Wailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wailly
Wailly
L'église.
Blason de Wailly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Maire
Mandat
Michaël Audegond
2020-2026
Code postal 62217
Code commune 62869
Démographie
Population
municipale
1 083 hab. (2019 en augmentation de 0,37 % par rapport à 2013)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 50″ nord, 2° 43′ 24″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 111 m
Superficie 9,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Arras-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wailly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wailly
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wailly
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wailly

Wailly (prononcer [waji]), parfois dénommée Wailly-lès-Arras, est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté urbaine d'Arras qui regroupe 46 communes et compte 108 347 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la rocade sud d’Arras, dont le chantier est en cours en 2018[1], passant sur une petite partie du bois de Wailly[2].

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière le Crinchon, un affluent en rive-droite de la Scarpe (et donc un sous-affluent de l'Escaut) qui prend sa source à Bailleulmont et se jette dans la rivière Scarpe au niveau de la commune de Saint-Nicolas[4].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[5]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wailly est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (86,3 %), prairies (7 %), zones urbanisées (6,7 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Wallo + -iacum[14].
Walliacum (661), Walgi (1157-69), Walli (1171), Wali (XIIe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Waiily est le siège d'une seigneurie[15].

Première Guerre mondiale

La commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 2001 de la communauté urbaine d'Arras.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1801 du canton d'Arras-Sud[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton d'Arras-1.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 2012 de la deuxième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2005 Sophie Pruvost   Démissionnaire
2005 30 mars 2014[19],[20] Alain Bourdrel   Agriculteur
mars 2014 En cours
(au 14 avril 2022)
Mickaël Audegond Les centristes Professeur des écoles[21],[22]
Réélu pour le mandat 2020-2026[23],[24]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[26].

En 2019, la commune comptait 1 083 habitants[Note 4], en augmentation de 0,37 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
556584628664711687701730735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
771790824792819762791729734
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
719706702559544535554598620
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5785676138119699719991 0041 023
2014 2019 - - - - - - -
1 0961 083-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 538 hommes pour 553 femmes, soit un taux de 50,69 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,4 
7,7 
75-89 ans
8,9 
19,9 
60-74 ans
20,0 
23,4 
45-59 ans
20,9 
16,1 
30-44 ans
16,9 
14,6 
15-29 ans
14,2 
18,0 
0-14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le stade officiel des aigles d'Artois, équipe de baseball, se trouve à Wailly.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La véloroute « La Voie verte », d'une longueur de 17 kilomètres, construite en 2011 sur une partie de l'ancienne ligne de Doullens à Arras, relie les communes de Dainville et Saulty en passant par Wailly, Beaumetz-lès-Loges, Basseux, Bailleulval, Bailleulmont, Bavincourt, La Herlière[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Wailly, du XVIIIe siècle. Façades et toitures de l'aile subsistante ainsi que la pièce dite la chapelle : inscription par arrêté du [réf. nécessaire].
  • Église Saint-Pierre, avec son mobilier Art déco[31].
    Elle dispose d'une cloche de 1664 aux armes de Pierre de Chelers[32].
  • Monument aux morts, réalisé par Lefebvre et Théry, marbriers à Arras[33].
  • Wailly Orchard Cemetery, cimetière militaire du Commonwealth aménagé par Charles Holden, contient environ 370 tombes de soldats britanniques et canadiens[34]. Trois tombes de soldats anglais se trouvent également dans le cimetière communal[33].
  • Circuit de promenade Le chemin des Zouaves, aménagé en 2018 sur les lieux de la bataille de Ficheux, où des centaines de soldats français et tunisiens sont morts le [35]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Eugène Prévost est seigneur de Wailly au XVIIIe siècle. Le , il est nommé conseiller secrétaire en la chancellerie du conseil d'Artois. Il meurt à Arras, paroisse Saint-Nicolas-les-Fossés le , âgé de 63 ans. Il avait épousé Catherine Françoise de Milly[15]
  • Philippe Antoine Eugène Prévost, fils de Antoine Eugène et de Catherine de Milly, nait à Arras, paroisse Saint-Nicolas-les-Fossés le . Sa marraine est Anne Prévost, épouse du sieur Dupuis, écuyer, conseiller du conseil d'Artois. Il bénéficie le d'une sentence le déclarant noble[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Wailly

