Pas-en-Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pas-en-Artois
Pas-en-Artois
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CC des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Arnaud Douchet
2020-2026
Code postal 62760
Code commune 62649
Démographie
Population
municipale
756 hab. (2019 en diminution de 5,74 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 20″ nord, 2° 29′ 24″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 158 m
Superficie 10,88 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pas-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pas-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pas-en-Artois
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Pas-en-Artois
Liens
Site web https://pasenartois.fr/

Pas-en-Artois est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Panorama du bourg.

Pas-en-Artois est un bourg situé dans un territoire très rural de l'Artois, dans la vallée de la Quilliene.

Il se situe à 12 kilomètres de Doullens, 26 d'Arras, 34 d'Amiens et 82 de Lille.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de neuf communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Quiliene et une petite écluse régulatrice.

La commune est drainée par la Quilliene ou Kilienne, un affluent du fleuve côtier l'Authie qui prend sa source à Warlincourt-lès-Pas, et qui conflue avec un autre ruisseau, le Beaucamp, près de l’église[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La rue d'En-Bas.

Typologie[modifier | modifier le code]

Pas-en-Artois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,6 %), forêts (24,9 %), prairies (10 %), zones urbanisées (4,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 380, alors qu'il était de 376 en 2013 et de 362 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 87,8 % étaient des résidences principales, 2,4 % des résidences secondaires et 9,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,7 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Pas-en-Artois en 2018 en comparaison avec celle du Pas-de-Calais et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (2,4 %) inférieure à celle du département (6,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 64,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (66,5 % en 2013), contre 57,8 % pour le Pas-de-Calais et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Pas-en-Artois en 2018.
Typologie Pas-en-Artois[I 1] Pas-de-Calais[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 87,8 86 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 2,4 6,4 9,7
Logements vacants (en %) 9,8 7,6 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pas en 1072 ; Paz en 1137 ; Passus en 1229 ; Passum en 1295 ; Pas-en-Arthoys en 1476 ; Pas-en-Artois en 1734[9].

Du latin passus (« pas, enjambée, passage »).

L'Artois est un pays traditionnel de France et une province du royaume sous l’Ancien Régime, ayant pour capitale Arras, aujourd’hui inclus principalement dans le département du Pas-de-Calais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pas-en Artois était une paroisse dépendant du comté de Saint-Pol-sur-Ternoise. Une seigneurie y est connue depuis 1095, mais elle existait probablement depuis le début du XIe siècle[10]. Le seigneur de Pas est un des pairs du comté de Saint-Pol[10].

Avant la Révolution française, existait sur Pas un fief nommé Le Fetel lequel était le siège d'une seigneurie[11].

Pas-en-Artois était en 1769 le siège d'une châtellenie dont dépendait notamment Famechon[12].

Le village a abrité pendant la Première Guerre mondiale un cantonnement de soldats britanniques

Durant la Seconde Guerre mondiale, le bourg a été bombardé. Des trous de bombes sont encore visibles[1].

Le trésor de Pas en Artois[modifier | modifier le code]

Le , un randonneur découvre un trésor archéologique d’orfèvrerie gauloise datant du IIe ou du Ier siècle av. J.-C., attribué aux Atrébates. Il est constitué de quarante-deux objets, dont quarante et un en or, reconnus par l'État comme « œuvre d'intérêt patrimonial majeur » en 2013. Il comprend des parures en or, torques complètes, des fragments de torque, deux lingots bruts de fonderie, des bagues et anneaux[13]. Le montant du trésor était estimé à 800 000 euros mais surtout il était considéré par le Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, comme inestimable car « la plus grande découverte de toute l'histoire de l'archéologie gauloise »[13]. La découverte a lieu dans une forêt privée de Madame la comtesse le Mesre de Pas, entre Pas-en-Artois et Grincourt-lès-Pas.

Elle a donné lieu à une polémique car l'inventeur (la personne qui a fait la découverte) était soupçonné en particulier par une association composée en partie d'archéologues (Halte au Pillage du Patrimoine Archéologique et Historique) d'avoir utilisé un détecteur de métaux et creusé le sol, ce que ne permet pas la loi sauf autorisation des services de l'État[14].

Pour les propriétaires du lieu en 2014, l'inventeur était entré sans autorisation sur leur propriété avec un détecteur de métaux[14].

Le musée d'Archéologie de Saint-Germain-en-Laye a lancé en 2014 un appel aux dons pour rassembler les 400 000 euros nécessaires à l'acquisition du trésor (l'État prenant en charge la moitié du montant)[13]. La perspective de ce départ hors de la Région a irrité les élus locaux[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois.

Elle était depuis 1802 le chef-lieu du canton de Pas-en-Artois[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Avesnes-le-Comte

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pas-en-Artois était membre de la communauté de communes du canton de Pas-en-Artois un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre fin 1997 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans un premier temps, cette petite intercommunalité fsuisonne avec la communauté de communes des villages solidaires, formant le la communauté de communes des Deux Sources, puis, dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette seconde intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes des Campagnes de l'Artois dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1811   Louis Alexandre Joseph Defourmestreaux    
Les données manquantes sont à compléter.
1989 juillet 2020 François Lefel[17],[18]   Cafetier
juillet 2020[19],[20] En cours
(au 23 février 2022)
Arnaud Douchet   Pompier

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Pas-en-Artois est labellisée « Villages Patrimoine© du Pays d’Artois »[1].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

La bibliothèque municipale.

