RFM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RFM.

RFM

Description de l'image RFM logo 2011.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social 28, rue François-Ier,
75008 Paris
Propriétaire Lagardère Active
Slogan Le Meilleur de la Musique
Langue Français
Statut Radio privée
Catégorie C et D
Site Web www.rfm.fr
Historique
Création (33 ans)
Diffusion
AM  Non
FM  Oui
Les fréquences
RDS __RFM___
Numérique  Non
Numérique terrestre  Non
Satellite  Oui
ADSL  Oui
Streaming  Oui
Podcasting  Oui

RFM (Radio FM) est une station de radio privée française musicale de catégorie D. Elle fait partie du groupe Lagardère Active. Créée en 1981 à la frange de la légalité à l'époque de l'émergence des « radios libres » de la bande FM en France, la station est l'une des rares à avoir fait l'objet de brouillages durant des mois par l'opérateur public TéléDiffusion de France sur décision des pouvoirs publics.

Histoire de la radio[modifier | modifier le code]

Les années 1980 : les années des « pionniers »[modifier | modifier le code]

Le , la station locale privée mais non autorisée RFM propose une programmation musicale en stéréophonie comprenant du rock, de la variété internationale et de la « jeune chanson française ». Coluche est engagé à rejoindre l'antenne où il déclare alors : « ceux qui n'écoutent pas RFM sont des cons ! »[1].

La station est créée par Patrick Meyer, précédemment directeur des programmes démissionnaire de Radio 7, une radio locale parisienne à destination des jeunes de moins de trente ans faisant partie de Radio France pour concurrencer les « radios libres » et par Jean-Louis Croquet, dirigeant d'une société de marketing.

Dès son lancement, RFM tente de commercialiser des espaces publicitaires dès sa création, malgré l'absence de législation et le début de la contre-offensive opérée par les grandes stations historiques (RTL, Europe 1, RMC, Sud Radio, Radio France) contre les stations FM locales dites « libres » ou « pirates » déjà considérées comme des concurrentes potentielles.

Son premier slogan est « RFM, la radio couleur », avec un logo représentant les 3 lettres sous forme de néon vert, jaune et rose. Celui-ci est créé par l'agence DMM France dirigée par Jean-François Minne.

Le sigle RFM veut simplement dire "Radio FM", ses créateurs voulant un nom « acronyme » sur le modèle des stations américaines.[réf. nécessaire]

Les premiers studios d’RFM sont installés dans le Centre commercial de Vélizy 2 (Yvelines). L’antenne est placée sur le toit du magasin. Ce site est choisi pour sa situation favorable, en hauteur, qui permet de couvrir toute la région parisienne.

Les animateurs sont au début bénévoles et parfois débutants. Mais d'autres sont des professionnels. Sont réunis alors des DJ qui ont participé à l'histoire de la radio libre en France,

- Yann Arribard - Martial avec le premier morning de la FM "The Martial Show" - Jeannot "Hello, hello c'est Jeannot" - Sergio dit "le buffalo" avec son légendaire "Salut les RFM" - Docteur Honky Tonk "l'encyclopédie vivante de la musique américaine" - Michel "le philosophe" - L'incontournable "Malher" - Les nuits avec Cyril "See you letter comme dirait le facteur".

Lors de sa création, sa programmation orientée Rock et son format « music & news » mis en place par Christian Savigny s’inspirent des radios américaines. Un « son » créé par Jacques Roques, le directeur technique de la station, qui rejoindra le groupe NRJ en 1984 et deviendra un de ses dirigeants.

La population initialisée reste limitée, RFM n'acquiert une forte notoriété et ne rencontre un large public, qu'en soirée et en Île-de-France.

Si la loi du sur la communication audiovisuelle libère bien les ondes, elle interdit aux radios dites « libres » de faire appel à la publicité pour se financer. RFM utilise également un émetteur dont la puissance va bien au-delà des normes tolérées. Les dirigeants d'alors préfèrent le bras de fer à la négociation et la station, devenue hors-la-loi, est brouillée à la demande de l'instance de régulation, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle. 423 jours de brouillage plus tard, la station est exsangue.

La campagne de soutien lancée sur l’antenne, les auditeurs appelés à signer une pétition, (67 000 signatures sont recueillies), un disque « Radio brouillée » sorti chez RCA Records et dont le texte fut écrit par Dominique Gauze (Gozzi), la solidarité de Coluche qui anime bénévolement pendant quelques semaines une émission devenue mythique : "l'humour continue pendant les travaux", (En 1991, un CD réunissant les meilleurs moments de l'émission de Coluche sur RFM est édité), tout cela n'y changera rien.

