 %), forêts (14,8 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,3 %), prairies (2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementalesD 77, D 210, D 211, D 477 et la D 942 qui relie Arques et Saint-Omer. Elle se trouve à 8 km de la sortie no 4 de l'autoroute A26 reliant Calais à Troyes[25],[26].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 5 km de la gare de Saint-Omer, située sur les lignes de Lille aux Fontinettes et de Saint-Omer à Hesdigneul, desservie par des trains TER Hauts-de-France[27].

Avec la gare de Blendecques, la commune se trouve, sur la ligne de Saint-Omer à Hesdigneul, fermée aux voyageurs depuis 1959 et desservie en saison par le chemin de fer touristique de la vallée de l'Aa.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Blandeca (1119), Blendeka (1139), Blindeca (1194), Blendeca (1197), Blindeka (1200), Blendeke (1202), Blendecqua (1263), Blandeques (1286), Blandesque (1306-1400), Blendecque (1417), Bendecque (1793), Blandecques puis Blendecques depuis 1801[28],[29].

Ernest Nègre donne comme origine toponymique l'anthroponyme romain Blandus suivi du suffixe gallo-romain -acum devenu -aca « domaine (de) », donnant le « domaine de Blandus »[30]. Ici, comme pour les proches communes de Wardrecques et Éperlecques, le suffixe -(i)acum a subi une évolution phonétique de type flamand, plus tard francisé en -ecque(s).

Blendeke en flamand[31].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plateau d'Helfaut, le plateau de Longuenesse, et la vallée de l'Aa qu'ils encadrent ont connu une occupation préhistorique, puis gauloise.

Au Moyen Âge, la commune s'est développée sur les abords de l'axe important qui joignait Saint-Omer à Thérouanne (qui deviendra plus tard le CD 77), autour des moulins à vent et moulins à eau construits sur l'Aa et d'une abbaye cistercienne [32]. Ces abbayes étaient nombreuses dans les proches Flandres françaises à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. Les archives disponibles ne permettent pas d'approcher les aspects matériels de la vie du début de ces abbayes, mais à Blendecques, et dans quelques autres cas, « le rôle de la noblesse foncière locale est dominant au contraire de celui des évêques et des comtes de Flandre ».

Vers 1435, Blendecques est une vicomté détenue par Gilles III d'Azincourt[33].

Le 23 mai 1664, des lettres de Madrid érigent en comté la terre et seigneurie de Blendecques, près de Saint-Omer, au profit de François de Lens, mayeur (maire) de Saint-Omer, seigneur de Blendecques, dont la famille descend des châtelains héréditaires de Lens et a produit plusieurs personnages remarquables, comme Baudouin de Lens, gouverneur de Lille, tué en 1364, Charles de Lens, assassiné au pont de Montereau avec le duc de Bourgogne Jean sans Peur, Robert de Lens, père dudit François, qui accepta dès le commencement de la guerre avec la France, la charge difficile de mayeur de Saint-Omer et prit une part très active dans la défense de cette ville, lorsqu'elle fut assiégée par les Français en 1638[34].

En 1698, Thérèse de Lens, fille et sœur des comtes de Blendecques, est l'épouse du seigneur de Quérénaing et Warlaing, membre de la maison de Haynin, et mère de Philippe Louis de Haynin, érigé marquis de Quérénaing et Warlaing[35].

À la révolution industrielle et au XXe siècle, les moulins ont été remplacés par des usines (papeteries-cartonneries notamment, dont deux sur le territoire de la commune) fonctionnant au charbon, puis au fioul ou au gaz et desservies par une voie ferrée plus ou moins parallèle à la rivière de Arques à Lumbres.

Le 18 décembre 1925, une famille de Blendecques, agrandie de seize enfants en seize ans, reçoit le prix Cognacq-Jay, d'encouragement aux familles nombreuses. Le père est un charretier de 42 ans, la mère a 36 ans[36].
La proche verrerie-cristallerie d'Arques jouera aussi un rôle important en tant qu'employeur direct ou indirect important (notamment des années 1970 à 1990).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Longuenesse.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la huitième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
13 mai 1945   Mme Leborgne-Macheur[37]   Seule femme élue du département avec son homologue de Saint-Omer
         
octobre 1947 ? Georges Marquant SFIO  
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 juin 1994
(démission)
Aimé Vasseur PS Ouvrier papetier retraité, maire honoraire
juin 1994 mars 2001 André Dautricourt PS  
mars 2001 mars 2014 André Bultel PS Vice-président de la CA de Saint-Omer
mars 2014[38],[39],[40] En cours
(au 27 mai 2020)
Rachid Ben Amor DVD Instituteur retraité
Conseiller départemental(2015 → )
4e vice-président de la CA de Saint-Omer (2014 → 2017) puis
vice-président de la CAPSO (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[41]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[42].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Blendecquois[43].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[45].

