La Calotterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Calotterie
La Calotterie
Château de La Calotterie.
Blason de La Calotterie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Berck
Intercommunalité Communauté de communes du Montreuillois
Maire
Mandat
Jean Lebas
2014-2020
Code postal 62170
Code commune 62196
Démographie
Gentilé Calotteroises, Calotterois
Population
municipale
649 hab. (2015 en augmentation de 0,62 % par rapport à 2010)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 28′ 36″ nord, 1° 43′ 41″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 58 m
Superficie 9,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
La Calotterie

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
La Calotterie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Calotterie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Calotterie

La Calotterie est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de La Calotterie
Bréxent-Énocq Beutin Attin
Saint-Josse La Calotterie
Sorrus La Madelaine-sous-Montreuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sur le territoire de la commune de La Calotterie se trouve le site du grand port carolingien de Quentovic. Il est certain que le village s'est nommé Longum Pratum (le long pré) jusqu'au XIIIe siècle. Puis un changement de toponymie a eu lieu. En effet, le long pré est devenue Callotterie sous diverses dénominations. Ce changement peut s'expliquer par le vaste domaine détenu par un certain Callot sur le territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les sources s'accordent pour affirmer que l'abbaye de Saint-Josse possédait une majeure partie des terres des bas-champs. Nous savons toutefois qu'en 1209, une charte du comte Guillaume II de Ponthieu utilise le terme de « Kaloterie ». Le nom du village ne s'est alors jamais fixé : entre 1209 et 1730, on dénombre onze orthographes différentes du terme. Toutefois, l'idée de nommer le village « La Calotterie » est alors fixée. Il dépendait de la juridiction de Montreuil : le mayeur et les échevins y exerçaient le droit seigneurial, ce qui revient à dire que le village payait les taxes et impôts seigneuriaux sans exemption. En outre, sur le territoire du village se situe Monthuys, une importante seigneurie indépendante possédée par la famille de Montawis. Cette seigneurie a traversé les siècles puis qu'aujourd'hui, le domaine de Monthuys existe toujours.

Il est important de noter qu'un bon nombre de bourgeois et de nobles exerçant leurs activités à Montreuil, ont élu résidence à La Calotterie. Ainsi l'abbé Guillaume Martel dirigeant l'abbaye de Saint-Josse, Henri Claude Hurtrel conseiller du roi et seigneur de Valobert, les familles de Thubeauville et Van Cappel... Ainsi le village semble avoir quelque chose d'attirant, peut être sa stabilité économique, le calme ou le charme lié à la situation géographique qui sait ?

La commune, instituée lors de la Révolution française, absorbe, entre 1790 et 1794, celle de Vis-Et-Marest[1].

En 1851, à la suite d'un décret[réf. souhaitée], les propriétaires fonciers dans la zone dite des Bas-Champs de la commune forment un syndicat de défense et pour l'assèchement avec les habitants de Saint-Josse La Madelaine-sous-Montreuil Cucq et Merlimont. Ce syndicat existe toujours.

En 1864, une épidémie de Fièvre typhoïde s'est déclarée dans le village. Elle fut combattue par le docteur Cailleux de Montreuil qui avertit alors l'Académie nationale de médecine. Trente ans plus tard, en octobre 1894, ce sont les inondations qui affaiblissent le village. En effet, le niveau de l'eau est monté si vite que la voie ferrée entre Aire-sur-la-Lys et Berck (Pas-de-Calais), tout comme celle entre Saint-Omer (Pas-de-Calais) et Boulogne-sur-Mer a été emportée. Face aux dégâts considérables dans l'arrondissement, des détachements militaires, issus des régiments locaux, sont envoyés pour aider au sauvetage.

En 1905, le village connaît un incident qui se reproduit dans un grand nombre de communes de France. En effet, le Gouvernement Émile Combes mène une politique anticléricale et impose l'inventaire des biens du clergé à l'ensemble des paroisses de France. Cet inventaire s'applique donc à La Calotterie mais l'abbé Edmond Joffreau s'y oppose, assisté du châtelain, Henri de Longeville. Les deux hommes se barricadent dans l'église mais la porte est enfoncée par les gendarmes. Les Caloterois les soutiennent mais ne ils ne peuvent s'opposer aux forces de l'ordre arrivées en renfort. La Querelle des inventaires se termine ainsi.

Quelques mots sur la population et les activités économiques du village. En ce début de XXe siècle, les villageois n'ont pas abandonné la vocation maraîchère du village, permise par sa terre riche en minéraux. On estime à une trentaine le nombre de producteurs de légumes et de fruits qui alimentent les marchés d'Étaples, Montreuil et de Le Touquet-Paris-Plage. Ainsi, l'élevage, la céréaliculture et le maraîchage ont été les principales activités des Caloterois grâce aux terres de Bas-Champs et aux pâturages verdoyants.