En 1984, la publicité est finalement autorisée comme moyen de financement des radios libres privées (loi du 1er août 1984), mais la « radio couleur » ne remontera jamais tout à fait la pente.

Au milieu des années 1980, la concentration des radios privées s’intensifie. RFM peine à développer un réseau national et la diffusion par satellite ainsi que le partenariat avec CFM, dont elle récupère les fréquences en province, n'assurent toujours pas sa progression.

En 1985, RFM quitte le Centre commercial de Vélizy pour s’installer dans le quartier d’affaires de La Défense Hauts-de-Seine.

À la fin des années 1980, RFM ne comptabilise que 35 émetteurs et n'apparait toujours pas dans les sondages.

Les années 1990 : les années « stars »[modifier | modifier le code]

Patrick Meyer son fondateur décide de céder la station en mars 1989 au groupe anglais Crown Communication.

Andrew Manderstam en devient le PDG et recrute Frédéric Schlesinger afin d'assurer le développement national du réseau.

Venus de la chaîne Canal+, Antoine de Caunes, Karl Zéro et Albert Algoud animent une émission humoristique de fin de journée (18-19h) : « Ba be bi bo bu ». Les matins sont confiés au duo Groucho & Chico, alias Alexandre Marcellin et Sam Choueka. Le « morning » est assuré par Malher. Claude Sérillon et Leslie Bedos réalisent des chroniques. Le chanteur Eddy Mitchell et le champion de tennis Yannick Noah deviennent animateurs lors des week-ends. Ces mouvements ne permettent pas à la radio de rencontrer le public. Fin 1992 l'audience cumulée du réseau reste inférieure à 1,5 %.

Le travail de développement du réseau est efficace et fin 1992 le réseau de RFM compte plus de 100 fréquences et initialise une population de près de 30 millions d'auditeurs potentiels.

Le désengagement, fin 1992, de l'actionnaire de référence puis son dépôt de bilan ouvrent une période difficile au cours de laquelle de nombreux repreneurs potentiels se manifestent. C'est finalement le plan de reprise piloté par Andrew Manderstam et Frédéric Schlesinger plan auquel sont associés les cadres dirigeants et la quasi-totalité des collaborateurs de RFM qui recevra l'aval du tribunal de commerce puis l'agrément du CSA. L'actionnariat réunit désormais les salariés de RFM, un fonds représentant la Bank of Scotland, L'Evènement du jeudi et Canal+. Le financement de la radio est assuré dans le cadre d'un plan pluriannuel par Europe Régies, la régie d'Europe 1.

Frédéric Schlesinger est alors chargé de piloter RFM et d'en définir la stratégie.

Ainsi en septembre 1994, nait « RFM, La radio en or », un format consacré aux grands succès, les « Gold », français ou internationaux des années 1960 à 1990. Un nouveau logo est créé : un carré noir et un disque d’or.

Le succès est immédiat et la radio devenue nationale double son audience en 18 mois et la triple en quatre ans, sous la houlette de Éric Elissalde puis de Jean-Pierre Millet venu de MTV, successivement chargés des programmes.

En été 1996, RFM emménage dans de nouveaux locaux construits dans les espaces du groupe Europe 1, rue François 1er à Paris (8e). Groupe qui deviendra l'actionnaire de référence en 1999.

Pendant cinq ans, la chanteuse Françoise Hardy présente quotidiennement l’horoscope dans « Des nouvelles des étoiles ». Laurent Romejko annonce la météo, le matin. En 1998, la journaliste et animatrice Alexandra Kazan chronique l’actualité du cinéma dans « Le cinéma en 80 secondes ». Daniela Lumbroso lui succède en 2000. Quelques autres chroniqueurs de cette époque : Françoise Nicod, alias « Fanfan », une ancienne coco-girl, Emmanuel de Brantes (people). Vincent Ferniot (chronique culinaire) et Elisabeth Quin (cinéma). Éric Lange revient pour animer « L’Or Noir ».

En septembre 1999, RFM TV est lancée sur le câble et le satellite. La chaîne, qui décline la programmation de la radio, est réalisée sous licence par le groupe AB.

En décembre 1999, le site internet www.rfm.fr est lancé. Il permet d’écouter la radio sur le net, en format Real Audio.