En 2019, la commune comptait 4 944 habitants[Note 7], en diminution de 4,32 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9608659621 2551 4061 5461 6421 5601 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7701 8901 9421 9722 1122 2252 2512 3432 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4092 7803 0053 1893 2593 2063 5083 5053 776
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 9434 4315 0145 3385 2105 1865 0875 1965 022
2019 - - - - - - - -
4 944--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 409 hommes pour 2 565 femmes, soit un taux de 51,57 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,0 
5,0 
75-89 ans
8,5 
16,9 
60-74 ans
16,9 
22,5 
45-59 ans
21,0 
18,2 
30-44 ans
18,2 
17,8 
15-29 ans
16,1 
19,1 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • L'abbaye Sainte-Colombe. Selon l’encyclopédie méthodique de géographie moderne (1782) on trouve à « Blandeque » une « abbaye de Bernardine en Artois, fondée en 1189, sur la rive droite de l'Aa, à une lieue de Saint Omer »[49]. Les vestiges de l'ancienne abbaye sont : un bâtiment d'entrée (façades et toitures) ; un portail ouvrant sur le palais abbatial un palais abbatial (façades et toitures) et son escalier monumental ; les vestiges du mur méridional de l'église ; des restes des bâtiments de la ferme : corps de logis et grange en retour (façades et toitures) ; mur d'enceinte ; sol et sous-sol des parcelles et qui font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [50].
  • Le château de Westhove. Ce bâtiment, en totaité, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [51].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges de plusieurs anciens moulins à eau sont visibles à Blendecques. En particulier, l'ancien « moulin Galamez-Joly » (rue Roger-Salengro, ancien chemin départemental 77) qui il y a plusieurs siècles a fonctionné avec une roue de chaque côté du corps de bâtiments et qui a été moulin à battre le feutre, et à battre le drap, mais aussi à battre le fer. Ces moulins sont anciens, plusieurs fois reconstruits depuis le Moyen-Âge comme le montrent un terrier (à la mairie), les cadastres successifs (depuis le cadastre Napoléon, et un parchemin ancien conservé à la bibliothèque de Saint-Omer qui représente une grande partie de la vallée de l'Aa avec les édifices importants (dont moulins). Depuis le Moyen Âge, ces moulins, lieux symboliques et stratégiques, ont souvent été victimes des invasions et des guerres.
  • L'actuelle église Sainte-Colombe a été construite de 1858 à 1870 en style néoroman. C'est une réalisation de l'architecte Charles Leroy qui a réalisé plus de 50 édifices religieux tous en style néogothique dans la région et dont le plus emblématique reste l'inachevée cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille.
  • Le monument aux morts[52].
  • La stèle à Georges Cartiaux, jeune blendecquois fusillé par les Allemands en 1944[52].
  • Le monument à la mémoire des Polonais tués, en septembre 1944, lors de la libération de la ville[52].
  • La plaque à Léon Gaston Lefebvre et Henri Joseph Louchart, enseignants, tombés durant la Première Guerre mondiale[53].

Les usines[modifier | modifier le code]

La vallée de l'Aa à Blendecques, de par sa richesse médiévale en moulins (une dizaine sur quelques kilomètres, dont trois au centre de la commune sur la rivière autrefois divisée en quatre bras) indique la présence de nombreuses entreprises.

En particulier, la commune de Blendecques abrite encore deux papeteries et les restes de nombreux barrages qui servaient à contrôler l'eau qui produisait l'énergie motrice puis électrique nécessaire à ces activités avant le développement des moteurs au fioul, au charbon, électrique et au gaz…

Four à chaux[modifier | modifier le code]

Les restes d'anciens fours à chaux peuvent être observés dans la vallée, au pied du massif calcaire sous-jacent au plateau d'Helfaut près de la papeterie L'Hermitage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Blendecques Blason
De sable à la colombe d'argent ; au chef du même chargé d'une roue de moulin de gueules[54].
Détails
Armes de l'abbaye Sainte-Colombe auxquelles fut ajouté un chef chargé d'une roue de moulin symbolisant les nombreux moulins anciens sur le cours de la rivière d'Aa.

