Sainte-Marie-Kerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.

Sainte-Marie-Kerque
Sainte-Marie-Kerque
La mairie.
Blason de Sainte-Marie-Kerque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté de communes de la région d'Audruicq
Maire
Mandat
Carole Duytsche
2014-2020
Code postal 62370
Code commune 62756
Démographie
Gentilé Sainte-Marie-Kerquois
Population
municipale
1 617 hab. (2015 en augmentation de 6,38 % par rapport à 2010)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 54′ 00″ nord, 2° 08′ 19″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 5 m
Superficie 18,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Sainte-Marie-Kerque

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Sainte-Marie-Kerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie-Kerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie-Kerque
Liens
Site web www.mairie-saintemariekerque.fr

Sainte-Marie-Kerque est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-Kerque se situe entre Calais, Dunkerque et Saint-Omer, et près de Audruicq et Bourbourg au milieu du marais de l'Angle, parsemé de watergangs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Marie-Kerque
Saint-Folquin Bourbourg
Audruicq Sainte-Marie-Kerque Saint-Pierre-Brouck
Polincove

Muncq-Nieurlet

Ruminghem

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mariakerke en flamand[1].

Ses habitants sont appelés les Sainte-Marie-Kerquois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première église date de 1114. La cure est citée dans un texte de 1224 de l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer.

Un château féodal appartenait à la famille des châtelains de Bourbourg. Puis Sainte-Marie-Kerque suivit le sort des autres communes du pays de l'Angle (voir Saint-Folquin).

En 1458, Amoury du Wez (la famille du Wez a son siège à Saint-Pierre-Brouck) dit Rifflart, est héritier de son frère Guillaume du Wez, seigneur de Sainte-Marie-Kerque. Ils possèdent la seigneurie dite de l'Escoutedom située à Saint-Georges-sur l-'Aa, dans la châtellenie de Bourbourg[3].

En 1631, Marie de Louvers, épouse de Henri de Hesnin, seigneur de Lesquin, La Motte, est dame de Sainte-Marie-Kerque (les hommes sont dits seigneur de, les femmes, fille ou veuve, sont dites dame de). Ils possèdent également la seigneurie de l'Escoutedom[3].

En 1789, Marie Madeleine Françoise de Wazières, dame de La Rive, Tilloy-les-Hermaville, Sainte-Marie-Kerque, domiciliée à Armentières, est l'héritière de Pierre Auguste Marie de Wazières, Comte de Wazières et de Roncq. Elle détient la seigneurie de l'Escoutedom[3].

En 1822, la commune absorbe celle voisine de Saint-Nicolas[4] peuplée, au recensement de 1821, de 310 habitants[5] ; cette commune avait, durant la Révolution, porté le nom de Libre-sur-Aa[5].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Saint-Omer pour intégrer l'arrondissement de Calais[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-Kerque dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014[7] Jean Vasseur    
mars 2014[8],[9],[10] en cours
(au 25 février 2015)
Carole Duytsche    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2015, la commune comptait 1 617 habitants[Note 1], en augmentation de 6,38 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6866067127331 0841 1281 0901 1601 132
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2101 2241 2921 3371 4321 4551 4321 5651 643
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6361 6321 5951 5021 5371 5111 5021 3911 390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 2751 2281 2241 3231 3221 4121 5131 5211 617
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,1 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 12,6 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 18 %).
Pyramide des âges à Sainte-Marie-Kerque en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
1,5 
2,5 
75 à 89 ans
6,3 
10,1 
60 à 74 ans
10,2 
19,3 
45 à 59 ans
16,0 
25,0 
30 à 44 ans
24,8 
17,0 
15 à 29 ans
16,8 
26,1 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Il y a un terrain de tennis et un terrain de football. La piscine de la CCRA se trouve à Audruicq.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le projet d'extension, sur le territoire de la commune, d'un centre d'enfouissement de déchets ménagers par la société Opale Environnement est actuellement contesté[16],[17],[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame datant du XIVe siècle, dont deux fenêtres du chœur remontent au XIIe siècle. La flèche crénelée a une hauteur de 50 m. Les cloches, un autel et la table de communion sont classés monuments historiques au titre d'objets.
  • Le monument aux morts, commémorant les victimes de toutes les guerres depuis 1870.
  • Petit patrimoine religieux : la chapelle Notre-Dame-du-Marais, un oratoire rue Raepe, et une croix de chemin en fer forgé.
  • Patrimoine économique : quatre séchoirs à chicorée, une brasserie et une sucrerie sont inventoriés dans la base Mérimée.
  • La ferme fortifiée du Weez, qui conserve une cloche datée de 1763.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Sainte-Marie-Kerque.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier et au quatrième contre-écartelé d’or à l’aigle bicéphale de gueules et d’or à l’ours en pied de sable, au deuxième et au troisième d’azur à la bande d’or accompagnée de six besants ordonnés en orle.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  3. a, b et c Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 117
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. a et b Notice communale de Saint-Nicolas sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS.
  6. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le 6 janvier 2017).
  7. Jean-Marc Szuba, « Le bilan du maire de Sainte-Marie-Kerque : « le maire, c’est l’homme à tout faire » : Jean Vasseur n’annoncera que lors de la cérémonie des vœux s’il se représentera en 2014 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. « À Sainte-Marie-Kerque, une ère nouvelle commence avec Carole Duytsche : Dimanche, un nombreux public a souhaité voir se concrétiser la volonté radicale de changement manifestée le 23 mars. Élue avec plus de 67 % des suffrages, la liste « L’avenir ensemble » s’est imposée, contraignant Jean Vasseur, le maire sortant, et trois de ses colistiers à jouer les utilités. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  9. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 21 février 2015).
  10. Jean-Marc Szuba, « Les projets du maires de Sainte-Marie-Kerque, élue avec « un groupe impliqué » : Élue avec Jean Vasseur en 2001, Carole Duytsche l’a emporté haut la main en mars avec ses colistiers, devant la liste du maire sortant. Elle souhaite privilégier le travail d’équipe et aimerait relancer l’animation, notamment en organisant des Intervillages. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Sainte-Marie-Kerque en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  16. « Après Notre-Dame-des-Landes, notre carte des 50 projets d'aménagement ciblés par les zadistes » sur lefigaro.fr.
  17. « Nouveau projet du centre d’enfouissement : la maire de Sainte-Marie-Kerque en colère » sur lavoixdunord.fr.
  18. « Ces projets qui suscitent la fronde dans les Hauts-de-France » sur lavoixdunord.fr.