La commune dispose d'un groupe scolaire public, « La Kilienne », de deux classes maternelles et 4 classes primaire. Les enfants sont également scolarisés dans l'école privée « La Providence » qui dispose de trois classes, de la maternelle au primaire.

Ils poursuivent leurs études au Collège « Marguerite-Berger », qui accueille environ 400 élèves demi-pensionnaires ou externes[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2019, la commune comptait 756 habitants[Note 2], en diminution de 5,74 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8601 056996910888834824907898
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
931906900847818812803851802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
689717682756702652695940764
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
859913959948925938826810807
2017 2019 - - - - - - -
762756-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 372 hommes pour 390 femmes, soit un taux de 51,18 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
1,3 
10,3 
75-89 ans
15,0 
16,3 
60-74 ans
19,4 
22,6 
45-59 ans
19,8 
16,9 
30-44 ans
16,3 
17,4 
15-29 ans
11,5 
15,7 
0-14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du XVIIIe siècle, installé sur le versant sud de la colline du Châtelet. Cette propriété privée ne se visite pas.
  • Église Saint-Martin : son clocher a été inscrit aux Monuments historiques par arrêté du [27].
  • Monument aux morts[28].
  • Le long du village, sur les berges de la Quilienne passe un sentier de randonnée sentier de petite randonnée PR. Par ailleurs, le circuit Village Patrimoine présente six points d'intérêts dans les rues de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs du Fetel[modifier | modifier le code]

  • Louis Joseph Le François, écuyer, seigneur du Fetel (fief sur Pas-en-Artois), demeurant à Saint-Omer, bénéficie le d'un arrêt du Conseil d'État et de lettres patentes du roi données à Versailles, le maintenant dans son ancienne noblesse. Cette noblesse remonte au milieu du XIVe siècle, sa famille bénéficiant alors du titre de marquis, et la qualité de noble lui est reconnue depuis plus de deux siècles. Elle est originaire de Pas-en-Artois où demeurait le Jean le François, seigneur des Gougnières d'Arles. Le titre le plus ancien conservé par la famille est le testament, daté du , de Baudouin dit Le Franchois, chevalier, marquis de Vaux, époux d'Élisabeth de Longueval[11]. Louis Joseph dénommé alors Louis Joseph Le François du Fetel bénéficie en avril 1789 des lettres de chevalerie héréditaire, l'acte mentionnant les faits d'armes de membres de son ascendance. Le bénéficiaire remplit des fonctions de première importance dans la magistrature de Saint-Omer, son fils est membre de la compagnie de gardes du corps de Monsieur, frère du roi[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pas-en-Artois Blason
De gueules au lion d'argent armé de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Pas-en-Artois », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Claire Decraene, « DPas-en-Artois : la Petite Suisse du Pays d'Artois », Découvrir, sur https://www.arraspaysdartois.com (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 290.
  10. a et b P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 976, lire en ligne.
  11. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 120, lire en ligne.
  12. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 104, lire en ligne
  13. a b et c La Voix du Nord du mercredi 24 septembre 2014 page 6
  14. a et b « Trésor gaulois de Pas-en-Artois : découverte fortuite ou pillage archéologique ? », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, .
  15. « À Pas-en-Artois, « ce qui choque, c’est que le trésor des Atrébates parte près de Paris » », sur http://www.lavoixdunord.fr, .
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  18. N. A., « Pas-en-Artois, le bilan du maire: « j’ai six ans pour préparer le passage de témoin » : Pour son cinquième et dernier mandat, François Lefel entend mener à bien le projet de regroupement pédagogique concentré (RPC) et piloter, avec le SMIROM, la création d’une déchetterie qui ouvrirait ses portes en septembre 2015. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Pas-en-Artois : Arnaud Douchet élu maire s’entoure de quatre adjoints : Samedi, Arnaud Douchet a enfilé l’écharpe tricolore et succède ainsi à François Lefel. Une passation de pouvoirs placée sous le signe de l’hommage », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Pas-en-Artois : pompier et maire, une vie 1000 % dédiée au service des autres : Elu depuis 2014, Arnaud Douchet succède cette année à François Lefel dans le fauteuil majoral. Les dossiers qui lui incombe,t ne sont pas des moindres, qu'il mènera à la tête d'une équipe pour moitié renouvelée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Les écoles, le collège », Les services, sur https://pasenartois.fr/ (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Pas-en-Artois (62649) », (consulté le ).
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  27. Bases de données Ministère de la culture.
  28. « Pas-en-Artois (62760) », sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr, Les monuments aux morts - France - Belgique - Autres pays, (consulté le ).
  29. Amédée Le Boucq de (Chevalier) Auteur du texte Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, par M. le chevalier Amédée Le Boucq de Ternas,... oeuvre posthume publiée par sa famille. (29 octobre 1878.), (lire en ligne)