Au tournant du millénaire, RFM atteint ce qui reste aujourd'hui l'audience record, 5,2 %, sur les 15 ans et plus, Médiamétrie

Mais le format « Gold », avec 60 % des chansons françaises (loi sur les quotas oblige), ciblant un auditoire féminin, s’épuise. En septembre 2001, une nouvelle grille est mise en place sur fond de baisse d’audience.

Les duettistes Malher et Éric Lange sont à nouveau réunis. Ils présentent une émission-débat de 22 h à 1 h consacré aux grands sujets d’actualité : « Ça va vous faire coucher tard ». Ils n’ont pas le temps de s’installer. Leur émission est en effet arrêtée fin novembre par une nouvelle direction.

Les années 2000 : les années de « flux »[modifier | modifier le code]

En novembre 2001, Christophe Sabot, transfuge du groupe NRJ, devient le directeur de RFM. Celui-ci a pour mission de développer l’audience, mais aussi d’améliorer la rentabilité de la société. Pour les équipes, habituées à la direction paternaliste de Frédéric Schlesinger, héritier de l’époque Meyer, c’est le choc. De nombreux anciens quittent la station, volontairement ou non.

Progressivement, en 2002 et 2003, toutes les chroniques sont supprimées de l’antenne : priorité est donnée au « flux » musical. Christophe Sabot, qui juge « La radio en or » sans perspective de développement, transforme profondément le produit RFM et lui donne une nouvelle dynamique.

Un nouveau logo, un galet bleu entouré de rouge, est créé.

Un ancien « claim » d'Europe 2 est adopté : « Le meilleur de la musique ». RFM revisite les années 1980-1990 : de la nostalgie pour les jeunes adultes.

En septembre 2002, Bruno Roblès, ancien animateur de NRJ, rejoint RFM. Il crée le « Face à Face Live », une rencontre avec un artiste qui se confie et chante en direct. C’est la 1re émission « live » lancée sur une radio musicale. Plus de 70 éditions suivent à raison d’une ou 2 par mois, avec de grands noms de la chanson française, comme : Alain Souchon, Julien Clerc, Renaud, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman, Étienne Daho, Francis Cabrel, Véronique Sanson, Marc Lavoine et Bernard Lavilliers… mais aussi avec des vedettes internationales, comme : James Blunt, Joe Cocker, Eurythmics, Cock Robin, Kim Wilde, Daniel Powter et Laura Pausini.

La matinale 2002 est animée par Frédéric Ferrer, avec le chroniqueur people Henri-Jean Servat.

Cette rentrée 2002 est aussi marquée par le lancement de « RFM Night Fever », une émission disco funk mixée par Pat Angeli (créateur du format « Les années disco » en 1997 sur RTL 2), puis produite à partir de 2004 par Thierry Land.

Pour la rentrée 2003, Bruno Dubois rejoint RFM pour animer la tranche 9/12h. Il était auparavant animateur sur Europe2, RTL2, Nostalgie et Fun Radio sous le pseudonyme de "Treize".

En février 2004, Bruno Dubois devient directeur des programmes de RFM.

En septembre 2004, la grille n’est que légèrement modifiée : Bruno Roblès anime seule la matinale et Frédéric Ferrer s’installe au 16-19h.

À la rentrée 2005, le slogan d’RFM devient « Le meilleur des années 80 à aujourd’hui».

La matinale est confiée à Jean-Luc Reichmann, un animateur de jeux télévisés, ancien de la station dans les années 1990.

En mars 2005, la chaîne du câble RFM TV est arrêtée. Lagardère n’a pas souhaité renouveler son accord de licence avec le groupe AB.

En 2006, est lancée la tournée « RFM Party 80 », un spectacle réunissant des vedettes de la chanson des années 1980, comme Émile et Images, Début de soirée, Lio, Jean-Pierre Mader, Rose Laurens, Sabrina, Murray Head et Jeanne Mas. C’est un grand succès. Le 17 mai 2008, le spectacle est donné au Stade de France devant 50 000 spectateurs.

En juillet 2006, RFM connait un record historique d'audience depuis la méthodologie 13 ans et plus adoptée par Médiamétrie. 5,4 % en AC et 4,1 % en PDA, soit près de 2 600 000 auditeurs par jour.

En décembre 2006, RFM créé sa première webradio : « RFM Night Fever ». Suivent 2 autres programmes sur le Net : « RFM Party 80 » et « RFM Love 80 ».