Adopté le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Berings, Cinq abbayes cisterciennes en Flandre française : fondation et histoire des premières décennies (Five Cistercian Abbeys in French Flandres. Foundation and History of the First Decades), Revue Cîteaux commentarii cistercienses, 1994, vol. 45, no 1-2, p. 63-89, (ISSN 0009-7497)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique altéré de type 4 apparaît comme une transition entre l'océanique franc (type 5) et l’océanique dégradé (type 3). Entre le Nord-Pas-de-Calais et la Normandie il s'agit d’une fine bande tandis qu'à l’Ouest, cette transition s'élargit jusqu'à atteindre plus de 150 km. Elle affecte également le sud-ouest du Massif central, de la Dordogne à l'Aveyron et le nord des Pyrénées. La température moyenne annuelle est assez élevée (12,5°C) avec un nombre de jours froids faible (entre 4 et 8/an) et chauds soutenu (entre 15 et 23/an). L'amplitude thermique annuelle (juillet-janvier) est proche du minimum et la variabilité interannuelle moyenne. Les précipitations, moyennes en cumul annuel (800-900 mm) tombent surtout l'hiver, l’été étant assez sec. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Aa (E4030570 ) » (consulté le )
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Aa ou Haute Meldyck ( E4030570 ) » (consulté le )
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  5. « espace protégé FR3800334 - Landes Du Plateau D'Helfaut », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « espace protégé FR6500012 - Marais Audomarois », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « espace protégé FR9300087 - Plateau Des Landes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310007011 - Plateau siliceux d'Helfaut à Racquinghem », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310013677 - Les ravins de Pihem et Noir Cornet et Coteau de Wizernes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF 310013266 - La basse Vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Patrimoine géologique NPC0021 - faciès landéniens dans les carrières de Wizernes et du plateau d'Helfaut », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  14. « Natura 2000 FR3100487 - Pelouses, bois acides à neutrocalcicoles… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Saint-Omer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  26. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et l'autoroute », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  27. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare de Saint-Omer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  28. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 53.
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 1, Librairie Droz, , p. 595.
  31. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  32. Berings G., Cinq abbayes cisterciennes en Flandre française: fondation et histoire des premières décennies (Five Cistercian Abbeys in French Flandres. Foundation and History of the First Decades) ; Revue Cîteaux commentarii cistercienses ; 1994, vol. 45, no1-2, p. 63-89; (ISSN 0009-7497).
  33. Étienne Patou, Seigneurs d'Azincourt, alias Agincourt, site en ligne, 2012, p. 5, lire en ligne.
  34. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 328, lire en ligne.
  35. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 362, lire en ligne.
  36. Cent ans de vie dans la région, Tome II : 1914-1939, La Voix du Nord éditions, n° hors série du 17 février 1999, p. 47
  37. Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 juin 1999, p. 47
  38. David Monnery, « Rachid Ben Amor devient maire de Blendecques, tout en gardant son « style » : Il sera entouré de huit adjoints, soit deux de plus qu'André Bultel, son prédécesseur. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  40. David Monnery, « Les nouveaux maires : à Blendecques, Rachid Ben Amor, l'homme aux multiples casquettes qui a pris l’écharpe de maire : S'il est un Audomarois connu comme le loup blanc, c’est Rachid Ben Amor. Depuis mars, celui que tout le monde connaît de par ses multiples activités est devenu « Monsieur le maire ». », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598919
  42. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  43. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Blendecques (62139) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  49. Voir page 283 de l’encyclopédie méthodique de géographie moderne imprimée à Paris, M DCC. LXXXII (1782), Chez Plomteux, Imprimeur des états
  50. « abbaye Sainte-Colombe », notice no PA00108461, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Château », notice no PA62000126, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. a b et c « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  53. « plaque à Léon Gaston Lefebvre et Henri Joseph Louchart », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  54. « 62139 Blendecques (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).