La population a été fortement touchée par la Première Guerre mondiale : tous les hommes non-exemptés par le conseil de révision sont mobilisés. Le village et celui de La Madelaine-sous-Montreuil ont perdu 26 habitants tués ou disparus. Les deux villages sont endeuillés et les récoltes de 1918 sont « catastrophiques » selon une délibération du Conseil municipal. La municipalité met tout en œuvre pour soulager les familles touchées sans oublier les « glorieux morts » : le maire accorde aux plus démunies, des allocations prélevées sur les caisses municipales.

La population voit l'arrivée d'une main d’œuvre polonaise dans les années d'entre-deux-guerres. Mais les années 1920 sont difficiles : les récoltes ne sont toujours pas bonnes. Un manque de bras lié aux pertes, aux réquisitions militaires très lourdes jusqu'à la fin du conflit et surtout une forte demande de la part des autorités après l'armistice de 1918 en céréales et en légumineuses : les réquisitions ne se sont pas arrêtées.

En 1939, les Calotterois(e)s sont de nouveau mis à contribution. Les plus jeunes sont mobilisés et quittent au fur et à mesure le village. Les réquisitions reviennent. Cette fois, les logements disponibles sont répertoriés en novembre 1939. Jusqu'au début du mois de mai 1940, les habitants comme ceux de Sorrus logent les hommes du 8e groupe de reconnaissance de division d'infanterie (8e G.R.D.I.) car Montreuil devient le siège des états-majors. La vieille cité est investie le 20 mai 1940 par les avant-gardes de Guderian. Les soldats allemandes appartenant à la 45e division d'infanterie (Allemagne) s'installent à La Calotterie : le château de la famille Siriez de Longeville devient un centre de commandement. Les soldats allemands sont des sapeurs du génie pour la plupart réservistes. Le contact avec la population est relativement bon : certains soldats sont eux-mêmes agriculteurs ou maraîchers. Mais des tensions existent liées au patriotisme des Calotterois(es) qui ont servi dans les tranchées vingt-ans auparavant ou qui ont perdu des membres de leur famille. Face au sabotage des lignes téléphoniques, les Allemands après avoir arrêté cinq hommes (Anquez Robert, Caquelot Marcel, Saison Lucien, Dekedele Jean, De Longeville Georges) de la commune le 5 août 1941, exigent que les habitants forment une garde des lignes de communications jours et nuits. Ce travail est pénible, il désorganise le travail agricole tout comme les lourdes réquisitions de lait et de céréales. Les rapports de la Gendarmerie montrent que les quotas imposés ne sont pas respectés : les paysans sont « saignés » par l'occupant.

Montreuil est libérée le 4 septembre 1944 par l'armée canadienne. Cette libération est accueillie avec soulagement. Pourtant des actes d'épuration sauvage ont eu lieu sur la place du village. Même à la campagne, les tensions existent entre Français. Tout acte de sympathie avec les soldats allemands se paie très cher. Les prisonniers reviennent au compte-goutte, très affaiblis. En novembre 1945, les agriculteurs propriétaires et exploitants se réunissent pour former l'association des sinistrés. Enregistrée à la sous-préfecture de Montreuil (Pas-de-Calais), cette association, dont le siège se situe à la mairie, a pour but de défendre les intérêts agricoles des Caloterois lésés par l'occupant. Ainsi, des chevaux sont attribués aux cultivateurs qui avaient du céder les leurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Montreuil[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Berck.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Montreuillois, créée fin 2001, et qui regroupait 10 331 habitants en 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[2], cette intercommunalité fusionne avec la communauté de communes Opale Sud et la communauté de communes Mer et Terres d'Opale pour former, le , la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1820 1841 Charles d'Acary de la Rivière (1773 - 1863)   Rentier
1841 1846 François Dutot   Cultivateur
1846 1856 François Siriez de Longeville   Rentier
1856 1876 Louis Dinielle   Cultivateur
1876 1896 Henri Lapierre   Cultivateur
1896 1904 Charles Duminy   Cultivateur
1904 1912 Gustave Anquez dit « Victor » (1856-1945)   Cultivateur
1912 1918 Henry Siriez de Longeville (1876 - 1918)   Rentier,
Mort pour la France le 12 avril 1918.
1919 1941 Charles Duminy (1864 - 1957)   Cultivateur
1941 1945 Gaston Colin    
1945 1957 Charles Duminy (1864 - 1957)   Cultivateur,
Chevalier de la Légion d'honneur à titre civil
Chevalier du Mérite agricole
1957 1970 Jean van Cappel de Prémont   Rentier
Chevalier de la Légion d'honneur à titre militaire,
Croix de guerre 1914-1918
1971 1983 René Saison (1921 - 1985)   Entrepreneur
1983 1989 Lucien Mordacq   Cultivateur
1989 2001 Claude Saison    
mars 2001 en cours
(au 30 novembre 2014)
Jean Lebas   Retraité du domaine de l’industrie
Réélu pour le mandat 2014-2020[3],[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 649 habitants[Note 1], en augmentation de 0,62 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397346391469486496491459482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477447441460456436438489471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
491478443420357400385372340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
355332357401550559601645649
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d'hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 26,9 %, plus de 60 ans = 16,2 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 18,7 %).
Pyramide des âges à La Calotterie en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,2 
75 à 89 ans
6,8 
11,0 
60 à 74 ans
11,9 
26,9 
45 à 59 ans
23,2 
20,3 
30 à 44 ans
20,6 
16,6 
15 à 29 ans
15,4 
20,0 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique.