En juin 2008, Christophe Sabot quitte le groupe Lagardère (pour réintégrer brièvement le groupe NRJ).

En juillet 2008, une nouvelle direction est mise en place : Jean-Christophe Lestra devient directeur général du pôle des radios musicales de Lagardère, RFM et Virgin radio (ex-Europe 2). Sam Zniber, ancien directeur général des programmes de RTL2 et Fun Radio (groupe RTL), est nommé directeur des programmes des 2 réseaux musicaux de Lagardère. Il est rejoint quelques mois plus tard par Jean-Marc Dorangeon en qualité d'adjoint ; le binôme Sam Zniber / Jean-Marc Dorangeon, qui a fait le succès de RTL2 / Fun Radio, est alors reformé.

En septembre 2008, le slogan de la radio devient « RFM, Tous les meilleurs Hits ». Stéfan Caza (ex-RTL2) et Laurent Petitguillaume (ex-RTL) sont embauchés pour présenter la matinale[2]. Bruno Roblès anime le 17h-20h et les « Face à Face Live ».

RFM est écoutée quotidiennement par près de 2,3 millions d’auditeurs, soit une audience cumulée de 4,4 %, selon une étude Médiamétrie de septembre/octobre 2008[3].

Face aux nouvelles habitudes d’écoute – webradios et lecteurs mp3 – la FM voit son audience globale baisser. RFM développe donc sa présence sur le web. En septembre 2008, la radio fait appel au blogueur Christophe Grébert pour ouvrir des blogs thématiques et des pages sur les différents sites sociaux - Facebook, Myspace, Twitter, Dailymotion, Netvibes - afin d'y développer sa communauté.

En avril 2009, RFM lance une application pour écouter ses programmes sur l'iPhone.

Le 26 mai 2009, le CSA retient la radio pour une diffusion en numérique sur Marseille, Nice et Paris[4].

La saison 2009/2010 est lancée le 24 août. Comme un retour aux sources, RFM reprend l'un de ses anciens slogans « Le meilleur de la musique » qui était le sien entre 2001 et 2005. La nouvelle grille est marquée par l'arrivée de Guillaume Aubert, ancien animateur de RTL2, mais aussi d'RFM au début des années 1990. Il présente RFM Party 80, entre midi et 13h. Stéfan Caza et Laurent Petitguillaume animent la matinale pour la 2e saison. Bruno Roblès reste au 17/20h et Pat Angeli anime à nouveau RFM Night Fever.

Un Hit RFM est lancé. Il est présenté le dimanche soir (19/20h) par Fabien Lepage.

En décembre 2009, Sam Zniber, nommé un an et demi plus tôt, quitte la direction des radios musicales du groupe Lagardère Active (RFM et Virgin). Il est remplacé par Jean Isnard, ancien directeur d'antenne de Skyrock. Bruno Dubois devient directeur des réseaux RFM et Virgin Radio, Jean-Philippe Denac, ancien directeur des programmes de RTL2, rejoint RFM comme directeur des programmes.

Le programme est légèrement modifié : l'émission quotidienne RFM Party 80 est supprimée. Des personnalités (chanteurs, comédiens, humoristes, animateurs de la télé, etc.) sont désormais régulièrement invitées dans La Matinale de Stefan Caza et Laurent Petitguillaume et dans l'émission de fin de journée de Bruno Robles.

RFM rassemble 192 fréquences et 55 décrochages locaux. Si son audience est en hausse (4,6 % d'audience cumulée, contre 4,4 % un an plus tôt, selon l'enquête Médiamétrie de sept/oct), le chiffre d'affaires de la radio serait en baisse de 2 à 3 % en 2009 par rapport à 2008.

Septembre 2010, RFM change de Morning et met en place le meilleur des réveils présenté par Bruno Robles et Justine Fraioli. Ce Morning dépasse en quatre mois seulement ses concurrents directs, confirmant la nouvelle stratégie mise en place par le DG Jean Christophe Lestrat. Carl, animateur culte de RTL2, débauché par Jean-Philippe Denac, rejoint aussi RFM et s'empare du 9h-13h alors que Guillaume Aubert reprend le 17h-20h, sa tranche fétiche. Frederic Lopez quant à lui accompagne les auditeurs avec ITW VIP tous les jeudis.