Les armes de Wailly se blasonnent ainsi :
d'or à la bande d'azur chargée d'une crosse contournée du champ posée en pal, accostée de deux coquilles d'argent posées dans le sens de la bande.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Wailly Le chantier de la rocade sud d’Arras vu du ciel : À proximité d’Agny et de Wailly, les engins de chantier s’activent pour tracer la future rocade sud de 4,6 km de long, pour relier Beaurains à Dainville via la RD 60. Vu du ciel, on mesure bien l’ampleur des travaux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Laurent Boucher, « Wailly La route coupera une partie du bois, des arbres seront replantés ailleurs : Une petite partie du bois de Wailly, sur 7 000 m2, sera sacrifiée pour la construction de la rocade sud d’Arras, un équipement routier déclaré d’utilité publique par la préfecture le 23 janvier 2016 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Carte IGN sous Géoportail.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Crinchon (E2010800) » (consulté le )
  5. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  6. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  15. a b et c Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 84, lire en ligne
  16. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. « Les maires de Wailly », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  19. Sarah Nicolle, « Alain Bourdrel veut laisser Wailly rurale... Tout en misant sur sa proximité avec Arras : Alain Bourdrel, maire de Wailly, « a le dos large »... Assez, dit-il, pour apaiser les querelles intestines de la commune et mener à bien ses projets, aussi polémiques soient-ils. Et ça tombe bien, il y a du boulot. Petit aperçu de ses priorités », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Benoît Fauconnier, « Le bilan du maire à Wailly : retardées, les rénovations de la salle polyvalente et des abords vont pouvoir commencer : Alain Bourdrel est élu au conseil municipal depuis 1999. Il est devenu maire en 2005, succédant à Sophie Pruvost, démissionnaire, en 2005. À la tête de la liste victorieuse en 2008, il a été reconduit au poste de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Ensemble, autour de Mickaël Audegond, nouveau maire de Wailly : Le conseil municipal a été installé dans ses fonctions, Mickaël Audegond est élu maire de Wailly », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Laurent Boucher, « Wailly : les projets du maire, « être au service du public » et « améliorer l’offre d’équipements » : Le nouveau maire, élu fin mars pour sa première candidature, dit « passer beaucoup de temps en mairie » avec la volonté d’être « au service du public » et l’ambition de dynamiser la vie communale. Tour d’horizon des dossiers en bonne place sur son bureau », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  24. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wailly (62869) », (consulté le ).
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  30. Julien Lechevestrier, « Sur la Voie verte, les vélos ont remplacé les locos », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Laurent Boucher, « Arrageois L’église Saint-Pierre de Wailly rejoint le réseau des « églises ouvertes » : L’association Églises ouvertes réunit les communes belges et françaises qui souhaitent promouvoir leur patrimoine religieux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Cloche », notice no PM62001887, base Palissy, ministère français de la Culture.
  33. a et b « Wailly », Les lieux de mémoire dans le Pas-de-Calais, Mémoires de pierre (consulté le ).
  34. « Cimetière du Verger Wailly (Pas-de-Calais, France). (guerre) », Culture militaire, sur http://www.memoireduquebec.com (consulté le ).
  35. Laurent Boucher, « Wailly Trois bonnes raisons d’aller découvrir le nouveau chemin des Zouaves : Un parcours à pied ou à vélo de 9 km, agrémenté de huit panneaux d’information, racontera la bataille de Ficheux, où des centaines de soldats français et tunisiens sont morts le 25 septembre 1915. Un travail de mémoire associant élus, associations et population aux multiples vertus », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).