Le village est en mesure d'accueillir les écoliers d'âge scolaire élémentaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Firmin.
Le monument aux morts.
  • L'église Saint-Firmin. Elle a la particularité de posséder deux espaces réservés. Une chapelle au sud appartenant à la famille Van Cappel de Prémont, la chapelle nord appartient quant à elle à la famille Siriez de Longeville.
  • Le monument aux morts. On peut y lire 28 noms et prénoms. En réalité, il y a eu d'autres habitants qui ont perdu la vie entre 1914 et 1919 mais leur nom a été inscrit sur d'autres monuments (Merlimont, Ecuires...). De plus, il a la particularité d'être aussi celui du village de La Madelaine-sous-Montreuil. Vingt trois soldats des deux villages ont été tués à l'ennemi ou sont décédés de blessures ou de maladie contractées en service durant la Première Guerre mondiale et trois ont disparu. Un habitant de La Calotterie, mobilisé en 1940, a été tué durant la Bataille de France dans le Nord. Enfin en 1958 un appelé du contingent a été tué durant la Guerre d'Algérie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Duminy né le 5 janvier 1898 à La Calotterie et fils du précédent, fut mobilisé en mai 1917 dans les Troupes coloniales. Après avoir été blessé, il est affecté au régiment d'Infanterie coloniale du Maroc (R.I.C.M) le 20 décembre 1917. Il reçoit la Croix de guerre 1914-1918 avec sa première citation à l'ordre de la division signée par le général Arthur de Salins. Alphonse Duminy termine la guerre comme caporal avec quatre citations. Son régiment est alors envoyé au Maroc. Revenu en France, démobilisé avec le grade de sergent il reçoit la Médaille militaire en 1933. Le 27 décembre 1972, il est fait chevalier de la Légion d'honneur.

Liste des instituteurs en poste à La Calotterie[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (avril 2017)
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
De À Identité
1881 1891 Joseph Pannier
1891 1896 Adolphe Gourlain
1896 1901 François Jules Brogniart
1901 1906 François Cormont
1906 1911 Juste Opigez
1911 Joseph Alfred Husiaux
1941 1972 Félix Dubois
1972 1997 Christian Dave
1970 Daniel Lovergne

Liste des abbés de La Calotterie[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (avril 2017)
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
De A Identité
Hocque
Edmond Joffreaux
Fernand Tilieux
Jacques Ducrocq

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Calotterie

Les armes de La Calotterie blasonnent ainsi :

D'azur aux trois hures de sanglier arrachées de sable, allumées et lampassées de gueules.

Dans le second tome de l'Armorial du Pas-de-Calais, Jacques Dulphy donne les origines des armes de la commune. Elle a repris et modifié les armes de la famille Meignot (marchands boulonnais du XVIIe siècle et seigneurs de La Calotterie). En 1905 dans son ouvrage Les Montreuillois dans l'armée, Georges de Lhomel affirmait que Charles Meignot, seigneur de La Calotterie, était officier au Régiment de Picardie et ce, en octobre 1649.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la France rurale, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, Seuil, 1975
  • La France rurale : Photographies Bernard Desjeux, Chêne, 1986
  • Le grand livre de la vie agricole, Jean Michel Lecat, Novedit, 2011
  • Paysans du Pas de Calais : à l'aube du XXe siècle, Roland André, A. Sutton, 2003
  • Visages d'une France rurale : la vie dans nos campagnes en 1900, Roselyne Lagier, Hippolyte Gancel, Ouest France
  • Les vieilles fermes du pays de Montreuil sur Mer, Leroy Albert, Henry, 1972
  • L'agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu XIXe siècle à 1914, Ronald Hubscher (dir) Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1979-1980, 2 volumes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  3. « La Calotterie : Jean Lebas réélu maire malgré lui : À l’origine, Jean Lebas souhaitait prendre sa retraite d’élu, après 24 ans de présence à la table du conseil municipal de La Calotterie. Mais faute de concurrence, il rempile pour un troisième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. J.-C. L. (CLP), « Les projets du maire de La Calotterie : « À terme, les communes pourraient bien disparaître » : Jean Lebas fait partie du conseil municipal de La Calotterie depuis 1989. Alors qu’il entame son troisième mandat de maire, il est bien décidé à s’attaquer au problème des inondations. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Évolution et structure de la population à La Calotterie en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 12 août 2010)