Les années 2010 : les années « numériques »[modifier | modifier le code]

RFM démarre cette nouvelle décennie avec encore une nouvelle direction, la troisième en deux ans. À la suite du départ de Sam Zniber, Didier Quillot appelle un de ses proches pour lui succéder : ce sera Jean Isnard. Après 15 ans, hors des réseaux nationaux, il prend la direction générale des programmes des deux radios RFM et Virgin Radio ainsi que « leurs déclinaisons multimédia » [5]. Jean Isnard fait appel à Jean Philippe Denac, directeur des programmes de RTL2 pour prendre la direction des programmes de RFM. Le , RFM fête ses 30 ans. Le 2 octobre 2014, RFM relance la chaîne RFM TV.5 mois, après son lancement, RFM TV bat des records d'audience : elle est la 2e chaine musicale la plus regardée de France.

Pour la rentrée 2014, RFM diffuse les nuits ( du lundi au vendredi de minuit à 5 heures) et ( le samedi et dimanche de 1 h a 6 h) en automatique : c'est l' animateur Richard Philteur qui préenregistre ses interventions (voice - track).

Pour la rentrée 2014 : RFM supprime l'émission du dimanche soir : RFM Collector (de 22 h à minuit animé par Guillaume Aubert) car elle ne correspondait plus au nouveau format RFM et la remplace par une nouvelle émission : RFM Best of music ( tous les dimanches de 22 h à 1 h) : Trois heures de musique avec les plus grands tubes qui ont bercé les années 1980, 1990 et 2000, présentés par Richard Philteur .

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Les slogans[modifier | modifier le code]

  • 1981 : "La Radio couleur"
  • 1990 : "RFM, La radio FM"
  • 1994 : "La Radio en Or"
  • 1997 : "Jamais une radio ne vous détendra autant"
  • 2001 : "Le Meilleur de la musique"
  • 2005 : "Le Meilleur des années 80 à aujourd'hui"
  • 2008 : "Tous les meilleurs hits"
  • depuis 2009 : "Le Meilleur de la musique" [6]

Les voix off[modifier | modifier le code]

Les animateurs actuels[modifier | modifier le code]

  • Bruno Roblès (depuis 2002)
  • Justine Fraioli (2010-2012, depuis 2013)
  • Carl Defray (depuis 2010)
  • Guillaume Aubert (depuis 2009)
  • Leo Cuenca (depuis 2012)
  • Pat Angeli (depuis 2002)
  • Philippe Despont (depuis 2011)
  • Richard Philteur (depuis 2012)
  • Sophie Coste (depuis 2011)
  • Vincent Richard (depuis 2013)
  • Yann Arribard (depuis 1995)
  • Albert Spano (depuis 2014)
  • Cyril Monnier (depuis 2014)

Les animateurs remplaçants[modifier | modifier le code]

  • Charly Weber (depuis 2013)
  • Cyril Monnier (depuis 2014)
  • Richard Philteur (depuis 2012)

I-voicer pour RFM[modifier | modifier le code]

  • Richard Philteur (depuis 2014)

Journalistes[modifier | modifier le code]

Les Journalistes remplaçants[modifier | modifier le code]

  • Vincent Giraldo
  • Laurence Dezélé
  • Audrey Maubert

Anciens Journalistes[modifier | modifier le code]

Période du début à Vélizy

  • Patrice Arditti
  • Julien Pascal
  • Albine Puzin
  • Emmanuel d'Abzac
  • Olivier Lerner

Les anciens animateurs[modifier | modifier le code]

Organigramme[modifier | modifier le code]

  • Directeur Exécutif Pôle TV/Radio Directeur général : Richard Lenormand
  • Directeur délégué, directeur des programmes : Jean-Philippe Denac
  • Directrice d'antenne : Sabine Rochereuil
  • Rédacteur en Chef : Eric Halimi[Depuis quand ?]
  • Directeur de la Programmation Musicale : Gilles Moreau
  • Directeur du réseau : Bruno Dubois
  • Directeur de la production : Pascal Lefebvre
  • Directrice de la communication : Sandrine Tuil

Capital[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1] Résumé historique de RFM sur le site « Resaprod »
  2. Vos rendez-vous de la Matinale RFM du 18 mars
  3. RFM la reconquête sur le site : Lagardère.
  4. Radio numérique : sélection des candidats à l'appel à candidatures du 26 mars 2008 sur le site officiel.
  5. Communiqué de Presse de Lagardère Active
  6. http://www.rfm.fr visité le 27 septembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]