Édouard Baldus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Baldus
Baldus Autoportrait.jpg
Édouard Baldus, Autoportrait (vers 1853).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ArcueilVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Distinction

Édouard Denis Baldus né à Grünebach (Duché de Nassau) le et mort le à Arcueil (Val-de-Marne[1]) est un peintre et un photographe prussien naturalisé français en 1856.

Ses photographies de paysages et de monuments, innovantes dans leur genre, permettent de témoigner de la transformation du paysage par l'ingénierie moderne durant les années 1850-1869, de la confiance dans le progrès technique[2], mais aussi l’esprit et les ambitions de la France du Second Empire[3].

Son album consacré à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée est considéré comme le point culminant de sa période créatrice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre de formation, Édouard Baldus s’installe à Paris en 1838, après un voyage aux États-Unis, pour perfectionner sa peinture et expose aux Salons de 1847, 1848 et 1851.

Ses premières expériences photographiques datent de la fin des années 1840, sans doute vers 1848, lorsque le calotype — procédé de tirage papier à partir de négatif, inventé par William Henry Fox Talbot —, est importé en France. Dès 1851, Édouard Baldus est reconnu comme l'un des rares photographes sachant imposer une sensibilité esthétique à son art dont les sujets sont essentiellement des éléments d’architecture et des vues citadines. Il est d'ailleurs l'un des cinq artistes sélectionnés par la Commission des monuments historiques, un organisme gouvernemental, pour effectuer des missions héliographiques, des enquêtes photographiques du patrimoine architectural, en se concentrant particulièrement sur les monuments à restaurer. Baldus est envoyé au sud, à Fontainebleau, à travers la Bourgogne, le Dauphiné, le Lyonnais, la Provence et une petite partie du Languedoc.

Il photographie la France entière, principalement ses monuments mais aussi les travaux ferroviaires de l'époque et réalise aussi les premiers reportages, comme en 1856, lors des inondations du Rhône.

Chronologie[modifier | modifier le code]

La Librairie impériale du Louvre (1856-1857).
La Gare de Toulon (1859).
  • 1859 : Baldus réalise un nouvel album à l'occasion du prolongement de la ligne de chemin de fer entre Marseille et Toulon.
  • Années 1860 : à partir de 1860, il travaille essentiellement dans des formats plus petits. Commandés en 1861, ses clichés regroupés dans son album sur les chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, juxtaposent avec harmonie les réalisations de l'ingénierie moderne avec celles de l’héritage romain et médiéval dans le but d'en souligner les analogies.
  • À partir de 1865, l'aspect de plus en plus commercial de la photographie l'éloigne de la prise de vue[6]. Il réalise alors avec le docteur Charles Ozanam la mise au point d'un appareil permettant de photographier les battements du cœur[7].
  • 1875 : il rassemble la plupart de ses photographies, retirées en héliographie, dans son ouvrage Les Monuments principaux de la France.
Entrée au Port de Boulogne (1855).

Il a laissé un grand nombre de négatifs dont une partie est encore en mains privées.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Les archives photographiques de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine de Charenton-le-Pont[8] conservent de nombreux négatifs papier et négatifs verre au collodion, datant pour la plupart de la seconde moitié des années 1850 et des années 1860[9].

Le Pont du Gard.

Photographies notables[modifier | modifier le code]

Cotation[modifier | modifier le code]

  • Chemins de fer de Paris à Lyon, album de 69 photographies fin du XIXe siècle, grand folio en largeur 63 × 47 cm dans une reliure défraîchie : 505 000 FF (hors frais d’achat), le [Où ?][réf. nécessaire].
  • Orange, le Théâtre antique vers 1859, tirage albuminé d’après négatif sur verre, 43 × 33 cm : 40 000 FF (hors frais d’achat), le , étude Pescheteau-Badin, Paris, hôtel Drouot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ancien département de la Seine « Actes des décès, état-civil de la commune d'Arcueil », sur Archives départementales du Val-de-Marne, p. 136.
  2. Présentation de Baldus par le Metropolitan Museum of Art de New York, www.metmuseum.org.
  3. Les photographies d'Édouard Baldus, paysages et monuments, site du Centre canadien d'architecture, www.cca.qc.ca.
  4. « Musée d'Orsay. Édouard Baldus. Vue de la gare de Picquigny », sur www.musee-orsay.fr (consulté le 19 mai 2017).
  5. « Bibliothèque nationale de France. Les albums de Napoléon III », sur expositions.bnf.fr (consulté le 19 mai 2017).
  6. « Édouard Baldus », www.photo-arago.fr.
  7. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SET=1/TTL=1/CLK?IKT=1&TRM=Balduz,E.
  8. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.
  9. « Archives photographiques », www.culture.fr.
  10. Édouard Baldus et Auguste Hippolyte Collard, Chemin de fer du Nord. Ligne de Paris à Boulogne. Album de vues photographiques, Paris, Compagnie des chemins de fer du Nord, , 49 p. (lire en ligne), sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Malcolm Daniel, The Photographs of Édouard Baldus, New York, The Metropolitan Museum of Art, 1994.
  • A. de Mondenard, La Mission héliographique. Cinq photographes parcourent la France en 1851. Baldus, Bayard, Le Gray, Le Secq, Mestral (ISBN 2858226903).

Liens externes[modifier | modifier le code]